(Minghui.org) Mme Li Li était originaire de la province du Heilongjiang. Elle a eu une vie difficile, perdant sa mère d’une maladie inconnue en 1992, et son frère d’une tumeur au cerveau en 1994. Elle s’est mariée en 1981 et a été victime de violences domestiques pendant la majeure partie de son mariage. Son mari a eu des aventures extraconjugales, a fini par divorcer en 1996 et a rapidement épousé la veuve de son frère décédé.

Malgré les difficultés et les peines de cœur, Mme Li s’en tenait au principe du Falun Dafa Authenticité-Bienveillance-Tolérance, et même son ex-mari l’a protégée lorsque le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Dafa en 1999. Un de ses amis, un journaliste de télévision, avait l’intention de l’interviewer et de lui faire accuser le Falun Dafa d’avoir brisé son mariage avec Mme Li. Il a fermement refusé la demande d’interview de son ami. Pendant que Mme Li était détenue pour sa croyance, il a gardé ses livres de Falun Dafa dans un endroit sûr. Après qu’elle a été libérée, mais contrainte de vivre loin de chez elle pour éviter d’autres arrestations, il s’est bien occupé de leur fils.

Mme Li est ensuite décédée des suites de la persécution. Cette série en dix parties est le récit qu'elle a fait de son histoire.

***

Bien que j’aie connu la misère et le malheur, je suis restée joyeuse et j’ai été gentille avec ceux qui me maltraitaient.

(Suite de la 5e partie)

L’élimination du karma

Alors que je commençais la vraie cultivation, j’ai connu des tribulations. Cela a commencé par l’élimination du karma. Bien que j'ai dû enseigner à des étudiants dans l’après-midi, j’avais de violents maux d’estomac le matin. J’ai pensé : comment pourrais-je enseigner à une classe comme ça ? Mais je n’avais pas le choix, car le temps ne pouvait pas être gaspillé par les étudiants sans la présence d’un enseignant dans la salle de classe. J’avais encore mal en m’y rendant. Mais dès que je suis entrée dans la classe et que j’ai commencé le cours, la douleur a cessé. Le cours s’est bien déroulé. La douleur a recommencé dès la fin du cours. Je me suis dépêchée de rentrer chez moi. La douleur était telle que je ne pouvais pas saluer les gens que je connaissais sur la route. Après être montée chez moi au sixième étage, j’étais déjà en sueur et je me suis précipitée dans la salle de bain.

Dans mon esprit, j’ai dit : « Maître, j’ai réussi aujourd’hui ». Je savais que c’était l’élimination du karma. De plus, le Maître avait bien tout organisé pour que je puisse donner les cours normalement, tout en comprenant que ce n’était pas une maladie, mais l’élimination du karma.

Lorsque j’avais une inflammation des amygdales dans le passé, j’avais la gorge enflée avec suppuration [formation de pus] et fièvre. Cette fois-ci, j’avais la gorge enflée et la suppuration. Ou bien j’avais juste de la fièvre, qui était si forte que je ne pouvais pas m’asseoir. Mais il n’y avait pas d’enflure de la gorge. Une fois, la fièvre a duré deux jours entiers et je ne pouvais manger que de la soupe de riz. Mais, le troisième jour, j’étais pleine d’énergie. Il était clair pour moi que cette réaction surnaturelle qui ressemblait à une maladie n’en était pas une. Pour une personne comme moi, qui avait connu la maladie et la douleur pendant longtemps, je n’ai pas considéré cela comme quelque chose d’inhabituel. Probablement que j’avais beaucoup souffert physiquement avant de commencer à cultiver, donc il n’y avait pas beaucoup d’élimination de karma après avoir commencé à cultiver. Au lieu de cela, c’était principalement lié à l’élévation du xinxing.

Accroissement des problèmes du mari

En apprenant que sa mère était malade, Lu est revenu de Wuhan. À ce moment-là, sa mère s’était déjà rétablie, alors il l’a exhortée à rentrer chez elle. Comme j’avais préparé 3000 yuans pour son traitement médical, je lui ai quand même donné l’argent. Lu s’est disputé avec moi, pour avoir donné l’argent à sa mère. Me souvenant que j’étais une pratiquante, j’ai décidé de ne plus discuter avec lui. Je ne pensais pas que c’était une grosse affaire, en plus je l’ai donné à ma belle-mère. Je ne considérais pas que faire cela était mal et je me sentais très calme. Mais je ne l’aurais pas géré de cette façon si je n’avais pas été une pratiquante ‒ je donnerais quand même de l’argent à sa mère, mais je n’accepterais pas si l'on me faisait du tort de cette façon. Je penserais : « Y a-t-il quelque chose de mal à donner de l’argent à ta mère ? »

Ce n’était pas fortuit si Lu s’en prenait à moi partout ou se mettait facilement en colère sans raison. En apparence, c’était parce que nous ne nous entendions pas depuis de nombreuses années, laissant la famille instable tout le temps. Avant de commencer la cultivation, j’ai failli m’effondrer à cause de lui en 1991, alors j’ai demandé le divorce et il a accepté. Un jour, il avait une lettre pour son unité de travail en revenant de l’université de Wuhan, alors nous sommes allés déposer une demande de divorce. Lors du traitement de cette affaire, un document manquait et il a dû retourner à l’université de Wuhan pour le récupérer. D’une façon ou d’une autre, mes collègues ont entendu parler de cette affaire et des agents de mon lieu de travail sont intervenus. Ils voulaient que nous allions vers la réconciliation. Pensant que Lu serait bientôt diplômé, nous avons décidé d’attendre jusqu’à sa remise de diplôme. Bien que le divorce a été ainsi suspendu, notre relation n’était pas harmonieuse. Mais, maintenant que j’étais devenue une pratiquante, je devais changer et je ne voulais plus reparler du divorce. De plus, je voulais bien faire, car je ne voulais pas qu’il dise du mal du Falun Gong à cause de moi.

Après être rentré à la maison cette fois, il a continué à être en colère contre moi quotidiennement, mais je ne savais pas pourquoi. De plus, il descendait souvent pour répondre au téléphone. J’ai juste trouvé que c’était un peu étrange, mais je n’y ai pas réfléchi plus que ça. Voyant que je n’arrivais pas à comprendre les choses, il a commencé à parler de ce qu’il faisait chaque jour. Il avait rencontré une ancienne camarade de classe à l’université de Wuhan et ils s’entendaient bien. Plus tard, il m’a tout raconté. Il a dit qu’il était amoureux de cette personne et que leur relation était déjà profonde. Cependant, la femme était déjà mariée. En entendant cela, j’ai eu toutes sortes de sentiments. J’ai pensé : comment as-tu pu me faire ça ? Comment as-tu pu me faire du mal comme ça ? Puis, réalisant que j’étais une pratiquante j’ai su que je ne devais pas réagir comme ça. J’ai fait tout ce que j’ai pu pour retenir mes larmes et je ne voulais pas parler. Mais dans mon cœur, je me sentais mal. Toutes les choses qui se sont produites dans le passé sont apparues clairement devant moi. J’avais tout sacrifié pour lui et maintenant j’ai échangé ma vie entière pour son succès. Mais, je ne m’attendais pas à être traitée de la sorte en retour. C’était douloureux.

Faire face aux problèmes de santé de la famille

Avant que cela ne soit résolu, j’ai fait face à autre chose. Mon frère de la province du Heilongjiang m’a écrit une lettre disant qu’il avait une tumeur au cerveau et qu’elle était maligne. Alors il m’a demandé quoi faire. Ma mère était décédée très jeune et cette fois la maladie de mon frère a été un coup dur pour mon père. Il est le troisième enfant de mes parents et le seul garçon de la famille.

Après avoir obtenu son diplôme de l’Université normale de Harbin, il a travaillé comme professeur de langues étrangères dans une école normale. À 33 ans, il était déjà le professeur associé le plus jeune de l’école. À cette époque, il venait de rentrer du Japon en tant que chercheur invité, jeune et talentueux. Il avait aussi une fille adorable, qui n’avait que cinq ou six ans. Depuis l’enfance, mon jeune frère et moi étions les plus proches. Je l’ai vu grandir.

Il me faisait également confiance et me respectait. En apprenant l’incident concernant mon frère, j’ai décidé de tout laisser tomber pour le soutenir pleinement. Mon père, mes sœurs et moi avons emmené mon frère passer un examen médical à Pékin au cours de l’été 1993. À cette époque, Lu était diplômé de l’université de Wuhan et enseignait la jurisprudence constitutionnelle au Collège des procureurs nationaux sous l’égide du parquet suprême à Pékin. Il n’avait pas d’appartement et vivait dans le dortoir du collège. Après être venu nous chercher à la gare de Pékin, Lu nous a emmenés à l’hôpital Tiantan. L’analyse des clichés a confirmé qu’il s’agissait d’une tumeur maligne. Tous les membres de la famille se sont sentis mal à l’aise en apprenant la nouvelle et mon père a pleuré en privé. Déjà pratiquante, je savais que je ne pouvais pas me comporter comme eux. J’ai également prévu de bien passer cette épreuve.

Mon frère a été opéré à l’hôpital Tiantan et ils ont enlevé la plus grande partie de la tumeur. Après sa guérison, mon père a eu peur que la maladie revienne. Il a donc emmené mon frère pour une radiochirurgie par rayons gamma dans la ville de Zibo, dans la province du Shandong.

Pratiquer ouvertement l’infidélité

Je n’y suis pas allée cette fois, mais je suis restée à Pékin pour affronter mes tribulations avec Lu. Cette femme lui écrivait constamment en utilisant l’adresse du dortoir de l’université, et je vivais aussi dans le dortoir de l’université. Lu m’a montré sa « lettre d’amour » et m’a fait écouter les cassettes audio de cette femme. Pourquoi de telles choses existent-elles sur Terre ? Comment pouvait-il partager cela avec moi ? Parfois, il me racontait les détails de ce que lui et la femme faisaient quand ils étaient ensemble. Je me suis rendu compte que tout cela visait mon cœur. C’était une aiguille qui me tourmentait encore et encore. Il s’en servait pour voir comment je réagissais et comment je gérais la situation. La maladie de mon frère plus ce que Lu faisait me visaient presque en même temps. Comme si cela ne suffisait pas, Lu me grondait souvent et le faisait devant ma famille. En le regardant, je me suis tue et je me suis rappelé que je devais m’abstenir. Je ne suis plus une personne ordinaire et ce qu’il faisait m’aidait, pensais-je. Pourtant, j’avais les larmes aux yeux et de l’amertume dans le cœur.

L’affaire de mon frère ayant pris fin temporairement, je ne suis restée à Pékin que quelques jours avant de retourner à Changchun. D’autres professeurs avaient pris en charge ma classe en mon absence et maintenant je devais continuer à enseigner.

Le Maître discute des problèmes de cultivation

Pendant mon temps libre, je rendais souvent visite à Xu, chez qui je pouvais faire la méditation assise ou échanger des partages avec d’autres pratiquants. Parfois, je voyais aussi le Maître.

Une fois, le Maître a apporté une vidéo intitulée La biographie de Shakyamuni pour que plusieurs d’entre nous la regardent. Elle avait été filmée à l’étranger et racontait comment Shakyamuni avait répandu le Fa et sauvé des gens. La vidéo était longue, allant de l’abandon du trône par Shakyamuni pour devenir moine, ainsi que la cultivation ardue dans les montagnes profondes, jusqu’à l’illumination sous l’arbre de la Bodhi et le sauvetage des êtres. C’était la première fois que je voyais un film sur un Bouddha. Plusieurs jours plus tard, le Maître est venu et plusieurs d’entre nous se sont assis autour de lui.

« Comment était-ce ? » a demandé le Maître. Il nous a demandé ce que nous avions ressenti et compris en regardant le film.

À cette époque, je savais très peu de choses sur un Bouddha et je ne comprenais pas grand-chose. Mais, j’avais une compréhension profonde d’un aspect.

« Il était si difficile pour le Bouddha Shakyamuni de se cultiver à son époque », ai-je dit au Maître.

Ma compréhension était que, de nos jours, notre cultivation n’était pas si difficile puisque notre vie ne changeait pratiquement pas. Nous avons de la nourriture à manger et des vêtements à porter, comme dans la vie de tous les jours.

Confrontation des pratiquants aux tribulations familiales

À cette époque, de nombreux pratiquants de Changchun ont eu des tribulations familiales. Nous ne nous cultivions pas depuis longtemps et passer ces tribulations n’était pas facile. Si l’on prend l’exemple de ma collègue du Bureau d’enseignement et de recherche, son mari la traitait très bien avant sa cultivation. Mais après qu’elle est devenue pratiquante, il se disputait toujours avec elle.

Elle m’a raconté qu’une fois son mari a même sorti un couteau comme pour la tuer. Elle s’est abstenue à ce moment-là et a calmé son mari. Mais elle ne pouvait pas le supporter dans son cœur, pensant que c’était trop dur. Elle m’a dit : « Li Li, nous pourrions déménager toutes les deux plus tard et vivre ensemble. Nous pourrions éviter ces choses et prendre soin l’une de l’autre. » J’ai répondu : « Nous ne pouvons pas faire ça. Cela ne fonctionne pas comme ça. » Une fois, plusieurs pratiquants parmi nous ont rencontré le Maître et cette collègue de travail a posé la même question. Sans réfléchir, j’ai dit : « Nous ne pouvons pas esquiver les conflits. » Je savais que le Maître était d’accord avec moi sur ce point.

Avec ses titres de Docteur et de Professeur associé, Lu a obtenu un appartement à trois lits à Pékin. C’était un grand appartement situé au 410, bâtiment 84 dans la communauté Yongle du district de Shijingshan. Lorsque je n’avais pas de cours, je me rendais à Pékin pour rénover l’appartement. Une fois la rénovation terminée, Lu a emmené sa mère et notre fils pour y vivre. Comme mon travail ne pouvait pas être transféré à Pékin en peu de temps, j’ai continué à rester à Changchun. De temps en temps, Lu venait de Pékin pour me rendre visite.

Pendant cette période (d’environ 18 mois), j’ai assisté à certaines activités à Changchun, notamment au premier séminaire organisé par des pratiquants. En écoutant les interventions, j’ai remarqué que de nombreux pratiquants parlaient du bouddhisme. J’ai immédiatement réalisé que ces choses ne faisaient pas partie des enseignements du Falun Dafa. C’est-à-dire que c’était une question de « pas deux écoles de Loi ». Comme j’avais eu de sérieuses leçons à ce sujet dans le passé, j’étais sensible à cette question. Après avoir identifié ce problème, j’ai partagé mes pensées avec l’assistant du site de pratique.

Le premier Fahui du Falun Dafa (conférence de partage d’expériences)

Après que les pratiquants de Changchun ont cultivé comme un seul corps pendant un certain temps, les coordinateurs ont décidé d’organiser une conférence de partage d’expériences (Fahui). C’était la première fois. Les pratiquants ont tous réalisé son importance et l’ont appelé le « premier rassemblement des pratiquants de Falun Gong ». Bien que ce soit déjà le soir, nous préparions encore le titre en découpant et en assemblant de grands caractères, « Conférence de partage d’expériences des pratiquants de Falun Gong de Changchun ».

Nous avons également fait de même avec le poème du Maître :

« Il y a une voie pour cultiver le gong, le cœur est ce chemin.

La Grande Loi est sans limite, la souffrance est le bateau. »

(« Falun Dafa », Hong Yin)

Les pratiquants sont venus avec le sourire au premier Fahui qui a eu lieu à l’université du Jilin. Ils sont arrivés tôt et on aurait dit que les gens assistaient à une grande fête. Le ciel était d’un bleu magnifique. Debout à la porte arrière de l’auditorium de l’université du Jilin, je regardais le ciel bleu et mon bonheur était au-delà des mots. Puis des pratiquants sont montés sur scène pour parler, certains ont lu des articles rédigés à l’avance, d’autres n’ont rien apporté et d’autres encore ont parlé sans rien avoir préparé. Ils ont parlé des changements qu’ils ont vécus après avoir commencé à pratiquer le Falun Gong.

Il y avait un pratiquant nommé Guo. Il a raconté comment sa femme a été portée dans la classe du Maître, et qu’elle a pu se lever et sortir ce jour-là. Il a également décrit comment sa femme avait éliminé le karma après avoir assisté au cours. Le couple a pratiqué ensemble et s’est encouragé mutuellement. Lorsque sa femme a ressenti beaucoup de douleur lors de l’élimination du karma de maladie et qu’elle s’est roulée par terre, Guo lui a dit : « Ton père avait l’habitude de tuer des cochons et tu avais aussi accumulé beaucoup de karma. Sans cette souffrance, comment pourrais-tu l’éliminer ? Tu dois tenir bon. » Sa femme était claire sur la grande amélioration qu’elle avait ressentie après avoir assisté au cours du Maître. Ainsi, elle pouvait traverser les difficultés et les tribulations restantes malgré la douleur.

La conférence a été très inspirante et de nombreux pratiquants ont été émus aux larmes. L’ensemble du Fahui a également été enregistré sur vidéo. Lorsque nous avons regardé la vidéo plus tard, j’ai pu voir des scènes surnaturelles. Lorsque les pratiquants sont entrés dans l’auditorium, de haut dans le ciel, est apparu un ensemble de motifs ressemblant à des chapeaux de paille. Ils ont rapidement volé vers l’entrée au nord et ont pénétré à l’intérieur. Un épais pilier de lumière est apparu au centre de l’auditorium, qui s’est élevé jusqu’au ciel et au cosmos.

Plusieurs jours plus tard, le Maître est revenu d’une session de conférences dans un autre endroit, et il a regardé la vidéo. Selon Xu, en regardant la vidéo, le Maître a dit que tous ceux qui étaient censés venir au Fahui étaient là. Tout le monde était là sauf le Maître.

La femme de Xu m’a dit en privé : « Le Maître était en larmes quand il regardait la vidéo ». J’ai également été ému en entendant cela. Je sentais que ce Fahui était extrêmement spécial et sacré.

À cette époque, plusieurs d’entre nous, dont la famille de Xu et deux pratiquants que je ne connaissais pas, se sont rendus dans la ville natale du Maître à Gongzhuling. La maison dans laquelle vivait le Maître se trouvait au centre de Gongzhuling. C’était une maison en tuiles grises comme une suite. Ni les pièces extérieures ni les pièces intérieures n’étaient grandes. Chacune d’entre elles avait un petit lit en briques chauffantes, comme on en voit généralement dans le nord-est de la Chine. Avec des règles, nous avons mesuré partout dans la maison, de l’intérieur à l’extérieur, ce qui était le but principal du voyage. En touchant les briques du mur, j’ai tout observé dans les moindres détails. J’ai pensé, c’est l’endroit où le Maître avait l’habitude de vivre. Tout ici est significatif et sera enregistré. À cette époque, je n’avais pas une meilleure compréhension du Maître ni une meilleure compréhension selon la perspective du Fa. Mais d’une manière ou d’une autre, je pouvais sentir que cette maison et cet endroit seraient très significatifs à l’avenir. Nous avons pris une photo de groupe dans la maison. Lorsque la photo a été imprimée, j’ai vu un chapelet de lumières blanches qui tournait autour de nous. Un pratiquant a dit qu’il s’agissait de falun.

(À suivre)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais