(Minghui.org) Sun Simiao fut l’un des meilleurs médecins de Chine. Il vécut du sixième au septième siècle sous la dynastie Tang et reçut le surnom de « Roi de la médecine » pour ses nombreuses contributions dans ce domaine.

Sun déclare dans un livre : « Si quelqu’un manque de moralité même un remède miracle ne pourra pas guérir ses maux. »

Il conseillait également : « Si l’on est perpétuellement vertueux, on sera béni sans faire de prières et on vivra longtemps sans vénérer. »

Alors, comment les anciens cultivaient-ils la vertu (De) ?

De nombreuses philosophies, religions et écoles spirituelles de la Chine ancienne faisaient référence à un concept appelé xing, que l’on peut traduire par « nature, principe ». Selon le Ciel, le xing c’est le destin, on peut dire que c’est le cœur ou le caractère d’une personne, et il est essentiel d’améliorer son xing pour améliorer son De.

Le caractère chinois xing a deux parties : sur la gauche du caractère se trouve le radical pour « cœur », tandis que sur la droite il y a le mot pour « naissance ». Cela signifie que le principe réside dans le cœur de l’homme dès sa naissance – le véritable xing. Lorsqu’on vit en accord avec ce xing le plus originel, le cœur s’épanouit ; lorsqu’on va à l’encontre de ce principe, le cœur périt.

C’est en vivant selon ce principe originel que les anciens cultivaient leur De et ce faisant, ils ont découvert qu’il était crucial d’éliminer les cinq causes fondamentales du malheur : le renom et le gain, la joie et la colère, le divertissement par la musique et les belles femmes, la gourmandise, et trop de pensées dissipe l’essence du qi.

L’histoire de Fan Li qui a abandonné sa soif de renom et de gain

Fan Li vécut pendant la période des Printemps et Automnes en Chine (771 à 476 avant J.-C.). Wen Zhong et lui, deux hommes extraordinaires, ont passé vingt ans aux côtés de Goujian, le roi de Yue. À la fin, Goujian a pu venger l’humiliation qu’il avait subie en tant qu’otage dans l’État de Wu et faire renaître Yue en tant qu’État puissant. Fan s’est vu ensuite offrir le titre de général en chef et il est devenu célèbre dans tout le pays.

Mais Fan a refusé toutes les récompenses que Goujian lui offrait, parce qu’il était convaincu que le renom était de courte durée. Et cela était d’autant plus vrai compte tenu du caractère de Goujian – Fan pouvait voir que Goujian était quelqu’un qui pouvait partager dans les difficultés, mais pas dans la paix et la prospérité. Il a remis une lettre de démission à Goujian et est parti avec sa famille, laissant derrière lui tout son renom et sa richesse.

Fan a également écrit à Wen pour l’avertir des penchants de Goujian et l’encourager à partir aussi. Malheureusement Wen n’a pas suivi le conseil de Fan et Goujian l’a assassiné peu après.

Fan est parti dans l’État de Qi, a changé de nom et a créé une entreprise à partir de rien. Il a défriché et cultivé une grande étendue de terre abandonnée. Son entreprise s’est avérée être un grand succès et il n’a pas fallu longtemps pour qu’il devienne l’un des hommes les plus riches de Qi. Impressionné par la sagesse et le talent de Fan, le roi de Qi l’a nommé chancelier à la cour.

Cependant, Fan y a vu un mauvais présage basé sur un concept philosophique chinois traditionnel : « Lorsqu’on atteint sa pleine mesure, la croissance est inévitablement suivie de la décroissance. »

Trois ans plus tard, il a démissionné de son poste, a distribué toute sa richesse et a déménagé sa famille à Dingtao, dans l’actuelle province du Shandong où son fils et lui ont créé une nouvelle entreprise dans l’élevage, l’agriculture et le commerce. En seulement quelques années, sa famille est de nouveau devenue très riche. Fan offrait souvent son aide aux pauvres, et les habitants de la région le vénéraient comme le « dieu de la richesse ».

De nombreuses personnes pensaient que Fan était devenu riche grâce à son De abondant, qui lui apportait renom et gain, postes de haut rang et récompenses privilégiées. C’est également grâce à son De qu’il a pu se défaire de tout son renom et de sa richesse, et que ses pertes ont naturellement conduit à de nouveaux gains.

L’histoire de Fan nous montre que les pertes et les gains n’ont pas vraiment d’importance pour qui possède un cœur vertueux.

L’histoire de la réussite d’un jeune entrepreneur en Australie

Il existe des histoires similaires dans notre monde d’aujourd’hui.

Mark Hutchison est un jeune entrepreneur très prospère, de Perth en Australie, c’est également un pratiquant de Falun Dafa, qui suit le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. On peut souvent le voir distribuer des brochures sur le Falun Gong.

M. Hutchison a déclaré qu’autrefois, il était guidé par « la recherche du gain », mais qu’aujourd’hui, il « suit le cours naturel des choses ». Il a trouvé la paix dans sa vie et dans la gestion de son entreprise.

« Lorsque le “gain” est la pierre angulaire, les entrepreneurs sont toujours à la recherche de profits de plus en plus importants, ce qui nourrit leur ego et les empêche d’être en paix », a-t-il déclaré.

Dans l’entreprise de Mark, tout s’est graduellement transformé pour que la mesure du succès soit « Authenticité-Bienveillance-Tolérance » au lieu du « gain ».

En 2009, son entreprise Bamboozle a remporté l’Australian Business Award pour sa gestion professionnelle et rigoureuse.

En 2010, Bamboozle a été nominée finaliste du Family Business Australia et finaliste du Telstra Business Award. Mark a également été finaliste pour le prix de l’entrepreneur de l’année d’Ernst & Young.

En 2012, l’entreprise s’est encore développée avec le lancement de deux nouvelles filiales dans la vente au détail et la fabrication.

En 2014, la société sœur de Bamboozle – Lifewood – a gagné le prestigieux prix national du Salon d’exposition de l’année.

(Pour plus d’information, merci de vous référer à « Un entrepreneur australien découvre que dans la vie, il y a mieux que faire du profit »)

(À suivre)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais