Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

268,391,416 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Opinions


La fabrication par le PCC des « 1 400 cas de décès » afin de calomnier le Falun Gong

 

Rapport récapitulatif écrit par des journalistes de Minghui

 

 

Cet article a été publié pour la première fois en octobre 2011

 

(Minghui.net) Afin d'alimenter la persécution du Falun Gong, le Parti communiste chinois (PCC) a fabriqué en juillet 1999, l'histoire des 1 400 cas de décès pour calomnier le Falun Gong à travers le pays au moyen des médias contrôlés par le gouvernement. Il a trompé les gens qui ne connaissaient pas la vérité, ce qui a causé des compréhensions erronées et de la haine envers le Falun Gong. D'où sont venus ces 1 400 décès ?

 

1. Invention

 

Le PCC a prétendu que certains décès de non-pratiquants étaient en fait des décès de pratiquants de Falun Gong. Par exemple, Wang Ku a souffert à un certain moment d'hépatite B. Sa maladie avait été diagnostiquée en 1984 et il est décédé d'une cirrhose du foie en 1998. À première vue, il n'y avait rien d'inhabituel dans ce cas, mais le régime de Jiang Zemin a menti en le mettant dans la liste comme étant l'un des 1 400 décès, supposément être mort d'avoir pratiqué le Falun Gong. Sa femme a déclaré : « La mort de mon mari a été publiée dans le journal afin d'attaquer le Falun Gong. Mon mari est décédé d'une maladie du foie et cela n'avait rien à voir avec le Falun Gong parce qu'il ne l'avait jamais pratiqué. » (Voir article en cliquant sur : Révéler les mensonges des « 1400 cas de mort »)

 

Un autre exemple était « Un homme se pend sur un derrick ». Le PCC a dit qu'il s'était pendu à cause de sa pratique du Falun Gong. En fait, il s'agissait d'un agriculteur de la banlieue de la ville de Jilin et il gagnait sa vie en réparant des vélos. Il n'avait pas fait la paperasserie administrative concernant sa petite affaire et l'administration du marché lui a confisqué ses outils. Il n'a pas pu supporter les pressions de l'existence et il s'est pendu. Tous les voisins savaient qu'il n'avait jamais pratiqué le Falun Gong. Sa famille avait l'intention de traduire l'administration en justice, mais dans le but de calomnier le Falun Gong, le gouvernement local a voulu leur donner des dommages et intérêts si elle était d'accord de dire qu'il était un pratiquant de Falun Gong. La police a montré ouvertement des livres de Falun Gong et deux bouteilles d'alcool près du corps quand ils ont pris des photos comme preuve. Comme ils ne savaient pas que les pratiquants de Falun Gong ne boivent pas d'alcool, la preuve s'est démentie d'elle-même. (Voir article en cliquant sur : Des fonctionnaires corrompus du gisement de pétrole du nord de la Chine diffament le Falun Gong et persécutent les pratiquants)

 

II Se servir de malades mentaux pour calomnier le Falun Gong

 

1. Ma Jianmin

 

La CCTV (Télévision centrale chinoise) a inventé de toutes pièces l'histoire disant que « Ma Jianmin s'est ouvert le ventre pour chercher une roue de la loi ». Ma Jianmin et d'autres membres de sa famille avaient un historique de problèmes psychiatriques. Parmi les « 1 400 décès » inventés par le régime, celui de « s'ouvrir le ventre pour y chercher un Falun » est celui qui incite le plus de haine chez les gens contre le Falun Gong. Ma Jianmin était employé au champ pétrolifère de la ville de Renqiu, province du Hubei. Il y avait des précédents de problèmes mentaux chez lui et chez sa famille. Il a pratiqué toutes sortes de qigong. Quand le Falun Gong s'est propagé jusqu'au champ pétrolifère de Huabei, il a essayé le Falun Gong aussi, mais ceci demande l'étude du Fa et de cultiver le coeur. Les pratiquants doivent avoir une conscience principale forte et doivent savoir clairement ce qu'ils font. Ceci est difficile pour des malades mentaux.

 

Ma Jianmin était seul à la maison un jour. En rentrant à la maison, sa famille a vu du sang par terre et ils l'ont trouvé mort dans la salle de bains, son ventre ouvert. Sa famille en a informé la police. La police locale savait pertinemment qu'il était mort seul à la maison et personne ne savait pourquoi son ventre était ouvert. La CCTV est venue faire un reportage. L'un des fils de Ma Jianmin a déclaré plusieurs fois que la mort de Ma Jianmin n'avait rien à voir avec le Falun Gong et il a refusé toute implication dans le reportage. La CCTV a néanmoins ignoré les faits et a produit l'histoire frauduleuse : Ventre ouvert pour chercher une roue de la loi ». (Voir aussi l'article en cliquant sur : (Comment le Parti communiste chinois répand des mensonges dans le but de persécuter le Falun Gong)

 

2. Fu Yibin

 

Assis, jambes croisées devant une caméra de télévision, Fu Yibin parlait de façon près animée. À un moment, il disait qu'il aurait de la peine pour quelqu'un en train d'être percé avec une aiguille et le moment d'après, il décrivait comment il avait tué sa femme et son père comme on tue un cochon ou comme on coupe des légumes. De toute évidence, il s'agissait d'un cas de maladie mentale, mais la CCTV disait que la tuerie était le résultat de la pratique du Falun Gong. Ceux qui connaissaient Fu Yibin savaient tous qu'il était fou depuis 1993 et que souvent il courait dehors tout nu. Mentir sur le crime de ce malade mental, en disant que c'était le résultat de sa pratique du Falun Gong, était une invention pure et simple de la part du PCC dans le but haineux de faire un coup monté contre le Falun Gong. (voir aussi l'article en cliquant sur : (Comment le Parti communiste chinois répand des mensonges dans le but de persécuter le Falun Gong)

 

3. Wang Anshou

 

Wang Anshou, ouvrier à l'usine d'outillage de Taishan, dans la ville de Xingtai, province du Shandong, a tué ses parents avec une bêche parce qu'il avait rechuté dans sa maladie mentale. Le Tribunal civil du peuple de la ville de Xingtai a rendu un jugement le 10 novembre 1999 qui déclare : « La Cour a observé que le défendant avait souffert de troubles mentaux avant son mariage et avait essayé de le cacher. Après leur mariage, l'accusé a fait des rechutes à plusieurs reprises et il a eu des problèmes pendant longtemps en essayant de guérir son trouble mental. L'accusé a tué ses parents avec une bêche au moment de la rechute de sa maladie mentale... » La femme de l'accusé a demandé le divorce avec insistance, ce que la Cour soutient. » Le PCC a calomnié le Falun Gong en disant que la folie de tuer qui avait saisi Wang était le résultat de sa pratique du Falun Gong. (Voir aussi l'article en cliquant sur : (Pourquoi Wang Anshou a-t-il tué ses parents? Le verdict de la Cour contredit la tentative de la bande de Jiang de blâmer le Falun Gong)

 

Il est dit très clairement dans les enseignements du Falun Gong que des personnes gravement malades ou des malades mentaux ne peuvent pas pratiquer le Falun Gong, et que tuer et se suicider est un péché. Il est un fait bien connu que des malades mentaux n'ont pas un raisonnement clair quand ils sont en état de crise de la maladie.

 

III. Des pots-de-vin consistant en réduction de tarifs médicaux afin de calomnier le Falun Gong

 

Le PCC a commandé des quotas partout en Chine de « travaux politiques » dans le but de calomnier le Falun Gong. Certaines régions locales ont donné des pots-de-vin à des malades en les incitant à calomnier le Falun Gong. Un exemple concerne un handicapé qui était bossu. Il s’appelait Zhang Haiqing et il menait une vie difficile. Il tenait un magasin de gravure de sceaux dans la ville de Panjin et habitait à la campagne. Zhang Haiqing est allé un jour à l’Hôpital de Xiehe, à Beijing, chercher un traitement pour une inflammation des vertèbres. Sa femme nous raconte ce qui suit :

 

Quand le couple est arrivé à l'hôpital, il y avait une longue file d'attente à l'enregistrement. Pendant qu'ils attendaient, un journaliste de la CCTV est entré en disant : « Si quelqu'un veut se montrer à la CCTV pour calomnier le Falun Gong, vous serez enregistré en premier et vous aurez en plus un rabais de 50% sur les frais médicaux. » Comme Zhang Haiqing voulait vraiment avoir son rendez-vous, il a répété les paroles du journaliste calomniant le Falun Gong et a soutenu que c'était sa pratique du Falun Gong qui l'avait rendu bossu. Il a bien été le premier enregistré, mais il n'a jamais eu le rabais promis par la CCTV. Sa femme a déclaré que la CCTV avait menti et que tous les gens de la localité savait bien qu'il n'avait jamais pratiqué le Falun Gong. (Voir l'article en cliquant sur : Officials Fabricate Charges Against Falun Gong Practitioners in Panjin City, Liaoning Province)

 

En fait, la pratique du Falun Gong ne pourrait pas faire devenir bossu, c'est même le contraire, de nombreuses personnes ayant des problèmes de santé ont été guéries par la pratique du Falun Gong. Dans cet article de Minghui, « Grâce au Falun Dafa je suis devenu un homme en bonne santé avec un dos droit après avoir souffert d’être bossu pendant 20 ans » dont l'auteur était ingénieur électricien et après avoir pratiqué le Falun Gong pendant deux mois et demi, ses vingt ans et plus comme bossu ont pris fin et il se tient droit depuis lors.

 

On a rapporté un autre cas : « In Only Three Days, My Hunched Back of Twenty Years Became Straight ». Mme Wu Weiyu de la ville de Liuzhou dont le dos bossu, courbé de 90° depuis plus de vingt ans a été remis droit. Elle a aussi rendu public le fait que le 28 juillet 1999, dans la ville de Liuzhou, deux journalistes du programme de télévision Police Life et deux agents sont venus à son domicile lui demandant de nier le fait que le Falun Gong avait guéri son dos bossu. Elle a refusé sans ambages.

 

IV. La mort sous la persécution incluse dans les 1 400 cas de décès.

 

Mme Huang Xinjin était enseignante, employée par l’École élémentaire de Xiyang dans le canton de Wuwei, province du Gansu. Comme elle a persisté dans sa cultivation du Falun Gong, la police l'a harcelait sans cesse, elle a été renvoyé par son école qui a arrêté de verser son salaire. La police locale a enfermé Mme Huang dans un hôpital psychiatrique pendant plus de 20 jours où elle a enduré des tortures inhumaines. En rentrant chez elle, elle a été placée sous arrestation à domicile et on a ordonné à sa famille de la surveiller. Après deux semaines, sa famille a déclaré que Mme Huang est décédée après avoir sauté d'un l'immeuble. Son mari en a informé la police et la télévision a dit qu'elle avait un problème mental causé par la pratique du Falun Gong. On n'a pas examiné son corps avant la crémation. Quelles drogues a-t-elle été forcée de prendre à l'hôpital psychiatrique ? Quel est la vraie raison qui l'a fait sauter de l'immeuble ? Ces questions restent encore à enquêter.

 

V. Ceux qui n'arrivent pas à suivre les exigences des principes du Falun Gong ne sont pas de vrais pratiquants.

 

Le PCC ne permets pas à des tiers d'enquêter sur les soi-disant de 1 400 décès. Le PCC a tenu le rôle de plaignant, de juge, et d'enquêteur/et de parquet dans ces causes. Les pratiquants du Falun Gong n'avaient aucune possibilité de s'exprimer et la procédure elle-même a démontré comment ces 1 400 cas ne correspondent pas à la vérité.

 

Il est bien entendu que nous ne nions pas que parmi ces 1.400 cas, certaines personnes ont pu, peut être, pratiquer les exercices du Falun Gong à un certain moment, mais le Falun Gong est une pratique de la Loi de bouddha de haut niveau et n'a pas un rôle spécifique de guérison des maladies. On exige des pratiquants d'améliorer leur xinxing selon les principes Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Le but principal de pratiquer le Falun Gong est de devenir une personne de grande vertu et, se débarrasser des maladies est une conséquence secondaire de la pratique. Mais pour autant, le Falun Gong n'a jamais enseigné qu'on ne mourra pas simplement parce qu'on pratique le Falun Gong. Les effets miraculeux de la guérison par le Falun Gong se voient communément, mais la condition est d'élever son esprit d'abord. Ceux qui n'ont pas réussi à atteindre les exigences du Falun Gong et qui n'ont pas cultivé l'esprit ne sont pas des pratiquants de Falun Gong et ne peuvent pas être purifier physiquement.

 

Pour les personnes ordinaires, la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort forment le cycle de la vie. Si un malade du cancer meurt à l'hôpital nous ne pouvons pas dire que l'hôpital l'a tué. Pour la même raison, si un malade en phase terminal d'une maladie pratiquait le Falun Gong, nous ne pourrons pas dire que le Falun Gong a été la cause de sa mort.

 

V1. « 1 400 cas démontent en fait que le Falun Gong est miraculeux

 

Mais imaginons un instant que ces 1 400 cas sont vrais. Si les pratiquants du Falun Gong étaient entre 70 000 000 et 100 000 000 au total comme le PCC l'avait estimé au début de la persécution et qu'entre 1992 et 1997, il y ait eu seulement 1.400 décès avéré ou 200 par an, cela ferait moins de 0.0001% (1 sur 10.000). Selon le l’inventaire chinois de l'année 1996, entre 1990 et 1996 la moyenne des décès, par an, était de 0.0066 (66 sur 10.000). Ce nombre à lui seul prouverait que le Falun Gong a vraiment des effets miraculeux sur la santé.

 

 

Traduit de l'anglais en France

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2012/4/7/132596.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2011/9/26/“1400例”谎言面面观-247177.html