Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

Centre de données de Minghui.org

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

286,925,708 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2017 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


1 400 décès ou propagande du Parti ?

 

 

(Minghui.org) Bien qu'il n'y ait pas d'accusation prononcée par les autorités chinois plus obsédante que celle disant que le Falun Gong conduit à des problèmes de santé, la maladie mentale, le suicide et la mort, il n'existe non plus aucune déclaration plus trompeuse et imaginative. Le Falun Gong s'est révélé posséder une grande efficacité pour guérir, gagnant même les applaudissements et l'approbation d'un grand nombre de scientifiques d'élite de Pékin et de professionnels médicaux. (voir A5) Plusieurs enquêtes sur la santé ont conclu que la pratique du Falun Gong est efficace pour guérir les maladies plus de 90 % du temps (avec un « taux de guérison » proche de 60 %) et améliore grandement la santé mentale et la qualité de vie dans l'ensemble. (voir A3-A5) L'immense popularité du Falun Gong, qui s'est rapidement développée, est en fait en grande partie due à ses bienfaits sans précédent pour la santé. En fait, c'est ce qui a conduit les autorités chinoises à parrainer la pratique dans ses quatre premières années, avant que les vents politiques ne tournent défavorablement. Cependant, malgré les récentes allégations effrayantes des autorités chinoises, il n'existe tout simplement aucune preuve à l'appui que le Falun Gong puisse se révéler préjudiciable. Les « preuves » que le régime a fournies sont très suspectes, de même que les multiples cas de soi-disant « décès induits par le Falun Gong » qui ont été étudiés de façon indépendante se sont avérés fictifs. (voir A1-A2)

 

Qui plus est, la prétendue explication de « causalité » pour les effets secondaires supposés du Falun Gong se fondent sur une de ces deux déclarations fictives. La première est la suggestion d'un certain lien de causalité caché entre la pratique du Falun Gong et la psychose ou des tendances suicidaires. Il s'agit d'une déclaration pour laquelle il n'existe cependant aucun fondement médical connu ni de base juridique et aucun n'a été proposé par les autorités chinoises. Si un tel lien de causalité devait être établi, il aurait rapidement orné les couvertures des revues médicales d'est en ouest. Une variété d'histoires ont été conçues pour « illustrer » les effets mortels du Falun Gong. Mais quand elles sont examinées à la lumière des enseignements de M. Li et d'une analyse minutieuse, elles s'avèrent très imaginatives et trompeuses. Une comparaison statistique des taux de mortalité dus au suicide dans la population en général par rapport à ceux des pratiquants de Falun Gong (comme le prétend le régime chinois) révèle que le Falun Gong sauve probablement quelque 10 000 pratiquants du suicide chaque année.

 

Ensuite vient la déclaration des autorités chinoises centrales selon laquelle M. Li Hongzhi interdit aux pratiquants de Falun Gong la prise de médicaments et les exposant au risque. L'examen des enseignements de M. Li révèle qu'il s'agit d'une fabrication totale, comme il n'a jamais empêché - et ne pourrait empêcher - les pratiquants d'avoir recours à des soins médicaux. En interdisant le Falun Gong, le régime chinois est donc en train de « protéger » les Chinois d'une chose qui n'existe pas. Lorsque les statistiques des autorités chinoises de « 1 400 décès dus au Falun Gong » sont ici analysées selon leurs propres termes, elles sont à nouveau défaites, prouvant exactement le contraire de ce que voulaient montrer les autorités. En utilisant le taux de mortalité de la Chine pour 1998, nous pourrions nous attendre que sur 70 millions de pratiquants du Falun Gong, environ 455 000 personnes meurent. Le régime chinois affirme qu'aucun pratiquant n'est autorisé à prendre de médicaments. Tout pratiquant de Falun Gong qui meurt est donc inclus dans les « 1 400 décès dus à la psychose, au suicide et ayant refusé des soins médicaux », comme il ou elle aurait soi-disant refusé des soins médicaux, même en mourant. Le régime affirme ici un lien de causalité. Selon les statistiques officielles du régime chinois, le Falun Gong aurait très probablement sauvé environ 454 000 vies dans la seule année 1999 ! Depuis, quelques enquêtes ont montré que jusqu'à 68 % des pratiquants ont plus de 50 ans, on pourrait s'attendre à un taux de mortalité chez les pratiquants qui soit encore plus élevé que celui de la population en général, a fortiori si ces pauvres « victimes de sectes » renoncent à des médicaments essentiels.

Si les enjeux des accusations du régime chinois n'étaient pas si élevés, ils pourraient même se révéler amusants pour leurs qualités fantaisistes et illogiques. Depuis que ces allégations, toutefois erronées, ont trouvé leur place dans les médias occidentaux et fait l'objet de plusieurs publications du régime chinois en langue anglaise, nous vous proposons ici des clarifications.

 

1. Les enseignements du Falun Gong sur les médicaments et les soins médicaux

 

Le Falun Gong est plus précisément appelé « cultivation pratique » (xiu lian) (beaucoup plus proche de la « cultivation de soi » en Occident), mais il est plus génériquement une forme de pratique du qigong car il a cinq séries d'exercices doux de qigong. En tant que cultivation pratique, l'accent dans la pratique du Falun Gong est placé sur l'élévation du xinxing (caractère moral ou « nature du cœur et de l'esprit »). La cultivation du xinxing est principalement une question de s'assimiler à la nature essentielle de l'univers : Authenticité, Bienveillance et Tolérance. Cette assimilation est le but de la cultivation pratique, qui permet à son tour au pratiquant de développer sa sagesse et d'atteindre « l'illumination » - une aspiration fondamentale des pratiques spirituelles orientales, comme le taoïsme, le bouddhisme, etc. L'objectif du Falun Gong n'est donc pas la santé et la forme physique, comme dans les pratiques conventionnelles de qigong. Néanmoins, la guérison survient souvent en résultat de la cultivation du xinxing dans la pratique du Falun Gong. Par conséquent, beaucoup de gens ont été attirés par le Falun Gong pour ses capacités de guérison.

 

M. Li Hongzhi, l'enseignant du Falun Gong, a clairement expliqué à d'innombrables reprises que le but de la pratique du Falun Gong n'est pas de guérir ses propres maladies. Il a été explicite à ce sujet à la fois dans ses écrits et ses conférences et a refusé d'admettre les patients gravement malades dans ses conférences et ses enseignements. Dans le livre le plus largement lu du Falun Gong, Zhuan Falun, M. Li a déclaré :

 

« Je ne parlerai pas ici du traitement des maladies ; d’ailleurs nous ne traitons pas les maladies. »

 

Il poursuit plus loin :

 

« Certains sont venus ici uniquement pour se faire soigner. Les personnes atteintes de maladies graves, nous ne les admettons pas à notre stage, car elles sont incapables d'abandonner leur désir d'être soignées, elles sont incapables d'abandonner la pensée qu'elles sont malades.[...] Pour lui, il n'est pas possible de cultiver et pratiquer. »

 

De même, M. Li a indiqué que les patients atteints de maladies mentales graves (psychose) ont l'interdiction d'assister à ses cours ou de pratiquer le Falun Gong. Comme leur esprit n'est pas sain ou équilibré, ils sont incapables de se contrôler. Une exigence stricte pour pratiquer le Falun Gong (et pas différente du qigong en général), c'est qu'une personne doit avoir la maîtrise de soi, à la fois mentale et physique. Elle doit avoir la vivacité d'esprit et être consciente de l'endroit où elle se trouve et ce qu'elle fait à tout moment. Si une personne ne peut pas répondre à ces exigences, elle ne peut visiblement pas se conduire selon les critères d'un pratiquant et suivre le principe supérieur de Authenticité, Bienveillance, Tolérance. L'illumination exige l'amélioration de soi et le développement de la sagesse, deux choses impossibles sans la maîtrise de soi. M. Li a été ferme : les personnes souffrant de psychose ou de maladies mentales doivent chercher de l'aide ailleurs. Néanmoins, les personnes ayant des maladies mentales mineures bénéficient fortement de la pratique du Falun Gong. (voir A3-A5)

 

Un deuxième problème nécessitant une clarification est la relation entre la pratique du Falun Gong et prendre des médicaments. Le régime chinois a affirmé à plusieurs reprises que M. Li interdisait à tous les pratiquants de Falun Gong de prendre des médicaments en les exposant à de grands risques voire même les menant à des morts tragiques. Au plus fort de la répression du Falun Gong, le China Daily, un journal anglais aux mains des autorités chinoises, a fait paraître quatre articles entiers diffamant le Falun Gong et M. Li. Il allait aussi loin que de « rapporter » que : « En diffusant ces idées fallacieuses, M. Li a véritablement signé un contrat de vie et de mort avec ses disciples, qui doivent obéir à toutes ses instructions et compter sur lui pour tout. Il leur interdit de lire d'autres livres ou d'apprendre d'autres théories et les prive de la possibilité de choisir entre le bien et le mal... M. Li oblige ses pratiquants à suivre ses idées fallacieuses. » [1] Et pour la campagne anti-Falun Gong, forcer les adeptes à ne pas prendre de médicaments est apparemment le plus grand crime. Ces rapports se méprennent totalement sur la question, mais suggèrent la dépendance sectaire et la suspension de tout choix personnel. Sans parler que cela fausse gratuitement ce que M. Li a enseigné et comment les pratiquants ont considéré ses enseignements.

 

Considérons les propres mots de M. Li sur la question de prendre des médicaments, comme indiqué dans Falun Gong de Chine (le premier livre introductif). En réponse à la question : « Faut-il encore prendre des médicaments dès qu'on est initié à la pratique ?  » M. Li a répondu : « C'est tout à votre sens de l'éveil. ». En outre, dans une conférence de la Ville de New York en 1997, qui a depuis été lue par la plupart des pratiquants, M. Li a déclaré :

 

« Une personne ordinaire doit prendre des médicaments quand elle tombe malade. Pour un pratiquant, ce n'est pas non plus que je veuille absolument que vous ne preniez pas de médicaments. »

 

Il a continué son discours en ajoutant :

 

« Certaines personnes veulent saboter Dafa, et sur la question de la prise de médicaments, ils disent, 'nous ne sommes pas autorisés à prendre des médicaments une fois que nous commençons à pratiquer cette méthode'. En fait, ce n'est pas que je ne vous autorise pas à prendre des médicaments. » [2]

 

Malheureusement, le régime chinois et les médias se sont en quelque sorte senti autorisés à traduire ces enseignements pour leur faire dire exactement l'opposé.

 

La confusion sur cette question découle du fait que tant de pratiquants de Falun Gong choisissent de ne plus prendre de médicaments après le début de la cultivation-pratique. Le terme clé ici est « choisir ». Comme dans toutes les autres facettes de la pratique du Falun Gong, comment l'on gère sa santé est un choix libre. Puisque chaque pratiquant de Falun Gong devient ou est en bonne santé, ils ont juste choisi de ne pas prendre de médicaments. C'est aussi simple que cela : pourquoi voudrait-on prendre des médicaments si l'on se sent en bonne santé ou si l'on n'estime pas que son corps a une maladie ? Plusieurs grandes enquêtes de santé réalisées en Chine corroborent de tel comportements, les résultats suggèrent que la pratique régulière du Falun Gong est en soi une « bonne médecine ». (Voir A3-A5)

 

Il suffit de dire, sur la question de la prise de médicaments, qu'un pratiquant du Falun Gong est totalement libre de décider pour lui-même ou elle-même - prendre des bonnes décisions est au cœur de la pratique de la cultivation. Si un membre de la famille non-pratiquant ou un jeune enfant tombe malade, le pratiquant n'hésiterait pas une seconde à l'emmener pour un traitement médical approprié. À croire que M. Li pourrait « contrôler » les décisions quotidiennes des pratiquants en Chine, alors qu'en fait, M. Li n'a pas donné une conférence publique en Chine depuis 1994, est tout simplement absurde. En outre, faire ainsi porterait atteinte à la pratique qu'il a enseigné aux étudiants. Le gouvernement chinois affirme que M. Li se croit tout-puissant, et pourtant, ironiquement, c'est le gouvernement qui lui accorde les plus puissants pouvoirs supranormaux.

 

Avec un peu de connaissances sur le Falun Gong et sur la question des médicaments, on peut s'opposer de manière critique à la prétention du régime chinois que le Falun Gong provoque la maladie mentale, le suicide et la mort de ses pratiquants.

 

2. L'examen des prétendus « 1 400 décès » et les torts causés par le Falun Gong

 

Selon des sources du régime chinois et les médias officiels gérés par l'État, le nombre officiel de décès attribués au Falun Gong a été récemment ramené à 1 400. Malgré des demandes répétées pour plus d'informations sur ces statistiques, les sources chinoises n'ont pas été en mesure de fournir les sources ou les méthodes utilisées pour le calcul de ce nombre. Le nombre semble assez élastique et mystérieux pour ceux qui ont suivi la répression, comme les premières statistiques proposées par le régime chinois était près de la moitié de ce nombre, 743. [3] Au début de la répression, un porte-parole du ministère de la Sécurité publique a déclaré que la « superstition » et la « sorcellerie » répandues par M. Li et le Falun Gong étaient à blâmer pour le décès de ces 743 « adeptes » qui avaient refusé le traitement médical, ont commis un meurtre ou se sont suicidés. [4] Ce qui est encore plus étrange, c'est que, dans le Falun Gong sept ans avant la persécution, aucun de ces prétendus 743 ou 1 400 cas n'ont jamais été signalés. Le nombre vient de paraître, mystérieusement, avec de nombreux autres actes d'accusation. Il convient de rappeler que le Falun Gong a été promu par le régime pendant plusieurs années en raison de ses bienfaits profonds pour la santé. Se pourrait-il vraiment que la pratique de Falun Gong ait soudainement dévié à travers le pays dans les trois ou quatre dernières années ? À en croire les chiffres et les explications du régime chinois, un certain nombre de questions demandent examen et analyse.

 

a. Une déclaration que le Falun Gong induit la psychose et le suicide

 

Tout d'abord, nous pouvons examiner la déclaration que le Falun Gong « a causé » une maladie mentale grave, entraînant même un comportement irrationnel, le suicide et la mort. Selon le régime chinois : « Depuis le début de la pratique du Falun Gong, beaucoup de gens ont perdu leur appétit, certains semblaient désorganisés dans leurs paroles et leurs comportements et certains sont devenus paranoïaques. D'autres encore se sont retrouvés souffrant d'hallucinations. Un certain nombre de gens ont sauté dans les rivières ou du hat d'immeubles ou se sont suicidés par d'autres moyens. Certains ont même cruellement blessé ou tué des parents et des amis ». [5]

 

Cette affirmation dramatique est de la propagande plus effrayante que la réalité. Le premier terme clé est « causé ». Les raisons derrières les maladies mentales sont très complexes. La science médicale moderne refuse en effet de parler de façon simpliste avec un langage réductionniste en ce qui concerne l'étiologie de la maladie mental ; le gouvernement chinois apparemment considère le grand public trop ignorant pour qu'il remarque son discours pseudo-médical. L'emploie d'un langage sauvage sur la maladie mentale pour attaquer le Falun Gong n'est pas conforme aux connaissances médicales de base et n'a aucun fondement juridique. Le gouvernement propose une rhétorique, pas des faits scientifiques. S'il y a un lien entre la pratique du qigong et la maladie mentale, il existe dans les pages du folklore chinois et non pas dans la littérature médicale. De postuler que la pratique du Falun Gong fonctionne mécaniquement en quelque sorte pour provoquer la psychose est irresponsable et trompeur. Si les propos du régime chinois au sujet de présumés, désagréables effets secondaires psychiatriques du Falun Gong étaient vrais, on peut se demander comment des millions de personnes continueraient ou commenceraient cette pratique - en particulier quand il existe un choix alternatif de nombreux autres qigong et taiji.

 

La question n'est pas que la maladie mentale est un problème grave auquel est confrontée la Chine d'aujourd'hui : Plus de 16 millions de patients souffrant de troubles mentaux sont répartis dans l'ensemble des professions et des groupes sociaux de la société chinoise [6]. La grande question, cependant, consiste à attribuer la maladie mentale au Falun Gong. Peut-on s'attendre à ce qu'aucune de ces 16 millions de personnes ayant décidé de pratiquer le Falun Gong, indépendamment de la mise en garde de M. Li pour les personnes souffrant de troubles mentaux, ne l'ait fait ? Étant donné que tous les documents de Falun Gong ont été pendant des années disponibles à un faible prix, que tous les documents sont disponibles pour consultation libre ou téléchargement sur l'Internet et que personne ne vous empêche de pratiquer (car il n'y a pas d'organisation, de dirigeants ou d'appartenance), il est très probable que certaines de ces personnes adoptent la pratique du Falun Gong. Ces personnes, comme M. Li a dit, ne sont pas adaptées à la pratique. Il leur est impossible de saisir les principes du Falun Gong et de les respecter, le malade mental ne bénéficiera pas des bienfaits sur la santé caractéristiques au Falun Gong. Leurs problèmes de santé mentale ne trouveront pas non plus de soulagement. Malheureusement, ils vont obligatoirement subir les mêmes symptômes et défis qu'avant, comme ils ne sont certainement pas d 'authentiques pratiquants de Falun Gong, conscients d'eux-mêmes. Quand ils commettent des mauvaises actions ou se font du mal, peut-on porter le blâme sur le Falun Gong ? S'ils allaient à l'église, devraient-on blâmer le christianisme pour leurs comportements ? Simplement, on ne peut pas affirmer un lien de causalité lorsqu'au mieux, il pourrait exister une affiliation.

 

Le régime chinois a également commis une erreur avec sa rhétorique sauvage en affirmant que certains de ces prétendus « 1400 décès » sont des suicides induits par le Falun Gong. Tout d'abord, on peut dire que là où il y a suicide il y a un trouble mental ; probablement qu'il y a une certaine forme de maladie mentale, que ce soit commun (comme dans la dépression) ou sévère (comme dans la psychose). Maintenant, si il n'y a aucune base médicale connue pour affirmer que le Falun Gong pourrait induire la maladie mentale, comment peut-on aller aussi loin que de suggérer qu'il conduit au suicide ? Même le gouvernement chinois n'a pas essayé de dire que le Falun Gong est une pratique autodestructrice, comme chaque page des enseignements de M. Li Hongzhi disent le contraire. [7] Au moins, on peut dire que le suicide a une game de déclencheurs très complexes, pas facilement identifiables. On est donc encore laissé à supposer qu'il existe un mécanisme de causalité, avancé par les autorités chinoises. Une telle affirmation est encore plus fantaisite et ce n'est pas la peine de poursuivre plus loin.

 

Mais pour les fins de la discussion, nous pouvons prétendre - uniquement pour illustrer l'absurdité du nombre « 1 400 » - qu'un nombre de 100 cas de ces décès présumés étaient en effet survenus par le suicide. Laissant de côté la question de la causalité, nous pouvons examiner la question du suicide en Chine dans une perspective plus large : celle des statistiques démographiques. Pour l'année 1999, en Chine, quelque 200 000 personnes se sont suicidées. [8] Comme la population de la Chine en 1998 était de 1,25 milliards, [9] , cela signifie que le taux de mortalité de décès par suicide en Chine est de 0,16 (soit 16 personnes sur 100 000 mourraient de suicide). Cela signifie que si l'on devait prendre un échantillon aléatoire de la population, on pourrait s'attendre que 16 des 100 mille personnes meurent dans une année donnée de suicide. Nous pouvons affirmer que le Falun Gong comptait 70 millions de pratiquants au début de 1999 [10] (Note :70 millions est probablement une estimation prudente, que le gouvernement chinois a lui-même estimé par le biais d'un recensement au début de 1999, que le nombre de pratiquants se situait entre 70 -100 000 000.) Si ce groupe de pratiquants ne pratiquaient pas le Falun Gong et étaient membres de la population en générale, on peut projeter que 11 200 seraient morts par suicide en 1999. Selon ce qui est censé être « les faits » incriminant du gouvernement chinois cependant, peut-être à peine quelque 100 pratiquants sont morts par suicide en sept ans (note : le nombre 1400 est pour les décès présumés sur 7 ans d'histoire du Falun Gong de 1992-1999). Dans l'évantualité que la totalité de ces décès présumés soient comptés dans la seule année 1999, on pourait encore dire que le Falun Gong aurait sauvé environ 11 100 vies. Donc, avoir un certain nombre de décès de 1 400 en 7 ans serait-ce apparemment par suicide dans une population de 70 millions de personnes (pratiquants) est remarquable, comme on aurait pu s'attendre à plus de 11 000 morts en un an seulement. Le Falun Gong pourrait être considéré comme étonnamment efficace dans la prévention du suicide quand on l'examine sous cet angle. Plusieurs enquêtes sur la santé effectuées sur des pratiquants de Falun Gong en Chine confirment que le Falun Gong est extrêmement bénéfique pour la santé mentale. (voir A3-A5 )

 

À part tous les chiffres, assassinat ou suicide - ou même simplement nuire à autrui intentionnellement - sont des actes tout à fait incompatibles avec les principes du Falun Gong. Avec la pratique guidée par Authenticité, Bienveillance et Tolérance, des actes qui nuisent aux autres sont totalement inacceptables. Voilà pourquoi il reste encore à trouver un seul cas d'un pratiquant de Falun Gong qui a riposté à des abus pendant la persécution, c'est pourquoi l'incident de Zhongnanhai était peut-être le rassemblement de 10 000 personnes, pour un appel, le plus paisible de toute l'histoire, c'est pourquoi les pratiquants ne commettent pas d'actes de violence - envers eux-même ou autrui. M. Li a été explicite à ce sujet, indiquant que l'on est mieux de ne même pas chasser un moustique, car il s'agit même d'un acte de violence pour un pratiquant de Falun Gong. Si un « pratiquant » se suicide ou assassine, il y a quelque chose qui cloche avec cette personne et elle est loin d'être un pratiquant de Falun Gong. Très probablement, cette personne était une de ces personnes psychotiques qui a à tort pratiqué le Falun Gong. Mais cela ne signifie pas qu'il y a un lien entre les deux, encore moins un lien de causalité.

 

Si quelqu'un viole les règles d'une organisation, d'une religion ou d'un club, il pourrait ne plus être considéré comme un membre de ce groupe. Si une personne viole une règle sérieuse de la société, elle est emprisonnée pour cela et n'est plus considérée comme un membre de cette société. Le Falun Gong, une pratique sérieuse, a quelques principes sérieux auxquels l'on doit prêter attention. Même pour ceux-ci cependant, le choix revient à l'individu de décider de les suivre. Mais si une personne décide de ne pas le faire, comment peut-il être considéré comme un pratiquant de Falun Dafa ? Comprendre les principes est un aspect essentiel du Falun Gong. Les gens qui violent ces principes ne sont pas considérés comme des pratiquants et ces malheureuses personnes souffrant de psychose n'ont jamais été considérées comme des pratiquants.

 

Quand les gens sont libres de faire des choix individuels, certaines personnes irresponsables pourraient faire des choix irresponsables. Mais quand les choix sont complètement à l'opposé de ce que la cultivation-pratique enseigne, la pratique ne peut pas être blâmée. Si un enseignant enseigne quelque chose et que l'étudiant choisit de faire le contraire, faut-il pointer l'enseignant ou l'élève ? Cela devrait être évident.

 

Cela n'a pas empêché les autorités chinoises d'employer une logique tordue. Si le régime chinois peut démontrer médicalement les mécanismes par lesquels le Falun Gong induit un soi-disant comportement psychotique chez des personnes auparavant en bonne santé, il va dépasser une nouvelle frontière en psychiatrie. De tels résultats seraient sans doute découvert rapidement dans des revues médicales prestigieuses. Mais jusqu'à présent, ils ont seulement été trouvés au milieu de la propagande venimeuse concoctée par les médias gérés par l'État en Chine. De telles affirmations ne peuvent pas être prises au sérieux. Effectivement, les prétendument « cas » qui ont été soumis à une enquête indépendante n'ont révélé que de la falsification. (voir A1-A2) Jusqu'à ce jour peu probable, les gens feraient mieux de se fier aux statistiques de plusieurs grandes études médicales qui ont trouvé la pratique du Falun Gong très bénéfique pour le bien-être mental. (voir A4-A5)

 

b. La déclaration que le Falun Gong cause la mort en raison de l’abstention de la prise de médicaments

 

Comme déjà discuté dans la partie 1 (« les enseignements de Falun Gong sur les médicaments et les soins médicaux »), M. Li et son Falun Gong ont toujours affirmé sans équivoque que les gens doivent prendre leurs propres décisions sur la recherche des traitements médicaux ; on peut aussi prendre connaissance des écrits de M. Li, des conférences et interviewer des pratiquants du Falun Gong pour soi-même se le confirmer. Qui plus est, comme indiqué, la validité des « cas » présumés à cet égard est également discutable. Dans cette partie, ce que nous aimerions faire, c'est d'emmener l'argument un peu plus loin et examiner les questions de traitement médical, des complications médicales et la mort en relief statistique par le biais de données démographiques. Dans cette optique, l'image est la même : le gouvernement chinois manipule des chiffres pour servir son agenda politique.

 

Donc, ici, nous allons examiner le cas durégime chinois selon ses propres termes, l'examen de la possibilité de ses chiffres. Tout d'abord, pour les besoins du raisonnement, nous allons imaginer que 1 400 pratiquants de Falun Gong sont morts pour avoir renoncé à un traitement médical et que ces morts ont tous eu lieu en quelque sorte en 1999 (même si cela est en fait sur un total de sept ans), nous allons permettre généreusement que le nombre initial de 743 était une sorte d'erreur de calcul. Parallèlement à cela, nous allons supposer que tous les pratiquants de Falun Gong ne peuvent pas prendre des médicaments, selon le gouvernement chinois, la grande majorité opte pour ne pas en prendre de toute façon, il est donc très juste de dire que la mort de tous les pratiquants en 1999 aurait dû être inclus dans ce chiffre de « 1 400 ». La prochaine supposition est que 70 millions de personnes pratiquaient le Falun Gong en Chine à l'époque de l'interdiction. Notamment, la grande majorité des pratiquants de Falun Gong est venue à la pratique avec un certain nombre de maladies, cherchant souvent un soulagement de leurs symptômes grâce à la cultivation, beaucoup étaient atteint d'une maladie chronique qui avait résisté aux efforts de traitement médical conventionnel. Il faut aussi noter que la plupart des pratiquants étaient des retraités, des personnes âgées, la mort et la maladie, bien sûr, étant beaucoup plus près de ce segment de la population. Certaines choses surprenantes peuvent être déterminées à partir de ces suppositions.

 

Considérons l'analyse qui suit sur la question de l'abstinence de médicaments pour l'année 1999 seulement. Ce que nous demandons ici c'est : Qu'est-ce qui serait arrivé si ces pratiquants avaient demandé un traitement médical tout en pratiquant le Falun Gong, plutôt que de s'en abstenir ? Sur les 70 millions de pratiquants de Falun Gong qui se sont chacun, paraît-il, abstenus de traitement médical, 1 400 sont décédés. Cela signifie qu'un minuscule 0,02 pratiquants de Falun Gong sont morts pour 1000 qui le pratiquent (Taux de mortalité de 0,02). Maintenant considérons qu'aux États-Unis quelque 140 000 personnes meurent dans une année donnée en raison des effets indésirables des médicaments (EIM), tandis qu'un autre 98 000 meurent d'erreur médicale [11] ; cela mène le total des décès dus à un traitement médical à 238 000 par an. Dans une population de 268 millions [12], ce qui équivaut à 0,89 personnes qui meurent pour 1000 (0,89 Taux de mortalité). Pour être généreux, nous supposerons que la médecine en Chine est aussi avancée qu'aux États-Unis, bénéficiant de nombreux contrôles de qualité et de vérifications et d'organismes de réglementation, etc. Ainsi, nous figurons que les mêmes risques sont impliqués en Chine en allant à l'hôpital pour un traitement médical. Donc, si cette population de 70 millions devait connaître le même taux de mortalité par voie d'une erreur médicale et EIM que la population des États-Unis (0,89), on pourrait s'attendre à un énorme 62 300 morts ! Cela signifie que par le simple fait de s'abstenir de médicaments et de pratiquer leurs exercices, les pratiquants de Falun Gong ont changé leur nombre de décès annuel prévu (en raison de complications médicales) de 60 900. En d'autres termes, il semblerait que le Falun Gong n'est pas tellement meurtrier mais plutôt miraculeux.

 

Maintenant, nous allons comparer le taux de mortalité des pratiquants de Falun Gong en 1999 (0,02) à celle de la population chinoise en général, dans l'ensemble. Ici, nous demandons : Que serait-il advenu de ces personnes si elles n'étaient pas des pratiquants, c'est-à-dire, si elles étaient soumises aux mêmes moyennes statistiques que la population en générale. Le taux de mortalité ajusté selon l'âge pour la Chine en 1998 était de 6,50 (650 décès pour 100 000 habitants). [13] Donc, si ce taux de mortalité devait être assumé pour ces 70 millions de personnes qui pratiquaient le Falun Gong en 1999, on pourrait s'attendre à un étonnant 455 000 morts ! Autrement dit, autant de gens auraient trouvé la mort selon les lois de la moyenne s'ils n'avaient pas été pratiquants du Falun Gong et étaient membres de la population en général. Apparemment, la pratique du Falun Gong a un impact positif plus important qu'on ne l'imaginait auparavant. Et cette statistique prend le nombre total de 1 400 décès et le place dans une seule année, rien de moins. Cela signifie que la pratique du Falun Gong - dont les pratiquants sont « forcés » à s'abstenir de médicaments, le rappel, selon le gouvernement chinois – a sauvé la vie de 453 600 personnes en 1999. Pas mal pour une pratique qui cause de soi-disant « conséquences désastreuses » pour la santé des personnes, selon la littérature du gouvernement chinois. Même comparé au taux de mortalité ajusté selon l'âge pour les Etats-Unis en 1999, 4,87, le chiffre 1400 est rien. [14] Si les pratiquants vivaient aux États-Unis, on aurait pu encore prévoir 340 900 décès et ce, avec les médicaments, rien de moins !

 

Même si nous devions prendre les données récentes et politiquement adaptées du régime chinois, de 2 millions pour représenter le nombre de pratiquants de Falun Gong en 1999, alors nous aurions pu encore prévoir que 13 000 pratiquants seraient mort dans une année donnée (au taux de mortalité de la Chine de 6,5 ) s'ils avaient été membres de la population en général. Mais avec seulement un malheureux 1 400 cas supposés qui ont été dénombrés, ce qui signifie que la pratique du Falun Gong a encore sauvé la vie de 11 600 pratiquants. Et encore, c'est en supposant que toutes les allégations de décès sont survenues en une seule année, rien de moins. La fabrication derrière les « 1400 cas » est bien trop facilement dévoilée.

 

Enfin, prendre en compte tous les autres facteurs en cause : que la majorité des pratiquants sont des personnes âgées, qu'ils viennent souvent à la pratique déjà souffrant ; que les prétendus 1 400 décès sont survenus en fait sur plus de 7 ans et que la situation médicale de la Chine n'est pas la même que celle des États-Unis. De toute évidence, même les analyses statistiques les plus élémentaires et conservatrices démontrent l'absurdité de l'accusation du régime chinois que de pratiquer le Falun Gong est dangereux. Avec ces autres facteurs pris en considération, l'affirmation selon laquelle les adeptes du Falun Gong qui s'abstiennent de traitements médicaux est dangereux, n'est pas seulement sans fondement mais complètement déconnectée de la réalité. Les faits disent juste le contraire et ils le font de façon retentissante. Et tout cela est déduit tout simplement des affirmations du gouvernement chinois selon leurs propres termes. Il ne faudrait pas oublier non plus, les questions décrites auparavant : que le Falun Gong ne nécessite pas l'abstention de médicaments, que le gouvernement chinois a ouvertement menti sur les enseignements de M. Li et sur les principes du Falun Gong, qu'il n'y a pas de preuve juridique ou médicale que le Falun Gong pourrait éventuellement induire la psychose ou des comportements suicidaires et que les prétendus « 1400 décès » n'ont ni été tenus sous enquête, ni été correctement documentés. En fin de compte, les « 1 400 morts » sont en fait des preuves que le Falun Gong incarne les remarquables capacités de guérison : le taux de mortalité est très inférieur à celui dû à une erreur médicale ou celui de la population en général - une population ayant le privilège de traitements médicaux, à la différence des adeptes du Falun Gong, pauvres et « victimisés ».

 

L'ironie dans tout cela, bien sûr, c'est que la popularité du Falun Gong est grandement due à ses profonds effets de guérison - effets qui améliorent en profondeur l'esprit et le corps du pratiquant. Ceux-ci ont été à plusieurs reprises documentés et étudiés. Un nombre énorme de cas individuels de guérison radicale existent, y compris de nombreuses personnes sauvées de maladies en phase terminale et chroniques. Si le Falun Gong avait été dangereux de quelque façon de loin similaire à celle décrite par les autorités chinoises, est-ce que la pratique se serait propagée à plus de 70 millions de personnes par le bouche à oreille en seulement 7 ans ? Est-ce que les personnes âgées et les personnes vieillissantes à la recherche de soins, n'auraient pas plutôt opté pour des systèmes à moins hauts risques, comme les formes de qigong et de taiji sanctionnées par le gouvernement ? De toute évidence, les gens n'y voient pas de risque, mais bénéficient de la pratique du Falun Gong. Et les gens continuent jusqu'à aujourd'hui, le Falun Gong étant maintenant pratiqué dans plus de 60 pays ; ses bienfaits pour la santé ne semblent guère être liés à l'origine culturelle.

 

Nous trouvons que les « faits médicaux » venimeux du régime chinois sont plutôt des fabrications et des distorsions à la fois moralement répugnantes et indéfendables. Pire encore, ils ont été à la base d'une brutale campagne de persécution et de violence dirigée contre les pratiquants de Falun Gong. Nous invitons l'Organisation mondiale de la Santé à procéder à une enquête équitable indépendante sur cette affaire. Nous pensons qu'il serait utile au monde de connaître la vérité sur cette affaire, confirmée par une tierce partie faisant autorité.

 

A1. Les autorités chinoises admettent que les rapports diffamatoires étaient totalement fabriqués.

Note de l'éditeur: [La calomnie a atteint un point tel que les autorités communistes ont récemment dû admettre qu'un rapport spécial affirmant que « Zhang Zhi-wen s'est suicidé en s'immolant elle-même avec sa fille en signe de protestation de la répression du gouvernement contre le Falun Gong » - -un rapport repris par de nombreux journaux chinois - était à 100% une fabrication. Voici un rapport d'un journaliste de Voice of America.]

 

Hai Tao, de Voice of America, a rapporté de Los Angeles : Depuis que le régime chinois a commencé à réprimer le Falun Gong en juillet 1999, toutes les agences de médias gérées par l'État ont commencé à attaquer le Falun Gong, son fondateur et ses principaux membres. Le 28 novembre, un rapport spécial rédigé par Li Xin-gang a été publié dans le journal Travailleur de Xi-an. L'article « rapportait » que Zhi-wen Zhang, qui était une dame vivant dans la région Wei-nan de la province du Shan-xi, a brûlé sa fille de six mois puis s'est suicidée en s'immolant par le feu pour protester contre la répression du gouvernement contre le Falun Gong. Ce rapport a créé un certain émoi dans tout le pays et il a été repris par de nombreux journaux à Shen Zhen, Harbin, Shanghai et d'autres endroits. Récemment, le Centre d'information de Hong Kong pour les droits de l'homme et des mouvements démocratiques a mené une enquête et a découvert que le rapport était une fabrication totale. Le centre a déclaré, en citant des responsables chinois, que les gens, le lieu, le moment et l'histoire dans ce rapport ont tous été fabriqués. Un fonctionnaire du Comité communiste politique et de droit de Wei-nan, de la province du Shan-xi, nommé Wu, a déclaré qu'il n'y avait absolument aucun cas de suicide par le feu et, en outre, il n'existait pas de dame du nom de Zhi-wen Zhang du tout. En outre, de nombreuses agences de presse en Chine ont appelé pour vérifier et ont obtenu la même réponse.

 

John Li, un pratiquant de Falun Gong de l'Université de Caltech, a expliqué qu'en Chine, beaucoup de soi-disant « informations » au sujet du Falun Gong sont en fait fabriquées. Quand quelques pratiquants du Falun Gong chinois ont demandé à l'auteur de l'article de Travailleurs de Xi-an pourquoi il avait fabriqué les « informations », la réponse de l'auteur a été : « J'écrivais de la fiction. »

 

L'éminent journaliste M. Wei-Guo Zhang a déclaré : « Étant donné que les agences de presse chinoises sont des « stylos » pour le Parti communiste, elles doivent parler pour le Parti et le gouvernement. Donc, elles perdent leur fonction de journaliste pour devenir des rapporteurs publics. Par conséquent, elles sont pleines de corruption, de nouvelles payées et de fausses nouvelles. C'est très grave. »

 

M. Chang-Qin Cao, un commentateur des actualités aux États-Unis,, qui était un ancien journaliste en Chine, a estimé que ce n'était pas étrange de voir ce type de nouvelles apparaitre en Chine. Les médias chinois suivent « un pays, deux politiques. » Des nouvelles différentes sont publiées dans les journaux du Parti et les petits journaux. Les petits journaux acceptent des soumissions libres. En raison de la pénurie de main-d'œuvre, ils n'ont aucun moyen de - ni ne veulent - vérifier l'authenticité des nouvelles. En attendant, afin de gagner le marché et d'élargir leur diffusion, les petits journaux recourent à tous les moyens possibles pour plaire au public avec du baratin. Leur première priorité est d'attirer plus de lecteurs, sans respect des faits et de l'authenticité des informations.

 

Le problème, cependant, est que les journaux tels que Travailleur de Xi-an et le journal Metro de Harbin qui ont publié l'article sur « Assassiner sa fille et se suicider, » ne sont pas des petits journaux typiques. M. Chang-qin Cao a dit : « Ce phénomène indique un autre problème. Il y a deux sortes de nouvelles que les médias n'osent pas fabriquer : premièrement, ils n'osent pas fabriquer des articles avec des opinions différentes de celles du gouvernement, ni osent-ils fabriquer des grandes nouvelles économiques ou financières. Sinon, ils seraient punis par le gouvernement. Deuxièmement, pour les personnages célèbres tels que les écrivains et les hauts fonctionnaires, ils n'osent pas fabriquer des nouvelles à leur sujet parce qu'ils seraient poursuivis ».

 

« Dans ces circonstances », a déclaré M. Cao, « il n'y a qu'un seul type d'informations que l'on ose fabriquer, soit, des informations au sujet de ces faits qui ne sont pas aimées par le gouvernement, telles que des dissidents politiques exilés ou des criminels en prison. De toute évidence, le régime ne trouvera rien de mal à cela s'ils le font ».

 

En outre, récemment, quelqu'un a posté sur Internet un article paru sous le nom du fondateur du Falun Gong, disant qu'il allait revenir en Chine pour discuter avec les autorités, même au risque d'être emprisonné. John Li, un candidat en doctorat à Caltech, a déclaré que c'est une autre fausse information.

 

A2. La vérité derrière l'un des 1 400 cas

 

Note de l'éditeur : [Le décès de Ma Jinxiu, selon les autorités chinoises, serait l'un des « 1 400 cas de décès dus au Falun Gong. » Son décès « causé par le Falun Gong » a été diffusé largement sur la télévision d'État. Sa fille, Jin Youming, a écrit un article pour expliquer la vérité derrière la mort de sa mère.]

 

Avant qu'elle ne commence à pratiquer le Falun Gong, ma mère était gravement malade. Depuis que j'étais au lycée, elle avait supplié ses parents de prendre soin de mes deux sœurs et moi au cas où elle mourrait. Elle avait souffert de diabète avancé depuis plus de 10 ans, avait subi une grave attaque cérébrale en 1994 et une autre en 1995. En raison de la gravité de son état, elle devait prendre plus de 30 comprimés au cours de la journée. Son visage était livide et il avait été déformé par les attaques - un de ses sourcils était beaucoup plus élevé que l'autre et un coin de sa bouche était incliné vers le bas. Elle se fatiguait de simplement marcher quelques blocs et ses médecins lui ont dit qu'elle allait probablement mourir si elle avait un autre ACV. Puis, en 1996, elle a commencé à pratiquer le Falun Gong par elle-même et son état de santé s'est grandement amélioré. Elle n'avait plus besoin de prendre de médicaments. Comme elle a continué à pratiquer les exercices du Falun Gong, de lire les livres du Falun Gong et essayé d'améliorer son caractère moral, elle a commencé à se sentir mieux que ce qu'elle avait été depuis des années. Son visage déformé est effectivement retourné à son état normal ! Les médecins avaient dit qu'une telle chose était impossible ! Ses yeux se sont mit à briller. Elle était capable de marcher beaucoup plus vite qu'avant, elle était maintenant en mesure d'effectuer les tâches ménagères, et son teint est passé d'une couleur grisâtre à une belle couleur . Son corps était léger et tous les symptômes associés à son diabète ont disparus. Beaucoup de nos parents, amis et voisins ont été témoins des changements en elle.

 

Au milieu de 1997, ma mère a commencé à ressentir des douleurs dans le corps et nous l'avons donc emmenée à l'hôpital le même jour. Ils nous ont dit qu'elle était gravement malade et risquait de mourir bientôt. Elle est restée hospitalisée et est morte quelques mois plus tard. Ses médecins ont dit qu'elle était morte d'un anévrisme au cerveau.

 

Plus tard, j'ai entendu dire que Jiang et le Bureau 610 avaient déclaré 1 400 cas de personnes qui étaient soi-disant mortes pour avoir pratiqué le Falun Gong, incluant le cas de ma mère. Ma mère était clairement décédée d'une rupture d'anévrisme. Pendant qu'elle était hospitalisée, elle a reçu beaucoup d'attention médicale et elle a pris tous les médicaments que ses médecins lui ont prescrit et elle a également reçu de nombreuses injections, mais malheureusement elle est quand même décédée. Alors, pourquoi ne disent-ils pas qu'elle est morte à la suite du traitement qu'elle a subi à l'hôpital ? Comment les autorités peuvent-elles dire que ma mère est morte à cause de la pratique du Falun Gong juste parce qu'elle avait pratiqué le Falun Gong à un certain moment ?

 

A3. Le Falun Gong est au-delà de la portée de la science moderne

 

L'approbation des médecins et des scientifiques

 

En octobre 1998, les médecins de l'Université médicale de l'union chinoise ont mené une enquête à grande échelle auprès de plus de 10 000 pratiquants de Falun Gong à Pékin sur leur état de santé. (Voir A5 ci-dessous) Les résultats ont montré que 99,1 % des pratiquants de Falun Gong ont amélioré leur santé après avoir pratiqué le Falun Gong. Le taux de rétablissement des maladies pour les pratiquants était de 58,5%. Le taux d'amélioration de la santé mentale pour les pratiquants était de 96,5%. Les effets de la pratique du Falun Gong ne peuvent pas être expliqués par la médecine moderne. En tant que scientifiques et pratiquants du Falun Gong, nous avons fait l'expérience de l'impact majeur, de la profondeur et des capacités extraordinaires inhérentes à la pratique du Falun Gong. En tant que scientifiques médicaux, nous aimerions partager nos expériences et la compréhension des principes du Falun Gong.

 

a. La structure du corps humain

 

La compréhension de la médecine moderne de la structure du corps humain est basée sur l'anatomie. L'anatomie macroscopique classique dissèque le corps humain avec des scalpels au niveau de l’œil nu et reconnaît que le corps humain se compose de systèmes d'organes. L'anatomie microscopique a été développée avec l'invention du microscope et le sectionnement des tissus. Un sectionneur de tissu reconnaît que les organes sont constitués de tissus, de cellules et de structures sous-cellulaires. Avec l'avènement de la biologie moléculaire moderne, les enzymes facilitent l'extraction et l'annelage des gènes provenant du brin d'ADN permettant à l'homme d'enquêter directement sur l'activité de la vie au niveau moléculaire. La biologie moléculaire moderne tente d'expliquer les fondements des phénomènes de la vie à travers la recherche de l'expression génique et la régulation de l'ADN. La biologie moléculaire moderne est limitée dans sa croissance. La physique et la cosmologie ont prouvé que l'univers est composé de plusieurs dimensions. En outre, la physique et la cosmologie a également prouvé que les structures du corps humain sont reliés dans une certaine mesure à toutes les dimensions de l'univers.

 

La physique moderne a découvert l'existence d'éléments microscopiques plus petits que la molécule. Elle estime que les molécules forment la matière dans le monde physique, les atomes forment des molécules, les noyaux d'atomes et les électrons forment les atomes, les protons et les neutrons forment les noyaux d'atomes et les protons contiennent des neutrinos. La science moderne illustre la fonction multi-dimensionelle de l'univers dans sa théorie. Alors, pourquoi elle ne parviennent pas à révéler d'autres dimensions ? M. Li aborde ce point dans Zhuan Falun : «Comme vous le savez, la matière sous forme de particules comprend des molécules, des atomes et des protons; si vous alliez encore plus loin, si vous étiez capable de voir chacun de ces niveaux comme un plan et non comme un point, vous verriez alors le plan correspondant au niveau des molécules, le plan correspondant au niveau des atomes, les plans correspondant aux protons et aux noyaux, alors vous pourriez voir les formes d’existence dans les différents espaces. Toute matière, y compris le corps humain, existe et communique simultanément avec des niveaux dimensionnels des espaces de l’univers. En physique moderne, lorsqu’on étudie les particules de la matière, on fait des recherches sur une particule, on la désintègre, on la soumet à la fission et après la fission du noyau atomique, on observe les composants qui en résultent. Si on avait un appareil permettant de voir ce qu’il y a à l’intérieur d’un niveau donné en le déployant, de voir une manifestation complète de tous les composants atomiques ou moléculaires existant à ce niveau, si vous étiez à même de voir cela, eh bien vous franchiriez cet espace et vous verriez la vérité existant dans les autres espaces. Les corps de l’homme sont en correspondance avec les espaces externes, et ils ont tous des formes d’existence comme cela. » Après avoir pratiqué le Falun Gong, beaucoup de pratiquants ont réellement vu ces scènes dans d'autres dimensions. - Les belles montagnes et des rivières, le Falun en rotation (la roue de la Loi) et des formes réels du corps humain existantes dans différentes dimensions.

 

En effet, le corps humain existe sous différentes formes dans différentes dimensions. La médecine moderne étudie seulement les molécules du corps de chair dans cette dimension. Pourtant, en dessous du niveau des molécules, il existe des formes du corps constitué d'atomes, d'électrons, de protons, de neutrinos, les quarks et les éléments les plus microscopiques. Différentes formes du corps sont constituées de différents éléments existant simultanément. Notre technologie actuelle ne peut étudier le corps au niveau des molécules. Par conséquent, la médecine moderne n'a qu'une compréhension partielle de la structure du corps humain. Le Falun Gong révèle les formes existantes de l'organisme dans toutes les dimensions microscopiques.

 

b. L'étiologie de la maladie

 

La médecine moderne estime que les maladies sont causées par des facteurs biologiques (virus, bactéries, parasites, etc), des facteurs physiques et chimiques (mécaniques, les radiations, les toxines, etc), des facteurs génétiques et psychologiques. Ces facteurs perturbent l'équilibre entre les lésions et l'auto-guérison entraînant des changements pathologiques du corps, tels que des troubles endocriniens et immunitaires. Ils provoquent aussi des mutations et la mort cellulaire dans les tissus de cette dimension physique qui se manifeste par des inflammations, des abcès, des éperons osseux et des tumeurs. Au cours des dernières années avec le développement de la biologie moléculaire, les gens pensent que l'étiologie d'une maladie peut être trouvé au niveau moléculaire. Les scientifiques font des recherches sur les gènes et les chromosomes responsables de l'expression des maladies. Par exemple, des gènes ont été identifiés pour l'hypertension, le diabète, l'ostéoporose et les cancers. La régulation des gènes et l'expression au niveau moléculaire est devenue la frontière de la recherche biomédicale moderne. On croit que les problèmes de l'activité de la vie au niveau moléculaire sont directement liés à des désordres d'équilibres entre les différents facteurs à l'échelle moléculaire. Est-ce que les éléments les plus microscopiques en dessous du niveau de molécules provoquent aussi des maladies ? Cette question n'a pas été abordée par les sciences moderne de la vie.

 

En fait, ce que la médecine moderne a découvert, c'est seulement le changement pathologique des organes humains ou des cellules dans cette dimension physique. La médecine traditionnelle chinoise perçoit la maladie comme un blocage du qi (énergie et mai (canaux d'énergie) ou la congestion du qi et du sang. Y a-t-il des sources de la maladie à des niveaux plus microscopiques ? La réponse est oui ! M. Li aborde cette question dans le Zhuan Falun : « Pourquoi l’homme souffre-t-il de maladies ? La cause fondamentale de ses maladies et de tous ses malheurs est le karma, le champ karmique de matière noire. Il est de nature yin et c’est quelque chose de mauvais. » Les racines de la maladie ne sont pas dans le corps de cette dimension physique, mais dans le corps composé d'éléments plus microscopiques au dessous du niveau moléculaire. L'aperçu de ces plus grands niveaux microscopiques est au-delà des capacités de la technologie de la recherche scientifique actuelle. (S'il vous plaît référez-vous à Zhuan Falun, le guide de pratique complet écrit par M. Li, en ce qui concerne la génération du karma et comment on peut l'éliminer lorsque l'on élève son xinxing [nature de l'esprit, la moralité].)

 

Cliniquement, les médicaments pour l'hypertension peuvent maintenir une pression artérielle normale. La nitroglycérine peut soulager les douleurs thoraciques d'une attaque cardiaque. Les chirurgies et radiothérapies peuvent retirer temporairement les tissus tumoraux. Pourtant, ils ne peuvent pas éradiquer la maladie. C'est parce que tous les médicaments sont composés de molécules. Ils ne peuvent agir que sur les maladies dans le corps au niveau moléculaire, mais pas sur le karma dans le corps à des niveaux plus microscopiques. Les chirurgies ne peuvent que retirer les tissus dans cette dimension. La radiothérapie ne peut pas toucher le karma en raison de la grande taille du rayonnement et de leur faible énergie. La science moderne sait déjà que les atomes possèdent plus d'énergie que les molécules, les protons possèdent plus d'énergie que les atomes et que les éléments les plus petits possèdent encore plus d'énergie. Le karma existe dans une dimension plus microscopique en dessous du niveau des molécules, par conséquent, les médicaments constitués de molécules de faible énergie ne peuvent pas affecter le karma. Avant de pratiquer le Falun Gong, nous avons travaillé dans des hôpitaux, des pharmacies et nous avons eu accès à tous les types de technologies médicales de pointe. Nous ne pouvions pas guérir nos propres maladies. Après avoir pratiqué le Falun Gong, nos maladies incurables ont été apparemment guéries. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de connaître le bonheur d'être vraiment sans maladies.

 

Voici quelques exemples. Shuqing Feng est un médecin à l'hôpital no 304 de l'Armée populaire de libération de la Chine. Avant de pratiquer le Falun Gong, elle faisait de l'hypertension, avait une maladie coronarienne (CAD), a eu un accident vasculaire cérébral, le diabète, la névrite périphérique, le syndrome du côlon irritable, un ulcère duodénal, de la neurasthénie et une dermatite allergique. Elle avait pris des médicaments pendant de nombreuses années. Après seulement six mois de pratique en 1994, tous ses symptômes ont disparu et ne sont jamais revenus. Elle est maintenant pleine d'énergie.

 

Jingzhu Zhang est une infirmière à la retraite de 60 ans de l'hôpital Tan Tian. En mars 1994, elle a fait une myasthénie gravis avec abaissement des paupières. Elle ne pouvait pas voir et prendre soin d'elle-même. Elle a vu tous les spécialistes dans différents hôpitaux et a reçu un traitement pendant plusieurs années. L'effet a été minime. Ses paupières ne pouvaient seulement ouvrir une fente. Sa souffrance était indescriptible. En mai 1997, elle a commencé à pratiquer le Falun Gong. En un an, son corps a changé miraculeusement. Ses yeux se sont ouvert peu à peu. Non seulement la myasthénie grave incurable a miraculeusement guérie, mais aussi son hypertension chronique et CAD ont disparu.

 

Xiuge Li est un médecin de 56 ans à l'hôpital universitaire de l'Université de Pékin. Elle a fait des CAD pendant deux ans et a été hospitalisée à quatre reprises. Chaque hospitalisation a pris plus d'un mois. Elle a souvent fait des angines. Elle ne pouvait exercer et a été pratiquement en semi-retraite pendant deux ans. Son CAD a été guéri peu de temps après avoir pratiqué le Falun Gong. Elle est retournée au travail et était pleine d'énergie. Elle avait également une radiculite aucol de l'utérus et avait souvent des étourdissements, des engourdissements aux mains et de la difficulté à lever ses épaules. Le Tylenol n'aidait pas. Tous ces symptômes ont disparu après la pratique du Falun Gong.

 

Deping Li est une infirmière de 43 ans, à l'hôpital de la métallurgie. Elle avait la sclérose en plaques en 1989. Elle a développé une hémiparalysie droite après le traitement. Un an plus tard, elle a eu des complications graves pouvant entraîner la nécrose aseptique bilatérale de la tête fémorale et la déformation de la hanche gauche. Pendant trois ans, de longs traitements douloureux et d'innombrables dépenses n'ont eu aucun effet. « Par hasard, j'ai trouvé le Falun Gong. Toute les paroles de M. Li ont touché mon cœur. Je voulais cultiver. » « Le soir, j'ai lu "Falun Gong de Chine", mon corps a eu une forte réaction. Le septième jour, j'ai été guérie ! Au huitième jour, je suis allée sur le site de pratique à vélo. Je ne pouvais pas parler couramment avant. Maintenant, je peux lire Zhuan Falun à voix haute. Le médecin m'a ordonné le repos au lit, mais maintenant je suis assez forte pour conduire ma bicyclette. Ma douleur à la hanche causées par une nécrose bilatérale aseptique de la tête fémorale a disparu. Les têtes fémorales sont apparues normales suite à un examen radiologique. Cette condition est incurable, peu importe combien d'argent on dépense.

 

Wang Yuqin est une femme de 60 ans. Elle était une radiologue à l'hôpital Anhua de Pékin. Elle a développé des maladies incurables liées aux rayonnements à cause d'une over-dose de radiations liées au travail. Son corps a été gravement endommagé et sa santé était extrêmement affaiblie. « En tant que médecin, j'ai eu toutes sortes de traitements : hospitalisation, la thérapie physique, divers médicaments et des herbes, ainsi que plusieurs méthodes de Qi-Gong. Aucun d'entre eux a aidé. J'étais maigre comme un squelette et je ne pouvais pas redresser mon dos. Mes symptômes incluaient une faiblesse dans tous le corps, la perte de cheveux, une dyspnée à l'effort, des vertiges, des étourdissements, des maux de tête intenses, de la fièvre, de la diarrhée, des saignements des muqueuses, des troubles de la vision allant à la cécité intermittente, des fractures fréquentes et des aphtes. C'étais comme si j'étais trempée dans des bouteilles de médicaments. Ma souffrance était si douloureuse qu'elle ne peut pas être décrite par des mots. Ma santé se détériorait de jour en jour. Je luttais à la limitte de la mort. Dans cette situation désespérée, j'ai heureusement obtenu le Falun Gong. Le Falun Gong m'a fait comprendre ce pour quoi un être humain vit. Je devais moi-même satisfaire à la norme de Zhen-Shan-Ren (Authenticité, Bienveillance, Tolérance). J'ai étudié la loi et pratiqué les exercices tous les jours. Cela a changé mon corps d'un bout à l'autre. Mon visage est devenu rose. Ma peau est devenue lisse. Mes cheveux se sont épaissit et devenus noirs. Ma vision est devenue si forte que je peux lire clairement un livre. Mon corps est si léger, c'est comme si je devais être poussé par quelqu'un quand je marche, fait du vélo ou monte des escaliers. Je fais maintenant vraiment l'expérience de goûter à la sensation d'être sans maladie. Depuis que je pratique le Falun Gong, je n'ai pas reçu une seule injection ou de pilule. J'ai reçu des primes au travail pour ne pas reçu de compensation médicale chaque année. D'une personne près inactive, je suis devenue une personne en bonne santé et heureuse qui s'efforce d'être bonne et un meilleur être humain. C'est un miracle du point de vue de la médecine moderne ! »

 

Ruifen Tang est une interne de 56 ans au Bureau médical du centre d'achat de Xidan. Elle avait un cancer au sein droit en 1989 et a subit une chirurgie et de la chimiothérapie. En 1992, une métastase osseuse a été diagnostiquée à l'hôpital de l'Université de Pékin. Elle a commencé à une dose élevée de chimiothérapie. Pendant ces quatre années, elle a été hospitalisée dans cinq hôpitaux différents et a dépensé plusieurs milliers de yuan chinois sur des médicaments qui n'ont eu aucun effet. En Juillet 1993, on lui a présenté le Falun Gong et elle a commencé à pratiquer. Elle a eu la chance d'avoir son corps remis au point par M. Li lui-même. Au cours des cinq années suivantes, elle n'a pas dépensé un centime sur des médicaments, mais a été en meilleure santé que les gens ordinaires. Elle prépare trois repas pour six personnes de sa famille et prend soin de son petit fils de un an.

 

De tels exemples sont innombrables. Beaucoup de pratiquants ont atteint l'état sans maladies à travers la cultivation du Falun Gong. Nous avons également vu des guérisons de l'hypertension, CAD, du diabète et même des cancers. Lorsque ces faits réels sont présentés devant nous, nous sommes obligés de faire face à ces capacités sans précédent et extraordinaire du Falun Gong avec une attitude scientifique.

 

c. Pourquoi le Falun Gong a un effet si unique ?

 

La réduction globale de la maladie ne peut qu'être obtenue par des pratiquants à travers leur cultivation, sous la direction des principes supérieurs du Falun Gong. Le Falun Gong a révélé la véritable étiologie de la maladie. La pratique du Falun Gong mène un pratiquant à un mode de vie et d'être, au-delà du niveau des gens ordinaires.

 

Lorsque l'on est déterminé à cultiver, cela fait ressortir sa nature de Bouddha. « Quand la nature de bouddha surgit chez quelqu’un, le Monde des Dix Directions en est ébranlé. » Celui qui voit ça va venir pour aider inconditionnellement. Un pratiquant veut cultiver, retourner à son être originel, améliorer son standard moral à des niveaux plus élevés de Shan (Bienveillance). Les pratiquants du Falun Gong cultivent leur xinxing (caractère moral, la nature de l'esprit) selon les caractéristiques de l'univers Zhen-Shan-Ren (Authenticité, Bienveillance, Tolérance). Ils éliminent une variété de mauvais attachements tels que la jalousie, l'esprit de compétition, la mentalité à se faire valoir et la complaisance. Ils deviennent de bonnes personnes et se conduisent eux-mêmes à devenir plus noble et à être de meilleures personnes.

 

Le Falun Gong peut aussi purifier l'âme d'une personne. Cela s'est également manifesté parmi les pratiquants dans le domaine médical. Après avoir appris le Falun Gong, beaucoups du personnel médical comprennent que le sens de la vie n'est pas d'obtenir mais de donner. Ceux qui avant détestaient leur emploi, désormais aiment leur travail. Ceux qui ont eu de mauvaises attitudes envers le travail et les patients sont devenus responsables, patients et chaleureux. Face à certaines des tendances immorales dans le domaine médical, les pratiquants de Falun Gong ont montré une haute moralité.

 

Par exemple, pendant les cinq années de pratique du Falun Gong, Shiyue Chen, le directeur du département de l'orthopédie à l'hôpital de la métallurgie, a rejeté plusieurs milliers de dollars d'argent comptant provenant des patients, d'innombrables invitations pour des dîners, des cigarettes, du vin, des vêtements qui étaient tous d'une valeur de plusieurs milliers de dollars .

 

Suxiang Wang, une neurologue à l'Hôpital de Tian-Tan, a pris la gloire et le profit à la légère depuis qu'elle pratique le Falun Gong. Elle a rejeté les primes en espèces de plusieurs centaines de dollars à plusieurs reprises, entre autres. Face à de véritables dons de membres de la famille des patients, elle leur a dit : « Je suis une pratiquante de Falun Gong. » Je donne seulement sans rien demander en retour. En tant que médecin, elle n'utilise jamais les noms de ses parents pour prescrire des médicaments afin de tromper les compagnies d'assurance. Quand ses parents sont tombés malades, elle a payé pour les médicaments elle-même. Ses parents avaient besoin de tube nasaux-gastrique et des cathéters vésicaux qui doivent être changés chaque mois. Ses collègues lui ont dit d'en prendre un peu de l'hôpital, puisque ce genre de matériel médical est très facile à obtenir. « Je garde toujours à l'esprit que je suis une pratiquante de Falun Gong. Je dois me juger par rapport aux normes d'un pratiquant de Falun Gong. » Par conséquent, elle insiste sur le fait de les acheter elle-même.

 

Yongwang Yong est un médecin à la clinique de chirurgie au Centre de réadaptation pour travailleur de Pékin. Avant de pratiquer le Falun Gong, il avait toujours pensé qu'un bon chirurgien n'avait qu'à faire plus d'opérations et savoir comment bien opérer et n'avait pas besoin de payer trop d'attention à l'éthique de la relation médecin-patient. Les patients viennent se faire soigner, et en conséquence un chirurgien peut faire ce qu'il veut. Après avoir étudié le Zhuan Falun, il a compris qu'il se place lui-même et ses patients dans une mauvaise position. S'il n'est pas respectueux envers ses patients, il s'est rendu compte que le médecin ne pouvait pas être un bon médecin, aussi bonne que soit sa technique. Son xinxing (nature de l'esprit) s'est élevé. Sa vision de la vie a changé. Peu importe la situation d'urgence, même s'il se fait insulter par kles patients, il sert les patients calmement. Quand il y a une pénurie de médecins dans le bureau et que des patients doivent avoir leur médicaments renouvelés pendant le week-end, il travaille bénévolement, sans rémunération. Chaque fois que les patients veulent lui offrir des cadeaux, il refuse. Beaucoup de gens ont été témoins de son changement physique et mentale. Il a reçu les honeurs du « Meilleur employé de l'hôpital en 1998 » et « Super travailleur du syndicat. »

 

Chengtao Lin est un chercheur adjoint au département de biochimie de l'Université de l'Union médicale. Après des études supérieures, il a travaillé pendant cinq ans, depuis Janvier 1995. Il suit par lui-même « Zhen-Shan-Ren » du Falun Gong. Il met tout son cœur dans son projet de recherche et respecte son contrat. Bien qu'il ne soit pas riche, il n'utilise pas ce département comme transit pour aller à l'étranger. (Ceci est commun en Chine. Les gens utilisent tous les moyens pour essayer d'aller étudier à l'étranger et ne se soucient pas des bénéfices de leur lieu de travail et de la Chine.) Quand les gens autour de lui ne pouvaient pas comprendre et le traitaient d'imbécile, il a dit je ne refuse pas la possibilité d'étudier à l'étranger dans le futur. Mais je suis un pratiquant de Falun Gong et je me dois de respecter la norme de « Zhen-Shan-Ren ». Je ne peux pas causer aucun dommages au laboratoire et au pays en violant le contrat.

 

Huilin Yue, une éditrice de la compagnie d'Édition de santé populaire, rejette tous les « bonus en argent » quand elle révise des articles. Elle est largement louée par les auteurs. Sous son influence, plusieurs personnes ont commencé à pratiquer le Falun Gong.

 

Il y a d'innombrables exemples comme celui-ci parmi les pratiquants du Falun Gong.

 

Grâce à l'étude des principes et à cultiver le xinxing, les normes morales des pratiquants du Falun Gong sont toujours élevées. « La cultivation dépend de soi, le gong dépend du maître. » Quand on veut cultiver, Maître Li va purifier le corps d'un étudiant à l'aide de Gong composé de haute énergie, et nettoyer le karma qui cause la maladie ainsi que les éléments qui rendent son corps malsain. L'école de Bouddha n'attache pas une condition préalable au salut de l'homme. Les pratiquants comprennent les principes, souffrent de douleurs pour éliminer le karma, élèvent leur xinxing, prennent la renommée et le profit à la légère, cultivent la bienveillance et la bonté, considèrent toujours les autres personnes d'abord et s'efforçent d'atteindre le royaume du désintéressement. Comme on élève son xinxing et on pratique, le karma sur son corps diminue, les formes de son corps dans toutes ses dimensions deviennent de plus en plus pures, le Gong développé dans son corps devient de plus en plus important et la maladie quitte son corps. Toutes les enquêtes à Guangzhou, Dalian et Changchun ont concluent les mêmes résultats que celle de Pékin. Elles ont toute confirmé l'effet unique du Falun Gong sur la santé physique et mentale.

 

    d. Le Falun Gong est une pratique à la fois du corps et de l'esprit

 

Comme le niveau d'un pratiquant de cultiver les principes du Falun Gong s'élève de plus en plus, les cellules de son corps seront progressivement remplies de matière de haute énergie. En conséquence, son corps deviendra plus jeune. En fin de compte, le corps va être remplacé par une matière de haute énergie et il va rester jeune pour toujours. Plus de 100 millions de personnes dans le monde pratiquent le Falun Gong, y compris de nombreuses personnes âgées. Beaucoup de personnes âgées ont vu leurs rides disparître et une augmentation de leur énergie. Leurs cheveux blancs sont redevenus noirs et leur peau devenue lisse. Beaucoup de femmes poste-ménopausées ont à nouveau leurs règles. Ce sont toutes des indications d'un renversement du processus de vieillissement.

 

La médecine moderne est d'avis que la production, la prolifération, la croissance et la mort des cellules sont des processus naturels. Le processus de vieillissement est irréversible. Ce sont des lois immuables. Les théories du vieillissement estiment que lorsque le corps humain vieillit, il y a des maladies dans plusieurs organes et systèmes. Divers facteurs induisent des mutations génétiques qui font en sorte que des gènes expriment la mauvaise information et produits. Cela perturbe le processus métabolique normale entraînant un cercle vicieux qui mène au vieillissement. Le phénomène du vieillissement inversé dans le Falun Gong va au-delà de toute théorie de la médecine moderne. Cependant, il ne sera pas difficile à comprendre quand on applique les principes du Falun Gong. Puisque l'univers a différents niveaux de temps et dimensions, la caractéristique universelle de Zhen-Shan-Ren a différentes manifestations à différents niveaux et a développé des lois différentes pour chaque niveau. Le vieillissement est irréversible pour les gens ordinaires. Lorsque les pratiquants vont au-delà du niveau des gens ordinaires, ils sont contrôlés par la loi de leur niveau. Les pratiquants recueillent de grandes quantités de matière de haute énergie provenant d'autres dimensions à travers la cultivation des principes du Falun Gong. Ces substances de haute énergie se déposent dans les cellules, suppriment les facteurs de vieillissement au niveau moléculaire et retardent le processus de vieillissement. Pendant la cultivation, les cellules mutantes sont éliminées et les cellules normales sont progressivement remplacées par du Gong (matière de haute énergie), les processus de vieillissement sont inversés et les pratiquants vont rester jeune pour toujours. Dans l'histoire chinoise, beaucoup de pratiquants ont quitté leur corps de chair qui n'ont pas pourri pendant des milliers d'années. Certains lamas au Tibet ont pu démontrer un phénomène appelé vaporisation quand ils ont achevé leur cultivation pratique bouddhiste. Lors de la vaporisation, leurs corps se transformaient soudainement en un arc en ciel. Ce phénomène a été bien documenté et largement rapporté dans plusieurs médias. De nombreux chercheurs en médecine ont étudié et confirmé sa réalité. Pour les lamas tibétains qui n'ont pas cultivé les principes de l'univers assez bien, ils pouvaient laisser des ongles ou des cheveux, ou leur corps se rétractait dans un corps de chair de plus petite taille. Ceci a été observé par de nombreuses personnes au Tibet. Les gens sont toujours intrigués par cela. La raison est en fait que les corps de ces lamas ont été remplis complètement ou en grande partie par la matière de haute énergie provenant d'autres dimensions. Maître Li Hongzhi a discuté de cette question en détail.

 

Le Falun Gong peut purifier le corps des pratiquants dans un exempt de maladie et mener les pratiquants à des niveaux plus élevés de moralité. Le Falun Gong nous apprend que notre vie est censée revenir à son moi originel, s'assimiler avec la caractéristique de l'univers, Zhen-Shan-Ren et revenir à sa nature aimable et bienveillante. Grâce à la cultivation des principes du Falun Gong, les pratiquants atteignent finalement le royaume du désintéressement. À ce moment seulement, ils peuvent découvrir la vérité de l'univers et voir l'existence réelle des choses et de la vie dans différentes dimensions. Quand on atteint ce statut à travers la cultivation et la pratique, il devient réellement une personne éveillée. Une « personne éveillée » est un « Bouddha », quand on le traduit en langue indienne ancienne.

 

Les sites de pratique du Falun Gong et les pratiquants offrent l'enseignement gratuitement. Le Falun Gong ne cultive que le cœur des gens et n'a aucune organisation. Le Falun Gong amène les gens à cultiver vers la bienveillance.

 

Comme on peut le voir, le Falun Gong est une voie droite de la cultivation, une Loi de haute moralité, une science surnaturelle et une bénédiction pour notre pays et son peuple. Ceci est absolument différent de ces fausses méthodes de qigong et des manières perverses qui trompent les gens ou sont responsables des superstitions.

 

En tant que scientifiques médicaux et personnes réelles qui ont directement bénéficié du Falun Gong, nous aimerions dire sincèrement à toutes les personnes dans le monde : Il y a un Fa droit (Loi, un principe ou une Voie) se propageant dans ce monde ! Puissiez-vous chérir cette rare opportunité !

 

 

Auteurs :

 

Zengshou Kang, homme, 59 ans, Professeur l'Hôpital de l'union de Pékin

Lin Dan, femme, 43 ans, professeure agrégé à l'université médicale de l'union de Pékin

Ryang Pu, homme, 40 ans, boursier postdoctoral à l'Hôpital de l'union de Pékin

Caixi Li, femme, 62 ans, Chercheure et Zhiyu Liu, femme, 51 ans, chercheure associée à l'hôpital Xiyuang de l'institut de médecine traditionnelle chinoise

Ying Lu, femme, 58 ans, médecin retraitée de l'hôpital de Pékin No. 2

Xiuge Li, femme, 56 ans et JiXian Wang, femme, 59 ans, médecin à l'école hôpital de l'université de Pékin

Fujun Li, homme, 35 ans, professeur agrégé au collège médical Xinxiang de Henan (Professeur invité de l'hôpital de l'union de Pékin)

Yingping Zhang, femme, 44 ans, Suxiang Wang, femme, 38 ans, et Shuhua Song, femme, 54 ans, médecins à l'hôpital Tian-Tan

Shiyu Chen, homme, 51 ans, médecin en Orthopédique à l'hôpital de métallurgie

Yuanzhong Shao, homme, 46 ans, Vice President de l'hôpital Anhua de Pékin

Jingzhu Zhang, femme, 60 ans, infirmière à l'hôpital Tian-Tan

Deping Li, femme, 43 ans, infirmière retraitée de l'hôpital de métallurgie

Ruifen Tang, femme, 56 ans, interniste retraitée du bureau médical du centre commercial de Xidan à Pékin

Yuqin Wang, femme, 60 ans, radiologiste à la retraite de l'hôpital Anhua de Pékin

Chengtao Lin, homme, 34 ans, chercheur adjoint à l'université médicale de l'union à Pékin.

Yongwang Yang, homme, 29 ans, médecin à la clinique de chirurgie au centre de réhabilitation des travailleurs de Pékin.

Xiao Liu, homme, 29 ans, professeur adjoint à l'université médicale de l'union à Pékin.

 

A4. Le Falun Gong a un grand effet sur l'amélioration de l'état de santé

 

Une enquête sur plus de 6000 pratiquants à Dalian

 

Un récent sondage sur plus de 6000 pratiquants de Falun Gong à Dalian, en Chine, révèle des améliorations significatives de la santé. Plus de 90% des pratiquants ayant une ou plusieurs troubles médicaux ont déclaré une « disparition totale » ou « une amélioration » des symptômes et des troubles, l'amélioration des fonctions mentales et physiques, une meilleure qualité de vie et un ralentissement du processus de vieillissement.

 

En février 1998, une enquête sur l'état de santé a été réalisée, impliquant 6478 pratiquants de Falun Gong de la région de Dalian de Chine. Parmi la population enquêtée, 6192 (95,59%) d'entre eux souffraient de diverses maladies et troubles médicaux du système cardiovasculaire, du système nerveux, du système digestif, du système respiratoire, urogénital, du système hémique et immunitaire, du système musculo-squelettique, etc.

 

Les pratiquants avaient pratiqué le Falun Gong pendant une durée moyenne de 1,8 ans, environ 2 heures par jour.

 

Des personnes interrogées, 92% ont signalé la disparition totale des symptômes, 9,74% ont observé une amélioration modérée et seulement 0,14% n'ont vu aucune amélioration évidente. Le taux de récupération de la maladie ne montre pas de différence majeure entre les pratiquants ayant de multiples maladies ou une seule maladie, qui est respectivement de 89,73% et 88,83%. L'étude a également démontré que le taux de récupération augmentait avec la durée de la pratique. Le taux de récupération pour les pratiquants de 2, 3, 4 ans sont 91,24%, 92,45%, 95,96%, respectivement, ce qui pourrait suggérer que plus on pratique, meilleur est le résultat. Il est très intéressant de noter que ceux qui ont obtenu les meilleurs résultats n'ont utilisé aucun traitement médical - même de médecine alternative, et n'ont pas pris non plus de vitamine / suppléments de minéraux ou d'autres produits de santé naturels. Les pratiquants les considéraient comme superflus et une cause potentielle de perturbation de leur processus d'amélioration systématique de la santé.

 

La pratique du Falun Gong peut revendiquer d'énormes économies pour les pratiquants et le gouvernement en réduisant considérablement l'utilisation des soins de santé. Selon l'enquête, le coût médical annuel par personne avait chuté de 2 408,83 yuan après la pratique. En tenant compte du facteur que 62,1% de la population est âgée (de 50 à 71 ans) alors que plusieurs maladies sont très fréquentes, le montant des économies potentielles pourrait être beaucoup plus élevé.

 

La majorité des pratiquants ont rapporté des améliorations évidentes du bien-être dans l'ensemble de leur état physique et mental : l'augmentation de la vitalité physique et de la mobilité, moins de fatigue après une activité physique, une meilleure mémoire, une meilleure vision et fonction auditive, un meilleur appétit et qualité du sommeil, la sensation d'une meilleure santé, et pratiquement aucun signe de stress, d'anxiété ou de dépression.

 

A5. L'enquête sur l'effet du Falun Gong sur la santé de dix milles (pratiquants) à Pékin

 

Résumé : Afin de déterminer les effets sur la santé du Falun Gong, un groupe de professionnels et de chercheurs ont mené une enquête auprès de certains pratiquants du Falun Gong dans cinq districts de Pékin, avec 12 731 questionnaires valides.

 

Selon l'enquête, sur 12 731 participants, 93,4% avaient des problèmes de santé et 49,8% avaient souffert d'au moins trois maladies avant qu'ils aient commencé à pratiquer le Falun Gong. Grâce à l'apprentissage et à la pratique du Falun Gong, les problèmes de santé des pratiquants se sont améliorés à des degrés divers. Le total des cas effectifs atteignait 99,1%, dont le taux de récupération complète était de 58,5%. En comparant les changements de conditions physiques avant et après la pratique du Falun Gong, 80,3% des participants ont amélioré leur santé. Parmi ces personnes, la fraction de personnes « très énergiques » a augmenté à 55,3%, après avoir pratiqué comparé à 3,5% avant de pratiquer. Les faits démontrent que le Falun Gong est remarquablement efficace pour guérir les maladies et améliorer les conditions de santé. Selon la science médicale moderne, être en bonne santé comprend deux aspects : un corps sain et un esprit sain. L'enquête montre que 12 287 personnes étaient psychologiquement saines après avoir pratiqué le Falun Gong, et cela représente 96,5% du total des participants à l'enquête.

 

L'enquête a été menée en octobre 1998 par les chercheurs suivants :

 

Lin Dan, Université médicale de l'union chinoise, collège des sciences de base, professeur assistant

RiYang Pu, Hôpital de l'Université médicale de l'union chinoise, chercheur au Post Doc.

FuJun Li, Hôpital de l'Université médicale de l'union chinoise, chercheur au Post Doc.

NaiYuan Li, Université médicale de Pékin, (Hôpital Oral-Maxilaire), médecin traitant

Qi Wang, l'Hôpital général de la police du peuple de Chine, médecin traitant

Ying Lu, Hôpital no. 2 de Pékin, médecin traitant

CaiXi Li, Institut de recherche en médecine traditionnelle chinoise, Hôpital Xiyun, chercheur

ZhiYun Liu, Institut de recherche en médecine traditionnelle chinoise, Hôpital Xiyun, Associé

Chercheur ShuQing Feng, L'Hôpital général militaire no. 304 du peuple de Chine, médecin assistant

ChengTao Lin, Université médicale de l'union chinoise, collège des sciences de base, professeur assistant

Researcher Xiao Liu, Université médicale de l'union chinoise, collège des sciences de base, chercheur pratique

 

--------------------------------------------------------------------------------

 

Références et notes

 

[1] "Hard truth reveals Li's fallacies", China Daily, vol. 19, 7/24/99, p. 4.

 

[2] from Mr. Li Hongzhi's March 23, 1997 lecture in York City.

 

[3] See, for example, "China's crackdown on Falun Gong dismays many", The New York Times, 8/1/99.

 

[4] "Arrest order on cult leader", South China Morning Post, 7/30/99, front page. This initial number still remains in the article "Li Hongzhi is Wanted" on the Chinese Embassy's "Faluncult" webpage. (www.chinaembassy.org/Press/Faluncult.htm)

 

[5] "Falun Gong Practice Causes Health Problems and Death", from the Chinese Embassy's "Faluncult" web-page, www.china-embassy.org/Press/Faluncult.htm.

 

[6] as stated by the Minister of Public Health and the Public Health Department in China News Digest, cm 1999, 11c, hz8.

 

[7] This has not stopped the Chinese Government from trying to frame Falun Gong on this matter. On several occasions letters supposedly by Mr. Li Hongzhi have been forged by various Government offices. The letters have made all sorts of ridiculous statements, such as “make sure and come to such and such a place on this date for the group suicide” or “it is time for us to leave this world.” These fake letters have tried to mislead practitioners into suicide--a crime punishable in most nations. Yet on no occasion have any practitioners been reported to have shown up. Such things are easily recognized as grossly fabricated.

 

[8] as stated by the Minister of Public Health and the Public Health Department in China News Digest, cm 1999, 11c, hz8.

 

[9] China National Statistics Bureau, 1999. Available at: www.peopledaily.com.cn/english/china/19990914A105.html

 

[10] The New York Times, along with others, reported this statistic in its accounts of Falun Gong last April. See “In Beijing: A roar of silent protestors” and “Notoriety now for exiled leader of Chinese movement” in The New York Times, 4/27/99, International Section. Realizing later the proportions of what it had tackled in banning Falun Gong, the Chinese Government later adjusted this figure to 2 million. Unfortunately, some Western media seems to have taken this doctored, euphemistic figure at face value, forgetting that the estimate of 70 million was provided by the Chinese Government.

 

[11] for findings on ADR, see Journal of the American Medical Association vol. 277(4), Jan 1997, 301-306. For findings on medical error, see The National Academies: Testimony to Congress, 12/13/99.

 

[12] Statistical Abstract of the United States, US Census Bureau, 1998 ed.

 

[13] China National Statistics Bureau, 1999. Available at: www.peopledaily.com.cn/english/china/19990914A105.html

 

[14] Statistical Abstract of the United States, US Census Bureau, 1999 ed.

 

 

Traduit de l'anglais au Canada

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2011/10/1/128695.html