Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

281,578,206 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


Être témoin de l’hypocrisie de l'Agence d'informations Xinhua : Des informations majeures sont ignorées – de vieux mensonges refont surface

 

Écrit par Fei Ming

 

 

(Minghui.org) Récemment le décès de Zhao Ziyang a fait les gros titres. De nombreux articles commémoratifs affectueux ont été trouvés en ligne après le décès de cet homme de 85 ans, qui vivait en résidence surveillée depuis 15 ans. Les médias de Hong Kong ont largement signalé sa mort. Le gros titre des nouvelles de l'Apple Daily déclarait : « Le PCC lui doit justice. », et Ming Pao publiait un article en première page intitulé « Zhao Ziyang est libre ». Les principaux médias aux États-Unis ont également donné beaucoup d'importance à la nouvelle. Le New York Times a publié sur sa page de nouvelles internationales une photo de Zhao Ziyang le soir du 4 juin 1989 sur la place Tiananmen, lors de son discours aux étudiants en grève de la faim. Le Washington Post en a fait les gros titres de sa page internationale, avec une photo récente de Zhao Ziyang avec les cheveux blancs. Les médias en Europe, en Russie, au Japon, en Corée et d’autres régions dans le monde ont aussi couvert l’événement.

 

En comparaison, qu’a fait lAgence d'informations Xinhua ? Une nécrologie de 56 mots qu’on remarque à peine, publiée sous la pression internationale, suivie d’un silence total des médias d’informations. Cela va complètement contre les règles du reportage professionnel de nouvelles. Éviter la discussion de la mort de Zhao indique probablement « l’Esprit de Parti » de l’Agence d'informations Xinhua.

 

Tout en bloquant la nouvelle du décès de M. Zhao, Xinhua n’a cependant pas oublié de réchauffer la vieille information de l’auto-immolation qui avait eu lieu le 23 janvier 2001, avec pas moins d’enthousiasme que si elle célébrait l’anniversaire du Parti communiste chinois (PCC). D’un certain point de vue, l’auto-immolation est la dernière ressource que le PCC utilise pour persécuter le Falun Gong, cependant ça n’aidera pas le PCC à continuer sa persécution encore bien longtemps, parce que beaucoup de gens ont vu l’analyse du film fait par les pratiquants de Falun Gong et reconnu les incongruités du reportage de CCTV.

 

Sur le film de CCTV, la jeune Liu Siying chantait d’une voix forte et claire après une opération de la gorge. Un auto-immolé gravement brûlé était enveloppé de plusieurs couches de pansements, ce qui va totalement à l’encontre du bon sens médical. Le principal immolé, Wang Jindong, au milieu des flammes, avait une bouteille de soda remplie d'essence entre les jambes, mais la bouteille restait intacte. Les policiers tenaient calmement des couvertures pour éteindre le feu, attendant patiemment que Wang Jindong crie son slogan.

 

Je ne sais pas pour quels motifs ces immolés ont pu commettre un tel acte, mais je suis désolé pour leur souffrance. Toutefois, leur action extrême n’était définitivement pas le résultat des enseignements du Falun Gong, sans quoi la Chine aurait été en feu avec 100 millions de pratiquants à travers le pays. Avec des centaines de milliers de pratiquants, Taïwan n’a pas eu un seul cas d’immolation, ni l’Europe, ni les États-Unis. Le but irrationnel de ces gens est la persécution et les images sanglantes de la propagande débitées par les médias d’État. Il se peut qu’ils se soient eux-mêmes mis le feu suite au lavage de cerveau et à la promesse de bénéfices par le régime de Jiang.

 

L’auto-immolation annuellement revisitée par l’Agence d'informations Xinhua n’est pas un acte de bienveillance. Le but est d’inciter à la haine et d’employer cela comme excuse pour justifier la persécution. Si elle avait le moindre sentiment de sympathie, lAgence d'informations Xinhua aurait annoncé la série d’auto-immolations récentes, de gens réclamant du gouvernement attention et justice par leur acte désespéré, ou bien des accidents dans les mines et dans les grandes manufactures qui sont fréquentes avec des conséquences graves. Aux yeux de l’Agence d'informations Xinhua, la vie des gens ordinaires ne vaut rien. Elle s’inquiète seulement de réussir à tromper et à manipuler le public et les immolés ne sont qu’un outil pour atteindre ce but.

 

L’Agence d'informations Xinhua est consciente de son manque presque total de crédibilité, elle cite donc « les médias à l’intérieur et à l’extérieur de la Chine » dans son reportage. Cependant, les interviews des médias en référence sont étroitement contrôlés ou complètement arrangés tout comme l’auto-immolation, c’est totalement comparable aux interviews de médias dans les camps de concentration nazis pendant la Deuxième Guerre mondiale, quand les journalistes étaient amenés dans des régions soigneusement aménagées où ils ne pouvaient qu’obtenir des images fausses et fabriquées. Ils ne pouvaient que servir de mégaphone pour les scénarios écrits au préalable par le CCP.

 

L’Agence d'informations Xinhua a fait de son mieux pour dissimuler des informations majeures comme le décès de Zhao Ziyang tout en répétant de vieux mensonges comme celui de l’auto-immolation. L’Agence d'informations Xinhua ne fait que prêter sa voix à la volonté du dictateur, et les journalistes de Xinhua, comme Tian Yu, sont complices du crime de dissimuler la vérité. Ils trahissent leur conscience et font honte à la profession qui rapportent les informations.

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2005/1/25/56883.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2005/1/20/93879.html

 

(Traduction française améliorée le 14 septembre 2013)