(Minghui.org) La plainte déposée par la famille de Mme Liu Jinping contre la police, pour avoir ignoré leur demande de visite, sera entendue par le tribunal local de la ville de Jiamusi, province du Heilongjiang, le 5 novembre 2021.

Mme Liu Jinping

Mme Liu, 40 ans, a été arrêtée à son domicile le 14 mai 2021, alors qu’elle étudiait les enseignements du Falun Gong avec d’autres pratiquants. Elle a été battue et interrogée par la police puis emmenée plus tard au centre de détention de la ville de Jiamusi.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

La famille de Mme Liu a demandé, à plusieurs reprises, au poste de police de Jiaoqu de lui rendre visite, mais elle n’a jamais reçu de réponse. Après que la police a refusé une énième demande de visite le 13 juillet, sa famille a déposé une plainte auprès du chef de la police.

Lors d’un suivi dix jours plus tard, Wu Bin, le directeur du Bureau de la sécurité intérieure affilié au poste de police, leur a dit que les visites étaient gérées par le centre de détention, et non par la police, même si le règlement du centre de détention de la République populaire de Chine publié par le Conseil d’État déclare que « pendant la période de détention, avec le consentement du centre chargé de l’affaire et avec l’approbation des organes de sécurité publique, les détenus sont autorisés à avoir une correspondance et à rencontrer les membres de leur famille immédiate ».

Comme la police n’a jamais répondu à la demande de visite de la famille de Mme Liu, elle a déposé une plainte auprès du tribunal de Jiaoqu le 3 août. Un membre du personnel du tribunal a tenté de persuader la famille d’abandonner l’affaire, disant qu’il n’y avait pas de tel règlement pour les centres de détention de la République de Chine et que les gens ne gagnent jamais les procès contre les agences gouvernementales.

De retour à la maison, la famille de Mme Liu a fait des recherches concernant la loi chinoise et a constaté que le tribunal ne disposait d’aucune base légale pour refuser leur plainte. C’est au juge de décider s’ils avaient le droit de rendre visite à leur proche après examen, et le tribunal ne devrait pas refuser l’affaire.

Le 13 août, la famille de Mme Liu est retournée au tribunal et a fait une nouvelle tentative de dépôt de la plainte. Un membre du personnel du tribunal s’est moqué d’eux à cause du format du dossier qu’ils ont remis et a demandé si l’avocat qu’ils avaient engagé était qualifié. Les membres de la famille n’ont pas été affectés, ils ont corrigé le format et déposé le dossier.

Le 9 octobre, la famille de Mme Liu a été informée par le tribunal qu’une audience était prévue pour le 5 novembre et que c’était la juge Li Qijia qui avait été désignée pour s’en occuper.

Pendant ce temps, l’avocat de Mme Liu s’est rendu au parquet du district de Xiangyang pour examiner son affaire le 23 septembre et a découvert que le procureur avait renvoyé l’affaire à la police en raison de preuves insuffisantes.

Le lendemain, les parents de Mme Liu et l’avocat se sont rendus ensemble au poste de police de Jiaoqu pour s’enquérir de l’affaire. Le directeur du Bureau de la sécurité intérieure Wu a menti, disant que l’affaire avait été envoyée au tribunal et qu’ils n’étaient pas en mesure d’enquêter pour savoir si Mme Liu avait été battue par la police pendant l’interrogatoire. Wu a déclaré qu’il faisait simplement son travail et qu’il était conforme à la loi. Il a dit que la famille de Mme Liu pouvait déposer une plainte contre eux auprès du comité de discipline s’ils pensaient qu’il y avait des problèmes avec l’affaire. Il a également reproché à la mère de Mme Liu de l’avoir emmenée dans la mauvaise direction en pratiquant le Falun Gong.

La famille de Mme Liu et l’avocat sont retournés plusieurs fois au poste de police et ont demandé à la police de classer son dossier et de la libérer sous caution. La police a refusé.

Arrestation et interrogatoire

Le 14 mai 2021, Mme Liu a accueilli chez elle plusieurs pratiquants locaux, dont Mme Jin Shurong, M. Jiang Guosheng et Mme Ren Yulan. Ils ont étudié les enseignements du Falun Gong ensemble. Alors que M. Jiang était sur le point de partir, vers midi, 16 policiers sont soudainement entrés par effraction. Quatre policiers ont pris des photos, tandis que les autres ont fouillé la maison de Mme Liu. Aucun des policiers n’a montré sa carte d’identité ou un mandat de perquisition. Ils ont déposé au sol les livres de Falun Gong de Mme Liu, l’imprimante et une photo du fondateur du Falun Gong, ont pris des photos et les ont emportés.

Les quatre pratiquants ont été amenés au poste de police de Changqing pour interrogatoire. Alors que les trois autres pratiquants ont été libérés le jour même, Mme Liu a été emmenée au centre de détention de la ville de Jiamusi.

Lorsque l’avocat de Mme Liu lui a rendu visite plus tard, elle a dit à l’avocat que la police l’avait interrogée au poste de police. Un agent nommé Gu Songhai l’a sauvagement battue et lui a ordonné d’admettre qu’elle distribuait des documents de Falun Gong, que l’imprimante cassée chez elle fonctionnait encore et que 70 dépliants de Falun Gong avaient été trouvés chez elle. Gu a menacé de demander une peine de prison de dix ans contre elle.

Alors que Mme Liu refusait de signer le procès-verbal d’interrogatoire, la police lui a tordu les bras et lui a frappé la tête contre le mur. Elle est presque devenue incontinente et a senti qu’elle était proche de la mort.

Informations sur les responsables de la persécution :

Gu Songhai (顾松海), chef du Bureau 610 de la province du Heilongjiang : +86-13339300100, +86-13804536212

Yang Bo (杨波), chef adjoint du Bureau de la sécurité intérieure de la province du Heilongjiang : +86-15945183001

Yan Qiang (闫强), chef du Département de police de Jiaoqu : +86-18145402660

Wu Bin (吴彬), directeur du Bureau de la sécurité intérieure de Jiaoqu : +86-13946472555

Li Lifeng (李利锋), procureur au parquet du district de Xiangyang : +86-13846169281, +86-18697098055

(Plus d’informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l’article original en chinois.)

Voir aussi :

Une femme du Heilongjiang battue pendant son interrogatoire fait face à des poursuites en raison de sa croyance

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais