Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

276,569,804 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


Révéler les mensonges des «1400 cas de mort»


[Site Clartés et Sagesse]


Résumé effectué par un correspondant du site Minghui



Peu après que la persécution du Falun Gong ait commencé en juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC), sous la direction de son dirigeant d'alors, Jiang Zemin, a inondé les médias chinois d'une litanie de propagande. Parmi les éléments endommageant le plus la réputation du Falun Gong, se trouvait les soi-disant «1400 cas de mort» – affirmant que la pratique du Falun Gong avait entraîné les décès de 1400 personnes. Un coup d'œil sur les preuves montre non seulement à quel point l'accusation était fausse, mais certaines des propres statistiques du PCC soutiennent en réalité les incroyables bénéfices de santé de la pratique du Falun Gong .



Cet article rassemble différents points exposant ces mensonges.


* * *


Introduction


Le Falun Gong est une méthode de cultivation pratique de haut niveau de l'école de Bouddha qui fut présentée au public en mai 1992 par son fondateur Maître Li Hongzhi. M. Li Hongzhi présenta les exercices ainsi que les principes du Falun Gong dans toute la Chine, enseignant aux gens à adhérer au principe Zhen-Shan-Ren (Authenticité-Bienveillance-Tolérance). Le nombre de pratiquants augmenta rapidement partout en Chine à mesure qu'un bouche à oreille à travers tout le pays informait des effets du Falun Gong sur la guérison des maladies et le maintien de la santé. En 1998, le Bureau National des Sports effectua cinq enquêtes de santé qui furent menées sur environ 35000 pratiquants de Falun Gong dans les villes de Pékin, Wuhan, Dalian et dans la Province du Guangdong. Les résultats montrèrent que plus de 98% des gens pratiquants le Falun Gong avait vu leur santé s'améliorer grâce à la pratique. Le groupe conclut que «le Falun Gong avait des centaines de bénéfices pour le peuple et la nation chinoise, et ne faisait pas le moindre mal.»


Le «Rapport de l'Enquête sur les effets du Falun Gong sur la santé, sur 10 000 cas à Pékin» montrait les changements survenus dans la santé des gens avant et après avoir pratiqué le Falun Gong.




Il y avait de nombreux reportages positifs dans les médias au sujet du Falun Gong avant 1999, «Médecine et Santé» publia un article intitulé «Pour soigner les maladies et être en forme, le Falun Gong est ce qu'il y a de mieux» le 24 décembre 1997. Après que l'enquête du Bureau national des Sports fut réalisée à Changchun le 15 mai 1998, CCTV fit un reportage montrant comment les gens qui pratiquaient le Falun Gong étaient en bonne santé. Le journal The China Economy Times fit un reportage sur Xie Xiufen, une femme au foyer de la ville de Handan, dans la Province du Hebei, le 19 juillet 1998 qui avait de nouveau pu marcher après avoir été paralysée pendant 16 ans. L'article s'intitulait «Je me suis mise debout !»


Durant la cérémonie d'ouverture de la Semaine d'Activités traditionnelles chinoises sur la Santé au Festival des Sports d'Asie qui eut lieu à Shenyang le 28 août 1998, le journal China Youth publia un reportage montrant que de nombreux pratiquants de Falun Gong avait été guéris de leurs maladies. leYangcheng Evening News (de la ville de Guangzhou) publia «Personnes âgées et jeunes pratiquant le Falun Gong» le 10 novembre 1998. Le Shenxing Times (de la ville de Shenzhen) publia «Brève présentation du Falun Gong», et d'autres articles sur le sujet occupèrent une page entière le 31 décembre 1998. Les titres de ces articles étaient «Le Falun Gong est populaire à Shenzhen, il compte trois mille pratiquants dévoués», «Un site de pratique de groupe sur le campus, professeurs et étudiants prennent l'initiative de pratiquer les exercices», et «Falun Gong est très efficace pour guérir les maladies et maintenir en forme, bénéficiant à d'innombrables patients.» Sept photos accompagnaient les articles.



Le journal China Youth (Jeunesse de Chine) du 28 août 1998



Le journal Médecine et Santé du 4 décembre 1997


Une fois la persécution commencée en juillet 1999, les médias controlés par l'État montrèrent des photos de corps ensanglantés, accusant le Falun Gong d'avoir entraîné la mort de plus de 1400 personnes, et les gens dans tout le pays furent terrifiés. De nombreux habitants qui ne connaissaient pas la vérité conçurent de l'hostilité envers les pratiquants de Falun Gong. Pourquoi n'y avait-il pas eu un seul cas de décès avant que la persécution ait commencé? Pourquoi n'y avait-il pas d'autre cas de décès rapportés dans d'autres pays où le Falun Gong était pratiqué?


Les cas qui suivent sont quelques uns de ceux inclus dans les «1400 morts», révélant clairement la propagande mensongère du PCC.



I. Des malades mentaux utilisés pour calomnier le Falun Gong


Sur la base de données statistiques de 1998 issues du Ministère Chinois de la Santé Publique, 5% de la population en Chine souffrirait d'une maladie mentale, soit au total 65 millions de personnes. 70% de ces malades mentaux seraient sévèrement atteints. Environ 400 000 malades très atteints ne peuvent pas se prendre en charge tout seuls. On sait bien que les malades mentaux peuvent voir récidiver leurs troubles mentaux. Beaucoup de ces «1400 cas de morts» étaient des malades mentaux. Cependant, le Falun Gong enseigne clairement que les gens sévèrement malades et ayant des maladies mentales ne sont pas autorisés à pratiquer le Falun Gong. La pratique explique aussi clairement que le fait de tuer, y compris le suicide, est un pêché



Cas Numéro 1: Wang Anshou


Wang Anshou, un ouvrier de l'Usine de Machines de Taishan de la ville de Xingtai, dans la Province du Shandong, tua ses parents à l'aide d'une pelle lorsqu'il expérimenta une rechute de ses troubles mentaux. Le verdict du 10 novembre 1999 du Tribunal Civil du Peuple de la ville de Xingtai déclarait «L'observation de la Cour montre que l'accusé souffrait d'une maladie mentale avant qu'il ne se marie et a essayé de le cacher. Après s'être marié, l'accusé a eu des rechutes de ses troubles mentaux de nombreuses fois et il a eu des problèmes pendant longtemps en essayant de soigner sa maladie mentale. L'accusé a tué ses parents à l'aide d'une pelle lorsque ses troubles mentaux ont refait surface…» «La demande ferme de divorce de la part de la femme de l'accusé est soutenue par la Cour.» Le PCC considéra que la folie meurtrière de Wang était due à sa pratique du Falun Gong, malgré que le verdict de la Cour n'ait rien mentionné concernant sa pratique du Falun Gong, mais expliqué qu'il avait des troubles mentaux depuis 1988.


Le rapport complet :


« Pourquoi Wang Anshou a-t-il tué ses parents? Le verdict de la Cour contredit la tentative de la bande de Jiang de blâmer le Falun Gong (photo) »:


/news/0405/12/E47354_20040424_fr.htm



Cas numéro 2: Wu Honghui


Wu Honghui était employé au Centre de Prévention des Maladies et de la Santé Publique de la ville de Shuangcheng dans la Province du Heilongjiang. Il avait perdu la raison plus de 20 ans auparavant lorsque ses parents le forcèrent à rompre avec sa petite amie. Il fut incapable de continuer à travailler lorsque sa condition s'agrava. Il entra en contact avec le Falun Gong, mais ses amis et sa famille confirmèrent qu'il n'était pas pratiquant à cause de ses problèmes mentaux. Il se jeta d'un immeuble en 1996 et commit un suicide. Sa femme indiqua qu'il avait eu des maladies mentales par le passé. Elle écrivit au gouvernement de Shuangcheng afin de clarifier le fait que la raison pour laquelle il avait commis ce suicide était due à une rechute de sa maladie mentale.


Le rapport complet: (en chinois seulement):


http://www.minghui.org/mh/articles/2001/8/31/15695.html



Cas numéro 3: Wang Chengxiang


Wang Chengxiang, était un employé à la retraite d'une soixantaine d'années du Stockage de Céréales de la ville de Handian dans le Shuangcheng. Sa famille avait eu des maladies mentales par la passé—sa mère s'était jetée dans un puit et son oncle s'était pendu. Treize personnes de sa famille moururent de façon anormale. En 1998, le fils de Wang loua un appartement au 6ème étage de la maison familiale dans le complexe industriel du stockage de céréales. Le fils essaya de persuader M. Wang de déménager pour vivre avec sa famille. M. Wang pensait que le 6ème étage était trop haut, et il préférait sa maison de brique datant de trois ans et refusa de la vendre. Il dit à son fils, «Je n'irais pas vivre dans ton appartement, je préfèrerais plutôt me jeter de cet immeuble.» Par la suite, il déménagea chez son fils, mais il n'y fut jamais heureux. Il expérimenta des problèmes mentaux et tenta de se suicider.


Sa famille était très inquiète pour lui. Sa femme essaya de lui faire pratiquer le Falun Gong dans l'espoir que cela réduirait son stress. Il ne lut jamais aucun livre du Falun Gong; et pratiquait simplement quelques-uns des exercices. Le deuxième jour après le Nouvel An Chinois de 1999 (17 février 1999), il se suicida en se jetant de l'immeuble. Les employés du stockage de céréales ont dit qu'ils savaient que son suicide n'était pas dû à la pratique du Falun Gong, comme les médias du PCC l'avaient mentionné.


Le rapport complet: (en chinois seulement):


http://www.minghui.org/mh/articles/2001/8/31/15695.html



Cas numéro 4: Yu Suzhao


Pendant la Révolution Culturelle [1966-1976, un mouvement politique qui dénonçait les valeurs et la culture traditionnelles], Yu Suzhao fut hospitalisée dans l'Hôpital Psychiatrique de Fangcun à Guangzhou pendant sept mois en raison de ses maladies mentales. En 1995, elle occulta son passé de malade mentale aux pratiquants de Falun Gong et commença à pratiquer. À cette époque, des pratiquants lui avaient suggéré d'arrêter la pratique. Elle accepta et rendu tous les livres et tous les enregistrements du Falun Gong, et arrêta de pratiquer. Par la suite, on la laissa sortir de l'hôpital psychiatrique, et six mois plus tard, elle rechuta, se jeta d'un immeuble et mourut. Le PCC affirma alors que le Falun Gong avait causé sa mort, en dépit du fait qu'elle avait été malade mentale pendant plus de 20 ans.



Cas numéro 5: Long Gang


Long Gang vivait dans le village de Shuangshi, du District de Yongchuan, dans la région de Chongqing. Il commit un suicide en se jetant dans un fleuve. Après sa mort, un journaliste du nom de Du interviewa sa femme. Elle fut payée 200 yuans pour faire une déclaration calomnieuse disant que le Falun Gong avait causé sa mort. Ses parents écrivirent au site Minghui (version chinoise du site Clartés et Sagesse), «En tant que parents, nous sommes bien placés pour savoir si notre fils avait des problèmes mentaux, et il en avait. Notre fils a eu une rechute le jour où il s'est jeté dans le fleuve, et cela n'a rien à voir avec le Falun Gong. En tant que parents, nous devons révéler la vérité, et nous ne pouvons pas aller contre notre conscience.»


Le rapport complet par la mère de Long Gang (en anglais):



«Exposer la vérité des '1400 cas de morts': La mort de mon fils n'avait rien à voir avec le Falun Gong»:


http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/1/20/17934.html



Cas numéro 6: Zhu Changjiu


Zhu Changjiu vivait dans le village de Zhanggezhuang , dans le quartier de Qingda de la ville de Renqiu dans la Province du Hebei. On le déclara malade mental en 1997. Sa femme, Bian Lixin, a dit qu'il était souvent distrait et que son comportement était imprévisible. Sa condition s'améliora au début de l'année 1999. Après que la persécution ait commencé en juillet 1999, son père brûla tous ses livres du Falun Gong. Les administrateurs du village et la police locale lui parlaient quotidiennement, le mettant sous une grande pression mentale. Il tua ses parents le lendemain matin avec un marteau. Les médias du PCC l'imputèrent au Falun Gong, et dissimulèrent le fait qu'il souffrait de problèmes mentaux depuis des années.


Le rapport complet (en chinois seulement):


http://www.minghui.org/mh/articles/2000/6/22/1714.html



Cas numéro 7: Ma Jianmin


Ma Jianmin était un employé du Domaine Pétrolier de Huabei de la ville de Renqiu dans la Province du Hebei. Ma, et d'autres membres de sa famille, avaient eu des problèmes mentaux dans le passé. Il pratiqua de nombreuses sortes de qigong. Lorsque le Falun Gong fut présenté dans le Domaine Pétrolier de Huabei, il essaya aussi les exercices du Falun Gong.


Un jour, Ma Jianmin était seul à la maison. Sa famille le trouva mort dans la salle de bain avec le ventre étripé, et appela la police. Par la suite, CCTV (le média d'état contrôlé par le PCC) arriva pour faire un reportage à son domicile. L'un des fils de Ma Jianmin déclara plusieurs fois que la mort de Ma Jianmin n'avait rien à voir avec le Falun Gong, et refusa que le Falun Gong soit mentionné dans le reportage. Cependant, CCTV ignora le fait qu'il avait des troubles mentaux et produisit l'histoire frauduleuse, «Éventré à la recherche d'une roue de la loi.»


Parmi les «1400 décès», ce cas particulier provoqua beaucoup de haine à l'encontre du Falun Gong, amenant le public à croire que les pratiquants de Falun Gong «s'ouvraient l'estomac pour chercher le Falun».


Article connexe (en anglais): «Comment le Parti communiste chinois a répandu des mensonges afin de persécuter le Falun Gong»:


http://clearwisdom.net/html/articles/2005/4/21/59903.html



Cas numéro 8: Liu Pinqing


L'après-midi du 22 juillet 1999, CCTV diffusa l'ordre du PCC d'interdire le Falun Gong. Le programme montra un homme appelé Liu Pinqing, qui était le directeur d'un commerce de machines d'élevage dans le village de Gushan, de la ville de Donggang, dans la Province du Liaoning. Le présentateur dît pendant le programme que Liu Pinqing s'était suicidé en se jetant dans un puit après qu'il ait "pratiqué" le Falun Gong. Selon les gens de sa région qui le connaissaient, Liu Pinqing avait perdu plus de 100 000 yuan dans son commerce. De plus, lui et sa femme avaient de très mauvaises relations et par conséquent, s'étaient séparés pendant longtemps. En de telles circonstances, Liu eut de graves troubles mentaux. À cette époque, quelqu'un lui présenta le Falun Gong. Il lut le livre, mais il ne commença jamais la pratique. Selon les gens de la région qui le connaissaient bien, il n'était pas du tout pratiquant de Falun Gong. Ses problèmes mentaux étaient dûs aux épreuves et circonstances défavorables subies par sa famille, véritable raison pour laquelle il se suicida.



II. Morts naturelles utilisées pour calomnier le Falun Gong


Selon l'Annuaire Des Statistiques Chinois, le taux de décès moyen en 1998 était de 0,0065% c’est-à-dire de 65 morts pour 10 000 personnes. De nombreux cas inclus dans les «1400 décès» étaient des morts naturelles. Ce qui suit est ce que les familles ont dit au sujet du décès des membres de leur famille.



Cas numéro 1: Ma Jinxiu


Selon la fille de Ma, «Avant qu'elle ne commence à pratiquer le Falun Gong, ma mère était gravement malade. Depuis que j'allais au lycée, elle avait demandé à la famille de s'occuper de mes deux sœurs et de moi au cas où elle mourrait. Elle avait eut du diabète pendant plus de10 ans et avait été victime d'une congestion cérébrale en 1994, et d'une autre en 1995. En 1996, elle commença à pratiquer le Falun Gong seule, et sa santé s'améliora grandement. Elle n'avait plus besoin de prendre des médicaments. En continuant à pratiquer les exercices du Falun Gong, à lire les livres du Falun Gong, et à essayer d'améliorer son caractère moral, elle se sentit mieux. Cela faisait des années qu'elle n'avait pas ressenti cela. Son visage déformé était effectivement revenu à son état normal!»


«Au milieu de l'année 1997, ma mère commença à expérimenter des douleurs dans son corps et alors on l'amena à l'hôpital ce jour-là. Ils nous dirent qu'elle était gravement malade et qu'elle pourrait bientôt mourir. Elle fut hospitalisée et décéda quelques mois plus tard. Les docteurs ont dit qu'elle était morte suite à un anévrisme cérébral.»


«Par la suite, j'ai entendu que Jiang et le 'Bureau 610' avaient parlé de «1400 cas de morts» où les gens étaient soi-disant morts à cause de la pratique du Falun Gong, cas dans lesquels celui de ma mère était inclus. Ma mère est clairement morte d'un anévrisme cérébral. Pendant qu'elle était hospitalisée, elle reçut une grande attention médicale et prit tous les médicaments que les docteurs lui avaient prescrits et elle reçut également beaucoup d'injections, mais malheureusement elle décéda. Alors, pourquoi n'ont-ils pas dit qu'elle était morte suite au traitement qu'elle suivait à l'hôpital? Comment les autorités ont-elles pu dire que ma mère était morte à cause de la pratique du Falun Gong juste parce qu'elle avait une fois pratiqué le Falun Gong ?»


Article connexe (en anglais): «1400 décès ou propagande du Parti?»:


http://clearwisdom.net/html/articles/2011/10/1/128695.html



Cas numéro 2: Li Fengxing


Li Fengxing vivait dans la ville de Wuchang, dans la Province du Heilongjiang, et était employée de l'Usine de médecine pour bétail. On lui diagnostica un cancer du sein en phase terminale au printemps 1998, lorsque la tumeur commença à suppurer. Sa jeune sœur pratiquait le Falun Gong depuis 1996, et toutes ses maladies avaient disparu. Elle alla persuader Mme Li Fengxiang de pratiquer le Falun Gong. Mme Li Fengxiang commença la pratique, et sa condition s'améliora, mais elle mourut en juin 1999. Son mari fit une fausse déclaration sous une grande pression. Sa sœur écrivit au site Minghui et déclara, «Si elle n'avait pas pratiqué le Falun Gong, ma sœur n'aurait pas pu vivre jusqu'en 1999.»


L'article complet: (en chinois seulement):


http://www.minghui.org/mh/articles/2004/10/3/85686.html


Cas numéro 3: Chen Yuping


Chen Yuping était un professeur de 34 ans de l'École de Dongmen du District de Huangzhou, de la ville de Huanggang, dans la Province du Hubei. En mars 1998, les docteurs lui ont diagnostiquè à trois reprises un cancer du foie, et on lui a dit qu'il lui restait peu de temps à vivre. Il n'avait jamais pratiqué le Falun Gong avant d'être malade. Sa femme l'encouragea à pratiquer le Falun Gong, sans considérer le fait que les personnes gravement malades ne pouvaient pas assister aux conférences du Falun Gong. Chen Yuping rejoignit le groupe de pratique dans le seul but de voir ses maladies guéries. Il mourut trois mois plus tard, comme les docteurs s'y attendaient.


L'article entier (en anglais): «Voir la vérité derrière l'un des soi-disant 1400 cas de morts: l'histoire de Chen Yuping»:


http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/4/27/9094.html



Cas numéro 4: Wang Ku


Wang Ku, un employé du gouvernement, avait contracté le virus de l'hépatite B. On le lui diagnostiqua en 1984, et il mourut en 1998 à cause d'une cirrhose du foie. Apparemment, ce cas n'avait rien d'inhabituel; cependant, le PCC le mit sur la liste des «1400 morts». Sa femme déclara, «La mort de mon mari a été publiée dans le journal afin d'attaquer le Falun Gong. Mon mari est mort d'une maladie du foie, et cela n'avait rien à voir avec le Falun Gong parce qu'il ne l'a jamais pratiqué.»


L'article entier (en anglais) «Mon mari n'a jamais pratiqué le Falun Gong, mais il a été mis sur la liste des 1400 exemples»:


http://clearwisdom.net/html/articles/2001/6/19/11552.html


III. Forcer les gens à calomnier le Falun Gong


Une fois que le régime de Jiang eût assigné la tâche de persécuter et de calomnier le Falun Gong aux hautes autorités du PCC ; beaucoup d'entre eux firent de leur mieux pour fabriquer des informations de afin d'élever leur position au sein du climat politique du PCC. Soudainement, la police promit de réduire des peines de prisons si des détenus criminels calomniaient le Falun Gong. Les autorités des hôpitaux promirent de réduire les honoraires médicaux si les patients diffamaient le Falun Gong. Quelques personnes se sont même fait passer pour des pratiquants afin de donner une mauvaise impression à la télévision ou aux médias.



Les assassins qui critiquent le Falun Gong échappent à la peine de mort


En 2000, la chaîne de télévision de la ville de Panjin de la Province du Liaoning fit un reportage au sujet de «Wei, une mère assassinée.» Le reportage disait que cette dame âgée avait passé sa vie à ramasser des déchets dans les beines à ordures. Sa fille au chômage passait son temps à jouer au Mahjong dans la ville de Haicheng. Dès que la fille n'avait plus d'argent elle en demandait à sa mère. Une nuit, lorque la vieille dame n'avait plus d'argent à donner à sa fille, cette dernière la tua.


Par la suite, les gens du Bureau de la Sécurité Publique dirent à la fille, «Tu devrais dire que tu pratiques le Falun Gong—si tu mets toute la faute sur le Falun Gong, nous annulerons ta peine de mort.» Les résidents locaux savaient qu'elle ne pratiquait pas le Falun Gong, mais les autorités les intimidèrent de manière à ce qu'ils gardent le silence.



CCTV promet au «bossu» Zhang Haiqing une réduction de 50% sur ses factures médicales


Zhang Haiqing, un homme infirme qui était bossu, menait une vie très difficile. Il avait un magasin de gravures dans la ville de Panjin, dans la Province du Liaoning, et il vivait à la campagne. Un jour, Zhang alla à l'Hôpital Xiehe de Pékin pour un traitement pour ses inflammations vertébrales. Sa femme raconta l'histoire suivante:


Lorsque le couple arriva à l'hôpital, il y avait une longue file d'attente au guichet d'inscription. Pendant qu'ils étaient en train d'attendre, un journaliste de CCTV arriva et dit aux gens sur place: «Quiconque apparaîtra sur CCTV pour calomnier le Falun Gong sera inscrit le premier et recevra aussi une réduction de 50% sur les frais médicaux.» Comme Haiqing était très anxieux à l'idée d'avoir un rendrez-vous, il répéta au journaliste de CCTV des mots calomniant le Falun Gong, et déclara que pratiquer le Falun Gong l'avait fait devenir bossu. Il fut inscrit le premier mais ne reçut jamais la réduction que CCTV lui avait promit. Sa femme a dit que CCTV avait menti, et les gens locaux savaient tous que Zhang n'avait jamais pratiqué le Falun Gong.


Article connexe (en anglais): «Des officiels fabriquent des accusations contre les pratiquants de Falun Gong dans la ville de Panjin dans la Province du Liaoning»:


http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/12/4/29349.html



Li Shuxian joue la comédie avant de mourir


Cet incident s'est produit dans le village de Cuijiatun, dans le quartier de Xinhua du District de Acheng, de la ville de Harbin dans la Province du Heilongjiang. Li Shuxian, une agricultrice, déménagea dans le quartier de Daling du District de Acheng après s'être mariée. À l'époque, la famille de Mme Li était très pauvre et ne pouvait pas payer ses dépenses médicales. Le directeur de l'hôpital dit à la famille que s'ils déclaraient que Li Shuxian avait attrapé la maladie à cause de sa pratique du Falun Gong, l'hôpital ne leur ferait pas payer le traitement médical et s'occuperait bien d'elle durant son séjour à l'hôpital. Séduits par l'offre, ils acceptèrent.


Peu après, un journaliste du Harbin's New Evening Press arriva à l'hôpital pour interviewer le mari de Li Shuxian. Le journaliste le prépara, et lui dit de s'entraîner à répéter l'histoire inventée: «Ma femme a attrapé la maladie à cause de la pratique du Falun Gong. Elle est devenue si maigre parce qu'elle refusait de manger en pratiquant 'Bigu' (le jeûne). À présent, elle a développé un ulcère gastrique, et nous n'avons pas d'argent pour payer les dépenses médicales.»



Tout cela étaient des mensonges: Li Shuxian n'avait jamais pratiqué le Falun Gong et dans le Falun Gong, on ne pratique pas 'Bigu'. Lorsque le journaliste fut satisfait de l'interprétation du mari de Li, il mena une interview filmée. Ainsi, une histoire fut créée dans le but de monter une machination contre le Falun Gong et de tromper les gens.



Avant le 30 juillet 1999, le Harbin New Evening Press publia l'histoire accompagnée d'une photo de la mère de Li la soutenant. Le titre disait: «Devenue un squelette vivant en pratiquant le Falun Gong.» Dans l'article, li Shuxian disait, "C'est le parti communiste qui m'a sauvé. C'est le journaliste qui m'a sauvé." Les autorités du quartier de Xinhua et du district gouvernemental de Acheng lirent l'article dans le journal et commencèrent à enquêter sur le cas. La sixième tante de Li Shuxian, Zhang Xiuli, fut emmenée au commissariat du quartier et interrogée par le policier local Hou Guofu. Hou a dit: «Aviez-vous enseigné la pratique du Falun Gong à Li Shuxian?» Zhang Xiuli répondit: «Non, je ne lui jamais enseigné quoi que ce soit du Falun Gong.» Elle fit aussi un rapport écrit. La suite de l'enquête prouva que Li Shuxian n'avait jamais pratiqué le Falun Gong.



Cependant, après avoir reçu le «traitement spécial» de l'hôpital, la maladie de Li Shuxian empira, et elle eut des convultions à plusieurs reprises. Finalement, l'hôpital la mit dehors de force et elle dut rentrer chez elle. Li Shuxian mourut peu de temps après; cependant, l'histoire inventée fut largement reprise par les médias, tels que Harbin TV, Heilongjiang TV, et le programme télévisé de CCTV «Des millions de familles». Par la suite, elle fut mise sur la liste des «1400 cas de morts». Dans un centre de lavage de cerveau du District de Acheng, ils essayèrent de montrer le vidéo clip aux pratiquants de Falun Gong. Les pratiquants leur dirent, «Cela s'est passé près de chez nous, et nous savons tous que c'est un mensonge créé dans le but de tromper les gens. Vous le savez aussi. Cela n'est pas la peine de nous le montrer!» Peu de temps après, le personnel arrêta de diffuser cette vidéo.


L'article complet « Perspectives sur les “1400 cas de morts fabriqués” – Li Suxian joue un acte avant sa mort »:


/news/1109/26/E128309_20110924_fr.html



Comment CCTV a utilisé la mort d'une femme malade mentale pour calomnier Falun Dafa


Du Weiping, 22 ans, était une ancienne résidente de la ville de Dadianzi, de l'agglomération de Tieling, et souffrait de maladies mentales. Bien que Du était allée voir de nombreux médecins, incluant des shamans, ses problèmes mentaux persistaient. Ses parents l'emmenèrent aussi dans une église chrétienne, espérant que sa condition s'améliorerait; cependant, cela n'entraîna aucun soulagement. Après que tous les remèdes possibles ait échoué à soigner la psychose de Du; ses parents l'encouragèrent à apprendre le Falun Gong. Du pratiqua le Falun Gong pendant environ deux mois, et sa condition s'améliora de façon significative.


Du arrêta la pratique avant même d'avoir appris tous les exercices. Moins d'un an après avoir arrêté de pratiquer, ses maladies mentales réapparurent. Les parents de Du l'emmenèrent de nouveau voir de nombreux soigneurs alternatifs, mais sa situation continua à empirer. Le dernier guérisseur qu'ils trouvèrent demanda à rester seul avec Du dans une chambre pendant trois jours. Le guérisseur dit que personne ne serait autorisé à s'approcher d'eux. Subitement, avant que les trois jours ne se terminent, Du mourut en août 1999.


Lorsque la police locale apprit la mort de Du, ils se précipitèrent au domicile de Du accompagnés d'une équipe de journalistes. Li Weimin, l'adjoint du chef du commissariat de la ville de Tieling, et Cui Daxin, le directeur de la chaîne de télévision de Tieling, allèrent parler à la famille de Du. Ils menacèrent et amadouèrent les parents de Du afin qu'ils mentent. Ces derniers furent forcés de dire que Du était morte à cause de la pratique du Falun Gong. On promit aux parents de Du que s'ils mentaient durant l'interview télévisée, ils seraient récompensés de 5000 yuans. Par la suite, les parents de Du se rendirent à la chaîne de télévision de Tieling pour réclamer l'argent. Cependant, leur demande fut rejetée. Un directeur de Tieling TV refusa de verser l'argent, disant: «Vous êtes passés à la télévision. Je ne vous ai rien fait payer, et en plus vous venez pour me demander de l'argent?»


L'article complet (en anglais): «Comment CCTV utilisa la mort d'une femme atteinte de maladie mentale pour calomnier le Falun Dafa» disponible au lien suivant:


http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2002/9/17/26610.html



Un père brutalement battu pour qu'il accuse le Falun Gong de la mort de sa fille


M. Shi Zengshan vit dans la ville de Taoxu, du canton de Mengyin, dans la Province du Shandong. Sa fille est morte de maladie. Depuis son jeune âge, elle souffrait de nombreuses maladies. Une fois, elle tomba dans le coma pendant plus de deux heures à l'âge de deux ans. Elle contracta une arthrite rhumatisante en 1995. Pendant l'hiver 1996, elle commença à pratiquer le Falun Gong avec d'autres personnes de sa famille, et au début, sa santé s'améliora. Au printemps 1999, elle arrêta de pratiquer le Falun Gong. Après cela, ses anciennes maladies réapparurent et elle se rendit à l'hôpital à plusierus reprises. Les docteurs conclurent qu'elle était morte d'un empoisonnement des vaisseaux rhénaux, et que sa mort n'avait rien à voir avec le Falun Gong.



Le Bureau de Propagande du PCC du Canton de Mengyin rédigea une déclaration disant qu'elle pratiquait le Falun Gong, qu'elle n'était pas autorisée à prendre des médicaments, et qu'elle était morte. Ils demandèrent à M. Shi de coopérer et de lire cette déclaration à la télévision. Au debut, Shi refusa parce qu'il ne voulait pas trahir sa conscience. Mais le gouvernement de la ville rassembla un groupe de voyous qui le battirent cruellement. M. Shi fut forcé de coopérer et mentit à la télévision, quelque chose qu'il a regrettédepuis.


L'article complet (en anglais) «Qui est finalement pervers?»:


http://www.clearwisdom.net/emh/articles/2001/3/26/5579.html



La police demanda à Zhang Qinghe de calomnier le Falun Gong afin d'échapper à sa condamnation


Zhang Qinghe est un ouvrier de la ville de Mudanjiang, dans la Province du Heilongjiang. Il avait de nombreuses maladies et avait besoin d'une réserve de huit mois d'herbes médicinales. Lorsqu'il ne pouvait pas payer ses médicaments, il essaya d'acheter les ingrédients lui-même selon l'ordonnace du médecin. Il rajouta deux sortes d'herbes médicinales lui-même, ce qui le perturba mentalement et lui fit perdre le contrôle. Un jour, il essaya de se suicider mais sa sœur et sa mère le trouvèrent, et essayèrent de l'en empêcher. Il tua l'une d'entre elles et blessa l'autre. Les officiers du Département de Police du District de Aimin le forcèrent plusieurs fois à dire qu'il pratiquait le Falun Gong, et que cet indicent était le résultat de sa pratique. Ils lui dirent que s'il disait cela, il pourrait échapper à sa condamnation.


L'article complet (en chinois seulement) disponible:


http://www.minghui.org/mh/articles/2000/3/9/3736.html



● «Un homme se pend à un derrick», et meurt après que l'administration du marché l'ait malmené


Un autre exemple compris dans les «1400 cas de morts» était «L'homme qui se pend à un derrick». Les médias du PCC déclarèrent qu'il s'était pendu à cause de la pratique du Falun Gong. En réalité, il était agriculteur dans une banlieue de Jilin, dans la Province du Jilin, et gagnait sa vie en réparant des vélos. Il ne s'était pas acquitté des démarches administratives pour son petit commerce, et ses outils lui furent confisqués par l'administration du marché. Il ne put supporter la pression, et se pendit. Tous les voisins savaient qu'il n'avait jamais pratiqué le Falun Gong. Sa famille décida d'intenter un procès contre l'administration du marché pour la pression qu'ils lui avaient causé, mais dans l'optique de diffamer le Falun Gong, le gouvernement local fut d'accord pour leur donner une compensation s'ils déclaraient qu'il était pratiquant de Falun Gong. La police disposa délibérément une photo du fondateur du Falun Gong et deux bouteilles de liqueur près du corps et prit des photos pour avoir des preuves. Comme ils ne savaient pas qu'un vrai pratiquant de Falun Gong ne buvait pas d'alcool, le mensonge échoua de lui-même.


Article connexe (en anglais): «Des fonctionnaires corrompus du Gisement Pétrolier du Nord de la Chine diffament le Falun Gong et persécutent les pratiquants»:


http://clearwisdom.net/html/articles/2005/1/28/56974.html


Le 2 novembre 2011



Traduit de l'anglais


Version anglaise: http://www.clearwisdom.net/html/articles/2011/11/2/129156.html
Version chinoise: http://www.minghui.org/mh/articles/2011/10/7/247603.html