(Minghui.org) Lors d’un après-midi en novembre 2020, une bonne dizaine de personnes sont entrées par effraction chez moi. Elles venaient du comité de quartier, du poste de police, du bureau de gestion générale et du Département de la sécurité intérieure. J’ai demandé à la personne du comité de quartier la raison pour laquelle autant de gens étaient venus. Elle a dit qu’ils étaient venus pour saccager mon domicile parce que j’avais refusé de signer un document déclarant que j’allais arrêter de cultiver et pratiquer le Falun Dafa.

Parmi ces gens, une jeune femme était très active. Elle regardait partout et cherchait de tous côtés. Elle a arraché du mur les caractères chinois décoratifs qui signifiaient « bonheur », morceau par morceau, et elle a demandé aux autres de l’aider. Les autres n’ont pas aidé ; ils étaient là et l’observaient.

Quelques heures plus tard, ils ont trouvé les livres de Dafa et le matériel et les fournitures utilisés pour faire les documents de clarification. Cette femme a dit : « C’est la première fois que nous fouillons ta maison et nous trouvons tant de choses. » Elle a regardé la machine à poinçonner et m’a demandé toute curieuse : « Comment utilise-t-on ce machin ? » Un jeune fonctionnaire a dit en blaguant : « Tu es devenu une “scientifique”. »

Un grand agent de la Division de la sécurité intérieure m’a demandé, son enregistreur audio dans une main et montrant de l’autre les choses qu’ils avaient trouvées : « Ces objets ont été trouvés dans votre chambre à coucher. Ce sont les vôtres ? » J’ai dit calmement : « Oui. » Soudain, il a répété d’un ton cruel et à haute voix : « Ce sont les tiennes ? Ah oui ? Ah oui ? » Lorsque j’ai regardé l’équipement et les fournitures, j’ai pensé en moi-même : « Tout cela appartient à Dafa ; bien sûr que ces objets sont à moi ! » La porte de ma maison était grande entrouverte et de nombreuses personnes regardaient et écoutaient dehors. J’ai pris une profonde inspiration et j’ai dit avec force : « Oui ! » L’agent abasourdi était médusé et est resté sans voix. La femme, debout à mes côtés, était aussi dans un état hébété.

Après un bout de temps, ils ont repris leurs esprits. Le grand agent m’a demandé tout doucement : « Eh bien, n’avez-vous pas dit que posséder ces choses n’enfreint aucune loi ? » J’ai répondu : « C’est exact ! » Il a baissé la tête et a dit silencieusement: « Oui, oui d’accord, c’est vrai. »

Il tenait l’enregistreur audio et a demandé si j’avais autre chose à dire. J’ai dit : « Pratiquer le Falun Dafa est légal. Je suis une pratiquante de Dafa, et c’est ma mission de sauver les êtres. Ces équipements et fournitures servent à sauver les êtres. S’il vous plaît, arrêtez de persécuter le Falun Dafa et laissez-vous une porte de sortie, pour vous-même et votre famille. Vous ne voudriez pas regretter votre comportement plus tard. » Quand j’ai eu fini, il a demandé aux autres de laisser ce qu’ils avaient trouvé.

Le Maître protège les pratiquants persécutés

Lorsque j’ai descendu l’escalier pour sortir de chez moi, la femme a commencé à dire : « J’ai fait quelque chose de mauvais. Oh, j’ai mal agi. » Les agents avaient l’intention de m’emmener au poste de police. En sortant de chez moi, j’ai dit à mon mari : « Ne t’en fais pas pour moi, le Maître prendra soin de moi. » Il a fait signe de la tête et a répondu : « Oui ! Cela s’arrangera pour toi. »

Le lendemain matin au poste de police, trois agents m’ont emmenée à l’hôpital pour un contrôle de santé. Cette nuit-là, ils ont essayé d’obtenir mes empreintes digitales, et j’ai refusé de coopérer. Trois agents m’ont saisie, ont tenu mes doigts de force et ont enregistré mes empreintes digitales. Bien que je n’étais pas capable de les dominer physiquement, j’ai dit au Maître dans mon cœur que je n’allais pas coopérer avec les exigences de la perversité.

Après cela, ils m’ont emmenée au centre de détention communal. Quand j’y suis arrivée, le médecin du centre de détention a refusé de m’accepter parce que mon état physique ne répondait pas à leurs exigences. Je savais que c’était le Maître qui me protégeait et que je suis uniquement le Maître.

Regarder à l’intérieur

De retour chez moi, je me suis calmée et j’ai regardé à l’intérieur afin de trouver ce qui allait mal chez moi qui aurait pu causer une épreuve aussi grande. J’ai trouvé des failles dans mon xinxing. Un grand nombre de mes attachements était devenu plus visibles la dernière année, y compris mépriser les autres, me plaindre, me vanter, la paresse, l’avidité, le fait de chercher les fautes à l’extérieur, la validation de soi, etc.

Ne pas trouver et éliminer mes attachements a résulté en être interférée par toutes ces matières dégénérées - cela m’a rendue somnolente quand j’étudiais le Fa, quand j’émettais la pensée droite et quand je pratiquais les exercices. J’ai essayé de réciter le Fa afin de surmonter ces problèmes. La façon dont je récitais le Fa était de lire une fois une phrase pour ensuite la mémoriser les yeux fermés. Cependant, du moment que je fermais les yeux, j’étais interférée par le démon de la somnolence et je m’endormais. Pendant toute une période, je n’ai pas pu faire de percée. Négliger l’étude du Fa m’a gênée pour élever mon xinxing, et les substances négatives dominaient. Suite à cela, la perversité a profité de mes lacunes et a causé des pertes irréparables.

Le Falun Dafa enseigné par le Maître requiert de notre conscience principale d’augmenter le gong. Un jour, le Maître a dit :

« ... ce n’est qu’en étudiant bien la Loi que vous pouvez accomplir la mission historique d’un disciple de Dafa. » (« À la Conférence de Loi du Brésil »)

Recopier le Fa à la main

Ensuite, j’ai commencé à recopier le Fa à la main. Recopier le Fa a rendu mes pensées plus concentrées et mon esprit clair. Je pouvais comprendre avec lucidité le principe du Fa et mes pensées droites se sont renforcées. Ma conscience principale pouvait réellement obtenir le Fa.

Maintenant, je recopie le Fa pour la cinquième fois. Je veux simplement suivre le chemin qui a été arrangé pour moi par le Maître et continuer à bien faire les trois choses.

J’émets une pensée droite puissante : « Le Maître de Dafa rectifie le Fa et corrige tout ce qui n’est pas droit. Toutes les vies devraient suivre le principe du Maître de la rectification de Fa. Les vies sauvées par les disciples de Dafa dans le monde sont l’arrangement du Maître. La perversité doit inconditionnellement libérer les disciples. Les disciples de Dafa ne suivent que le Maître. Les autres vies n’ont aucunement le droit d’y participer. Toute personne qui interfère commettra un crime et sera éliminée et détruite. »

Le Maître a dit :

« C’est parce que le Fa est là qu’on peut savoir comment faire encore mieux, c’est parce que le Fa est là qu’on peut ne pas se tromper de chemin, et en même temps, le Fa est aussi en train de vous accomplir vous-mêmes. » (« À la conférence de Fa d’Allemagne »)

Merci, vénérable Maître, d’avoir toujours bien pris soin de moi ! Je vais continuer à bien faire les trois choses et à accomplir ma mission historique.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais