(Minghui.org) Mme Pan, 68 ans, a déménagé dans une belle ville d’Europe en 1993. En mai 1998, un ami qui venait de rentrer de Chine lui a parlé du Falun Dafa et elle a commencé peu après à le pratiquer.

Mme Pan vit toujours dans cette petite ville. De nombreux Chinois s’y sont installés depuis et la plupart des habitants la connaissent. Elle parle aux gens du Falun Dafa et de la persécution du Parti communiste chinois (PCC), et elle a aidé de nombreux Chinois à renoncer à leur adhésion au Parti et à ses organisations affiliées.

Parmi les Chinois que Mme Pan a aidés à renoncer au PCC, certains croient en d’autres religions, d’autres étudient pour obtenir des diplômes, et certains sont de nouveaux immigrants de Chine. Lorsqu’elle a essayé la première fois de leur clarifier la vérité, certains ont refusé d’écouter tandis que d’autres se sont disputés avec elle. Mais peu à peu, ils ont tous été touchés par l’attitude paisible et la gentillesse de Mme Pan. Beaucoup ont dit plus tard que c’était une chance de la connaître.

Retrouver la santé après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong

Lorsque Mme Pan a commencé à pratiquer en 1998, elle a connu une expérience extraordinaire : « Au lieu de me sentir lourde, j’avais l’impression que mes bras flottaient lorsque je faisais les exercices. J’étais stupéfaite et je savais que le Falun Dafa était spécial. J’ai toussé pendant trois mois, et le mucus était vert. Mais de la lecture du Zhuan Falun, je savais que le Maître nettoyait mon corps, alors je n’étais pas inquiète. Je toussais la nuit mais pas le jour, ce qui n’affectait pas mon travail. »

La plupart des résidents de son immeuble étaient Chinois. Certains d’entre eux lui ont dit que même si elle semblait en bonne santé, sa toux nocturne indiquait qu’elle était malade.

Mme Pan a expliqué qu’elle pratiquait le Falun Dafa et que c’était un processus de purification du corps. Ses voisins ont observé qu’elle avait retrouvé la santé et qu’elle était sincère et enthousiaste. Ils appréciaient d’être amis avec elle.

Clarifier la vérité aux Chinois

En juillet 1999, cependant, la paisible pratique dont tant de gens avaient bénéficié a commencé à être persécutée en Chine. Le PCC contrôle les médias chinois et a lancé une campagne sur tous les médias pour calomnier ceux qui suivent le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Des millions de personnes qui ne connaissaient pas la pratique spirituelle ont été induites en erreur.

Mme Pan se souvient : « Lorsque la persécution a commencé, parce qu’ils écoutaient la propagande du PCC, mes voisins ont refusé de me croire lorsque je leur ai parlé de la persécution. Certains se sont disputés avec moi. J’étais désolée qu’ils ne veuillent pas m’écouter. »

Mais la plupart savaient que Mme Pan était gentille et l’appréciaient. « Comme ils me connaissaient bien, ils venaient encore souvent me voir. Après avoir bavardé, je leur donnais plus de détails sur la persécution du PCC. »

« Je leur disais honnêtement : quoi qu’il arrive, je continuerai à pratiquer le Falun Dafa. J’étudie le Fa et je vais aussi dans divers endroits pour clarifier la vérité. Ils ont commencé à dire que les pratiquants ne font pas de mauvaises choses – ils ne font qu’étudier le Fa tous les jours. »

Sans se soucier de leur attitude, Mme Pan a continué à fréquenter ses voisins et à leur parler de la persécution. Lorsque le mouvement « Démissionner du PCC » a commencé, elle leur a expliqué la signification de démissionner du PCC, de la Ligue de la jeunesse communiste et des Jeunes pionniers. Certains ont renoncé à leur adhésion au Parti et ont même amené d’autres personnes l’écouter, tandis que d’autres en ont parlé à leurs amis. Une amie chrétienne de Mme Pan en est un exemple typique.

Une amie chrétienne renonce au PCC

Depuis plus de vingt ans, Mme Pan a une amie une chrétienne. « Nous nous sommes rencontrées à un cours de langue. Je lui ai clarifié la vérité en rentrant à la maison. Elle ne l’a pas acceptée au début. Je lui ai donné le journal The Epoch Times. Plus tard, j’ai pu sentir qu’elle changeait. Elle a même donné le journal à lire à ses amis. »

Son amie lui a demandé qui finançait le journal. Elle avait été induite en erreur par la propagande du PCC disant que le Falun Dafa recevait de l’argent de l’étranger.

Mme Pan a expliqué que les pratiquants payaient eux-mêmes le journal pour que les gens puissent connaître la vérité. Ils travaillaient sur le journal en tant que bénévoles et ne recevaient pas d’argent. Son amie a compris.

Lorsque Mme Pan a raconté à son amie que le PCC prélevait des organes sur des pratiquants de Falun Dafa de leur vivant, son amie a d'abord été incrédule : « C’est impossible. Si tu dis que certains médecins sont mauvais, je te crois. Mais je ne crois pas que ces prélèvements d’organes se fassent à une si grande échelle. »

Un jour où elles discutaient à nouveau de ce sujet, son amie lui a demandé de lui donner des informations pour étayer ses propos. Mme Pan lui a donné une copie du rapport d’enquête indépendant des Canadiens David Matas et David Kilgour. Elle lui a également donné d’autres documents d’information.

Lorsque Mme Pan lui a expliqué l’importance de démissionner du PCC, son amie a répondu que Dieu s’occupait d’elle et que cela n’avait pas d’importance qu’elle démissionne ou non du PCC. Mme Pan lui a dit que des millions de Chinois avaient déjà démissionné des organisations du PCC pour ne pas être impliqués lorsque le Parti aurait à répondre de ses crimes.

Son amie a compris pourquoi les gens démissionnaient et a accepté de démissionner des Jeunes Pionniers communistes.

Après avoir démissionné, son amie était heureuse et a dit qu’elle avait passé des vidéos de clarification de la vérité à ses proches en Chine sur son iPad. Elle a également parlé à ses camarades de classe et à ses amis de l’importance de renoncer au Parti.

Maintenant, son amie regarde NTDTV tous les jours et raconte à d’autres ce qu’elle voit.

Une nouvelle immigrante chinoise démissionne du PCC

Mme Pan a rencontré un jour une nouvelle immigrante chinoise. « Quand elle est venue chez moi, j’ai parlé de l’importance de se retirer du PCC. Elle est restée évasive et a dit que cela n’avait rien à voir avec elle. »

La dame a observé que Mme Pan était facile à vivre, sincère, et ne faisait jamais de commérages. Elle a dit qu’elle se sentait à l’aise avec elle.

Quelques jours plus tard, Mme Pan a de nouveau parlé de démissionner. Cette fois, la dame lui a demandé comment elle pouvait le faire. Mme Pan a allumé son ordinateur et l’a aidée à remplir le formulaire en ligne pour qu’elle puisse démissionner des Jeunes Pionniers.

Mme Pan a montré le numéro de confirmation sur le site Web et a dit : « C’est votre numéro de confirmation de démission. »

La dame a dit : « Je vais en faire une photo. Je prends la démission très au sérieux. » Elle a pris une photo et a remercié Mme Pan de l’avoir aidée.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais