(Minghui.org) Mme Li Zhuhua, âgée de 69 ans, a commencé à pratiquer le Falun Gong, une discipline spirituelle également connue sous le nom de Falun Dafa, le 22 avril 1996. Elle a été arrêtée à répétition et torturée pour sa croyance après que le Parti communiste chinois (PCC) a lancé une campagne nationale contre le Falun Gong le 20 juillet 1999. Elle a été condamnée à trois ans de prison. Son fils M. Zhang Ce, aussi pratiquant, a reçu une peine de dix ans et a été expulsé de l'université.

La persécution a séparé M me Li et son fils pendant plus de dix ans. Son plus jeune frère et sa famille ont aussi vécu dans la peur et la détresse à cause de la persécution.

Bénédictions de la pratique du Falun Gong

M me Li, de la ville de Harbin, province du Heilongjiang, a reçu un diagnostic de cancer utérin en 1996. L'opération coûtait au moins 7000 yuans, ce qu'elle ne pouvait se permettre de payer.

Quelques jours après son diagnostic, elle a décidé de commencer à pratiquer le Falun Gong. Trois mois plus tard, M me Li a découvert que son cancer avait disparu lorsqu'elle est retournée à l'hôpital pour un autre examen. Ses autres maladies incluant les rhumatismes, les douleurs lombaires, les sinusites et les néphrites ont aussi disparu. Elle n'a pris aucun médicament depuis lors et jouit de ne plus être malade.

En plus des changements physiques, M me Li a aussi connu de grands changements sur le plan mental. Elle était joyeuse chaque jour, sentant que sa vie était remplie et gratifiante. Elle avait l'habitude de toucher des pots-de-vin avec son emploi dans l'approvisionnement de matériaux et la livraison de produits pour une usine pharmaceutique. En vivant selon le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, elle n'a plus gardé d'argent pour elle et l'a plutôt remise à la compagnie. Le directeur de l'usine était très touché, disant que son emploi serait très facile si tout le monde dans la compagnie pratiquait le Falun Gong.

M me Li est aussi devenue aimable et attentionnée envers tout le monde autour d'elle. Elle a été la seule des trois belles-filles à prendre soin de leur beau-père pendant son séjour à l'hôpital avant son décès.

En voyant sa mère de bonne humeur, son fils, M. Zhang, s'est senti inspiré et a aussi commencé à pratiquer le Falun Gong. Ses performances académiques se sont améliorées.

Arrêté et torturé pour avoir clarifié la vérité

La vie paisible de la mère et du fils a été bouleversée en avril 1999, lorsque les autorités locales ont tenté de fermer leur site de pratique du Falun Gong. Après que la persécution a commencé le 20 juillet cette année-là, la police est venue chez les pratiquants locaux et les a forcés à remettre leurs livres du Falun Gong et les documents reliés. Ils ont aussi suivi les pratiquants et ont surveillé leurs activités.

Un jour, en mai 2000, M me Li a parlé aux gens des faits sur le Falun Gong dans la ville natale de sa tante, Shulan, dans la province du Jilin, et a été arrêtée. Elle a été emmenée au poste de police de Tiecheng pour un interrogatoire. Elle a été menottée et suspendue pendant onze heures, avec ses orteils qui touchaient à peine le sol. Les 300 yuans qu'elle avait ont été pris par la police.

Afin de forcer M me Li à révéler les sources des documents de Falun Gong qu'elle distribuait, le chef adjoint Du Yude et trois agents l'ont frappée partout sur le corps. Ils ont aussi versé trois bouteilles d'huile de moutarde dans sa bouche, ses narines et ses yeux. Mme Li s'est presque étouffée et a senti son visage brûler d'une douleur inimaginable.

M me Li a été emmenée au centre de détention de Nanshan à Jilin vers 23 h. À son arrivée, de nombreux détenus ont eu peur en voyant son visage enflé et les bleus sur ses bras et ses jambes.

Vingt-cinq jours plus tard, M me Li a été ramenée à Harbin et détenue au centre de détention no 2 pour un autre vingt jours. Son jeune frère a été forcé de payer 3000 yuans pour les dépenses de voyage de la police, et un autre pratiquant local a payé 3000 yuans à la police avant qu'elle ne soit libérée.

Trois ans dans la prison pour femmes du Heilongjiang

Le 8 décembre 2000, M me Li a fait un voyage pour rendre visite à sa tante dans la ville de Cangzhou, province du Hebei. Elle a passé la nuit à Pékin en attendant un transfert d'autobus, mais s'est fait arrêter dans la soirée et a été détenue au centre de détention du district de Tongzhou, jusqu'à ce qu'elle soit transférée à la septième division du Bureau de la sécurité publique de Pékin à la fin février 2001.

À la fin mai 2001, M me Li a été ramenée à Harbin et condamnée à trois ans dans la prison pour femmes du Heilongjiang. Parce qu'elle refusait de renoncer au Falun Gong, elle a été solidement menottée dans le dos, forcée de s'asseoir du matin au soir et attachée au lit lorsqu'elle dormait la nuit. La torture a duré un mois.

M me Li a été assignée à l'équipe no 9. Comme elle et d'autres pratiquantes protestaient contre la persécution en refusant de faire des travaux forcés, elles ont été forcées de s'asseoir sur le sol glacial de ciment pendant la journée. Parfois, les gardes les forçaient à s'asseoir sur de petits tabourets sans bouger. Elles étaient nourries avec de la nourriture de piètre qualité, n'avaient pas la permission d'acheter des produits de première nécessité ni de recevoir de visites familiales. Encouragées par les gardes, les détenues les battaient et les insultaient souvent.

La prison a employé différentes façons pour torturer les pratiquantes. Pendant tout l'hiver 2002, les pratiquantes dans l'équipe n o 9 avaient l'ordre de marcher tous les jours autour de la cour de la prison. Elles étaient toutes extrêmement fatiguées. À une occasion, la pratiquante Mme Wang Wanzhen s'est évanouie de fatigue, mais on lui a dit de recommencer à marcher après seulement une courte pause.

Le 7 décembre 2003, M me Li a finalement été libérée. Son voisin lui a dit qu'on était entré dans son domicile par effraction et qu'il avait été fouillé par deux agents en civil après son arrestation. Ils ont aussi installé un logiciel de surveillance sur son téléphone.

Fils condamné à sept ans

Lorsque M me Li est retournée chez elle après avoir purgé une peine de trois ans, son fils a été arrêté en 2002 pour être allé à Pékin afin de faire appel pour le droit de pratiquer le Falun Gong. Il a été expulsé de l'université et condamné à dix ans de prison.

Les autorités à la prison de Hulan ont interdit à M me Li de rendre visite à M. Zhang et de déposer de l'argent pour lui. Un jour, à l'été de 2006, Mme Li a reçu un appel d'un garde de prison dénommé Li Gang, qui blâmait M. Zhang de ne pas renoncer au Falun Gong. Comme ils marchaient, Mme Li a entendu M. Zhang crier qu'il était battu par un groupe de gardiens. Mme Li a protesté auprès du gardien, mais en vain.

Après que la mère et le fils ont finalement été réunis dix ans plus tard, ils devaient encore faire face à des tribulations financières énormes suite à la persécution. Les deux avaient des emplois précaires avec de très bas salaires pour subvenir à leurs besoins.

Situation malencontreuse de la famille du frère

Le plus jeune frère de M me Li et sa famille pratiquaient le Falun Gong auparavant. Son neveu Li He allait au collège lorsque la persécution a commencé en 1999. Un jour en classe, un enseignant a calomnié le Falun Gong. Li He a réfuté : « Le Falun Gong n'est pas un culte. C'est une pratique profonde et il n'y a rien de mal avec cela. Chaque pratiquant de Falun Gong est une bonne personne. »

L'enseignant et tous ses collègues de classe étaient stupéfaits par son discours. L'enseignant était très fâché et l'a emmené au bureau du directeur. Son père a alors été appelé à l'école de son travail.

L'enseignant a dit au père : « Pratiquez-vous le Falun Gong ? Pourquoi avez-vous éduqué votre fils contre le gouvernement ? »

En voyant son fils nerveux et mal, le frère de M me Li était très triste. Il s'est excusé à l'enseignant et au directeur contre son gré. Il a dit que lui et son fils ne pratiqueraient pas le Falun Gong puisque le gouvernement l'interdisait.

Depuis ce jour, Li He avait peur de voir ses enseignants et a donc décidé de ne pas retourner à l'école. Il est devenu renfermé et mélancolique. Il a souffert de dépression et de psychose légère.

Ensuite, par peur de la persécution, les parents de Li He ont aussi arrêté de pratiquer le Falun Gong. Ils avaient constamment peur pour leur fils et certains problèmes de santé sont revenus. La mère de Li He est décédée de leucémie en novembre 2014 à l'âge de 55 ans. Ayant atteint l'âge de 32 ans en 2015, Li He ne pouvait travailler comme une personne normale et dépendait toujours fortement des soins de son père.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais