(Minghui.org) Une habitante de la ville de Yuyao, dans la province du Zhejiang, a été condamnée à deux ans et demi de prison pour avoir défendu sa croyance dans le Falun Gong, une discipline spirituelle également connue sous le nom de Falun Dafa, qui est persécutée par le régime communiste chinois depuis 1999.

Mme Li Caiping, 64 ans, a été arrêtée et son domicile a été saccagé le 23 mai 2021 pour avoir écrit « Falun Dafa est bon » sur un mur public. Elle a été détenue au centre de détention de la ville de Yuyao.

Mme Li a comparu devant le tribunal de la ville de Yuyao le 4 novembre et a été condamnée début décembre à une peine de deux ans et demi et à une amende de 5000 yuans. Elle a fait appel de ce verdict.

Avant sa dernière arrestation, Mme Li a été condamnée à trois reprises pour un total de onze ans de prison.

Elle a été arrêtée une première fois parce qu’elle pratiquait les exercices de Falun Gong dans un parc en février 2000, et a été détenue au Département de police de la ville de Yuyao pendant quinze jours. Elle a été arrêtée à nouveau le 1er avril 2000 pour s’être rendue à Pékin afin de demander le droit de pratiquer le Falun Gong.

Mme Li a été contrainte de vivre loin de chez elle pendant un mois en août 2003, après que le comité résidentiel l’a menacée de l’emmener dans un centre de lavage de cerveau si elle refusait d’écrire une déclaration pour renoncer au Falun Gong.

Mme Li a de nouveau été arrêtée le 18 octobre 2005, pour avoir accroché une banderole sur laquelle était écrit « Falun Dafa est bon ». Elle a été condamnée à trois ans de prison en novembre 2005. Pendant qu’elle purgeait sa peine à la prison pour femmes de la province du Zhejiang, elle a été battue par des détenues, qui lui ont également cogné la tête contre le mur et donné des coups de pied dans le bas du corps. Elle a été placée en isolement cellulaire et a été piquée par des moustiques et d’autres insectes.

L’arrestation suivante de Mme Li a eu lieu le 11 juin 2009, alors qu’elle parlait du Falun Gong à des personnes dans un quartier résidentiel. Elle a été condamnée à une deuxième peine de quatre ans par le tribunal de la ville de Yuyao.

Elle a de nouveau été arrêtée le 16 janvier 2016, alors qu’elle emmenait sa petite-fille de dix mois en promenade. La police l’a accusée de distribuer des documents de Falun Gong. Bien qu’elle n’ait trouvé aucun document lié au Falun Gong au domicile de Mme Li, la police l’a tout de même maintenue en détention et a présenté son affaire au parquet.

Mme Li a comparu devant le tribunal le 17 juin 2016. Son avocat a plaidé non coupable en sa faveur. Il a fait valoir qu’après avoir surveillé sa vie pendant un certain temps, la police n’a fourni aucune preuve de sa distribution de documents de Falun Gong. Les photos de surveillance qu’ils ont présentées portaient toutes sur sa vie quotidienne. Il a demandé au juge de l’acquitter.

Le juge a annoncé la condamnation de Mme Li à trois ans et demi de prison le 28 juillet. Elle a été emmenée à la prison pour femmes de la province du Zhejiang le 20 octobre 2016, après que la cour intermédiaire a rejeté son appel.

Informations sur les responsables de la persécution :

Sheng Hui (盛辉), juge au tribunal de la ville de Yuyao : +86-574-62770042, +86-13685861165

Shi Jiali (施佳丽), greffier du tribunal : +86-574-62770044, +86-13486668309

Gu Chengcheng (顾埕铖), procureur au parquet de la ville de Yuyao : +86-574-62776075, +86-13646632961

Ye Zhili (叶枝利), secrétaire de la Commission des affaires politiques et juridiques de la ville de Yuyao : +86-574-89282006, +86-13506785511

(Plus d’informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l’article original en chinois.)

Voir aussi :

Après avoir été emprisonnée pendant onze ans, une femme du Zhejiang est à nouveau poursuivie pour sa croyance

Mme Li Caiping, de l’agglomération de Yuyao dans la province du Zhejiang est une nouvelle fois condamnée à la prison

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais