(Minghui.org) Selon les informations recueillies par Minghui.org, en janvier 2020, 125 pratiquants de Falun Gong ont été arrêtés et 69 ont été harcelés pour leur croyance. Cinquante-huit des pratiquants arrêtés sont toujours en détention au moment de la rédaction de ce rapport.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une pratique spirituelle basée sur le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Depuis que le régime communiste chinois a commencé à persécuter cette pratique en juillet 1999, de nombreux pratiquants ont fait l'objet d'arrestations, d'emprisonnements, de tortures, de travaux forcés et même de prélèvements d'organes.

Parmi les 194 pratiquants visés, 48 ont eu leur domicile saccagé. La police a extorqué un total de 155 700  yuans à 18 pratiquants, allant de 100 à 100 000 yuans par pratiquant. Huit des pratiquants étaient âgés de plus de 70 ans et cinq de plus de 80 ans.

La plupart des pratiquants ont été ciblés avant le Nouvel An chinois et l'apparition du coronavirus mortel qui a provoqué la mise en quarantaine de plus de 80 villes en Chine.

Les provinces du Hebei, Heilongjiang et Shandong ont connu le plus grand nombre d'arrestations et de cas de harcèlement. Chacune des autres provinces a signalé des nombres de cas à un chiffre, entre 5 et 9 arrestations et 1 à 6 cas de harcèlement.

http://fr.minghui.org/u/article_images/2020/0219/E183293_20200218_Fr_Graphiques.jpg

On a rapporté que les autorités du district de Hongshan, dans la ville de Wuhan, province du Hubei, ont préparé une liste de 40 pratiquants de Falun Gong en décembre 2019. Ils ont tenté de les arrêter après le Nouvel An chinois et de les emmener dans un centre de lavage de cerveau. Comme la ville a ensuite été bouclée pour contenir le coronavirus, il reste à savoir si les arrestations prévues ont eu lieu.

Le 27 janvier 2020, dans la province du Heilongjiang, M. Gong Fengqiang, âgé de 48 ans, a été emmené dans une salle de quarantaine pour les patients atteints du coronavirus après avoir perdu connaissance à la suite de sévices subis dans un centre de détention. L'arrestation de M. Gong est survenue le 27 décembre 2019, quelques semaines seulement après que sa femme soit morte en tentant d'échapper à l'arrestation, également pour sa croyance dans le Falun Gong.

Ce rapport présente certaines des arrestations et certains des cas de harcèlement survenus en janvier 2020. Le contrôle accru de l'information et les restrictions en matière de transport en Chine en raison de l'épidémie de coronavirus rendent le signalement à temps du nombre de pratiquants de Falun Gong qui sont arrêtés et harcelés encore plus difficile.

Ville de Mudanjiang, province du Heilongjiang : Dix pratiquantes de Falun Gong arrêtées en deux jours

Dix habitantes de la ville de Mudanjiang, dans la province du Heilongjiang, ont été arrêtées les 5 et 6 janvier 2020, car elles sont restées fermes dans leur croyance dans le Falun Gong.

Parmi elles, 8 pratiquantes ont été arrêtées le 5 janvier 2020. La police les a suivies quand elles ont quitté le domicile d'une pratiquante après avoir étudié ensemble les enseignements du Falun Gong. La police a confisqué leurs clés, les a envoyées au poste de police de Xi'an et a saccagé leurs domiciles.

La police avait surveillé les pratiquantes avant les arrestations et obtenu des informations sur leur groupe d'étude, l'endroit où elles distribuaient des documents d'information sur le Falun Gong et leurs adresses personnelles.

Les huit pratiquantes sont : M me Liu Fengyan, Mme Chen Yanwei, Mme Wang Jinping, Mme Sun Yujing, Mme Sun Guichun, Mme Huang Yanli, Mme Li Shurong et Mme Wang Chunhua.

M me Liu a été libérée après avoir échoué à un examen médical et les sept autres pratiquantes ont été placées en détention administrative pendant quinze jours au centre de détention de la ville de Mudanjiang.

Le 6 janvier 2020, deux autres pratiquantes, dont M me Fan Limin, âgée d'une quarantaine d'années, et Mme Yu Changlan, ont été arrêtées.

La nuit précédente, la police avait frappé à la porte du domicile de M me Yu. Elle avait refusé de les laisser entrer, mais elle a été arrêtée alors qu'elle se rendait à son travail le lendemain matin.

On ne sait pas exactement où M me Fan et Mme Yu sont actuellement détenues.

Un résident du Sichuan arrêté après avoir demandé le renouvellement de son permis de résidence

M. Yu Ziming, âgé de 64 ans, est un habitant de la ville de Longchang, province du Sichuan. Le 2 janvier 2020, il s'est rendu au poste de police local pour renouveler son permis de résidence. La police a exigé de jeter un coup d'œil à son domicile. M. Yu les a ramenés chez lui, mais les policiers ont saccagé son domicile.

M. Yu a demandé à voir un mandat de perquisition. Un policier a répondu : « Vous [les pratiquants de Falun Gong] êtes hors-la-loi et nous n'avons pas besoin de document pour fouiller votre domicile. » On ne sait pas comment la police a découvert que M. Yu pratiquait le Falun Gong.

La police a tenté d'arrêter M. Yu. Lorsqu'il a résisté, un policier l'a attrapé par les cheveux et lui a cogné la tête contre le mur. Le côté droit de son visage était si enflé qu'il pouvait à peine ouvrir l’œil. Le gonflement et les ecchymoses sur son front étaient encore visibles même après deux semaines.

La police a ensuite emmené M. Yu et un autre pratiquant de Falun Gong qui lui rendait visite au poste de police pour les interroger. Les deux pratiquants ont refusé de répondre à leurs questions. Ils ont été relâchés le jour même vers 17 heures.

Une petite-fille licenciée à cause de l'arrestation de sa grand-mère

M me Sun Jianyan, originaire de la ville de Hegang, province du Heilongjiang, a été arrêtée le 15 janvier 2020, dans la ville de Yichun, à environ 150 km de Hegang. Elle venait de déménager à Yichun un mois plus tôt pour éviter d'être persécutée pour sa pratique du Falun Gong. La police a tout de même réussi à la retrouver et à l'arrêter.

De nombreux pratiquants de Falun Gong en dehors de Chine ont appelé le poste de police et leur ont demandé de libérer M me Sun. En représailles, la police a obligé le lieu de travail de sa petite-fille à renvoyer la jeune femme.

Un membre âgé de la famille brutalisé par la police lors de l'arrestation d'une pratiquante de Falun Gong

Le 27 janvier 2020, M me Li Ruiling, une habitante de Pékin, a été arrêtée alors qu'elle mettait en ligne des documents d'information sur le Falun Gong. Sept policiers ont mis son domicile à sac et ont confisqué ses livres de Falun Gong, des documents liés et son ordinateur.

L'oncle de M me Li était passé rendre visite à sa nièce, ignorant ce qui se passait à son domicile. La police a saisi son sac et a jeté son contenu par terre. Lorsque l'homme âgé de 70 ans s'est disputé avec la police, celle-ci l'a menotté et l'a maintenu au sol.

M me Li et son oncle ont ensuite été emmenés au poste de police local. Plus tard, Mme Li a été transférée au centre de détention de Dongcheng et son oncle a été libéré. Par la suite, la police a harcelé sa famille à plusieurs reprises. Ses proches, en particulier sa belle-mère, âgée de 80 ans, sont très inquiets à son sujet.

Arrêtées pour avoir diffusé des informations sur le Falun Gong

Le 23 janvier 2020, M me Qi Jirong, une octogénaire, et Mme Yu Dezhen, une quinquagénaire, habitantes de la ville de Shizuishan, province du Ningxia, ont été arrêtées après avoir été dénoncées pour avoir parlé du Falun Gong aux gens.

La police a mis à sac le domicile de M me Yu et a saisi ses téléphones portables. Elle est actuellement détenue au centre de détention de Dawukou. La situation de Mme Qi doit encore faire l'objet d'une enquête.

Le 8 janvier 2020, M me Liu Shuhua, âgée de 59 ans, habitante de la ville de Xuchang, province du Henan, a parlé du Falun Gong à un homme octogénaire et lui a remis trois livrets. En arrivant chez lui, l'homme a montré les livrets à son fils. Le 10 janvier, son fils, qui avait été influencé par la propagande calomnieuse du régime communiste contre le Falun Gong, a dénoncé Mme Liu à la police.

La police a identifié M me Liu après avoir examiné les vidéos prises par les caméras de surveillance de la rue. Le 13 janvier, ils ont fouillé son domicile et ont confisqué des documents relatifs au Falun Gong.

La police a placé M me Liu en détention pénale au centre de détention de la ville de Xuchang, affirmant qu'elle était une « récidiviste » puisqu'elle avait été condamnée deux fois en 2010 et 2013 pour avoir parlé du Falun Gong aux gens.

Des prélèvements sanguins effectués de force sur des pratiquants du Heilongjiang

Le 27 janvier 2020, M me Sun Fenglong, pratiquante de la ville de Harbin, province du Heilongjiang, a été arrêtée. La police l'a emmenée à l'hôpital, où un médecin a prélevé de force un échantillon de sang et a procédé à un examen médical approfondi. Elle a été maintenue en détention pendant sept jours avant d'être autorisée à rentrer chez elle.

Le 27 janvier également, la police a arrêté un autre pratiquant, M. Ma Chengbao. Le médecin lui a également prélevé un échantillon de sang et l'a examiné. Il a été détenu au centre de détention de Yaziquan pendant sept jours.

M. Lang Wanhong a été arrêté le 28 janvier. Il a échoué deux fois à l'examen médical et on lui a extorqué 500 yuans avant de le libérer.

Des habitants du Hebei harcelés la veille du Nouvel An

Le 24 janvier 2020, la veille du Nouvel An chinois, des policiers du canton de Shenze, province du Hebei, ont fait irruption au domicile de M me Wang Qiufen. Ils ont déchiré des couplets du Nouvel An et des décorations qui portaient des informations sur le Falun Gong sur sa porte d'entrée. La famille de Mme Wang a tenté de les arrêter, mais en vain. La police est restée environ quinze minutes, puis est partie.

Les policiers se sont ensuite rendus chez la voisine de M me Wang, Mme He Xiuling, après avoir vu des couplets du Nouvel An similaires sur sa porte. Ils les ont également déchirés et ont demandé à Mme He son nom et son numéro de téléphone avant de partir. Ils ont menacé d'arrêter Mme He et son fils si elle refusait de donner son numéro de téléphone à la police.

La famille d'une femme du Shanxi extorquée de 100 000 yuans

Le 15 janvier 2020, les autorités de la ville de Yangquan, province du Shanxi, ont appelé la fille de M me Guo Cuiying, Lian (alias), et lui ont ordonné de se rendre au bureau du comité résidentiel local.

À son arrivée, Lian a été accueillie par une équipe de policiers. La police a exigé qu'elle persuade M me Guo d'abandonner la pratique du Falun Gong. Ils ont menacé l'avenir de son enfant, disant qu'il serait affecté si Mme Guo ne renonçait pas au Falun Gong.

Les autorités ont extorqué 100 000 yuans à Lian et ont dit qu'elles lui rendraient 10 000 yuans chaque année si M me Guo n'était pas arrêtée pour avoir parlé du Falun Gong aux gens cette année-là. Mais si Mme Guo était arrêtée, les 10 000 yuans seraient confisqués.

En raison des pressions énormes, le mari de Lian envisage de divorcer.

Harcèlement d'une professeure d'université retraitée de 83 ans

Le 22 janvier 2020, vers 21 heures, Peng Yuncheng et un autre policier se sont présentés à la porte de M me Liu Xiuwen. Mme Liu, une enseignante à la retraite âgée de 83 ans de la ville de Chengdu, province du Sichuan, les a fait entrer.

Un policier a tenté de prendre des photos de son domicile. Lorsque M me Liu l'a arrêté, le policier a répondu : « Je ne prenais pas de photos de votre domicile, je prenais des photos du policier Peng. À plusieurs reprises, cet agent a tenté de prendre des photos de son domicile, mais Mme Liu l'a arrêté à chaque fois.

M me Liu leur a demandé : « Pourquoi êtes-vous venus ici ? » Peng a dit qu'ils voulaient juste lui rendre visite. Elle leur a dit qu'elle allait bien et qu'il était illégal pour eux de la harceler. La police est partie peu de temps après.

Traduit de l’anglais