(Minghui.org) Depuis que Jiang Zemin a lancé la persécution du Falun Dafa en juillet 1999, les pratiquants de Falun Dafa n’ont jamais cessé leurs activités de clarification de la vérité. De plus en plus de gens ont compris la vérité.

Un jeune médecin de Shanghai a entendu la vérité le jour de son mariage et a déclaré : « Nous pouvons tous comprendre la vérité. Je n’ai jamais adhéré au Parti communiste chinois (PCC), mais s’il vous plaît, aidez-moi à démissionner de la Ligue de la jeunesse et des Jeunes Pionniers. »

Lorsque deux sœurs ont entendu la vérité sur la persécution de Dafa, la plus jeune s’est levée solennellement et a récité un poème de Hong Yin. Elle a dit : « Un pratiquant de Falun Dafa qui vivait dans le même complexe résidentiel nous a aidées à démissionner du PCC et de ses organismes affiliés il y a plus de dix ans et nous a appris ce poème. »

J’ai aussi rencontré des gens qui avaient travaillé dans des organismes gouvernementaux. Ils ont également compris la vérité et ont fait le bon choix de quitter le PCC.

Ce qui suit ne sont que quelques exemples.

Un vétéran de la police démissionne sous son vrai nom

J’ai rencontré un homme âgé en me rendant à la gare routière. Quand il m’a dit qu’il avait 88 ans, j’ai dit : « Vous avez encore l’air en très bonne santé. Que faisiez-vous avant de prendre votre retraite ? »

Il a dit : « Je suis un ancien policier. » Je lui ai demandé s’il connaissait un commissaire régional dont le nom de famille est Wang.

Quand il a répondu par l’affirmative, je lui ai dit qu’il était mon collègue. « Une fois », ai-je raconté, « un jeune homme a arrêté sa voiture et lui a demandé de l’emmener. Le garçon a dit qu’il allait à l’université, mais qu’il avait perdu son argent.

« Monsieur Wang a ramené le jeune homme chez lui et l’a aidé financièrement. Dès lors, le jeune homme lui rendait toujours visite lorsqu’il était en vacances. Cela est arrivé lorsqu’il avait 70 ans. Il est très aimable. Tout le monde dit que c’est un homme bon. »

Le vieil homme dit : « J’étais aussi un bon fonctionnaire à l’époque. Quand d’autres ont essayé de m’offrir des œufs, je n’ai jamais osé les accepter.

« Je n’ai jamais battu personne pendant mes nombreuses années en tant que policier. Une fois, un enfant a fait quelque chose de mal et a été arrêté. J’ai eu une longue et sérieuse conversation avec lui, puis je l’ai ramené chez ses parents pour que son avenir ne soit pas ruiné. »

J’ai dit : « Les gens disent de nos jours que les policiers sont tous des gangsters. Les petits fonctionnaires ne sont impliqués que dans la petite corruption tandis que les hauts fonctionnaires commettent une grande corruption. Ils ne font que de mauvaises choses et ne prennent jamais en considération la personne lambda. Vous devez avoir rejoint le PCC et la Ligue de la jeunesse, n’est-ce pas ? »

Il a répondu : « Oui, j’ai rejoint la Ligue de la jeunesse à 16 ans. »

J’ai ajouté : « Le PCC lutte contre le ciel, la terre et le peuple, et c’est lui que vise la pandémie. Je suggère que vous démissionniez de la Ligue de la jeunesse et annuliez le serment que vous lui avez prêté. Au lieu de cela, vous devriez souvent réciter : “Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon.” De cette façon, vous serez en sécurité pendant la pandémie. »

Il a dit : « D’accord, j’en démissionne ! » Je lui ai alors demandé son nom, qu’il m’a donné.

Je lui ai donné deux amulettes et lui ai rappelé d’en donner une à sa femme et de lui dire que cela pouvait la protéger. Je lui ai expliqué une fois de plus comment rester en sécurité pendant la pandémie. Il a accepté mes paroles.

L’ancien commissaire à l’inspection de la discipline démissionne sous son vrai nom

J’attendais le bus en septembre quand j’ai remarqué un homme qui attendait à côté de moi. Je lui ai demandé ce qu’il faisait avant de prendre sa retraite et quel âge il avait.

Il a dit qu’il avait 70 ans et avait travaillé à la Commission d’inspection de la discipline. J’ai dit que nous avions presque le même âge et lui ai demandé s’il se souvenait du maire de l’époque.

Il a répondu par l’affirmative et m’a ensuite demandé où je travaillais. Je lui ai dit les noms des responsables où j’avais travaillé. Il a dit qu’il les connaissait tous.

Après avoir appris que je travaillais aussi pour une organisation gouvernementale, il a baissé son masque facial et m’a montré son visage. Il m’a dit fièrement : « J’ai travaillé à la Commission d’inspection de la discipline pendant deux mandats au sein des gouvernements municipaux et de district. »

J’ai dit : « À cette époque, nous comptions sur nos propres capacités. Mais de nos jours, les gens achètent leurs positions. Certains fonctionnaires ont détourné des centaines de millions de yuans. Un fils a même tué sa mère pour de l’argent. Sans base morale, les gens osent faire n’importe quoi. »

Il a dit que tout était sans espoir. J’ai dit : « Et la pandémie ? Est-ce le fléau des méfaits humains ? Quand les gens n’ont aucune moralité, toutes sortes de catastrophes surviennent : inondations, tremblements de terre, pandémies, etc. La seule façon de rester en sécurité est de garder à l’esprit Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Il existe un site Web “Quitter le PCC”, où vous pouvez démissionner du PCC sous un pseudonyme. Laissez-moi vous aider. Quel est votre nom de famille, s’il vous plaît ? »

Il m’a dit son vrai nom et m’a demandé de l’aider à démissionner. Je lui ai donné un DVD avec des informations sur la vérité.

Il l’a mis soigneusement dans sa poche.

L’ancien directeur de la Commission municipale de l’économie et du commerce démissionne sous un pseudonyme

J’ai rencontré un couple de personnes âgées alors que j’attendais le bus. Ils avaient l’air de fonctionnaires à la retraite.

J’ai demandé au mari pour quelle organisation il travaillait. Il a répondu : « Commission de l’économie et du commerce. »

J’ai dit : « Votre service était au deuxième étage du bâtiment du gouvernement municipal. C’était un grand département. Vous deviez être le principal responsable là-bas. »

Il a acquiescé. J’ai dit : « C’est à ce moment-là que les fonctionnaires ont commencé à être corrompus, et maintenant les choses ne font qu’empirer. Sans critères moraux, tout est voué à l’échec. La seule façon de rester en sécurité est de se rappeler “Falun Dafa Hao, Zhen-Shan-Ren Hao” (“Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon”) et de faire les choses en accord avec les principes célestes. Je veux vous souhaiter le meilleur.

« Vous devez avoir adhéré au Parti et à la Ligue de la jeunesse et devriez annuler vos serments envers eux. Laissez-moi vous aider à démissionner sous un pseudonyme. »

Il a accepté, alors je lui ai trouvé un pseudonyme et il l’a mémorisé.

Je lui ai rappelé de réciter : « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » et je lui ai dit que cela pourrait l’aider à traverser n’importe quel désastre.

Il avait l’air très content et je leur ai souhaité une vie longue et heureuse.

Un ancien fonctionnaire de la Commission des affaires politiques et juridiques démissionne du PCC

Un homme parlait au téléphone à l’arrêt de bus. Quand il a fini son appel, je lui ai dit : « C’est les vacances et vous êtes toujours aussi occupé ? »

Il a dit : « Que des invitations à des repas. Si ennuyeux. »

Quand je lui ai demandé quel âge il avait, il m’a répondu qu’il avait 71 ans. Je lui ai alors demandé ce qu’il faisait avant de prendre sa retraite et il a répondu : « Je travaillais pour la Commission des affaires politiques et juridiques, c’est au quatrième étage du bâtiment du gouvernement. »

J’ai mentionné quelques personnes et lui ai demandé s’il les connaissait. Il les connaissait toutes et m’a dit que l’un d’eux était décédé.

J’ai été surpris et j’ai dit : « Quand est-il décédé ? La vie humaine est si fragile et éphémère. Il semble que nous ayons beaucoup de connaissances mutuelles. Notre rencontre est prédestinée. Je devrais vous dire comment rester en sécurité pendant la pandémie. »

Ensuite, je lui ai expliqué que le Falun Dafa est la loi de Bouddha et que la pandémie était due au déclin de la moralité humaine, etc. Je lui ai appris les deux phrases de vérité et lui ai dit que la meilleure façon de rester en sécurité était de démissionner du PCC et de ses organismes affiliés.

Il a accepté tout ce que j’ai dit et m’a dit son nom de famille. Je lui ai inventé un pseudonyme et lui ai promis de l’aider à quitter le PCC.

Alors qu’il montait dans le bus, je lui ai rappelé de réciter les phrases ; il s’est retourné et a répondu : « Oui ! »

Je suis heureux pour ces êtres qui travaillaient au sein du régime du PCC et qui ont maintenant été sauvés. J’espère que plus de gens comprendront la vérité et traverseront la catastrophe en toute sécurité.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais