(Minghui.org) Je suis une femme au foyer de 53 ans, née dans la campagne du nord-est de la Chine. Je pratique le Falun Dafa (également connu sous le nom de Falun Gong) depuis vingt-cinq ans. J’ai la chance d’être une disciple de Maître Li, le fondateur du Falun Dafa.

Quand j’étais enfant, j’ai entendu des gens dire : « Quand vous croyez en Dieu, Dieu est là. » À l’époque, je ne savais pas ce que cela signifiait. En grandissant, j’ai compris que cela signifie probablement que pour les personnes qui croient en Dieu, Dieu les aidera dans les moments difficiles. Après que j’ai commencé à cultiver le Falun Dafa, les choses qui nous sont arrivées, à moi et à ma famille, nous ont fait croire encore plus à la vérité de cette expression. Cependant, cela dépend du degré de votre croyance et du dieu auquel vous croyez.

Il y a vingt-cinq ans, on m’a diagnostiqué une myocardite, une cholécystite et une tuberculose. En six mois, j’avais dépensé plus de 20 000 yuans en frais médicaux. Mais au lieu d’aller mieux, mon état s’est détérioré.

C’est alors que le collègue de ma belle-sœur m’a fait connaître le Falun Dafa. Dans le but de guérir mes maladies, j’ai commencé à cultiver Dafa. J’ai lu le Zhuan Falun pendant les sept premiers jours de ma cultivation et je me suis rétablie de tous mes problèmes de santé. Je me sentais vraiment légère après avoir été libérée de mes maladies. Après cela, j’ai eu cette pensée au fond de moi : « Je ne recevrai plus d’injections ni ne prendrai plus de médicaments, même si je suis en train de mourir ! »

C’était parce que je croyais vraiment au Maître. Non seulement j’ai récupéré de toutes mes maladies, mais je suis en bonne santé depuis.

Mon mari a surmonté une fièvre

Il y a environ dix ans, mon mari a attrapé un rhume et a eu une fièvre dont il n’a pas pu se débarrasser pendant trois jours. Comme il ne pratiquait pas le Falun Dafa, je lui ai dit de prendre des médicaments ou de se faire faire des injections, mais il ne voulait pas m’écouter. Lorsque sa souffrance est devenue trop grande pour lui et que son esprit divaguait, il m’a dit : « Peux-tu mettre ton lecteur MP3 dans mon oreille ? Je veux écouter les enregistrements des conférences de ton Maître. »

Au bout de trente minutes, il s’est endormi. À son réveil, sa fièvre avait disparu. Il a dit : « Je me sens si détendu. » C’est parce qu’il croyait en Maître qu’il s’est rétabli après une petite sieste !

Alors qu’il ne pratiquait pas le Falun Dafa, il croyait que « le Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! » Ainsi, au milieu des tribulations, il pouvait toujours transformer quelque chose de mauvais en quelque chose de bon.

Mon fils déjà adulte est devenu plus grand

Je me souviens de la première fois où la petite amie de mon fils est venue lui rendre visite. Un compagnon de cultivation de notre groupe d’étude du Fa a été arrêté ce jour-là et emmené dans un centre de détention. La belle-mère du pratiquant nous en a informés et elle ne savait pas trop quoi faire ensuite. J’ai pensé que je devais aller en ville pour informer les autres pratiquants de cette situation, afin qu’ils puissent émettre la pensée droite pour aider à sauver ce pratiquant.

Mais c’était aussi la première fois que la petite amie de mon fils venait chez moi. J’ai pensé que ça semblerait bizarre si je disais tout à coup que je devais partir. J’étais très inquiète. Lorsqu’elle est allée aux toilettes, j’ai parlé de la situation à mon fils. Il m’a dit : « Maman, calme-toi. Je vais la sortir. Prends un taxi pour aller en ville. Ne t’inquiète pas de ce que ça coûte. » J’ai vraiment apprécié sa compréhension et son soutien.

Mon fils s’est marié l’année suivante. Un jour, il m’a dit joyeusement qu’il était devenu plus grand, il est passé de 1 m 72 à 1 m 75. Pour me convaincre, il m’a demandé de mesurer sa taille. J’étais étonnée : c’était un adulte, comment pouvait-il devenir plus grand ? Puis j’ai réalisé et j’ai dit : « C’est parce que tu crois que le Falun Dafa est bon et que tu soutiens les pratiquants, donc tu as été béni. »

Ma belle-fille est miraculeusement tombée enceinte

Mon fils et ma belle-fille se sont mariés au printemps. Quand l’automne est arrivé, ma belle-fille n’était pas encore enceinte. Je n’étais pas inquiète, mais par souci pour elle, après la récolte d’automne, je lui ai dit : « Allons faire des courses. Je veux t’acheter des vêtements. En attendant, tu peux aller faire un bilan de santé pour voir s’il y a une raison pour laquelle tu n’es pas enceinte. S’il te plaît, prends-le gentiment, car je ne veux pas te mettre la pression. Si tu vas bien, c’est bien ; sinon, nous irons voir le médecin. » Elle a dit d’accord. J’ai pensé qu’elle avait peut-être senti que je faisais vraiment cela pour son bien-être.

Le médecin a dit qu’elle avait un épaississement de l’endomètre, ce qui peut empêcher une femme de tomber enceinte. Après avoir passé une échographie et un autre test, nous sommes allées voir un médecin expérimenté en médecine chinoise pour prendre son pouls. Aucun de ces tests n’a montré qu’elle était enceinte. Le médecin de médecine chinoise lui a prescrit des médicaments chinois. Une fois qu’elle avait pris la plus grande partie des médicaments, elle a dit qu’elle commençait à avoir des douleurs dans le bas-ventre. Je lui ai demandé d’arrêter de les prendre. En même temps, j’étais un peu confuse, me demandant si elle était déjà enceinte et si les résultats du test précédent étaient incorrects.

Le lendemain, lorsque ma belle-sœur est allée en ville, je lui ai demandé d’acheter un kit de test de grossesse. Lorsque ma belle-fille a fait le test, il a révélé qu’elle était enceinte ! Elle était à la fois heureuse et inquiète. Elle craignait que la médecine chinoise qu’elle avait prise ne nuise au bébé.

Pour apaiser son inquiétude, j’ai appelé le médecin de médecine chinoise le soir même. Je lui ai parlé de sa situation et il m’a dit : « Félicitations ! Les médicaments que j’ai prescrits conviendraient parfaitement au bébé. » Bien que ma belle-fille ait été soulagée, elle a dit qu’elle voulait garder le reste des médicaments. J’ai senti ce qu’elle pensait : elle voulait l’utiliser comme preuve pour accuser le médecin de médecine chinoise si quelque chose allait mal plus tard.

Je lui ai dit : « S’il n’y avait pas la protection du Maître, sans parler de la prise d’autant de pilules, tu aurais peut-être déjà fait une fausse couche après la première pilule. Le Maître protège l’enfant, il n’y aura donc aucun problème. Tu peux jeter le médicament. Crois au Maître ! Remercie le Maître ! »

Elle a cru ce que j’ai dit et l’a fait. Elle donna naissance à une petite fille de 2 kg 720 en bonne santé et à terme, même si elle souffrait d’anémie.

Ma petite-fille a échappé deux fois au danger

Ma petite-fille a eu neuf ans cette année. Elle est en très bonne santé, vive, intelligente et mignonne. J’aimerais vous raconter quelques histoires à son sujet.

Un jour, quand elle avait deux ans, je plantais des haricots verts dans mon jardin, et sa mère la surveillait. Soudain, j’ai entendu ma belle-fille s’écrier : « Maman ! Viens vite, elle a mis un haricot dans son nez. » Elle était pétrifiée. Elle a pleuré de peur et a dit que c’était sa faute, qu’elle jouait avec son téléphone portable et qu’elle ne faisait pas attention à son enfant. Lorsqu’elle s’en est rendu compte, elle a vu que l’enfant s’était enfoncé un haricot dans le nez et qu’elle essayait de le faire sortir avec ses doigts !

J’ai réconforté ma belle-fille en lui disant : « Elle va s’en sortir. » Puis j’ai pris l’enfant dans mes bras et j’ai appuyé sur son autre narine, tout en suppliant le Maître au fond de moi : « Maître, aidez-nous à faire sortir le haricot. » Instantanément, le haricot est sorti de sa narine et a atterri à plus de deux mètres. Lorsque je l’ai ramassé et que je l’ai regardé, il était devenu beaucoup plus gros qu’avant. Comment un enfant de deux ans aurait-il pu le faire sortir de force ? Toute notre famille était reconnaissante envers le Maître d’avoir protégé ma petite-fille.

Quand elle avait six ans, une nuit, ma belle-fille m’a appelée : « Maman, viens vite, s’il te plaît. Mon enfant dit qu’elle a mal à l’oreille et elle n’arrête pas de pleurer, peu importe comment j’essaie de la réconforter. » Parce que mon fils n’était pas en ville, elle ne savait pas quoi faire. Je suis donc allée prendre l’enfant dans mes bras. Je lui ai dit : « Ma petite-fille, ne pleure pas. Écoute ta grand-mère. » Et bien sûr, elle a arrêté de pleurer.

J’ai demandé : « Et si nous allions à l’hôpital pour faire examiner ton oreille ? » Elle a fait non de la tête. Puis j’ai dit : « Et si tu te couchais dans les bras de ta grand-mère et qu’on récitait ensemble, “Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon !” dans nos cœurs ? » Cette fois, elle a fait oui de la tête. Alors je l’ai prise dans mes bras et j’ai récité tranquillement les phrases. Très vite, elle s’est endormie et a dormi toute la nuit.

Le lendemain matin, elle allait bien. Grâce à cette expérience, sa famille a pu constater le pouvoir de la croyance en Maître et en Dafa, ainsi que le pouvoir des phrases.

Parce que toute notre famille croit en ces phrases, le Maître nous protège lorsque nous rencontrons des difficultés. Nous n’avons pas de doute ou d’autres pensées, seulement la croyance et une immense gratitude pour le Maître et Dafa.

Ma famille et moi ne sommes que l’une des centaines de millions de bénéficiaires et de témoins de la nature miraculeuse du Falun Dafa. Nos expériences personnelles nous montrent que le Falun Dafa est un Fa vertueux et que le Falun Dafa est un Fa juste. Notre Maître est merveilleux et bienveillant. Il est venu ici pour sauver les gens.

L’éveil d’un membre du PCC

Depuis 1999, un Maître et un Dafa aussi merveilleux ont été piégés et calomniés par le Parti communiste chinois (PCC). Les méthodes de persécution du PCC sont sans précédent. Cependant, les efforts du PCC sont vains, car de nombreux pratiquants continuent de cultiver Dafa. En 2020, le PCC a lancé une campagne « Plan zéro », tentant de forcer les bonnes personnes qui cultivent Authenticité-Bienveillance-Tolérance à abandonner leur pratique. Apparemment, il s’agissait d’une tentative menée par le PCC de « Mettre à zéro » le nombre de bonnes personnes.

Un membre du personnel de la Commission locale des affaires politiques et juridiques est venu chez moi en décembre 2020. Il m’a remis une copie de la déclaration de repentir me concernant pour que je la signe. Je lui ai ensuite remis une lettre que j’avais préparée plus tôt pour lui, afin de le persuader de se tourner vers la bonté. Après l’avoir lue, il a dit : « La lettre montre votre position. On dirait que je ne peux pas vous faire changer d’avis. » J’ai répondu : « C’est vrai. »

Il m’a ensuite demandé comment j’avais commencé à cultiver Dafa. Je lui ai raconté comment j’avais découvert Dafa lorsque je souffrais de maladies et comment j’avais été complètement guérie en sept jours. Il m’a dit : « Pas étonnant que vous soyez si inébranlable. Peu importe qui il ou elle est, il n’abandonnerait pas une telle cultivation. »

Il a souri et s’est préparé à partir. Il a dit : « Je dois y aller. Je vous aurais suivi si je vous avais écouté un peu plus. » J’ai dit : « Si vous pouviez me suivre, vous feriez le bon choix. Mon chemin est un chemin de rectification de Fa. Vous ne le regretteriez jamais ! » Il semblait joyeux en partant, car il avait entendu la vérité et appris la différence entre le bien et le mal. Je me suis également sentie heureuse pour lui.

Notre vie est précieuse. J’espère qu’au milieu de la pandémie, des personnes bienveillantes pourront voir à travers la nature maléfique du PCC, renoncer à leur adhésion et croire que : « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! » En temps de crise, le Maître pourra alors les protéger et ils auront un bel avenir !

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais