(Minghui.org) Avant de pratiquer le Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong), j’étais colérique et pointilleuse sur mes propres intérêts. Je souffrais de gastrite chronique, de cholécystite et de maladies gynécologiques. Je me sentais mal tous les jours. Mon mari devait souvent s’absenter du travail pour m’emmener chez le médecin, ce qui affectait son travail. J’étais généralement de mauvaise humeur quand je ne me sentais pas bien, alors nous nous disputions souvent.

Après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1998, je me suis efforcée de cultiver selon le critère d’une pratiquante. Le Maître a dit :

« En général si vous gardez toujours un cœur de compassion, un esprit paisible et serein, lorsque vous vous trouverez face à un problème, vous agirez bien car vous aurez de l’espace pour le désamorcer. » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)

J’ai suivi les enseignements du Maître. Mon caractère a changé, je suis devenue plus calme et plus ouverte d’esprit, et j’ai pu faire passer les autres en premier. Toutes mes maladies ont disparu. Mon mari a été témoin des changements en moi. Il n’avait plus besoin de s’absenter de son travail, nous n’avions plus de frais médicaux, et je suis devenue plus tolérante et compréhensive. J’ai cessé de m’attarder sur ses défauts et notre famille est devenue plus harmonieuse. Mon mari m’a félicitée devant les autres pratiquants : « Le Falun Gong est si puissant qu’il a transformé ma femme en une personne si gentille. » Mon mari est devenu très favorable à ma cultivation et a toujours fait en sorte que ce soit pratique pour moi. Je dois remercier le Maître et Dafa pour cela.

Lorsque je revoyais d’anciens collègues après plus de vingt ans, ils me demandaient : « Pourquoi n’as-tu pas de rides ? Regarde-nous, nous vieillissons tous. Regarde-toi, tu es plus jeune qu’avant. Ta peau est délicate et plus belle que les autres, même celles qui sont maquillées. Tu es devenue plus belle, quel remède miraculeux as-tu pris ? » De nombreuses personnes m’ont fait ce genre de compliments au fil des années.

J’ai dit que je n’avais pris aucun remède miraculeux, mis à part de pratiquer le Falun Gong. Le Maître m’a appris à être une bonne personne selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Cela m’a amené à penser aux autres avant de penser à moi, à ne pas suivre les tendances de la société, à ne pas me mettre en colère ou à ne pas être émotif. Lorsque nous sommes heureux et que nous ne souffrons pas de maladies, nous paraissons plus jeunes, n’est-ce pas ? J’avais l’habitude de souffrir de toutes sortes de maladies qui me rendaient triste chaque jour, ce qui me faisait paraître vieux, n’est-ce pas ? Est-ce de la science ou de la superstition ? La plupart des gens étaient d’accord avec moi.

Des changements sont également apparus dans mes relations avec ma belle-famille. La famille de mon mari compte six enfants, quatre filles et deux fils. Je suis la belle-fille aînée, avec deux belles-sœurs aînées, un beau-frère plus jeune et deux belles-sœurs plus jeunes. Il y a deux maisons dans la famille, l’une pour mes beaux-parents qui y vivent et l’autre pour la louer. Comme la famille de mon beau-frère et la mienne vivaient toutes deux dans des maisons attribuées par notre société, mes beaux-parents ont dit que les deux maisons seraient transmises aux deux fils en héritage.

Notre village a été démoli en 2019, et la compensation pour la démolition était substantielle. Mes beaux-parents préféraient généralement leurs filles. Comme les maisons ont été converties en autant d’argent, ils ont voulu attribuer des parts à leurs filles. Selon la tradition chinoise, la ou les maisons doivent être transmises aux fils et aux petits-fils. Les filles mariées ne devaient pas revenir à la maison pour obtenir une part. À l’époque, la femme de mon beau-frère cadet n’était pas satisfaite de la décision des parents, et demandait : « Comment les filles pourraient-elles bénéficier à la fois des avantages de leurs parents et de ceux de leurs beaux-parents ? » À travers cette situation, six familles ont perdu leur paix, et toutes les parties ont souffert.

Mes beaux-parents étaient une famille si vivante, et ils faisaient maintenant tout un plat pour l’argent. Selon le raisonnement ordinaire, en tant que belle-fille aînée, je devrais me ranger du côté de ma belle-sœur pour protéger ma part. Cependant, je suis une pratiquante.

Le Maître a dit :

« Si vous vous bagarrez comme une personne ordinaire, vous serez une personne ordinaire, si vous y mettez encore plus de zèle que lui, vous vaudrez encore moins que cette personne ordinaire. » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)

Voir mon beau-père malade se traîner pour aider sa fille à se battre pour ces intérêts me mettait chaque jour en colère. C’était déplorable et pitoyable à mes yeux. Cependant, je devais me conformer aux exigences du Maître et ne pas participer à leurs disputes, juste laisser faire. Je n’ai agi que selon le critère d’une pratiquante. En conséquence, le Maître m’a permis d’obtenir ma part. En fait, cet événement a changé l’attitude de toute la famille à mon égard.

Je ne sais pas quel genre de lien prédestiné j’avais avec cette grande famille. Dès que je suis entrée dans cette famille, ma belle-mère m’a regardée de haut et ne m’a jamais traitée comme un membre de sa famille. Ils ne me laissait participer à aucune décision et s’opposait fortement à ma pratique du Falun Dafa. Puis, grâce à cette affaire de maisons, leur attitude à mon égard a changée.

Autrefois, cette grande famille dînait tous les dimanches, et tous les fils, belles-filles, filles, gendres et petits-enfants y participaient. Mon mari était toujours celui qui était appelé et invité, pas moi. Parfois, je participais, mais seulement comme travailleuse. Lorsque je tendais la main pour attraper des plats sur la table, ma belle-mère disait : « Ne mange pas ceci, untel l’adore, garde-le pour elle ou lui. » Une fois, ma belle-sœur aînée est allée au champ pour récolter un grand nombre de bourses de berger, elle m’en a donc emballé quelques-unes pour que je puisse en ramener à la maison. Ma belle-mère a bloqué la porte des deux mains et a refusé que j’en prenne, disant qu’elles étaient toutes mises de côté pour elle.

Avant de pratiquer le Falun Dafa, je me disputais souvent avec mon mari à propos de ces questions. Après la question de l’attribution de l’argent de la maison, ma belle-mère semblait être devenue une personne différente. Elle n’oubliait jamais de m’appeler pour les dîners hebdomadaires. Au dîner, elle mettait de délicieux aliments dans mon assiette, me disait de manger davantage et préparait des raviolis pour que je les emporte chez moi. Elle m’a également félicité devant ma famille et mes amis pour mon caractère raisonnable et sans problème.

Ma jeune belle-sœur a dit devant les autres pratiquants : « Il semble que Dafa est vraiment bon. Ma belle-sœur pratique Dafa, et elle semble être une personne différente. » Le mari de l’une de mes belles-sœurs était un cadre du Parti pervers. Après s’être initialement opposé à ma pratique de Dafa, il me soutient maintenant. Lorsque toute la famille est partie en voyage, il m’a appelé en disant : « Viens voir ce tapis. C’est un bon tapis pour la méditation. »

Le Falun Dafa m’a aidé à établir un statut respectueux et digne de confiance dans cette grande famille. Je ne trouve pas de mots appropriés pour exprimer ces merveilleux changements. Je ressens simplement la grandeur de la bonté du Maître. Du fond de mon cœur, j’éprouve un sentiment de bonheur et de beauté. C’est vraiment bon de cultiver et d’avoir un Maître qui me guide.

Chers compagnons de cultivation, veuillez me signaler tout ce qui est inapproprié

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais