(Minghui.org) La pratiquante de Falun Dafa Jing a presque 80 ans.

Avant 1999, Jing était assistante bénévole pour le site de pratique local du Falun Dafa. Après 1999, elle a été impliquée dans la coordination des activités pour les pratiquants. Elle faisait bien les trois choses, mais était égocentrique. Personne ne pouvait la persuader de changer d’avis une fois qu’elle avait pris une décision sur un sujet. Elle insistait toujours pour que sa suggestion soit la meilleure.

À cause de cela, les autres pratiquants ne voulaient pas discuter avec elle une fois qu’ils savaient qu’elle refusait obstinément d’accepter les suggestions de quiconque. Parfois, même si l'on savait que ce qu’elle disait n’était pas conforme au Fa, personne n’osait le lui faire remarquer.

Il y a quelques années, Jing est tombée de sa moto et sa jambe ne s’est jamais complètement remise. Plus tard, elle a cessé de sortir, ne voulant pas laisser une mauvaise impression de Dafa à cause de sa blessure, mais parfois les pratiquants discutaient encore des problèmes avec elle.

Traitement d’un problème lié à la persécution

Un pratiquant local a été persécuté et a dû se cacher. D’autres pratiquants ont suggéré de faire des dépliants pour dénoncer cette situation. Après en avoir réalisé un, quelqu’un l’a partagé avec Jing, en lui demandant si quelque chose devait être modifié. Après l’avoir examiné, Jing a dit qu’il avait besoin d’une refonte totale : la photo n’exprimait pas la compassion, l’adresse du lieu de travail ne devait pas être indiquée, le dépliant était trop long, etc.

Mais, lorsque d’autres pratiquants l’ont examiné, certains ont seulement dit que quelques zones devaient être révisées. Nous nous sommes rencontrés, nous avons fait des révisions et Xin (alias) l’a montré à nouveau à Jing pour avoir son avis. De nouveau, elle a fait des suggestions, disant qu’une partie mettait trop l’accent sur les relations, qu’une autre partie n’était pas adaptée et qu’une autre section était trop détaillée. Elle a déclaré que seules quelques phrases étaient nécessaires pour mettre en évidence les problématiques. Lorsque Xin a expliqué pourquoi il était rédigé comme cela, Jing est devenue mécontente et a dit : « Si tu ne veux pas suivre mes conseils, alors tu peux prendre tes propres décisions ! »

Xin a raconté à Hui, le pratiquant chargé de la mise en forme du dépliant, ce que Jing avait dit. Hui a répondu que, puisque Jing avait décidé qu’elle avait raison, il n’y avait aucun moyen de parvenir à un consensus. Et puisque les autres pratiquants n’avaient pas d’objection, le groupe devrait simplement ignorer son opinion et poursuivre avec la version du groupe. Comment quelques phrases simples pourraient-elles expliquer clairement que la police est impliquée dans toutes sortes d’activités illégales ?

De plus, Jing n’était pas très instruite, alors il se pouvait qu’elle n’ait pas compris les subtilités du style d’écriture. De plus, elle pensait toujours avoir raison alors ce n’était vraiment pas facile de communiquer. Le groupe a décidé d’ignorer son avis et de ne pas modifier, juste à cause d’elle, ce sur quoi tout le monde s’était mis d’accord.

Alors que nous nous préparions à produire le dépliant, Hui a reçu une lettre de Jing disant, entre autres, que le contenu devait être réécrit en utilisant seulement quelques phrases pour décrire le sujet.

En regardant la lettre de Jing, Hui n’a pas eu l’impression que son opinion était fausse. Au contraire, il a eu l’impression d’être dans l’erreur. Il sentait qu’il n’était pas responsable envers Jing parce qu’elle n’était pas encore satisfaite. Cependant, il a ignoré ses sentiments et a continué à faire avancer le dépliant comme si rien ne s’était passé, alors qu’il a répondu à Jing par une longue lettre indiquant sa compréhension de la question.

Regarder à l’extérieur plutôt qu’à l’intérieur

Plus tard, Hui s’est à nouveau demandé pourquoi Jing lui avait écrit cette lettre. S’était-il bien cultivé par rapport aux problèmes de Jing ? Il s’est rendu compte que chaque fois qu’il était confronté à une difficulté, il l’évitait. Il a donc commencé à regarder à l’intérieur ce qu’il pensait de cette affaire et comment cela affectait son opinion sur Jing. Il en a conclu que Jing n’était pas raisonnable, que les problèmes qu’elle soulevait étaient ridicules et qu’étant donné qu’elle n’avait fréquenté que l’école primaire, il était impossible qu’elle puisse comprendre son style d’écriture et les questions complexes. Elle ne comprenait pas le vrai problème mais voulait simplement que tout le monde l’écoute. Elle était vraiment trop égocentrique.

Puis, tout à coup, Hui s’est rendu compte qu’il regardait à l’extérieur. Jing manquait peut-être de connaissances dans ce domaine, mais, contrairement à Hui, Jing s’était bien cultivée et avait fait les exercices tous les jours pendant les vingt-sept dernières années. La détermination de Jing face aux difficultés, son étude régulière du Fa et son attitude envers les trois choses étaient bien meilleures que celles de Hui. Comment pouvait-il regarder la seule lacune de Jing qui est d’être égocentrique et la mépriser ? Hui savait qu’il devait assumer ses responsabilités envers Jing et ses compagnons de cultivation.

Hui a écrit à Jing une lettre de cinq pages détaillant la manière dont ils avaient élaboré le contenu du dépliant afin qu’elle puisse comprendre pourquoi ils avaient écrit ce qu’ils avaient écrit et ne pas être mécontente. En même temps, Hui espérait sincèrement que Jing ne serait pas attachée à elle-même, qu’elle s’élèverait dans sa cultivation et qu'elle coopérerait avec le groupe, car leur but commun était de sauver les êtres.

Hui ne cessait de réviser son ton et le choix de ses mots, espérant exprimer ses pensées d’une manière pure, compatissante et désintéressée autant que possible. Lorsqu’il lui a envoyé la lettre, Hui a également émis la pensée droite pour éliminer les obstacles entre les pratiquants et tous les éléments pervers qui empêchaient les dépliants d’être largement distribués.

Après avoir lu la lettre, Jing a dit : « Puisque Hui a dit que je suis égocentrique, je vais regarder à l’intérieur, laisser tomber mon égocentrisme et coopérer avec le corps entier. Lorsque j’ai regardé le dépliant révisé, j’ai réalisé que ce n’était vraiment pas facile pour eux de le réaliser, mais qu’il était très bien fait. Le contenu est excellent – il est vraiment très bon. Il sauvera certainement des êtres. Donnez-moi 500 exemplaires et je les distribuerai. »

Lorsqu’un pratiquant lui a finalement apporté les dépliants, Jing a dit qu’elle en voulait plus, qu’elle en distribuerait beaucoup (Jing n’était pas vraiment sortie pour distribuer des dépliants en raison de sa blessure à la jambe). Maintenant, non seulement elle va distribuer des dépliants toute seule, mais elle incite d’autres pratiquants à faire de même.

Après avoir entendu parler du revirement de Jing, Hui était incrédule et il a fallu un certain temps pour qu’il s’en rende compte. Non seulement Hui était étonné du changement d’attitude de Jing, mais ce qui l’étonnait encore plus, c’est que Jing a été capable de se défaire de son égocentrisme de longue date. Un tel changement ne peut se produire que dans Dafa. Seuls les pratiquants de Dafa peuvent comprendre ce type de manifestation.

Le même dépliant devait initialement être totalement révisé. Mais ensuite, Hui a regardé à l’intérieur, a changé sa perspective et a espéré sincèrement que Jing pourrait lâcher son attachement à l’ego pour faire partie du corps entier. Par cette seule pensée, le Maître a permis à la personne qui s’opposait le plus fortement au dépliant d’en faire l’éloge le plus sincère.

L’égocentrisme de Jing avait été un attachement dont de nombreux pratiquants convenaient qu’il était aussi dur que le marbre. Personne ne pouvait rien y faire. En fait, toutes ces années, nous avions tous tort. Aucun d’entre nous n’a regardé à l’intérieur en se penchant sur ce problème. Nous avons simplement traité son égocentrisme comme son défaut.

En fait, c’est une fausse apparence qui nous a été montrée. C’était là pour que nous en prenions note et que nous nous cultivions. Cependant, nous avons tous été induits en erreur par cette fausse apparence, pensant à tort que Jing ne s’était pas bien cultivée à cet égard. Ainsi, nous n’avons pas regardé à l’intérieur. Le Maître a dû voir que nous n’avions pas réalisé ce problème pendant une longue période, il a donc utilisé ce problème pour nous donner une chance de nous élever dans notre cultivation et nous enseigner la nécessité de mieux cultiver.

Cultivez une pensée désintéressée et l’égocentrisme obstiné disparaît. C’est vraiment le pouvoir du Fa de Bouddha !

J’espère que les compagnons de cultivation ne s’attarderont pas à des idées fixes concernant les autres pratiquants lorsque des obstacles apparaissent entre eux ou lorsqu’ils voient les lacunes des autres pratiquants. C’est en fait une chance pour nous de nous cultiver. Comme nous le savons, il est difficile de voir nos propres erreurs, mais il est facile de voir les défauts des autres. Si nous pouvons changer nous-mêmes, les autres pratiquants changeront aussi.

Chérissons notre affinité avec le Fa et cultivons-nous bien, afin que cela serve vraiment à sauver les êtres.

Veuillez par compassion m’indiquer s’il y a des points à améliorer !

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais