(Minghui.org) Treize résidents du district rural de Nong’an, province du Jilin ont été condamnés pour leur croyance dans le Falun Gong. Leurs recours ont tous été rejetés fin novembre 2021. L’un d’eux a subi une hémorragie cérébrale et reste dans le coma au moment de la rédaction de ce rapport.

Voici le détail de la condamnation :

Mme Zhang Xiuzhi, 64 ans, a été condamnée à dix ans.

Mme Gao Xiaoqi, 56 ans, a été condamnée à neuf ans.

Mme Cai Yuying, 66 ans, a été condamnée à neuf ans.

M. Feng Liqi a été condamné à neuf ans.

Mme Wu Dongmei, 50 ans, a été condamnée à sept ans.

Mme Yu Jiaoru (fille de Mme Cai), 34 ans, a été condamnée à six ans.

M. Shan Weihe a été condamné à six ans.

M. Lu Xiangfu a été condamné à six ans.

Mme Zhao Xiulan, 67 ans, a été condamnée à cinq ans.

Mme Sun Xiuying, 68 ans, a été condamnée à quatre ans.

M. Zhang Jingyuan a été condamné à deux ans.

Mme Sun Fengxian, 65 ans, a été condamnée à deux ans.

Mme Dong Xiuhui a été condamnée à un an et demi.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline méditative et spirituelle que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Une femme dans un état critique

Mme Sun Fengxian, 65 ans, a été arrêtée le 15 juillet 2020. Elle a été condamnée à deux ans le 26 juillet 2021, et son appel a été rejeté le 29 novembre. Elle a souffert d’une hémorragie cérébrale au centre de détention du district de Nong’an à 16 h 30, le 3 décembre, et a été emmenée à l’hôpital. Le médecin l’a opérée avec le consentement de sa famille. L’opération a duré près de cinq heures et le médecin a déclaré qu’elle était réussie. Mme Sun reste dans le coma après l’opération et est maintenue dans l’unité de soins intensifs.

Les membres de la famille de Mme Sun soupçonnent que ce sont les mauvais traitements subis en détention qui ont provoqué son état. Ils ont également reproché au centre de détention d’avoir bloqué leurs visites au cours des quelques mois qui ont précédé son urgence médicale. Selon eux, si les autorités les avaient autorisés à lui rendre visite plus tôt, ils auraient eu une meilleure idée de son état de santé physique et mentale et la tragédie ne se serait peut-être pas produite.

Selon sa famille, la dernière visite de son avocat remonte au 26 août 2021. Le centre de détention a exigé que l’avocat soit vacciné contre la COVID-19, mais il a ensuite cédé après que la famille s’est plainte auprès du gouvernement du district de Nong’an.

Mais lorsque l’avocat a demandé à lui rendre à nouveau visite le 9 octobre, après qu’elle a fait appel du verdict injuste, le centre de détention a exigé une lettre d’approbation de son bureau local de la justice, ainsi que l’autorisation du juge de la cour intermédiaire de la ville de Changchun. L’avocat et sa famille ont déposé plusieurs plaintes contre le juge Zang Wancheng de la cour intermédiaire pour avoir bloqué la visite, mais en vain.

Arrestations de 12 autres pratiquants

Les 12 autres pratiquants ont également été arrêtés le même jour, 15 juillet 2020, que Mme Sun, quelques jours avant le 21e anniversaire de la persécution du Falun Gong, le 20 juillet, et la visite prévue du chef du Parti, Xi Jinping, dans la région, le 23 juillet. Deux autres pratiquants ont également été arrêtés le même jour, dont M. Jiang Quande (le mari de Mme Sun Xiuying), qui est décédé un mois après avoir été libéré au début du mois d’août 2020, et Mme Ren Yongping (la femme de M. Zhang Jingyuan), qui a été libérée le 4 mars 2021, après avoir été innocentée.

Vers 6 heures du matin, Mme Gao Xiaoqi est allée rendre visite à Mme Zhao Xiulan, mais elle a été arrêtée par les policiers qui étaient encore en train de saccager le domicile de Mme Zhao. La police s’est ensuite rendue au domicile de Mme Gao et l’a mis à sac. Un grand nombre d’affiches contenant des informations sur le Falun Gong, des livres de Falun Gong, une photo du fondateur du Falun Gong et plus de 100 000 yuans en espèces ont été confisqués. La mère de Mme Gao, âgée de plus de 80 ans, a été terrifiée par ce raid.

Les policiers semblaient ravis de prendre les objets de valeur de Mme Gao. L’un d’eux a dit en souriant : « Ce sont toutes de bonnes choses ! »

Mme Gao a ensuite été emmenée au poste de police local pour un interrogatoire. Elle a été giflée pour n’avoir répondu à aucune question.

M. Zhang s’apprêtait à emmener sa fille au travail vers 7 heures du matin lorsqu’ils ont constaté que le trou de serrure de leur porte d’entrée était obstrué par du papier. Alors qu’ils étaient en train de retirer le papier, un groupe d’agents a fait irruption, a maintenu M. Zhang au sol et l’a menotté.

Mme Wu Dongmei, 49 ans, a été arrêtée par des agents en civil. Elle a été arrêtée dix jours seulement après le décès de son mari, M. Zhao Dazhi. Sa fille aînée vient d’obtenir son diplôme universitaire et doit maintenant s’occuper de ses deux jeunes frères et sœurs.

Les autres pratiquants arrêtés étaient : Mme Zhang Xiuzhi, Mme Cai Yuying, sa fille Mme Yu Jiaoru, M. Shan Weihe, Mme Xiuying, M. Feng Liqi, M. Lu Xiangfu et Mme Dong Xiuhui.

Violation flagrante de la loi par les juges des tribunaux de première et de seconde instance

Avant la première audience des pratiquants par le tribunal de la ville de Dehui le 9 avril 2021, le juge Wang Rongfu a empêché leurs avocats et les défenseurs de la famille non avocats d’examiner les documents relatifs à l’affaire ou d’assister à l’audience au motif qu’ils n’avaient pas fourni de documents prouvant qu’ils ne pratiquaient pas eux-mêmes le Falun Gong.

Il a tenu des propos insultants et humiliants lors de ses entretiens avec les familles des pratiquants, par exemple : « Nous avons demandé aux tribunaux de niveau supérieur ce qu’il en était et c’est ce qu’on m’a dit [ne pas autoriser les avocats à défendre les pratiquants au tribunal]. » « Ne me parlez pas de savoir si c’est légal ou non – c’est ainsi que nous faisons les choses. Laissez-moi vous dire quelque chose : les cas de Falun Gong sont spéciaux. » « Pas de défense c’est pas de défense. Oui, nous avons violé la loi, et alors ?! Vous pouvez poursuivre où vous voulez. »

Le juge Wang a également omis d’informer les pratiquants eux-mêmes de l’audience trois jours à l’avance, comme l’exige la loi. Les huissiers se sont rendus dans les cellules des pratiquants au centre de détention du district de Nong’an le matin du jour de l’audience, les ont traînés dans la voiture et les ont emmenés au tribunal. Les gardes ont tiré les cheveux de Mme Gao et l’ont frappée dans le dos, ce qui était encore douloureux des semaines plus tard. Le bras de Mme Yu a été meurtri après avoir été traînée par les gardes. Tous les pratiquants ont été contraints de porter des équipements de protection, avant d’être emmenés au tribunal.

Le juge Wang a prononcé des peines de prison contre les pratiquants le 26 juillet 2021. Les familles des pratiquants ont déposé des plaintes contre le juge Wang auprès de diverses agences. Elles ont reçu une réponse du tribunal de Dehui le 25 octobre, qui citait un document secret pour justifier la privation par le juge Wang de la représentation des pratiquants par les avocats de la défense au tribunal, et sa condamnation injustifiée des pratiquants. La réponse concluait que le juge Wang avait suivi la loi en prononçant les verdicts de culpabilité. Les familles des pratiquants ont vivement demandé la publication du document secret, mais en vain.

Entre-temps, tous les pratiquants ont fait appel des verdicts auprès de la cour intermédiaire de la ville de Changchun. Les appels de Mme Gao, Mme Zhao et Mme Sun Fengxian ont été acceptés le 1er septembre et le juge Zang Wancheng a été désigné pour traiter leurs affaires.

Les appels de Mme Cai, Mme Yu, M. Shan et Mme Sun Xiuying ont été acceptés le 9 septembre et le juge Fan Wenhao a été désigné pour traiter leurs affaires. Le même juge était également chargé de l’appel de M. Zhang, après qu’il a été accepté le 13 septembre.

Un autre juge He Fu a été désigné pour traiter les cas d’appels de Mme Zhang, M. Lu et M. Feng.

Les détails concernant les cas d’appel de Mme Wu et de Mme Dong ne sont pas clairs.

Lorsque les membres des familles des pratiquants et leurs avocats se sont rendus au parquet de la ville de Changchun pour examiner les documents relatifs à leur affaire, le réceptionniste a d’abord dit qu’ils n’avaient pas été chargés dans leur système, puis qu’ils n’avaient pas gravé les disques des documents. Les documents ont ensuite été transmis directement à la cour intermédiaire, sans jamais être examinés par les avocats.

Tout comme le tribunal de première instance, Zang Wancheng de la cour supérieure a également exigé que les avocats et les défenseurs des familles soumettent des documents prouvant qu’ils ne pratiquent pas le Falun Gong. Zang a également fait pression sur les bureaux de poste locaux et leur a interdit de poster des documents juridiques pour les familles, alors qu’il refusait d’accepter les documents en personne. Il a également ordonné au centre de détention d’empêcher les avocats de rendre visite aux pratiquants.

La cour supérieure a par la suite confirmé les verdicts originaux des pratiquants sans jamais en informer leurs avocats ou leurs familles.

Voir aussi :

Le juge d’un tribunal de première instance affirme : « Les meurtriers peuvent engager des avocats, mais pas les pratiquants de Falun Gong »

Un mari plaide pour la libération de son épouse dans une lettre ouverte

District de Nongan, province du Jilin : Dix pratiquants de Falun Gong condamnés à des peines de prison variant de deux à dix ans

Après neuf mois de garde à vue, un enseignant décole élémentaire est jugé pour sa croyance

Une fille bien-aimée attend le verdict pour sa croyance

Canton de Nongan, province du Jilin : Onze arrestations et un cas de harcèlement en vingt-quatre heures

Quatorze pratiquants de Falun Gong ciblés lors d’arrestations collectives dans la province du Jilin restent détenus

Un père meurt un mois et demi après son arrestation, le fils écrit une lettre pour demander justice pour sa mère qui doit être jugée pour sa croyance

Emprisonné une fois pendant 11 ans un habitant du Jilin meurt un mois et demi après sa dernière arrestation pour sa croyance

(Des articles connexes sont disponibles dans les versions anglaise et chinoise.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais