(Minghui.org) Une conférence de partage d’expériences du Falun Dafa s’est tenue le 29 octobre à Saint-Pétersbourg, en Russie. Quinze pratiquants ont parlé de la façon dont ils ont bénéficié de la pratique et de comment ils ont appliqué le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans leur vie quotidienne.

Des pratiquants ont parlé de l’impact positif que le Falun Dafa a eu sur leur vie lors de la conférence de partage d’expériences du Falun Dafa, le 29 octobre à Saint-Pétersbourg.

Surmonter l’égoïsme

Sergei est originaire de Ryazan, dans l’ouest de la Russie, et a enseigné les exercices de Falun Dafa en ligne pendant la pandémie. Ayant pratiqué pendant 15 ans, il connaît l’importance de suivre les enseignements de Dafa, quelles que soient les difficultés que l’on peut rencontrer.

Au début, il a eu des interférences, étant perturbé par des problèmes familiaux. « Ce n’est pas une coïncidence d’être invité à un nouveau projet ou de rencontrer des défis », a-t-il expliqué. « Chaque défi est une occasion de nous améliorer et de surmonter les obstacles. Je dois sortir de ma zone de confort et faire de mon mieux pour aider les autres. »

Cela nécessite une bonne préparation avant chaque atelier. Environ une heure et demie avant chaque séance, Sergei met tout en place. Plus important encore, il lit les enseignements du Falun Dafa et émet la pensée droite. Il ne laisse rien le distraire avant l’atelier.

Il y a aussi d’autres membres dans l’équipe et parfois ils demandaient l’aide de Sergei parce que quelqu’un n’était pas disponible pour l’atelier. Au début, Sergei était mécontent du fait du travail supplémentaire. Il s’est ensuite rendu compte qu’il ne s’agissait pas seulement d’aider un autre présentateur ‒ cela donnait à davantage de gens l’occasion d’apprendre Dafa et d’en bénéficier. Il a été capable de laisser tomber ses plaintes et de gérer la situation calmement.

Éliminer les éléments communistes

Nadia Lai est originaire d’Irkoutsk en Sibérie et elle a parlé du fait de présenter les Neuf commentaires sur le Parti communisteaux gens et de recueillir des signatures sur une pétition pour mettre fin à la persécution en Chine. Après que Comment le spectre du communiste dirige le monde a été traduit en russe, elle a également estimé que ce livre était important pour aider les gens à comprendre le tort causé par le communisme.

En tant que coordinatrice de projet, Lai a également connu des conflits de temps en temps et elle les considérait comme des occasions d’élever son xinxing. Une fois, la version russe d’un site Internet avait été fermée et elle s’est disputée avec un pratiquant de l’assistance technique. « Ce pratiquant a ensuite expliqué que c’était une erreur et que personne n’avait l’intention de fermer le site web », a expliqué Lai. « Cet incident m’a rappelé que nous devons rester calmes et compatissants, au lieu de laisser le mode de pensée communiste régir notre comportement. »

Une éducatrice intègre et responsable

Sveta a commencé un nouveau travail il y a environ deux ans, mais ce n’était pas facile. En tant qu’éducatrice, elle était responsable d’un groupe d’enfants atteints d’autisme et de déficiences intellectuelles. C’était si difficile que neuf jours après son embauche, elle a pensé à démissionner. Sveta a expliqué que ce n’était pas juste les enfants. Une collègue de travail était également inutilement difficile. En raison de leurs méthodes d’enseignement différentes, elle l’a critiquée en face, puis s’est plainte à d’autres personnes lors d’une réunion.

En y réfléchissant et en se rappelant que les pratiquants doivent prendre du recul, Sveta a réalisé qu’elle devait rester compatissante et tolérante à tout moment. En tant que pratiquante, ce sont des occasions de regarder à l’intérieur et d’identifier les domaines où elle pourrait s’améliorer au lieu de se plaindre ou de blâmer les autres. Elle a fait de son mieux pour travailler dur et bien traiter les enfants. La situation s’est alors nettement améliorée.

Ses relations avec les autres enseignants se sont également améliorées. L’une d’elles répétait parfois des slogans communistes ou citait des paroles d’anciens dirigeants communistes. Sveta a partagé sa propre vision du communisme et du tort causé par ce régime. Cette collègue a ensuite été infectée par le coronavirus, également connu sous le nom de virus du Parti communiste chinois (PCC), en raison de la dissimulation et de la désinformation du régime. Elle était si malade qu’elle était incapable de lire. Une fois de plus, Sveta lui a parlé des tragédies causées par le régime communiste, y compris de la persécution du Falun Dafa. L’enseignante a accepté de garder à l’esprit « Falun Dafa est bon » et « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ». Ses symptômes ont alors été considérablement réduits.

Lorsqu’elle enseignait aux enfants, Sveta leur parlait souvent de la beauté de Dafa et de comment être une bonne personne en suivant le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. De temps en temps, elle leur faisait aussi écouter la musique Pudu. Il y avait une histoire : « L’histoire de la fleur de lotus », qui décrit comment une graine de lotus se développe pour devenir un être altruiste, compatissant et pur. Après que Sveta a donné à chaque élève un exemplaire du livre, de nombreux parents et élèves ont dit qu’ils l’avaient beaucoup aimé.

Malgré son environnement de travail compliqué, le dévouement et le travail acharné de Sveta ont gagné la confiance de la direction de l’école, de ses collègues et des parents. Le directeur de l’école l’a félicitée pour sa droiture et son sens des responsabilités. Les parents ont également déclaré qu’elle était gentille et digne de confiance. Lorsqu’elle est partie deux ans plus tard, la plupart d’entre eux ont dit qu’ils étaient tristes d’avoir perdu une si bonne professeure.

Garder la foi

Jenna a beaucoup appris des incidents qu’elle a rencontrés. Une fois, le bureau de l’immigration a perdu ses documents d’identité. Lorsqu’elle a suivi la procédure et soumis à nouveau une demande, celle-ci a été refusée.

Alors qu’elle était désespérée, elle a rencontré un survivant d’un camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale. Le vieil homme a dit qu’il aurait pu mourir plusieurs fois et de plusieurs manières : la chambre à gaz, la potence et les travaux forcés en Serbie. Pourtant, malgré toutes ces expériences douloureuses, il continuait à croire au divin. « Il est très facile pour le divin de prendre votre vie, ou de vous aider », a-t-il dit à Jenna. « Tant que nous nous tenons aux côtés du divin, nous n’avons pas à nous inquiéter de quoi que ce soit. »

Comprenant qu’il s’agissait d’un signe de Maître Li (le fondateur du Falun Dafa), Jenna a compris clairement sur sa mission. En fait, ce qu’elle vivait n’était quasiment rien comparé à la souffrance de ce vieil homme et d’autres personnes. Elle et son mari ont dit au vieil homme qu’ils pratiquaient le Falun Dafa et de quelle sorte de pratique il s’agissait. Grâce à des efforts constants pour clarifier les faits aux fonctionnaires du gouvernement, en particulier à propos de la persécution, elle a fini par obtenir le statut de résidente légale.

De nombreux participants à la conférence ont dit avoir été touchés par les expériences des auteurs des partages ‒ qu’il s’agisse de parler aux gens du Falun Dafa sur Internet, d’organiser l’exposition L’Art de Zhen-Shan-Ren ou d’interagir avec des représentants du gouvernement. « J’ai beaucoup appris d’eux aujourd’hui et j’espère que je pourrai rester diligente comme lorsque j’ai commencé à pratiquer », a déclaré Tatiana.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais