(Minghui.org) Il y a plus de deux décennies que j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa et depuis 2013, j’offre une assistance technique aux projets de Dafa.

Au début de la persécution du Falun Dafa, je ne connaissais quasiment rien aux choses techniques. J’avais un ordinateur à la maison, mais je ne l’avais jamais utilisé. Puis je suis tombée sur un article de l’Hebdomadaire Minghui qui disait qu’on pouvait accéder à Minghui.org en mettant un CD dans l’ordinateur et en cliquant sur une icône. J’ai également lu un autre article qui expliquait comment des pratiquants aidaient d’autres personnes à installer des systèmes d’exploitation informatiques et à créer des sites de production de documents de clarification de la vérité. Je me suis dit que ce serait bien si je pouvais acquérir ce genre de compétences. C’est ainsi que j’ai commencé à prêter plus d’attention aux articles techniques de l’Hebdomadaire Minghui.

Bien qu’il n’y avait personne pour m’aider, j’ai progressivement appris à accéder au site web de Minghui par moi-même. Ensuite, j’ai téléchargé un manuel écrit par un pratiquant sur la façon de lancer un site de production de documents. Au début, j’avais du mal à comprendre le manuel, car il contenait beaucoup de termes techniques. Mais je n’ai pas abandonné et j’ai continué à lire tout en recherchant des documents techniques écrits par des non-pratiquants. Plus tard, j’ai réussi à installer un double système d’exploitation sur mon ordinateur et j’ai pu accéder à Minghui en toute sécurité. J’ai ensuite acheté une imprimante à jet d’encre et j’ai créé un site de production de documents chez moi.

J’allais souvent sur un forum géré par des pratiquants, où je pouvais en général trouver des réponses à mes questions sur mon imprimante. Depuis lors, j’ai utilisé plusieurs imprimantes et je n’ai jamais eu besoin de les envoyer en réparation. J’ai appris quelques techniques de réparation de base et comment remplacer des pièces. Bien que cela ait pris du temps, j’ai beaucoup appris au cours de ce processus et j’ai pu ainsi aider d’autres personnes.

Premiers essais

Après le retrait progressif de Windows XP, nous avons dû passer à Windows 7. En 2013, j’ai pu avec succès mettre à jour mon ordinateur.

À cette époque, un autre pratiquant de mon complexe résidentiel a également acheté un nouvel ordinateur et il m’a demandé si je pouvais l’aider à installer un double système sur le sien. J’ai essayé pendant deux jours, mais je n’ai pas réussi à installer les systèmes, car le processus s’est avéré plus difficile que prévu. Heureusement, j’avais fait une copie de son système d’origine sur un disque dur externe avant d’essayer d’installer les nouveaux systèmes. Cela m’a permis de restaurer le système original afin que la famille du pratiquant puisse continuer à utiliser l’ordinateur. Néanmoins, il y avait encore des bugs, et l’ordinateur ne pouvait plus se connecter à Internet. Il a dû demander à un technicien de venir régler le problème concernant Internet.

Cela a été une sérieuse leçon pour moi. Bien que ce pratiquant n’ait rien dit de négatif, sa femme était mécontente et par la suite, il ne m’a plus jamais demandé d’aide technique. La raison pour laquelle il avait acheté l’ordinateur était de pouvoir accéder à Minghui, mais cela ne s’est jamais produit. Avec le temps et en vieillissant, il a eu encore moins envie d’apprendre à utiliser l’ordinateur.

Je me sentais très mal au sujet de cette expérience. Pourtant, je voulais en apprendre davantage sur les ordinateurs. Maître Li (le fondateur du Falun Dafa) m’a alors donné une opportunité.

Un jour, alors que je rendais visite à une compagne de cultivation, j’ai rencontré une autre pratiquante nommée Fen qui avait de bonnes compétences techniques. Elle a remarqué que j’avais déjà un peu de connaissances techniques et m’a demandé si je pouvais aider d’autres pratiquants à installer des systèmes d’exploitation informatiques.

« Ici, nous avons très peu de pratiquants avec des connaissances techniques et ils sont tous très occupés. Parfois, ces pratiquants avec des connaissances techniques doivent se rendre dans d’autres cantons pour aider les pratiquants qui s’y trouvent », a-t-elle dit.

J’étais encore incertaine et j’ai partagé avec elle la dure leçon que je venais de vivre.

« Ne t’inquiète pas. Nous pouvons te fournir un logiciel complet sur un disque que tu peux utiliser pour installer le système. C’est beaucoup plus simple comme ça », m’a-t-elle dit.

« S’il te plaît, apprends-moi », lui ai-je répondu.

Aider les autres

Je suis une personne introvertie et j’ai du mal à communiquer avec les autres. Le fait d’aider les autres m’a poussée à sortir de ma zone de confort. Avec le temps, les choses sont devenues naturelles pour moi et c’est comme si j’avais trouvé ma place dans la cultivation.

Le Maître a dit :

« C’est justement pour qu’à ce moment crucial vous puissiez faire valoir les points forts que vous avez appris parmi les gens ordinaires, prouver Fa en utilisant les techniques et les compétences des gens ordinaires que Dafa a créées dans le passé pour les gens de ce monde. » (« Enseignement de Fa lors de la Conférence de Fa internationale à Washington, D.C. », Guider le voyage)

Fen était très occupée avec un travail ordinaire à plein temps. Elle offrait un soutien technique à d’autres pratiquants pendant son temps libre. En outre, elle participait à plusieurs autres projets de sensibilisation à la persécution. Après avoir travaillé ensemble pendant un certain temps, elle m’a demandé d’être responsable d’une région pour laquelle elle avait fourni un soutien technique dans le passé. J’étais heureuse de réduire sa charge. En fait, j’ai depuis lors non seulement aidé cette région, mais j’ai également fourni une assistance à toutes les personnes qui me l’ont demandé.

Dans une certaine mesure, ce que font les pratiquants techniques est comme le service fourni par l’assistance technique des non-pratiquants. La différence est que nous le faisons pour aider à sauver les gens et pour nous cultiver dans le processus. Non seulement le service est gratuit, mais nous devons aussi parfois payer les clés USB et certains des accessoires nécessaires au travail.

Au fil des ans, j’ai fourni un soutien technique à de nombreux pratiquants, dont la majorité ont la cinquantaine ou plus. Certains avaient plus de 70 ans. Ils ont toujours été respectueux et certains m’ont offert de petits cadeaux pour me remercier. L’une d’elles, Hua, était déjà septuagénaire. Il me fallait cinquante minutes pour me rendre chez elle en vélo électrique. Elle était très chaleureuse et m’offrait à boire et à manger chaque fois que je lui rendais visite. Elle insistait également pour que j’accepte ses sacs de friandises avant de quitter sa maison. Elle était si insistante qu’il était parfois difficile de lui dire non.

L’ordinateur de Hua avait souvent des problèmes et, chaque fois que cela arrivait, elle était très inquiète. Cependant, presque chaque fois que j’arrivais chez elle, je ne trouvais aucun problème majeur et c’était simplement parce qu’elle avait changé les paramètres que j’avais configurés sur son ordinateur. Hua avait le sens du détail et elle notait toujours ce que je lui disais ou les questions qu’elle devait me poser. Très souvent, je résolvais ses problèmes et je lui disais quoi faire. Mais après un certain temps, elle me demandait de revenir et c’était toujours le même problème. Cela se répétait sans cesse et je m’impatientais avec elle. En chemin chez elle, à chaque fois, je récitais les enseignements du Fa du Maître et je me rappelais sans cesse d’être patiente et compatissante.

Une fois, j’ai rendu visite à une autre pratiquante nommée Shu, car son imprimante avait des problèmes. Après y avoir travaillé, l’imprimante a fonctionné à nouveau bien, mais elle s’est rapidement arrêtée. J’ai vérifié et découvert que le système d’alimentation en encre continue avait une fuite. L’imprimante s’est à nouveau mise à fonctionner quand j’ai remplacé le système d’alimentation en encre. J’ai alors remarqué que le rail du réservoir d’encre n’avait plus de lubrifiant. L’intérieur de l’imprimante était sale, de la poussière d’encre recouvrant presque toutes les surfaces. Je l’ai nettoyée pour elle. Shu m’a dit qu’elle utilisait l’imprimante depuis quelques années, mais qu’elle n’avait jamais osé la démonter et encore moins ajouter du lubrifiant au chariot du réservoir d’encre. Je lui ai dit que je reviendrais le lendemain avec du lubrifiant.

Lorsque je suis retournée chez elle le lendemain, quatre ou cinq pratiquants m’attendaient. Ils ont tous dit qu’ils voulaient apprendre à lubrifier leurs imprimantes.

Une autre fois, j’ai pris rendez-vous pour installer un système informatique chez une pratiquante nommée Ting. Lorsque je suis arrivée chez elle, j’ai trouvé plusieurs pratiquants qui m’attendaient. Ils m’ont dit qu’ils voulaient apprendre à installer des systèmes informatiques.

Cela s’est produit plusieurs fois et à chaque fois, j’ai été très émue. J’ai donné à chacun des pratiquants présents chez Ting un exemplaire du manuel d’installation et une clé USB utilisée pour l’installation du système.

À chaque fois que j’ai fourni des services à un pratiquant, j’ai toujours fait de mon mieux pour lui enseigner autant que possible en fonction de ses capacités. En espérant vraiment qu’ils deviendraient indépendants au lieu de dépendre des autres. Une pratiquante a dit qu’elle aimait travailler avec moi car j’avais de la patience et de la tolérance. J’ai expliqué que la plupart des pratiquants techniques sont occupés par toutes sortes de choses –contrairement à moi, une pratiquante à la retraite. De toute façon, nous devrions être plus prévenants les uns envers les autres, ai-je expliqué.

Tout au long du chemin, le Maître m’a beaucoup aidée. Pour des raisons de sécurité, il arrivait qu’un pratiquant me demande simplement de venir sans donner de détails sur ses problèmes techniques. Certains demandaient mon aide par l’intermédiaire d’autres personnes, alors que d’autres me donnaient simplement un bout de papier avec une adresse. Quoi qu’il en soit, j’apportais toujours tous mes outils et j’arrivais à l’heure.

Parfois, la météo était mauvaise. Une fois, j’ai dit à Ling que je livrerais un ordinateur portable avec un système d’exploitation déjà installé. Mais il avait beaucoup neigé la veille et la route était glissante. Comme le vélo électrique ne pouvait pas circuler sur les routes, j’ai pris un bus pour aller chez Tong. Elle était ravie. « Je savais que tu viendrais », a-t-elle dit.

Une fois, il pleuvait alors que je m’apprêtais à rendre visite à Hong. J’ai mis mon imperméable et j’ai enfourché mon vélo. Il a plu encore plus fort et il y avait des rafales de vent. Mes vêtements étaient trempés des pieds jusqu’à la taille. Après être arrivée à l’immeuble de Hong, j’ai essoré ma jupe et je suis montée à son appartement. En me voyant trempée, Hong a sorti des vêtements et m’a demandé de les mettre. Mais j’ai dit que ça irait et que mes vêtements sécheraient rapidement à la chaleur de mon corps.

En me rendant chez les pratiquants, je récite souvent les enseignements du Falun Dafa. Même si parfois je devais voyager une heure pour arriver à certaines destinations, le temps passait vite en récitant le Fa. De temps en temps, au lieu de réciter les enseignements du Falun Dafa, je réfléchissais aux problèmes que je pourrais rencontrer et à la façon dont je devrais les résoudre. Cela m’a aussi beaucoup aidée. Avec l’aide du Maître et de Dafa, je pouvais facilement résoudre les problèmes, même ceux que je n’avais jamais rencontrés auparavant.

J’étais toujours très reconnaissante envers le Maître de m’avoir donné de la sagesse. Parfois, je demandais aussi de l’aide à d’autres pratiquants, y compris ceux du forum.

M’élever

Au fil du temps, j’ai commencé à me sentir vraiment contente de moi. Chaque fois que je parvenais à résoudre un nouveau problème technique, je me disais que j’étais vraiment capable. Petit à petit, j’ai développé un attachement au désir de me faire valoir. Des pratiquants me félicitaient également, disant que leurs ordinateurs et leurs imprimantes seraient presque inutiles sans moi. J’appréciais leurs compliments et je ne me suis pas rendu compte que j’avais placé mes capacités techniques au-dessus de tout.

Récemment, un pratiquant a acheté d’occasion un ordinateur portable haut de gamme. J’avais prévu d’installer un système de cryptage complet du disque sur son ordinateur. Cela aurait dû être facile, mais je n’ai pas pu le faire même après avoir essayé pendant deux jours. À chaque fois, il se bloquait en cours de route et ne pouvait pas continuer. Après avoir fait la méditation assise un matin, je me suis rendu compte que j’avais oublié de demander de l’aide au Maître. Les deux paumes des mains jointes, j’ai demandé au Maître de me soutenir. Bien que je n’aie rien ressenti de particulier, en allumant l’ordinateur portable, j’ai soudain eu l’idée de consulter une application de traduction sur mon téléphone portable. L’application m’a aidée à comprendre le manuel de l’ordinateur portable en anglais. J’ai alors eu une idée et lorsque je l’ai essayée, elle a réellement fonctionné. J’avais les larmes aux yeux – je savais que le Maître était en train de m’aider et j’étais très reconnaissante.

Il y a deux ans, la pratiquante Cui m’a demandé d’installer un système sur son ordinateur portable. Elle a déposé l’ordinateur chez moi et j’ai promis de le rapporter le lendemain à midi. Lorsque je me suis rendue chez elle le lendemain, il n’y avait personne à la maison. Il se trouvait que j’avais encore sur moi des documents de clarification de la vérité à distribuer. J’ai fini par attendre dehors, tenant son ordinateur avec un bras et le sac de documents avec l’autre. J’avais aussi un sac à dos. Après avoir frappé à sa porte pendant un certain temps sans obtenir de réponse, je suis devenue anxieuse et contrariée.

J’espérais croiser Cui sur le chemin du retour, mais je ne l’ai pas vue du tout. Mon mécontentement a alors fait surface. Même si je comprenais que l’absence de Cui pouvait être due à une urgence, j’estimais qu’elle aurait dû faire en sorte qu’un membre de sa famille m’attende chez elle.

Mon ressentiment m’a alors inquiétée. J’ai immédiatement émis la pensée droite pour l’éliminer. La substance a disparu et j’ai été soulagée. Plus tard, j’ai appris que Cui avait dû emmener son petit-fils à l’hôpital et qu’elle m’avait complètement oubliée. Lorsqu’elle s’est souvenue de notre arrangement, elle a immédiatement demandé à un membre de sa famille de se rendre chez elle pour m’attendre. Mais j’étais déjà partie quand le membre de sa famille est arrivé.

En fait, ma rancune envers Cui n’était pas vraiment nouvelle. J’avais toujours méprisé sa façon de faire les choses. Il y avait des barrières entre nous deux. Grâce à cet incident, j’ai pu sentir que mon ressentiment à son égard s’était réduit, mais qu’il n’avait pas complètement disparu. Et il a rapidement refait surface.

Une fois, Cui est venue me voir en me disant qu’une autre pratiquante, Ju, traversait des épreuves de maladie. Le symptôme était une hémiplégie causée par une attaque cardiaque. Nous nous sommes rendues à tour de rôle chez Ju pour étudier le Fa avec elle. Six mois ont passé, mais elle ne montrait toujours pas de signe d’amélioration. Comme de nombreux pratiquants se relayaient pour lui rendre visite presque tous les jours, certains pratiquants ont exprimé des opinions différentes et de plus, je ne voulais plus y retourner.

Un jour, Cui m’a demandé de lui rendre visite pour discuter de ce problème. Sur le chemin, des pensées négatives n’ont cessé de surgir et j’avais peur qu’elle n’insiste pour que j’aille chez Ju. C’était comme si ma patience avait atteint sa limite. En arrivant sur place, cependant, Cui n’a rien dit d’extrême. Elle a dit que le fait d’aller soutenir Ju était totalement volontaire et que chaque pratiquant devait décider s’il voulait y aller ou pas.

En entendant cela, tout mon ressentiment s’est immédiatement dissipé. Je savais que, si elle avait exprimé de fermes opinions, à ce moment-là, j’aurais probablement explosé. Apparemment, le Maître a utilisé ces occasions pour m’aider à éliminer les pensées négatives et le ressentiment envers Cui. Depuis lors, Cui et moi avons été capables de bien collaborer l’une avec l’autre, sans aucune barrière entre nous.

C’était exactement comme le Maître l’a écrit :

« La Loi rectifie l’Univers

La compassion peut faire fondre Ciel et Terre en printemps

Les pensées droites peuvent sauver les gens de ce monde »

(Hong Yin II)

Compilation de QR codes

Les QR codes ne sont devenus populaires que ces dernières années. Au début, Minghui ne proposait pas de QR codes à télécharger. Plusieurs d’entre nous, pratiquants, avons alors mis en commun nos compétences et nous avons formé une équipe chargée des QR codes. Certains ont fourni un soutien technologique, d’autres ont testé les codes et d’autres encore ont coordonné diverses activités. Ma responsabilité était de compiler les codes.

Les QR codes fournis par notre équipe pouvaient être utilisés pour accéder directement à Minghui, The Epoch Times (qui a une page web pour démissionner du PCC), Dyna Web et d’autres sites web. Comme nous n’avons distribué les QR codes que dans notre région, nos codes ont pu être utilisés pendant une période beaucoup plus longue que ceux publiés sur Minghui. Certains QR codes fonctionnent toujours après un ou deux ans. Les pratiquants qui ont distribué aux gens des cartes avec des QR codes nous ont également donné des retours favorables.

Ici, je voudrais partager mon expérience de cultivation en compilant les QR codes. En raison de leurs origines diverses, les pratiquants ont également des opinions différentes. Chaque fois que j’ai fini de concevoir une carte de QR code, je l’ai toujours envoyée aux pratiquants pour qu’ils la commentent par courrier électronique sécurisé. J’apportais ensuite des modifications jusqu’à ce que tout le monde soit satisfait de la conception.

C’était aussi un processus pour élever mon xinxing. Très souvent, après avoir passé beaucoup de temps à concevoir une carte à QR codes, je pouvais en être très satisfaite, mais je l’envoyais quand même pour obtenir des commentaires. Certains commentaires étaient bons et j’étais très heureuse de les intégrer à ma conception. D’autres, en revanche, n’étaient pas en accord avec mes conceptions. Néanmoins, je m’efforcerais de répondre aux demandes des gens dans la mesure du possible. Après tout, les personnes qui m’ont fait part de leurs commentaires étaient chargées de distribuer les QR codes aux gens et je leur faisais confiance pour savoir quels types de cartes plairaient aux gens. Il m’est arrivé de devoir passer plus de temps à réviser une carte qu’à en concevoir une nouvelle. En effet, chaque carte comportait 2 QR codes, un titre, des instructions et une illustration. Même une petite modification d’une partie de la carte pouvait affecter l’ensemble du design.

Une fois, une pratiquante nommée Zhan m’a demandé de concevoir plusieurs QR codes qui pourraient être imprimés sur des étiquettes autocollantes à poster. Après lui avoir envoyé mon ébauche, elle a modifié ma partie préférée du design, ce qui m’a vraiment contrariée. Mais j’ai quand même utilisé son graphisme parce qu’en tant que pratiquante, je dois laisser mon ego de côté et bien travailler avec le corps entier.

Le Maître a dit :

« Vous avez une bonne méthode, vous l’avez eue, vous prenez la responsabilité envers la Loi, qu’on utilise votre avis ou non, qu’on utilise votre méthode ou non cela n’a pas d’importance. Si la méthode d’un autre peut avoir le même effet, et que vous n’avez pas été attaché à vous-même, au contraire, que vous êtes d’accord avec les autres, que vous ayez dit votre méthode ou non, les divinités peuvent cependant le voir : voyez, il n’a pas d’esprit d’attachement, il peut être si magnanime et indulgent. Qu’est-ce que les divinités regardent ?N’est-ce pas justement cela qu’elles regardent ? … Mais la véritable élévation est l’abandon, et non pas l’obtention. » (« Enseignement du Fa lors de la Conférence de Loi à Philadelphie aux États-Unis 2002 », Enseignement du Fa dans les conférences II)

J’ai donc suivi le conseil de Zhan et j’ai révisé la carte presque entièrement. En la voyant satisfaite du nouveau concept, je me suis également détendue. J’ai appris que, lorsque nous collaborons à des projets, nous avons également de nombreuses occasions d’identifier notre attachement à l’ego et de nous améliorer dans ce domaine.

Une fois, la pratiquante Yan m’a demandé d’ajouter notre QR code local à un modèle d’autocollant de Minghui. Je l’ai fait et le lui ai envoyé. Elle a dit qu’il se pourrait qu’elle fasse quelques ajustements mineurs et qu’elle n’avait plus besoin de mon aide. Après quelque temps, elle m’a dit qu’elle avait essayé et qu’elle n’avait pas réussi à faire le changement. Elle avait donc besoin de mon aide après tout. À ce moment-là, une pensée m’est venue à l’esprit : « Oh, il y a donc aussi des choses que tu ne connais pas. »

J’avais l’impression que Yan pouvait presque tout faire et elle coordonnait de nombreux projets. De temps en temps, elle pouvait être dure avec les autres. Lorsque cette pensée m’est venue, je n’y ai pas trop réfléchi. Mais lorsqu’elle a refait surface, j’ai été alarmée : c’est de la jalousie et elle ne devrait pas appartenir à une pratiquante. J’ai donc immédiatement émis la pensée droite pour l’éliminer.

Ce ne sont là que quelques-unes de mes expériences de ces dernières années. Il me reste encore un long chemin à parcourir pour répondre aux exigences de Dafa envers les pratiquants. Par exemple, je ne suis pas très douée pour la clarification de la vérité en face à face. J’oublie aussi parfois d’étudier le Fa et de faire les exercices lorsque je suis occupée par mes projets. Je vais travailler sur mes insuffisances et faire des progrès.

Merci, Maître ! Merci compagnons de cultivation !

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais