(Minghui.org) Avant de commencer à pratiquer le Falun Dafa en 1997, je souffrais de maux de tête, de neurasthénie, de gastrite, d'appendicite, de maladie inflammatoire pelvienne, d'inflammation, d'arthrite, d'une tumeur utérine et d'un cancer du sein. Il y a eu des moments où j'ai eu besoin d'une intervention chirurgicale, mais ma famille était trop pauvre pour la payer. Ma vie était misérable et chaque jour me semblait être une année.

Mais cinq jours seulement après être devenue pratiquante de Falun Gong, j'étais libérée de tous mes maux. Deux semaines plus tard, je marchais si légèrement que j'avais l'impression de flotter sur l'air. Pendant plus de vingt ans, j'ai suivi de près Maître Li Hongzhi dans la rectification de Fa. Bien qu'il y ait eu des obstacles, j'ai aussi rencontré beaucoup de choses miraculeuses.

J'aimerais faire part de mes expériences à Maître Li.

Seul le Maître contrôle le destin d'un disciple de Dafa

Les agents du poste de police du canton de Xidian ont perquisitionné à mon domicile le 18 janvier 2006. Ils ont confisqué tous mes livres de Dafa et des exemplaires de l'Hebdomadaire Minghui. Ils m'ont emmené au poste et plus tard au centre de détention du canton de Guan.

Lorsqu'une gardienne m'a interrogée, elle m'a demandé où j'avais obtenu les brochures de Falun Dafa. Je lui ai dit que je les avais eues dans la rue. Elle m'a dit de mettre mon empreinte digitale sur le procès-verbal d'interrogatoire. Lorsque j'ai refusé, elle m'a dit que je pouvais partir si je le faisais et m'a assuré qu'elle tiendrait sa parole.

J'ai appuyé un doigt sur le papier en disant que c'était pour les mots « Authenticité-Bienveillance-Tolérance ». On m'a demandé une autre empreinte, j'ai pressé un autre doigt sur le papier et j'ai dit : « C'est pour “Falun Dafa est bon”. » Elle m'a demandé de faire une empreinte des cinq doigts, ce que j'ai fait et j'ai dit : « C'est pour rentrer chez moi. » Je me suis retournée et j'ai dit aux agents qui m'avaient emmenée au centre de détention : « Laissez-moi partir maintenant. »

Ils ne voulaient pas me laisser partir. J'ai dit à la gardienne : « Vous venez de dire que je serais autorisée à partir si je donnais mes empreintes digitales. Si vous ne me laissez pas partir, rendez-moi mes empreintes digitales. »Elle a refusé. J'ai dit à haute voix : « Puisque vos paroles sont invalides, mes empreintes le sont aussi. »

Au centre de détention, je faisais les exercices, j'émettais la pensée droite et je récitais les enseignements du Falun Dafa tous les jours. Un jour, ma fille m'a rendu visite et m'a dit qu'elle avait reçu un avis disant que j'allais être emmenée au camp de travaux forcés de Zibo le lendemain pour un an. Je lui ai dit que, si ce n'était pas le souhait du Maître, je n'irais nulle part. En colère, ma fille a dit : « Maman, tu n'as pas toute ta tête. C'est une déclaration légale. »

J'ai dit : « Celui qui m'a condamné sera condamné à la porte de la vie. Il vit dans les trois royaumes, mais je suis une vie en dehors des trois royaumes. Il faut être à un niveau tout aussi élevé pour pouvoir me condamner. »

Cette nuit-là, j'ai émis la pensée droite et j'étais déterminée à ne pas être enlevée du canton de Guan. Je me suis souvenue que le Maître avait dit :

« Je suis enraciné au plus profond de l’univers ; si quelqu’un était capable de s’en prendre à vous, c’est à moi qu’il s’en prendrait et pour le dire carrément, il s’en prendrait à l’univers. » (Première Leçon, Zhuan Falun)

Ma vie a été donnée par le Maître. Le maître décide de tout. Comme il l'a dit :

« Autant de puissance de la pensée droite, autant de force majestueuse. » (« Également en deux mots », Points essentiels pour avancer avec diligence II).

J'ai vraiment senti que le Maître était à mes côtés cette nuit-là et je me suis sentie calme et détendue. J'ai entendu le bruit d'un mur qui s'effondrait dans le centre de détention. J'ai demandé si quelqu'un d'autre l'avait entendu. Personne d'autre n'a rien entendu. Je savais que le son venait d'une autre dimension. J'étais sûr que je sortirais de là.

J'étais déterminée à ne pas quitter le canton de Guan et je suis restée vigilante à tout moment. Un mois plus tard, j'ai été libérée et ma fille est venue me chercher. De retour à la maison, ma fille m'a dit que mon nom avait été envoyé au camp de travaux forcés de Zibo, mais que la gardienne avait réussi à le retirer de la liste.

Elle a dit à ma fille : « Je ne veux pas être tenue pour responsable de ta mère. Une fois, j'ai envoyé un parent au camp de travaux forcés. Cependant, je ne laisse partir ta mère que parce que, depuis qu'elle est arrivée ici, je n'ai pas pu dormir, j'ai eu un mal de tête et je me sens terriblement agitée ».

Être une bonne personne selon Authenticité-Bienveillance-Tolérance

En tant que pratiquante, je suis stricte au sujet du principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Lorsqu'une conduite d'eau a fui et a inondé la route, j'ai refait le chemin. Une autre fois, une voisine m'a réprimandée depuis son jardin. Plus tard, elle s'est déplacée vers la route pour me crier dessus, puis vers ma porte d'entrée. Je n'ai rien dit en retour. Elle a continué à le faire plusieurs fois par jour pendant plus de quatre mois.

Un jour, elle m'a dit : « Pourquoi ne réponds-tu pas quand je t'engueule ? Pourquoi n'appelles-tu pas la police ? » Je pensais que je ne laisserais pas ses réprimandes m'affecter. Plus tard, l'entendant crier sans arrêt, j'ai appelé la police. Ils nous ont emmenés toutes les deux au poste de police local. Elle m'y a haranguée toute la journée. Cependant, je ne voulais pas l'inculper, car elle pouvait être punie. Quand j'ai quitté le poste de police, le chef du poste m'a saluée trois fois. Tous les agents présents ont montré leur admiration pour moi, une pratiquante de Dafa. Après cela, ils n'ont plus harcelé ma famille.

Manifester un pouvoir puissant en clarifiant la vérité pour sauver des êtres

Je vis à la campagne. Je suis les exigences du Maître pour valider Dafa, émettre la pensée droite, clarifier la vérité et poster des informations sur le Falun Dafa. Pendant la basse saison, je parle de Dafa avec les gens, j'envoie des documents d'information à ceux qui savent lire, ou je donne des lecteurs MP3 à ceux qui ne savent pas lire. En travaillant dans les champs, j'accroche un haut-parleur à un arbre et je fais passer des informations enregistrées sur le Falun Dafa et la persécution. De nombreuses personnes de mon village et des villages voisins l'ont entendu et ont appris la vérité de cette façon.

Lors d'un rassemblement dans le village, j'ai distribué des DVD de la représentation de Shen Yun. Lorsque j'en ai remis un à un cadre du gouvernement du bourg, il m'a attrapé le poignet et ne voulait plus me laisser partir. D'autres personnes qui connaissaient les faits ont résolu la situation en me défendant.

Juste après le dernier jour de l'An, quelques compagnons de cultivation et moi-même sommes allés distribuer des brochures sur le Falun Dafa dans d'autres faubourgs. Nous les avons données à tous ceux que nous avons rencontrés. Lorsqu'ils nous demandaient d'où nous venions, nous leur disions la vérité sans aucune crainte. Nous l'avons fait dans 20 villages ou plus.

Il m'est arrivé des choses miraculeuses depuis que je suis pratiquante. En visitant un village pour poser des affiches, je me suis arrêté près d'un poteau électrique entouré d'un gros tas de terre. Je voulais afficher des informations sur le poteau, alors je me suis accrochée à de l'herbe séchée et en quelque sorte j'ai flotté jusqu'au poteau. Après avoir collé les informations, j'ai tenu les mêmes herbes et j'ai flotté vers le bas. Comment l'herbe séchée pourrait-elle soutenir mon corps pesant au moins 50 kg ? Ce doit être mes fortes pensées droites qui m'ont aidé à mettre en place l'affiche.

Je me rendais souvent dans les villages voisins pour distribuer des brochures. Quand je voulais éviter les gens, ils partaient avant que je me sois approchée d'eux. Quand je rencontrais des chiens, je leur envoyais une pensée leur disant de ne pas aboyer. Bien sûr, les chiens n'aboyaient pas. Parfois, si un chien se mettait à aboyer, dès que je pensais « N'aboie pas », il arrêtait immédiatement d'aboyer.

Croire au Maître et en Dafa rend tout possible. Quand quelque chose semblait impossible, cela se faisait en une minute. Je sais que tout est fait par le Maître. Nous faisons et disons les choses seulement dans cette dimension humaine.

Il y a beaucoup de choses à évoquer quand on se souvient de ses expériences de cultivation au fil des ans. Je remercie le Maître de m'avoir protégée et je remercie mes compagnons de cultivation d'avoir pris soin de moi et de m'avoir aidée à suivre la rectification de Fa du Maître.

J'ai la chance d'être une disciple de Dafa et d'accomplir mes vœux préhistoriques. C'est ma gloire suprême.

Traduit de l'anglais