(Minghui.org) Le 10 décembre 2020, qui est la Journée mondiale des droits de l'homme, le département d'État américain (DOS) a annoncé des sanctions contre 17 fonctionnaires du gouvernement chinois et d'autres ressortissants étrangers pour violation des droits de l'homme. Cette décision a été prise trois jours seulement après que le DOS a sanctionné 14 hauts fonctionnaires chinois pour leur rôle dans « l'élaboration, l'adoption ou la mise en œuvre » de la loi draconienne sur la sécurité nationale imposée à Hong Kong cet été.

Les 14 hauts fonctionnaires chinois sanctionnés sont les 14 vice-présidents du Comité permanent de l'Assemblée nationale populaire (CPANP) qui sont liés à l'élaboration, l'adoption ou la mise en œuvre de la loi de la République populaire de Chine sur la sauvegarde de la sécurité nationale dans la région administrative spéciale de Hong Kong. Le CPANP a voté à l'unanimité l'adoption de la loi sur la sécurité nationale que le Parti communiste chinois (PCC) a utilisée à plusieurs reprises pour étouffer les dissidents et arrêter ceux qui protestent contre les politiques oppressives du PCC.

Huang Yuanxiong, chef du bureau de la sécurité publique de Xiamen du poste de police de Wucun, dans la province du Fujian, en Chine, fait partie des 17 fonctionnaires sanctionnés de Chine et d'autres pays. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a déclaré que le chef Huang Yuanxiong du poste de police de Wucun a été sanctionné pour son implication dans les « violations flagrantes des droits de l'homme » des pratiquants du Falun Gong. Huang et son épouse se voient maintenant refuser tout visa pour les États-Unis.

Parmi les 14 vice-présidents du CPANP sanctionnés, cinq ont également participé à la persécution du Falun Gong en plus de l'adoption de la loi de sécurité de Hong Kong. Vous trouverez ci-dessous des informations complémentaires sur plusieurs des responsables sanctionnés.

Wang Chen

Wang Chen, 70 ans, a été membre du bureau politique du PCC en 2017 et simultanément vice-président de l'Assemblée nationale populaire (ANP) en 2018. Wang a commencé sa carrière comme journaliste et a activement suivi la ligne du parti du PCC pendant presque deux décennies de travail comme rédacteur en chef du Guangming Daily, rédacteur en chef et président du People's Daily, vice-ministre du Département central de la propagande et directeur de l'Administration du cyberespace de la Chine. Il a écrit de nombreux articles pour influencer l'opinion publique afin de justifier la persécution du Falun Gong pour le compte de l'ancien leader du parti Jiang Zemin.

Dans la perspective de la suppression à grande échelle du Falun Gong par le PCC, Xu Guangchun, vice-ministre du Département central de la propagande, a convoqué une réunion avec les rédacteurs en chef des dix principaux journaux de Pékin en juin 1996. Xu a outrepassé son autorité pour exiger la publication d'articles diffamant le Falun Gong. Wang, rédacteur en chef du Guangming Daily à l'époque, a pris les devants et a publié des articles diffamant le Falun Gong, les plaçant à des endroits très visibles dans le journal.

Après la publication d'articles calomnieux dans le Guangming Daily, plusieurs pratiquants de Falun Gong ont rendu visite au journal par bonne volonté, demandant à rencontrer Wang. Ils ont soumis des documents expliquant les faits sur le Falun Gong, afin de dissiper les idées fausses publiées dans le journal. Mais Wang a refusé de les rencontrer et a demandé à sa secrétaire d'enregistrer les noms des pratiquants de Falun Gong qui leur avaient rendu visite. Après le début de la persécution du Falun Gong par le PCC en juillet 1999, Wang a envoyé la liste des noms au département de la Sécurité publique du PCC, provoquant la persécution de ces pratiquants de Falun Gong.

De 2000 à 2001, lorsque Wang était vice-ministre du département de la propagande du Comité central, il a continuellement donné des instructions aux journaux et aux médias pour qu'ils intensifient leurs efforts afin de créer un mouvement pour la persécution du Falun Gong, et surtout, pour propager la fausse histoire de l'auto-immolation de Tiananmen. À ce titre, il a grandement contribué à l'escalade de la persécution.

Après que Wang est devenu rédacteur en chef du People's Daily, le plus grand journal du PCC, en 2001, il a orchestré la persécution du Falun Gong par le PCC dans le domaine de l'opinion publique. Wang a été promu à la présidence du People's Daily en 2002. En 2008, il a de nouveau été promu au poste de vice-ministre du Département central de la propagande et, parallèlement, au poste de directeur de l'Administration du cyberespace de la Chine et du bureau d'information de l'État. Il a continué à ordonner aux médias officiels de calomnier le Falun Gong.

Wang est devenu vice-président et secrétaire général de l'Assemblée nationale populaire en 2013. En mars 2018, il devient le premier vice-président de l'Assemblée nationale populaire. En mars 2019, il est également président de la société juridique du PCC. D'avril à juillet 2019, huit formations intensives spéciales ont été organisées dans tout le pays pour perpétuer la persécution du Falun Gong.

Les participants à ces sessions de formation comprenaient des agents et des cadres responsables de la Commission des affaires politiques et juridiques (CAPJ) de différents secteurs et districts qui étaient chargés d'élaborer et d'exécuter les politiques de persécution du PCC ; les chefs et les cadres des soi-disant « associations et départements anti-sectes ; les responsables du département de la Sécurité publique, du parquet, des départements juridiques et de la justice, ainsi que du Bureau 610, une agence extra-légale créée spécifiquement pour persécuter le Falun Gong.

Cao Jianming

Cao Jianming, 65 ans, a longtemps enseigné Collège de sciences politiques et de droit de l'est de la Chine. Après que Jiang Zemin a commencé à persécuter le Falun Gong en juillet 1999, Cao, alors président du collège, a publié des articles dans l'agence de presse Xinhua, diffamant le Falun Gong et son fondateur.

Cao a été promu vice-président de la Cour populaire suprême du PCC en novembre 1999, et simultanément, président de l'Académie nationale de la magistrature.

Avant cette promotion, Cao a donné des cours de droit aux dirigeants du PCC. Dans son autobiographie, il affirme également qu'après être entré à Zhongnanhai (l'enceinte du gouvernement central) pour donner des conférences, il a « serré la main » de Jiang Zemin, l'ancien dirigeant du PCC qui a ordonné la persécution du Falun Gong. Il a été rapporté que Jiang était à l'origine de sa promotion.

Cao était également le confident de Zhou Yongkang, l'ancien secrétaire du PLAC central. Après que Zhou a pris la tête du CAPJ en 2007, Cao a été promu au poste de procureur général adjoint du Parquet populaire suprême au niveau de l'État en 2008. Zhou était le supérieur immédiat de Cao.

Lorsque Zhou a fait l'objet d'une enquête pour corruption en 2013, il a été largement rapporté que Cao a également fait l'objet d'une enquête pour son implication dans les activités de Zhou, mais n'a finalement pas été poursuivi.

Depuis 2015, des centaines de milliers de pratiquants du Falun Gong ont déposé des plaintes pénales contre Jiang Zemin auprès du Parquet populaire suprême et de la Cour populaire suprême, qui étaient contrôlés par Cao et Zhou Qiang. Ces deux personnes ont violé les règlements et ont renvoyé les plaintes dans les zones locales. Cela a entraîné l'arrestation d'un grand nombre de pratiquants de Falun Gong et leur harcèlement par les autorités locales. Certains ont été condamnés à mort ou même persécutés parce qu'ils ont poursuivi Jiang.

Selon les statistiques du site web Minghui, au moins 7056 pratiquants ont été persécutés à la suite de leur procès contre Jiang en 2015, et 2547 autres pratiquants ont été persécutés de la même manière l'année suivante. Les pratiquants qui ont été persécutés à mort pour avoir poursuivi Jiang sont Wang Genfa de la province du Gansu, Wu Yuanqing de la province du Shandong, Liu Cuirong de la province du Hebei, Zhang Nianjie de la province du Hubei, Dai Fengzhen de la province du Liaoning, Wan Xiulan de la province du Henan et Jiao Guiying de la province du Gansu.

Le 25 janvier 2017, le Parquet populaire suprême et la Cour populaire suprême ont publié une interprétation judiciaire pour supprimer le Falun Gong, qui a été utilisée par les tribunaux chinois pour emprisonner injustement les pratiquants de Falun Gong.

Cao est devenu le vice-président de l'Assemblée nationale populaire en mars 2018.

Ji Bingxuan

Ji Bingxuan, 69 ans, a été directeur adjoint de l'Administration d'État de la radio, du cinéma et de la télévision du PCC, ministre adjoint du département central de la propagande et secrétaire du comité du Parti de la province du Heilongjiang.

Selon un rapport publié le 2 décembre 2010 par l'Organisation mondiale d'enquête sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) concernant la persécution des pratiquants du Falun Gong dans la province du Heilongjiang, Ji, secrétaire du comité du Parti de la province du Heilongjiang, est le principal responsable de la persécution dans la province.

Le rapport indique que depuis le 20 juillet 1999, après que Jiang Zemin a lancé la persécution du Falun Gong, la province du Heilongjiang est l'une des régions où la persécution est la plus sévère. Selon les statistiques disponibles, 14 081 pratiquants de Falun Gong ont été blessés, mutilés et condamnés illégalement dans la province du Heilongjiang. Parmi eux, 782 pratiquants ont été torturés à mort, dont 332 rien qu'à Harbin, la capitale de la province.

Ji a été secrétaire du comité du Parti de la province du Heilongjiang de 2008 à 2013 et a été nommé vice-président de l’Assemblée nationale populaire en 2013.

Ji, également un proche de Jiang Zemin, a été secrétaire du Comité provincial de l'Union de la jeunesse communiste du Henan et secrétaire du secrétariat central de l'Union de la jeunesse communiste. Il était également étroitement lié à Ling Jihua, alors directeur du bureau général et principal assistant de l'ancien président Hu Jintao. On rapporte qu'après que Ji a été transféré au poste de secrétaire du comité du Parti de la province du Heilongjiang en 2008, il a fait venir dans la province du Heilongjiang le frère de la femme de Ling Jihua, Gu Yuanxu, qui travaillait à l'époque à la CCTV, et l'a promu directeur adjoint du département de la Sécurité publique du Heilongjiang.

Ji est également l'ancien subordonné de Liu Yunshan (un autre des disciples de Jiang). Pendant le mandat de Liu Yunshan comme ministre du Département central de la propagande de 2002 à 2012, Ji a été vice-ministre et vice-ministre exécutif du Département central de la propagande de 2001 à 2008. Le département central de la propagande était le commandement direct du système de propagande du parti en Chine, et en tant que tel, il a joué un rôle important dans la suppression et la persécution du Falun Gong.

Zhang Chunxian

Zhang Chunxian, 57 ans, ancien secrétaire du comité du Parti de la province du Hunan et secrétaire du comité du Parti de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, est responsable de la persécution des pratiquants de Falun Gong dans ces régions.

L'Organisation mondiale d'enquête sur la persécution du Falun Gong a rapporté en juin 2014 que Zhang, alors secrétaire du comité du Parti du Xinjiang, était inscrit sur la liste des personnes responsables de la persécution des pratiquants de Falun Gong dans le Xinjiang.

Selon les informations recueillies par Minghui, depuis que Zhang occupe ses fonctions de secrétaire du comité du Parti du Xinjiang, il a organisé des cours de « transformation » à grande échelle dans tout le Xinjiang pour persécuter les pratiquants de Falun Gong. Selon les données disponibles, 41 pratiquants de Falun Gong ont été persécutés à mort dans le Xinjiang depuis 1999.

Zhang a poursuivi la politique du PCC de persécution des pratiquants de Falun Gong pendant son mandat de secrétaire du comité du Parti de la province du Hunan de 2005 à 2010. Les pratiquants de Falun Gong dans différentes régions du Hunan ont été illégalement arrêtés, emmenés dans des camps de travaux forcés et condamnés. Le Bureau 610 a fréquemment organisé des séances de lavage de cerveau pour les pratiquants et Zhang était directement responsable de ces activités.

Depuis 1999, il y a eu au moins 154 pratiquants de Falun Gong persécutés à mort dans la province du Hunan.

Zhang a succédé à Wang Lequan au poste de secrétaire du comité du Parti du Xinjiang en 2009. Il a été fortement recommandé par Zhou Yongkang, alors secrétaire du PLAC et chef du groupe de coordination du travail du comité central du PCC du Xinjiang. Zhang a également été promu membre du Politburo en 2012 en raison de sa responsabilité dans le Xinjiang, et il est devenu un fonctionnaire d'État adjoint.

Zhang n'a pas été réélu comme membre du Politburo lors du 19e Congrès national en 2016, et a été rétrogradé au Congrès national du peuple en mars 2018. Ce dernier classement est considéré comme une position d'approbation sans pouvoir réel.

Chen Zhu

Chen Zhu, 67 ans, vient de la même ville de la province du Jiangsu que Jiang Zemin. Il a étudié et obtenu son doctorat en France. Après que le PCC a réprimé le mouvement étudiant prodémocratie du « 4 juin » en 1989, Chen est retourné en Chine en juillet de la même année et a travaillé à l'hôpital de Ruijin, affilié à la deuxième université de médecine de Shanghai (aujourd'hui l'école de médecine de l'université Jiaotong de Shanghai).

Chen a été élu académicien de l'Académie chinoise des sciences en 1995. En 2000, il a été nommé vice-président de l'Académie des sciences de Chine. En 2007, il a été nommé ministre du ministère de la Santé. En 2013, il est devenu vice-président de l'Assemblée nationale populaire.

Selon un rapport de Free Asia Radio du 18 décembre 2012, l'ascension de Chen a été recommandée par le fils aîné de Jiang Zemin, Jiang Mianheng.

On raconte que lorsque Yan Yixun, président de l'Académie chinoise des sciences, a démissionné en 2000, Jiang Zemin s'est entretenu avec son fils Jiang Mianheng, vice-président de l'Académie chinoise des sciences, au sujet d'un candidat pour le nouveau vice-président. Jiang Mianheng a déclaré qu'il admirait Chen, qui avait longtemps servi à Shanghai. Chen a été nommé vice-président de l'Académie chinoise des sciences en octobre 2000.

Après que Chen soit devenu ministre du ministère de la Santé en 2007, des chercheurs américains ont remis en question le crime des prélèvements d'organes à vif par le ministère de la Santé sous sa direction.

En octobre 2012, l'université du Minnesota aux États-Unis a proposé d'accorder un doctorat honorifique à M. Chen. Cependant, le professeur Kirk C. Allison de l'université et 21 autres professionnels de la bioéthique, de la médecine et des droits de l'homme n'ont pas jugé cette proposition appropriée. Ils ont signé une pétition dans la Star Tribune pour s'opposer à cette proposition.

Le professeur Allison a déclaré que le ministère de la Santé dirigé par Chen est responsable de la supervision des transplantations d'organes, alors que les professionnels de la médecine du PCC ont à plusieurs reprises prélevé les organes de prisonniers et que les transplantations illégales sont monnaie courante. Ils ont déclaré que dans ces circonstances, il est douteux que Chen puisse recevoir le titre honorifique.

Le rapport souligne que le PCC est soupçonné de prélever des organes sur des prisonniers exécutés et sur des groupes religieux persécutés tels que les pratiquants de Falun Gong.

Traduit de l'anglais