(Minghui.org) C’est l’histoire d’une femme qui a vécu dans l’adversité. La maladie l’accablait, et la douleur atroce de la maladie, associée à des combats et des luttes permanentes avec les gens, lui pesait terriblement. Ne voyant aucun espoir, elle a décidé de mettre fin à sa vie.

Chan Le ne se souvient pas exactement du jour où, en 2006, elle a pris un certain livre. Personne ne l’a obligée à l’étudier, personne ne lui a dit à quel point ce livre était bon, et encore moins en quoi ce livre lui serait bénéfique. Cependant, la lecture de seulement 20 pages de ce livre a changé ses intentions de mettre fin à sa vie, et a même transformé sa vie entière.

Voici l’histoire de Chan Le, avec ses propres mots :

Attachements, problèmes et conceptions

Je suis née dans une famille pauvre de fermiers. J’ai un frère aîné et une sœur cadette. Je suis la fille la plus âgée parmi les enfants. Mes parents apprécient davantage les hommes que les femmes. Mon frère et moi sommes tous deux des personnes très directes et simples, et nous ne savions pas vraiment comment interagir avec les autres. J’ai commencé à travailler pour notre famille avant d’avoir terminé mes études primaires. Avant l’âge de 15 ans, je travaillais dans la province du Guangdong pour gagner de l’argent et aider la famille.

Comme j’ai grandi dans la pauvreté, j’étais attachée à l’argent et je ne voulais pas subir de pertes. Je ne voulais jamais provoquer de conflits, mais si quelqu’un me mettait en colère, je me battais avec lui. Je ne savais que travailler, en me concentrant pleinement sur la tâche à accomplir. Si quelqu’un me parlait pendant que je travaillais, je ne pouvais pas répondre. Parfois, il me fallait plusieurs jours pour comprendre quelle aurait été la réponse appropriée. J’avais l’impression que le monde était trop compliqué et que chacun se battait pour son propre intérêt, en utilisant des moyens peu scrupuleux. Je craignais constamment d’être victime d’intimidation, et je me mettais fréquemment en colère et boudais. J’avais également un tempérament très chaud, et je ne pouvais tolérer quoi que ce soit qui empiète sur mes droits et avantages perçus.

Mon travail consistait à fabriquer des sacs à dos. Une fois, une collègue m’a accusée d’utiliser son fil. Je ne supportais pas d’être calomniée, alors sans dire un mot, je l’ai giflée.

Problèmes de santé

Lorsque j’ai atteint la puberté, j’ai toujours eu de fortes crampes menstruelles pendant mes règles. Je vomissais aussi, j’avais froid et je m’évanouissais souvent à cause des crampes, si bien que j’avais besoin d’antalgiques. Chaque fois que j’étais sur le point d’avoir mes règles, je tremblais de peur. Le médecin a dit que boire de la soupe au poulet pouvait traiter les crampes menstruelles, mais après avoir bu de la soupe au poulet, je souffrais de saignements de nez.

À 17 ans, j’ai commencé à avoir des problèmes d’estomac. Je ne pouvais pas manger de nourriture froide, dure, acide ou épicée. Je ne pouvais même pas boire d’eau chaude. Je pouvais seulement boire de l’eau qui venait d’être bouillie, mais je n’avais pas l’impression qu’elle était trop chaude pour moi.

En été, je ne pouvais pas allumer le ventilateur ou le climatiseur. En hiver, j’avais tellement peur du froid que je n’osais pas retourner dans mon village natal. Pendant de nombreuses années, j’ai passé le Nouvel An chinois dans le sud de la Chine. Parfois, j’avais mal au ventre toute la journée et toute la nuit, comme si des millions d’aiguilles me piquaient l’estomac. Je ne pouvais rien manger, car je vomissais tout ce que je mangeais. Pour rester en vie, je mangeais à nouveau après avoir vomi. Je répétais donc ce processus à chaque repas. Je ne pouvais pas non plus manger trop ou trop peu. Le médecin a dit qu’il s’agissait d’un ulcère de l’estomac et/ou d’une gastrite, et qu’il n’y avait pas de remède.

Lorsque j’avais 18 ans, mon père est décédé d’un cancer du poumon. Sur son lit de mort, mon père m’a dit de gagner plus d’argent pour mon frère afin qu’il puisse épouser une femme. J’ai donc traîné mon corps malade pour gagner autant d’argent que possible. Cependant, à cette époque, ma santé était si mauvaise que je ne pouvais accepter aucun travail bien rémunéré. Je ne pouvais faire que des travaux légers et peu rémunérés. Ma mère a insisté pour que je lui donne de l’argent, alors à part mes petits frais de subsistance, la majeure partie de mon salaire était versée à ma famille. Plus tard, ma mère a fait pression sur moi pour que je trouve un mari. Son motif était de prendre le cadeau de fiançailles et de l’utiliser pour que mon frère épouse une femme. Malgré mon état de pauvreté, ma mère n’a jamais pensé à mon bien-être. Elle ne pensait qu’à me soutirer de l’argent.

Bien que je mesure plus d’un mètre cinquante, je pesais moins de 40 kg. J’étais comme un sac d’os et ma peau avait une teinte vert et noir, ce qui rebutait les gens. J’avais l’impression que mon dos était alourdi par une montagne et j’étais voûtée. J’étais déjà sans espoir et je pensais au suicide. Chaque jour, je réfléchissais à des méthodes pour me tuer, et je ne pensais certainement pas à me marier. Il y avait un gars qui m’aimait beaucoup et qui insistait pour que je l’épouse. Il a dit qu’il était prêt à m’épouser même si je n’avais que quelques jours à vivre après le mariage. Cependant, je ne voulais pas lui causer de la peine, alors j’ai refusé sa proposition.

À l’âge de 25 ans, ma santé était au plus bas. Lorsque je suis allée à l’hôpital pour un bilan de santé, le médecin n’a pas pu faire de prise de sang. Lorsque je me coupais accidentellement le bras, un liquide jaune et aqueux s’écoulait à la place. Si je me réveillais avant 8 heures du matin, je m’évanouissais, car ma tension artérielle était très basse. Le médecin a dit : « Votre sang n’a plus de globules rouges. Vous ne pouvez plus produire de sang. »

Il m’a interrogé sur ma famille et s’est demandé pourquoi je vivais seule. J’ai répondu que je vivais seule, loin de chez moi, alors comment pourrais-je avoir une famille ? Je n’ai pas compris son explication sur mon sang ni les raisons pour lesquelles il m’a posé des questions sur ma famille. Je n’ai compris que plus tard que le médecin avait vu que mon corps était déjà en train de s’éteindre. Miraculeusement, j’ai continué à vivre.

Je suis rentrée chez moi en 2006, à l’âge de 28 ans. J’avais déjà pris la décision de me rendre dans les grandes montagnes du Yunnan ou du Guizhou pour me suicider en sautant d’une falaise après avoir vu ma mère une dernière fois. De cette façon, je pourrais disparaître de ce monde mortel. Je ne voulais pas mourir dans un endroit où il y avait des gens, car cela aurait été une épreuve pour les autres.

De retour à la maison, ma mère m’a dit qu’elle avait entendu quelqu’un dire qu’il y avait quelque part une vieille grand-mère qui pouvait soigner les maladies, et elle m’a demandé d’aller la voir. Par instinct de survie, j’y suis allée. Après y être allée, j’ai découvert que le fils de cette grand-mère était en train de mourir d’un cancer du poumon. J’ai pensé que puisqu’elle ne pouvait même pas guérir son propre fils, ses pouvoirs n’étaient pas aussi grands que la méthode que ma mère pratiquait.

Apprendre et accepter la vérité sur le Falun Dafa

Ma mère m’a dit qu’elle souffrait de la goutte et que son articulation était gonflée comme un bol. Cependant, après avoir fait les exercices d’une certaine pratique de qigong pendant quelques jours, son articulation ne lui faisait plus mal. J’en ai parlé à la grand-mère et j’ai ajouté que j’allais rentrer chez moi et lui apporter le livre dans lequel ma mère apprenait, pour qu’elle y jette un coup d’œil. Je suis donc allée chez moi chercher le livre, qui est le Zhuan Falun du Falun Dafa.

Comme j’avais le livre en main, j’ai décidé d’y jeter un coup d’œil pour voir de quoi il s’agissait. Le Zhuan Falun comprend un total de neuf conférences, mais ma mère m’a demandé de rendre le livre avant même que j’aie fini de lire la première conférence. Elle m’a dit qu’elle voulait étudier le Fa. Cependant, bien que j’aie lu moins d’une conférence, soit un peu plus de vingt pages, je savais déjà que le Falun Dafa est une pratique qui enseigne aux gens à être compatissants et à être de bonnes personnes. J’ai senti que l’auteur du livre était très vertueux et très pur, contrairement aux gens d’aujourd’hui. Ce dont parle ce livre est totalement différent de ce que le gouvernement a dit sur le Falun Dafa. J’ai réalisé que le Falun Dafa était calomnié. Comme je ne pouvais pas tolérer d’être calomniée, j’ai pensé que chaque fois que je rencontrerais quelqu’un à l’avenir, je devrais lui parler de cette affaire.

Le contenu du Zhuan Falun est vraiment bon. J’ai eu la chance de rencontrer ce livre à un moment où j’envisageais le suicide. Cette nuit-là, à ce moment précis, la grande montagne qui pesait sur mon dos a été enlevée. Je me suis soudain sentie très légère. De mon état mental à mon corps physique, de mon être intérieur à mon corps extérieur, de haut en bas, j’ai senti que chaque cellule de mon corps était devenue très légère, transparente et pleine de vie.

Les bienfaits de la lecture du Zhuan Falun

Lorsque je suis sortie du lit le lendemain, je ne me sentais plus faible, mon estomac ne me faisait plus mal et je ne me sentais plus mal à l’aise. Au contraire, j’avais faim et j’avais envie de manger. Depuis lors, mon estomac ne me fait plus mal lorsque je mange quoi que ce soit – froid ou chaud, aigre, épicé ou dur.

Je n’avais plus de douleurs atroces dues à toutes ces maladies qui m’avaient tourmentée pendant tant d’années ! J’ai vraiment vécu ce que c’est que d’avoir une nouvelle vie. Naturellement, j’ai abandonné tout projet de suicide. Au lieu de cela, j’ai commencé à suivre la voie de la cultivation du Falun Dafa et ma santé s’est rapidement rétablie.

Suivre les principes de Dafa

Je suis retournée dans le sud de la Chine et j’ai continué à faire de petits boulots. Maintenant, je pouvais gagner de l’argent avec des emplois qui impliquaient de converser avec les autres. J’ai trouvé un emploi de vendeuse dans un centre commercial, et mes chiffres de vente étaient plutôt bons. En interagissant avec les clients, je ne me contentais pas de vendre la marchandise, mais j’en profitais pour leur expliquer la vérité sur le Falun Dafa.

Une fois, j’ai vu un billet de 20 yuans sur le sol d’un supermarché. Je l’ai ramassé et l’ai mis dans mon sac. Ce jour-là, mon patron m’a donné une enveloppe rouge de 50 yuans. Mais j’ai perdu à la fois le paquet rouge et les 20 yuans initiaux. Je savais que j’avais mal agi car je n’aurais pas dû ramasser l’argent. Bien qu’il ne s’agisse pas de voler ou de prendre aux autres, ramasser l’argent sur le sol était également une erreur, car il ne m’appartenait pas. Un pratiquant ne peut pas prendre ce qui appartient à quelqu’un d’autre.

Peu de temps après, j’ai de nouveau vu un billet de 20 yuans sur le sol du centre commercial. Cette fois, je savais que je ne pouvais pas ramasser l’argent. Peu de temps après, j’ai trouvé de l’argent au bord de la route. Il y avait 100 yuans, 50 yuans, 20 yuans et 5 yuans. Cependant, j’ai continué à marcher et je n’ai pas touché l’argent par terre.

Lorsque je travaillais comme régulatrice dans une compagnie de taxi, le chauffeur Wang m’a dit que j’avais donné une mission au chauffeur Chen à sa place. J’ai expliqué qu’il s’agissait d’une mission qui avait été acceptée par Chen lui-même, et que je ne pouvais donc pas donner cette mission à Wang. Après cela, Wang a envoyé une plainte à mon sujet à notre directeur. Le lendemain, le directeur m’a demandé d’assister à la réunion habituelle de l’entreprise, à laquelle le personnel de mon niveau ne participe normalement pas. Des dizaines de personnes ont assisté à cette réunion. Lors de la réunion, le directeur a prononcé mon nom et m’a donné une bonne correction.

Devant une telle injustice, j’ai voulu voir le directeur et lui expliquer ce qui s’était passé. Je n’ai pas discuté avec lui pendant la réunion, car cela l’aurait mis dans une position délicate. Certains collègues ont dit que j’aurais pu dire quelque chose puisqu’il m’avait grondé devant tant de personnes et que nos salaires n’étaient pas émis par lui, mais je n’ai pas émis le moindre son. Si je n’avais pas pratiqué le Falun Dafa, je n’aurais jamais accepté d’être lésée de la sorte.

Le quinzième jour du Nouvel An lunaire en 2017, je conduisais une moto lorsqu’un gros tricycle s’est dirigé vers moi dans la direction opposée. Le tricycle m’a percutée et m’a envoyée voler dans les airs. Je me suis retournée en plein vol et j’ai atterri sur le dos sur le trottoir, la tête face à la roue avant. Cependant, tout au long du processus, j’ai eu l’impression d’avoir atterri légèrement sur le sol. Le conducteur du tricycle s’est approché et m’a reproché de ne pas regarder où je conduisais. Ma première réaction a été de me dire que je devais avoir des reproches à faire aux autres pour qu’il se plaigne de moi de la sorte. Puis, il a immédiatement changé d’attitude et m’a demandé comment j’allais, si j’étais blessée. J’ai répondu que j’allais bien. Si cela s’était produit dans le passé, je ne l’aurais certainement pas laissé s’en tirer si facilement, puisque c’est lui qui était en tort.

Dans le passé, je me plaignais souvent que ma mère ne se souciait pas de moi. Maintenant, je ne me plains plus de personne. Lorsque quelqu’un me traite mal, je me dis simplement que j’ai dû lui être redevable dans le passé.

Maître Li, le fondateur du Falun Dafa a dit :

« Au cours de la cultivation et de la pratique, quand vous êtes face à des conflits bien réels ou que les autres vous traitent mal, cela peut correspondre à deux situations. La première, c’est que vous avez peut-être maltraité les autres dans une existence antérieure ; au fond de vous-même vous vous sentez indigné : “Comment peut-il me faire ça ?” Mais vous, pourquoi lui avez-vous fait la même chose autrefois ? Vous direz qu’à ce moment-là vous ne saviez pas et que dans cette vie on ne va pas s’occuper de ce qui s’est passé dans une autre vie. Mais ça ne marche pas comme cela ! Il y a une autre situation : à travers les conflits, c’est la transformation du karma qui est en jeu, alors dans nos actions concrètes, nous devons adopter une attitude magnanime et ne pas nous comporter comme des gens ordinaires. À votre travail, dans n’importe quel milieu professionnel, c’est la même chose, si vous êtes indépendant aussi, vous devez avoir des échanges avec les gens ; il est impossible d’être sans contact avec la société, on a au moins des relations avec ses voisins. » (Quatrième leçon, Zhuan Falun)

Par conséquent, j’ai simplement suivi ce que le Maître a dit. Peu importe ce que je rencontre, je suis en sécurité. Si quelqu’un me traite mal, je ne lui en veux pas.

Un jour, je travaillais dans un magasin de rideaux lorsque le patron m’a demandé quels produits cosmétiques j’utilisais puisque j’avais une si belle peau. Il voulait en acheter pour sa femme. Je lui ai répondu que je n’utilisais pas de produits cosmétiques. Il ne m’a pas cru. Dans le passé, ma peau avait une teinte vert et noir, elle était sèche et ridée, ce qui me donnait un aspect horrible. La femme de mon patron a dit que son mari n’avait fait qu’une seule bonne action dans sa vie, celle d’employer une personne aussi bonne que moi.

Le Falun Dafa m’a fait passer d’une personne non cultivée, presque lente d’esprit, pleine de rancune, colérique, antisociale, malade et prête à se suicider, à une personne saine physiquement et mentalement qui pense aux autres en premier dans tout ce qu’elle fait. Je traite toutes les questions avec gentillesse, quelles qu’elles soient, quel que soit le moment où elles sont survenues, et je ne me laisse pas influencer par les gains et les pertes personnels. J’ai un corps sain et une mentalité radieuse.

Personne ne m’a forcée à aller apprendre le Falun Dafa et personne ne m’a présenté les bienfaits du Falun Dafa. J’ai simplement rencontré Dafa par un hasard apparent et grâce à cela, le Maître m’a sauvée de la mort et m’a donné tout ce qui est si merveilleux.

Réflexion ultérieure du narrateur

J’ai toujours pensé que les changements apportés à mon corps par la pratique du Falun Dafa étaient déjà suffisants. Cependant, l’histoire de Chan Le est bien plus miraculeuse que ma propre expérience de cultivation.

En pensant aux épreuves qu’elle a vécues, qui aurait la volonté de continuer à vivre ? En regardant son état actuel, qui est étonnant, qui aurait pensé qu’elle avait l’air si malade ? Voilà le pouvoir du Falun Dafa pour sauver des vies. Chan a déclaré que le Falun Dafa lui a appris que, quelle que soit l’ampleur du problème, elle doit l’aborder avec des pensées bienveillantes et il n’y aura aucun obstacle qu’elle ne pourra surmonter.

Dans le passé, face à l’injustice, Chan aurait exercé des représailles et gardé de la rancune envers les autres. Ce sont des traits de caractère que le Parti communiste chinois lui a inculqués – la haine et la lutte. Haïr et se battre contre les autres sont des actes mauvais. Aujourd’hui, les principes du Falun Dafa ont permis à Chan de s’élever à un niveau supérieur en suivant le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance de Dafa.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais