(Minghui.org) J’étais concierge dans une entreprise, et il n’y avait pas beaucoup de travail après avoir fini de nettoyer les bureaux de la direction. Alors je lisais ou récitais le Fa.

Je prenais un taxi pour rentrer chez moi après le travail et je clarifiais la vérité sur Dafa aux chauffeurs. Mon esprit vertueux était assez fort et je ne m’inquiétais pas pour ma sécurité. Je parlais aux chauffeurs du Falun Dafa, et j’expliquais le caractère précieux et le pouvoir étonnant de Dafa. Je leur disais également que le Falun Dafa enseigne aux gens à être bons et que le Parti communiste chinois (PCC) persécute les pratiquants de Dafa qui sont de bonnes personnes. Puis, je les persuadais de démissionner du PCC et de ses organisations pour la jeunesse. La plupart des conducteurs convenaient que Dafa est bon.

Plus tard, un autre pratiquant et moi-même avons coopéré pour clarifier la vérité. Nous avons aidé de nombreuses personnes à démissionner du PCC.

Ne pas cultiver vraiment

À l’époque, j’assimilais le fait de clarifier la vérité à la cultivation. J’étais égocentrique et présomptueuse. J’ai développé pas mal d’attachements et je me suis disputée avec d’autres pratiquants. Je ne regardais pas à l’intérieur et, bien sûr, je ne me débarrassais pas de mes attachements.

Maître Li (le fondateur du Falun Dafa) me l’a rappelé plusieurs fois, mais je n’y ai pas prêté attention. Ainsi, le mal a profité de mes failles, et un jour, j’ai été illégalement arrêtée alors que je validais Dafa en public. J’ai été condamnée à un an de camp de travaux forcés. Cela a été une grande leçon pour moi.

Lorsque j’ai été libérée, j’avais des saignements abondants dans le bas-ventre, mes ovaires étaient en train de suppurer et j’avais très mal au ventre. J’essayais d’étudier le Fa et de pratiquer les exercices, mais mon mari s’y opposait.

Clarifier la vérité malgré les tribulations et les désagréments

J’ai perdu mon emploi à ce moment-là, et mon mari ne me donnait que peu d’argent pour les dépenses courantes. Je ne pouvais être qu’une femme au foyer. S’il était à la maison et qu’il me voyait fermer les yeux, il pensait que j’émettais la pensée droite. Alors il me battait.

Cependant, je n’ai pas abandonné. Après que mon mari partait, je sortais pour clarifier la vérité en public. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de voir mon mari de l’autre côté de la rue. J’émettais la pensée droite pour l’empêcher de me voir. Ma pensée droite était puissante, il ne pouvait donc pas me voir. Il revenait après mon retour à la maison.

J’avais mal au ventre tous les jours à cette époque. Mais à ma grande surprise, je ne ressentais pas de douleur lorsque je clarifiais la vérité dans les rues. Cependant, la douleur revenait lorsque je rentrais chez moi. Je ne savais pas que la douleur n’était pas réelle, car je souffrais de cette douleur depuis cinq ans.

Lorsque je voyais quelqu’un qui poussait un chariot ou qui portait des choses lourdes, je l’aidais, puis je lui clarifiais la vérité. Je considérais d’abord leurs besoins et je me comportais conformément à Dafa. Les gens disaient que les pratiquants de Dafa sont différents des autres et ils voyaient tous que Dafa est bon.

Quand j’allais à l’épicerie, je ne prenais que de petits articles ou des articles restants. Lorsque les employés me demandaient pourquoi j’étais si gentille, je leur parlais de Dafa. La plupart du temps, ils démissionnaient des organisations du PCC. Ils étaient tous reconnaissants.

Quand ils essayaient de me rendre ma monnaie, je leur demandais souvent de la garder, en disant que je savais qu’il n’était pas facile de gérer un commerce. Ils acceptaient la monnaie et m’en étaient très reconnaissants.

Un jour, je suis allée acheter des légumes et j’ai voulu clarifier la vérité au vendeur. Une cliente se trouvait devant moi et, en choisissant ses légumes, elle en a mis de côté certains qu’elle jugeait mauvais. Le vendeur était en colère. Quand c’était mon tour, il a choisi des mauvais légumes et me les a donnés. Je lui ai dit de me donner tous les légumes qui avaient l’air mauvais, car cela ne me dérangeait pas. Il était gêné et ne m’a pas donné les mauvais.

Je lui ai dit que cela n’avait aucune importance. Je lui ai également dit que j’étais une pratiquante de Dafa et que je devais d’abord tenir compte des besoins des autres. Ensuite, j’ai parlé avec lui de Dafa et je l’ai persuadé de démissionner du PCC. Il y a eu de nombreux exemples comme celui-ci, et ces personnes ont toutes accepté la vérité.

La plupart des gens ont apprécié mon aide. Je leur ai dit de ne pas me remercier, mais de remercier mon Maître.

Un jour, quelqu’un vendait des pommes de terre, et je voulais sauver ce vendeur, alors j’ai acheté un sac de ses pommes de terre. Puis je lui ai clarifié la vérité. Il a dit qu’il savait que Dafa est bon et qu’il avait démissionné du PCC il y a longtemps. Je lui ai dit de répéter « Falun Dafa est bon » pour qu’il ait un bel avenir. Il a dit qu’il aimerait me rendre ma gentillesse avec sa plus grande courtoisie. Il a ensuite mis les deux mains ensemble devant sa poitrine en signe de profond respect.

Parfois, des personnes âgées me demandaient de l’argent. Je leur en donnais et elles étaient très satisfaites. Une fois, une vieille dame m’a demandé de l’argent pour acheter des médicaments. Puis, elle a dit qu’elle avait besoin de plus d’argent pour un repas. Je lui ai donné douze yuans et cinq yuans séparément. Je lui ai dit de répéter « Falun Dafa est bon ! Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! » Elle était très reconnaissante d’avoir de l’argent pour manger.

Un jour, j’ai rencontré un vieil homme. Il pleuvait. Je me suis approché de lui et j’ai tenu mon parapluie au-dessus de lui. Il était touché et m’a dit : « Il y a encore une personne si bonne dans ce monde. » Je lui ai dit que je suis une pratiquante de Falun Dafa, et je lui ai clarifié la vérité. Il a compris. Il m’a alors demandé si je pouvais lui donner mon parapluie, ce que j’ai fait.

Une opportunité de s’élever

Pendant ces années, j’ai rencontré toutes sortes de gens. Certains m’ont crié dessus, d’autres ont essayé de me signaler à la police, d’autres encore ont dit que j’étais folle, et d’autres m’ont poussée et m’ont dit de partir. Mais quelle que soit la situation, je ne me suis pas énervée et j’ai seulement souri.

J’ai pris ces échanges négatifs comme des occasions de m’élever. Si j’étais attachée aux intérêts personnels, quelqu’un disait : « Si tu me donnes de l’argent, je croirai ce que tu dis. » Je répondais : « Le Falun Dafa ne vous donnera pas d’argent, mais vous offrira la vie. Si vous n’avez pas la vie, à quoi bon avoir de l’argent ? »

Certains ont dit : « Le PCC vous paie, mais vous dites de mauvaises choses à son sujet. » J’ai répondu que nous avons gagné notre argent parce que nous avons travaillé. « Si nous restions couchés, qui nous paierait ? » ai-je demandé.

Puis j’ai dit : « Le PCC utilise nos impôts pour garder ces policiers corrompus qui nous coûtent des milliards. » Il a compris et m’a écouté expliquer les faits concernant Dafa.

Si j’avais l’attachement à la luxure, quelqu’un disait de gros mots. Une fois, j’ai vu un homme âgé de mon village et je lui ai clarifié la vérité.

Il savait que j’étais une pratiquante de Dafa et était amical. Il a ensuite touché mes vêtements de manière inappropriée. J’ai ignoré son comportement et j’ai continué à lui parler de la vérité sur Dafa, et il a compris. Il a ensuite démissionné du PCC.

Je lui ai alors dit avec compassion : « Vous êtes un homme si âgé, mais vous avez un tel comportement de dragueur qui n’est pas bon pour vous. Votre comportement va nuire à votre avenir, car les divinités regardent de haut les êtres qui n’ont pas de critères moraux élevés. » Il était embarrassé, car il savait qu’il ne devait pas se comporter de la sorte. Maintenant, très peu de gens me crient dessus ou me disent des gros mots.

L’aide d’un compagnon de cultivation

Je me suis souvenue de la fois où j’ai travaillé avec un autre pratiquant pour clarifier la vérité, peu de temps après ma libération du camp de travail. Ma pensée droite n’était pas très forte.

Si je parlais trop vite, le pratiquant me rappelait de ralentir. Si j’étais attachée à la peur, le pratiquant me disait de regarder la personne qui avait l’intention de nous faire du mal et d’émettre la pensée droite. Ma pensée droite est devenue forte et notre clarification de la vérité s’est considérablement améliorée.

J’ai encore de nombreuses faiblesses. Il n’y a pas assez de personnes qui ont démissionné du PCC, et parfois, je sélectionne et choisis les personnes à qui je veux parler, car je suis partiale.

Je n’ai pas encore la pensée droite à tout moment. Je vais continuer à m’élever et me débarrasser de mon attachement à la peur.

Je maintiendrai une pensée droite forte et je resterai fermement sur mon chemin de cultivation arrangé par le Maître.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais