(Minghui.org) Après avoir persécuté le Falun Gong pendant vingt-deux ans, les autorités de la ville de Kunming, dans la province du Yunnan, n'ont pas relâché leur emprise sur les pratiquants locaux. Un exemple récent a été l'arrestation de Mme Yang Huilan, 80 ans, pour avoir distribué des documents d'information sur le Falun Gong.

Depuis que le régime communiste chinois a commencé à persécuter le Falun Gong, une pratique de méditation qui améliore la forme physique et mentale, en juillet 1999, Mme Yang a été arrêtée neuf fois, détenue deux fois dans un centre de lavage de cerveau pendant vingt jours, et condamnée à trois ans avec quatre ans de probation.

Le 20 août 2021, le jour de sa dernière arrestation, la police a saccagé son domicile et saisi les téléphones portables de sa fille, Mme Yang Li, et de son gendre pour les empêcher d'enregistrer la descente de police. Lorsque son gendre a tenté de récupérer son téléphone, la police lui a tordu les bras et l'a maintenu au sol. Mme Yang a été emmenée au poste local de la police, interrogée et relâchée après minuit.

La dernière arrestation

Lorsque Mme Yang Huilan a remis des dépliants du Falun Gong aux employés du magasin où elle faisait ses courses le matin du 20 août 2021, les employés l'ont signalée à la police après son départ. La police l'a attrapée alors qu'elle rentrait chez elle et l'a emmenée au poste de police de Wenlin. 

Pendant l'interrogatoire, Mme Yang a insisté sur le fait que ce qu'elle avait fait était légal et a refusé de coopérer avec la police. Grâce à la technologie de reconnaissance faciale, la police a obtenu son nom et son adresse.

Neuf policiers ont pris Mme Yang avec eux pour fouiller son domicile. Lorsque Mme Yang a refusé de révéler le code de sa serrure numérique, la police a appelé sa fille. Lorsqu'elle a appris ce qui s'était passé, sa fille a déclaré que sa mère n'avait rien fait de mal et elle a refusé de rentrer chez sa mère pour ouvrir la porte à la police.

La police a continué à appeler la fille et le gendre de Mme Yang. Finalement, la fille est venue et a laissé entrer la police. Ils ont saccagé le domicile et confisqué les documents de Falun Gong. Pensant que la fouille était illégale, Mme Yang et sa fille ont refusé de signer la liste des objets confisqués.

Lorsque la police a ordonné à Mme Yang de retourner au poste pour plus de paperasse, elle a refusé. Après vingt minutes d'impasse, quatre des policiers l'ont attrapée et ont essayé de la traîner dehors. Deux autres policiers ont repoussé sa fille et son gendre lorsqu'ils ont essayé d'empêcher la police d'emmener Mme Yang. Lorsque le couple a sorti ses téléphones pour enregistrer l'incident, les policiers ont pris les deux téléphones. Deux policiers ont ensuite tordu les bras du gendre et l'ont maintenu de force au sol alors qu'il tentait de récupérer son téléphone.

Lorsque la police a filmé le gendre de Mme Yang, sa fille a crié : « Vous avez saccagé notre maison, kidnappé ma mère et nous avez volés. Pourquoi n'enregistrez-vous pas votre conduite illégale ? »

Mme Yang a été portée dans un véhicule de police avant d'avoir eu le temps de mettre ses chaussures. Sa fille les a suivis au poste et y a attendu de 18 h à 1 h 30 du matin avant de pouvoir ramener sa mère chez elle. La police a indiqué qu'elle prévoyait de donner suite aux poursuites contre Mme Yang.

Persécution passée

L'arrestation la plus récente n'était qu'une des nombreuses épreuves subies par Mme Yang depuis le début de la persécution en 1999. Ce qui suit est une liste chronologique de ce qu'elle a traversé au cours des vingt-deux dernières années.

Arrêtée le jour où la persécution a commencé

Mme Yang a été arrêtée le 20 juillet 1999 au domicile d'une autre pratiquante. Au poste de police de Taihe, la police l'a interrogée et forcée à signer le procès-verbal d'interrogatoire. Elle a été libérée deux jours plus tard.

Détenue quinze jours après s’être exprimée en faveur du Falun Gong

Alors que Mme Yang distribuait des dépliants de Falun Gong près d'un hôpital le 5 décembre 2000, le directeur de l'hôpital et un groupe de personnes l'ont attrapée, l'ont détenue dans le service de la sécurité de l'hôpital et ont appelé la police. Les policiers l'ont amenée au poste de Taihe et l'ont envoyée au 2e centre de détention du district de Panlong le jour même. Elle a été libérée quinze jours plus tard et a dû payer 150 yuans pour la nourriture.

Torturée dans un centre de lavage de cerveau

L'ancien employeur de Mme Yang, Kunming Wood Furniture Company, l'a appelée à venir au siège de la compagnie en février 2001. Elle y est allée, seulement pour être emmenée dans un centre de lavage de cerveau contre sa volonté. La Commission des affaires politiques et juridiques locale et le bureau 610, deux agences chargées de superviser la persécution, ont ordonné son arrestation.

Les autorités ont ordonné au centre de lavage de cerveau de faire venir un collègue ou un membre de la famille de chaque pratiquant pour les accompagner durant la session de lavage de cerveau de dix jours. Les pratiquants ou leurs employeurs doivent payer leur nourriture pendant cette période. Des agents du Département de police de Panlong sont également restés là-bas et ont aidé au lavage de cerveau.

Mme Yang n'a pas été autorisée à contacter qui que ce soit pendant qu'elle y était détenue. La police l'a forcée ainsi que d'autres pratiquants à regarder des vidéos calomniant le Falun Gong et a demandé à d'anciens pratiquants qui avaient renoncé à leur croyance de persuader les pratiquants déterminés d'abandonner eux aussi leur croyance. Avant que les pratiquants ne puissent partir, les membres de leur famille ont dû faire un discours public pour diffamer le Falun Gong pendant que la police l'enregistrait.

Bien que Mme Yang ait déjà pris sa retraite, son ancien employeur a convoqué une réunion et demandé à tous les employés actuels de ne pas avoir de contact avec elle, sous peine de voir leurs salaires affectés. Mme Yang vivait dans le logement attribué par l'entreprise et son petit-fils était malmené lorsqu'il jouait dehors. Les autres enfants criaient : « Ne joue pas avec celui qui pratique le Falun Gong ! » Mme Yang a dû vendre sa maison et a loué un appartement ailleurs.

En raison de la persécution, Mme Yang a déménagé de place en place au fil des ans. Depuis 2004, son ancien employeur ne lui a jamais accordé les avantages sociaux liés aux jours de congés (nourriture gratuite et subvention pour les vacances, par exemple). Cependant, il a envoyé des personnes pour continuer à harceler sa famille, en voulant savoir où elle se trouvait.

Une autre session de lavage de cerveau et la souffrance de la famille

Le personnel de sécurité de l'ancien employeur de Mme Yang a fait irruption chez elle avec la police et des fonctionnaires locaux le 6 juin 2006. Lorsqu'on lui a demandé si elle pratiquait toujours le Falun Gong, Mme Yang leur a dit que ce n'était pas leurs affaires. Deux policiers l'ont saisie par les bras et l'ont portée à l'extérieur, puis jusqu’en bas des cinq étages pour la faire monter dans un véhicule de police. Elle portait toujours ses pantoufles et ses poignets étaient enflés et meurtris à cause de la brutalité. Elle a été emmenée dans un centre de lavage de cerveau situé dans un hôtel.

Cette fois, le secrétaire de la communauté de Taihe l'a accompagnée dans le centre de lavage de cerveau pour la surveiller 24 heures sur 24. Elle a fait une grève de la faim et sa tension artérielle a atteint un niveau dangereusement élevé.

Pendant la session de lavage de cerveau de dix jours, la police a tenu sa famille dans l'ignorance de son sort. Inquiète pour elle, sa fille a fait le tour de la ville à sa recherche du matin à minuit. Son petit-fils de cinq ans, qui a été laissé à la maison, s'est mis à pleurer et ses yeux étaient enflés. Il a développé une forte fièvre et la famille a sombré dans le désespoir.

Parce que la police a constamment harcelé la famille de Mme Yang au fil des ans, son fils aîné craignait d'être impliqué dans la persécution et n'osait plus lui parler.

Victime d'une autre arrestation de masse

La police a de nouveau arrêté Mme Yang le 16 octobre 2007. Une trentaine supplémentaire de pratiquants a été arrêtée à cette époque. Deux des pratiquants ont été plus tard condamnés à la prison. Mme Yang a été interrogée et photographiée au poste de police de Taihe et libérée à minuit.

Sa santé décline après un mois de détention

La police du district de Guandu et des agents du bureau 610 ont fait irruption chez Mme Yang le matin du 20 mai 2008. Sans s'identifier, l'un d'eux lui a ordonné de signer un mandat d'arrêt. Mme Yang a refusé de signer, mais la police a commencé à fouiller chaque pièce de la maison. Ils ont pris son ordinateur, des livres de Falun Gong et de l'argent sans fournir de liste des objets confisqués.

La police l'a emmenée à la sécurité intérieure du district de Guandu, l'a interrogée et l'a envoyée au centre de détention de Guandu cette nuit-là. Trois jours plus tard, elle a développé de la fièvre et a eu de la diarrhée. Elle ne pouvait plus entendre et sa vision est devenue floue. Ses jambes étaient enflées. Elle soupçonnait que les gens du centre de détention l'avaient empoisonnée.

Elle a été libérée sous caution vingt-neuf jours plus tard. En revanche, ses yeux, ses oreilles et ses jambes ne se sont pas encore complètement rétablis.

Arrêtée pour avoir distribué des dépliants du Falun Gong

Mme Yang et une autre pratiquante sont allées à un marché près de la gare ferroviaire de l'Est de Kunming le 24 décembre 2014, et ont parlé à d'autres du Falun Gong. La sécurité du marché les a saisies et les a emmenées au poste de police de Juhua.

Les policiers ont fouillé leurs sacs et ont trouvé leurs clés et leurs adresses. Ils les ont emmenées dans leurs domiciles respectifs et ont saccagé les lieux. La police a confisqué les livres et les documents d'information du Falun Gong et n'a pas fourni de liste des articles confisqués.

Condamnée à trois ans

Mme Yang est allée visiter le xian de Chengjiang, ville-préfecture de Yuxi, avec sa fille et deux autres pratiquantes, Mme Liu Yan et Mme Yuan Yiqun. La police de Chengjiang les a arrêtées toutes les quatre le 8 janvier 2015, pour avoir distribué des calendriers du Nouvel An contenant des informations sur le Falun Gong. Mme Yang a été obligée de s'asseoir sur une chaise en métal pendant deux jours.

Tandis que Mme Yang a été libérée sous caution le 9 janvier, les trois autres ont été transférées au centre de détention du district de Hongta. Deux jours plus tard, les agents du Bureau de la sécurité intérieure ont saccagé toutes leurs maisons.

Le procureur du xian de Chengjiang les a inculpées le 6 mai 2015, pour « utilisation d’organisations sectaires pour saboter l'application de la loi », le prétexte standard utilisé par les autorités pour criminaliser les pratiquants de Falun Gong.

Lorsqu'elles ont comparu devant le tribunal de Chengjiang le 29 juillet, leurs avocats ont fait valoir que les calendriers du Nouvel An ne pouvaient en aucun cas attenter au maintien de l’ordre et que les documents sur le Falun Gong qu'elles distribuaient pour dénoncer la persécution ne causaient de tort à personne ni à la société. Les avocats ont exigé que les pratiquantes soient acquittées.

Pendant les quatre heures qu'a duré l'audience, la police a gardé dans une pièce les pratiquants locaux venus manifester leur soutien aux personnes jugées et ne leur a pas permis d'assister à la séance du tribunal. Ils n'ont été libérés qu'à la fin de l'audience.

Le 7 août, le tribunal a condamné Mme Yang et sa fille à trois ans avec quatre ans de probation chacune. Mme Liu et Mme Yuan ont chacune écopé de trois ans à purger à la 2e prison pour femmes du Yunnan.

Mme Liu et Mme Yuan ont fait appel auprès de la cour intermédiaire de Yuxi et le juge a maintenu la peine initiale le 21 octobre.

La probation se transforme en corrections communautaires forcées

Pour la probation de Mme Yang et de sa fille, le tribunal de Chengjiang leur a ordonné de participer à des programmes de correction communautaire du 3 novembre 2015 au 2 novembre 2019. Elles ont reçu l'ordre de se présenter au Bureau judiciaire local tous les mois et de remplir un formulaire décrivant leurs activités ce mois-là. Elles ont également dû nettoyer le Bureau judiciaire.

Arrêtée et son domicile saccagé deux fois en 2020

Le 14 mars 2020, des policiers du département de police de Kunming ont entouré Mme Yang alors qu'elle marchait dans la rue. Ils ont fouillé son sac et prétendu que quelqu'un l'avait signalée pour avoir distribué des dépliants du Falun Gong. La police l'a forcée à les accompagner au poste de police de Yongchang et a promis de la laisser partir si la vidéo de surveillance montrait qu'elle ne distribuait pas de dépliants.

Au poste de police, au lieu d'examiner la vidéo de surveillance, les policiers l'ont interrogée et photographiée, ont pris ses empreintes digitales et un échantillon de sang. Puis ils se sont rendus à son domicile qu’ils ont saccagé en son absence.

Des policiers de la sécurité intérieure du district de Panlong ont frappé à la porte de Mme Yang vers 9 h du matin le 29 juin, et ont demandé à entrer, avec l'excuse que la conduite d'eau de son appartement fuyait. Elle a refusé d'ouvrir la porte. Rapidement, son électricité s'est éteinte. Sa fille a appelé la gestion immobilière et a appris que ce n'étaient pas eux qui avaient coupé le courant.

Vers 10 h du matin, son petit-fils de 20 ans a quitté le logement pour aller travailler et a été entouré par quatre policiers. Ils l'ont forcé à ouvrir la porte et se sont précipités dans l'appartement voulant fouiller l'endroit. La fille de Mme Yang leur a demandé pourquoi ils fouillaient leur maison, mais la police a refusé de fournir la moindre explication. Lorsque sa fille a photographié le mandat, la police l'a forcée à supprimer la photo.

Les agents ont fouillé toutes les pièces de l'appartement et même l'intérieur du réfrigérateur, de la machine à laver et des vases. Ils n'ont rien trouvé et ont finalement emporté un souvenir et deux breloques de Falun Dafa qu'ils ont détachés du mur sans donner la liste des objets confisqués.

Informations sur les responsables de la persécution :

Fan Zhengkui (范正奎), policier, poste de police de Wenlin : +86-18687133900

Liang Qi (梁琪), policier, porte de police de Wenlin : +86-15912428262

Ran Yulong (冉玉龙), policier, Bureau de la sécurité intérieure de la ville de Chengjiang : +86-15087722212

(Plus d'informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l'article original en chinois.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais