(Minghui.org) Vénérable Maître et compagnons de cultivation, on m’a demandé de partager certaines de mes expériences de xiulian lors de mon travail sur la traduction et l'édition de la version 2018 du Zhuan Falun.

Le coordinateur de l’Association de Dafa de l’Allemagne m’a demandé en septembre 2017 si je pourrais aider à retravailler sur la traduction du Zhuan Falun. J’ai accepté et mon épouse et moi avons commencé à l'éditer.

Ce qu’on m’a demandé à l’improviste m’a encore montré qu’il ne s’agissait pas de ce que j’aimerais faire, mais où le Maître pourrait utiliser mes compétences. Au bout du compte, cela dépendait de si j’avais atteint le niveau de xiulian nécessaire pour ce projet.

En 2015, j’ai été très intéressé à éditer la version actuelle du Zhuan Falun, mais cela ne s’est jamais produit. Un compagnon de cultivation a suggéré en 2016 qu’on me demande d’aider à éditer la nouvelle version du Zhuan Falun. Cela n’a pas eu lieu non plus à l’époque. En rétrospective, je comprends que je n’avais pas atteint le niveau de compétence nécessaire pour un projet qui demande tant de responsabilités.

S’élever par la souffrance

Après que j’ai décidé de coordonner un important projet commençant en 2017, j’ai commencé à avoir des symptômes de karma de maladie, et ce fut le début d’une vie pénible. Cela a duré seize mois. Le soi-disant karma de maladie s’est manifesté par différents symptômes. Dès qu’un symptôme disparaissait, un autre surgissait.

J’ai commencé à chercher à l’intérieur et je me suis demandé quelle était la raison de ce soi-disant karma de maladie. Y avait-il une lacune dont les forces anciennes auraient pu tirer profit ? Pourquoi cela se passait-il au moment même où je décidais d’organiser un projet important ? À chaque fois, j’ai chassé les facteurs des forces anciennes qui, de leur tanière, essayaient d'empêcher la réalisation de ce projet. Leurs tentatives ont été vaines parce que cela ne m’a pas empêché de mettre en œuvre mon projet de validation de Dafa.

En même temps, j’ai observé la volte-face du soi-disant karma de maladie et j’ai eu différentes pensées à ce sujet. Par exemple, cela pouvait signifier la métamorphose de mon corps. En étudiant le Fa j’ai compris qu’endurer le karma est associé à l’élévation de notre niveau de xiulian. Quand nous atteignons un autre niveau de xiulian, ainsi que d’autres niveaux subséquents, notre monde entier sera restructuré. Donc, j’ai pensé que toute cette souffrance était une bonne chose et que les tentatives des forces anciennes de faire entrave se transformeraient en quelque chose de positif. En rétrospective, ce processus de souffrance a servi à transformer ma souffrance, mon karma, en de. En même temps, cela a élevé mon énergie de xiulian. Ce faisant, j’ai finalement été dans une position pour m’élever en travaillant sur des projets.

En souffrant pour élever les niveaux de xiulian, je n’ai pas pensé à mon implication dans l’amélioration du Zhuan Falun. Selon ma compréhension actuelle, je crois que ce processus de souffrance a servi à me préparer pour la tâche qui demandait un xinxing plus élevé – la nouvelle version du Zhuan Falun.

Sans aspiration, les choses arrivent naturellement

Je comprends finalement ce que le Maître voulait dire quand il a dit :

« Retenez-le donc, ne recherchez rien et vous obtiendrez naturellement. » (« Apprendre la Loi », Points essentiels pour avancer avec diligence)

Peu importe ce que je veux faire. Cela demande que j'aie atteint le niveau de xiulian requis pour faire partie d'un certain projet de Dafa. Comme le Maître me la fait comprendre, les compétences du xiulian sont un effet secondaire d'un xiulian diligent. Les pratiquants ne peuvent pas les rechercher. Par conséquent, j'évalue chaque demande de participer à un projet de Dafa. Tout d'abord, je dois atteindre le niveau de xiulian nécessaire pour un tel projet. Mon xinxing doit avoir atteint le niveau de xiulian nécessaire pour être digne de me faire assigner un tel projet par le Maître. À ce moment-là, et seulement à ce moment-là, le Maître m'assignera un projet dans lequel je peux aider le plus à la rectification de Fa.

Le premier obstacle

Peu après avoir commencé l'édition, nous avons fait face à un premier obstacle. Quand le coordinateur principal nous a demandé de terminer notre édition avant la fin de l'année, nous nous sommes rendu compte que c'était impossible.

On s'est dit : comment faire comprendre cela au coordinateur. Pendant des années, j'ai voulu participer à ce projet et je n'ai pas été autorisé à le faire. Maintenant, parce que j'ai été autorisé à y participer, je ne pouvais pas faire un produit satisfaisant en si peu de temps. Qu'est-ce que je devrais faire ? Poursuivre le projet ou trouver une excuse pour abandonner ?

Peu de temps après, il m'est apparu clairement que je devais soit bien faire ce projet de Dafa soit me retirer. Il est impossible de compromettre ce projet si important à cause de ma pensée humaine absurde. Nous avons parlé au coordinateur principal. Il a compris et accepté l'approche que nous avons planifiée.

Le deuxième obstacle : cultiver l'endurance et la flexibilité

Une pratiquante était plutôt ravie quand elle a appris notre projet. J'ai expliqué qu'en travaillant sur la traduction, il fallait qu'elle soit très proche du texte original en chinois, mais réécrit dans un style parlé. Sa réponse a été que cela ne se conformait pas à la structure habituelle d'un livre et que nous devions réviser la structure grammaticale et stylistique en conséquence.

Je ne m'attendais pas à cela, et ce qui était prévu pour l'étape suivante de révision s'est trouvé à l'arrêt. À ce point, la flexibilité était l'étape suivante. Je me suis demandé ce qui m'attendrait ensuite. J'étais sûr et certain que nous étions au bout de la révision. Mais maintenant, je n'étais pas sûr de combien de temps de plus nous allions avoir besoin. Est-ce que deux étapes seraient suffisantes ? Cependant, notre plan avait été de livrer une édition approfondie et propre, peu importe combien de temps cela prendrait. Alors nous avons jeté toutes nos délibérations précédentes et avons commencé à travailler sur la restructuration du livre.

En rétrospective, après avoir examiné tout le processus, je suis certain que la patience, la persévérance et la flexibilité sont de la plus grande importance durant la période de la rectification de Fa pour tous ceux qui sont impliqués. Le Maître avait besoin d'une période incommensurablement longue pour permettre à tous les êtres d'entrer dans le nouveau cosmos. Les forces anciennes ont détruit tout cela.

Cependant, le Maître a continué à sauver tous les êtres, malgré l'interférence des forces anciennes. Peu importe combien d'obstacles les forces anciennes mettent sur le chemin du Maître, il utilise simplement leurs arrangements pour atteindre son objectif.

Le troisième obstacle: « Qui a raison et qui a tort ? »

Après avoir redéfini nos fonctions, nous avons commencé à lire chaque section ensemble et, si nécessaire, l'améliorer.

Nous avons essayé, quand différentes propositions étaient faites, de trouver un terrain d'entente. Alors que c'était moi le responsable au bout du compte, je n’ai pas insisté sur mon opinion. Cependant, ce n’était pas toujours facile. Pendant de tels moments, j’ai essayé de décider rationnellement et je n’ai pas été influencé par mes sentiments.

Ce genre de coopération, qui a également reçu l’accord du coordinateur principal, nous a fait avancer comme un seul corps, en particulier en ce qui a trait à notre projet. J’ai vraiment expérimenté ce que j’ai compris du Fa du Maître : moins les membres d’un projet insistent sur leurs propres opinions et plus ils se placent dans le projet et se donnent au maximum, l’environnement du projet sera harmonieux, et tout se déroulera bien.

Former un seul corps

Le coordinateur principal a annoncé la publication de la nouvelle version du Zhuan Falun au cours de l'été 2018. Nous avons mis la version finale en ligne et demandé aux compagnons de cultivation de nous informer s'il y avait des erreurs ou d’envoyer des améliorations.

Au début, j’étais un peu inquiet : « Comment est-ce que mes compagnons de cultivation réagiront à la nouvelle traduction ? » Le premier message électronique n’a pas pris beaucoup de temps pour arriver. Une pratiquante a dit qu’en lisant la nouvelle version, elle a senti qu’elle lui était adressée personnellement. D’autres ont dit qu’ils ont eu des éveils grâce à la nouvelle version et ont eu de nouvelles compréhensions en la lisant. J’étais encouragé.

Davantage de messages électroniques sont entrés pour nous informer des erreurs et nous les avons corrigées. Des suggestions ont été faites. Tous les messages électroniques ont montré que les compagnons de cultivation voulaient de tout cœur soutenir ce projet.

Les pratiquants allemands, autrichiens, suisses et chinois également ont formé un corps qui a aidé à améliorer la nouvelle version du Zhuan Falun.

Donc, involontairement, ce projet de Dafa qui a commencé avec quelques pratiquants est devenu un projet où les pratiquants parlant l’allemand ont formé un corps – quelque chose que le Maître nous a demandé.

Rien ne se passe sans le Maître

Travaillant sur la dernière traduction du Zhuan Falun m’a donné de nombreuses expériences de xiulian. Cela m’a montré encore et encore que j’aide le Maître, mais que c’est le Maître qui rend tout possible.

Le Maître est toujours là et nous guide pour réaliser le projet à l’optimum. Les dérangements et erreurs apparaîtront quand nous sommes pris dans nos conceptions, ainsi nous perdons la lucidité et notre sagesse.

La patience infinie du Maître

Bien sûr, nous avons travaillé tout d’abord sur « Lunyu ». C’est là où la patience infinie du Maître m’a montré les erreurs que j’ai faites, mais que je n’aurais pas pu trouver s’il ne m’avait pas guidé.

Puisque « Lunyu » comprend seulement quatre paragraphes, j’ai pensé qu’on pourrait travailler dessus vite. Mais ça ne s'est pas passé comme ça. Encore et encore, le Maître m’a fait prendre conscience qu'il était nécessaire de regarder certaines phrases et de les corriger. Souvent, cela arrivait à des moments tout à fait inattendus. Par exemple, peu après mon réveil, une pensée me disait de regarder à une phrase spécifique. Cette pensée n’était pas à haute voix ou silencieuse, juste très distincte. Elle se répétait jusqu’à ce que j’ai compris finalement et vérifié la phrase.

Étonnamment, la phrase était incorrecte et nous a restructurions avec le coordinateur principal. Puis les pensées disparaissaient. Mais après un certain temps, une nouvelle pensée de regarder à une certaine phrase entrait dans mon esprit. Ainsi, certaines parties du « Lunyu » ont été refaites petit à petit. Cela aurait été impossible sans le Maître pour nous guider.

Faire attention à la négligence

Le Maître a trouvé différentes façons de nous aider, même en utilisant des pratiquants étrangers.

Dans la première phrase de la section « Le langage cosmique » (Troisième Leçon), il y avait une faute d’orthographe. Au lieu du « langage cosmique », il était écrit « langage comique ». Personne ne l’avait remarqué. Un pratiquant suédois a informé le coordinateur principal de l’erreur.

Quelle honte ! Comment avais-je pu manquer cela ? Comment tous ceux impliqués dans l’édition l’avaient-ils manqué ? Mais la question la plus importante liée à cela était : « Qu’est-ce que le Maître soulignait par cette faute ? »

Selon ma compréhension, le Fa ne nous donnera rien si nous ne sommes pas attentifs et respectueux envers le Fa. Durant mes années de xiulian il y avait des fois où, étant donné le manque d’attention, je n’avais aucune compréhension pendant ma lecture du Zhuan Falun.

Selon ma compréhension, le Maître nous a montré par la citation « langage comique » que le Fa qu’il nous a donné doit toujours, et sans exception, être lu avec gratitude et respect.

Quelles sont les choses que je ne vois pas ?

De plus, le Maître m’a aidé à reconnaître la discorde. Une fois, pendant la lecture du Fa, une phrase qui était clairement discordante a attiré mon attention. En fait, j’aurais dû voir la discordance en lisant la phrase en entier. Je me suis demandé pourquoi le Maître avait attendu presque un an et demi avant de la souligner directement. Peut-être parce que je n’avais pas atteint le point dans mon xiulian où j’aurais pu la reconnaître.

Par conséquent, je me suis demandé : « Quelles sont les autres choses que je ne vois pas ? » Combien de fautes continuerai-je à faire en essayant de sauver les êtres, parce que je n’ai juste pas reconnu la discordance ? Combien de temps le Maître doit-il attendre avant qu’il puisse m’aider, juste parce que je n’ai pas cultivé diligemment et n’ai pas atteint le niveau de compréhension nécessaire ?

Auparavant j’étais malheureux que la rectification de Fa ne soit pas encore terminée. Cette pensée surgissait quand je n’avais pas cultivé diligemment. Avec cet incident, le Maître m’a fait comprendre que je n’ai pas besoin de lui demander quand tout sera terminé. Plutôt, je devrais demander pourquoi je ne suis pas diligent et par conséquent, ne peux pas reconnaître l’aide et les conseils donnés par le Maître.

Le Maître nous attend. Donc, nous ne pouvons pas ralentir dans notre xiulian.

Indications à prendre à cœur

Les indications ci-dessus furent certaines de mes expériences de xiulian en travaillant sur la version 2018 du Zhuan Falun. Chacune de mes expériences est liée à la régularité, la confiance et l’espoir.

Le Maître est toujours près de nous. Le Maître nous dirige et nous guide. Le Maître nous ramènera à la maison.

Maître, je vous suis reconnaissant pour tout ce que vous avez fait et continuez à faire pour moi.

Chers compagnons de cultivation, formons un seul corps – puissant et rempli de bienveillance.

(Présenté au Fahui européen 2019)

Traduit de l'anglais