(Minghui.org) Après ma retraite, ma vie quotidienne est passée d'un environnement professionnel à un environnement familial, et de nouveaux tests de xinxing ont fait surface dans ma famille. J'aimerais partager avec les autres pratiquants comment je me suis détachée de l'interférence de la sentimentalité. J'ai remplacé le ressentiment, la jalousie et la suspicion par la tolérance, la paix et l'altruisme.

Après ma retraite, la première chose que j'ai entreprise a été d'étudier systématiquement tous les enseignements de Fa de Maître Li (le fondateur du Falun Dafa). Au début, j'absorbais tout et j'apprenais le Fa par cœur. Je me comparais à son principe, et j'améliorais constamment mon xinxing et acquérais de nouvelles compréhensions.

Cependant, après un certain temps, des perturbations sont apparues. Mon mari a pris par inadvertance le téléphone de notre fils, et notre fils a pris le téléphone de son père. Notre fils a ouvert WeChat et a parcouru les différents messages. Soudain, on a entendu a voix d'une femme : « J'ai déjà divorcé, pourquoi n'as-tu pas divorcé de ta femme ? » La voix de mon mari a répondu : « Attends. »

Cela m'a fait très mal. C'était comme si quelqu'un me poignardait en plein cœur ! Pas étonnant que mon mari considérait son téléphone comme un trésor et qu'il ne permettait à personne d'y toucher. Puis, je me suis souvenue que je suis une pratiquante. 

Maître Li a dit dans son poème « Dans la voie » :

« Voir sans regarder

Pas d'égarement aucun trouble,

Entendre sans écouter

Le cœur difficilement perturbé »

(Hong Yin Traduction Version A)

Le Maître a dit aussi :

« Mais normalement quand un conflit surgit, si le cœur humain n’est pas piqué au vif, ça ne compte pas, ça n’a pas d’effet et on ne peut pas en recevoir d’élévation. Donc, au fond de son cœur, il ne peut pas s’en détacher, il s’énerve ; peut-être que ça le titille, il ne peut s’empêcher de se retourner pour voir la tête de ces deux personnes qui disent du mal de lui. » (Quatrième leçon, Zhuan Falun)

Je ne voulais pas encore affronter mon mari. Cependant, je n'ai pas pu m'empêcher d'exprimer mon chagrin à des amis et à des parents. Ils m'ont dit que la femme semblait sérieuse et m'ont prévenue que dans la société corrompue d'aujourd'hui, les gens préfèrent mépriser la pauvreté plutôt que la prostitution ; il est normal que les femmes exhibent leur « papa gâteau » sans honte. 

Ils m'ont conseillé : « Tu as pris ta retraite et tu n'es plus dans la fleur de l'âge. Ne sois pas stupide au point de demander le divorce. Reste sur tes gardes. »

J'ai alors commencé à suivre les allées et venues de mon mari et à vérifier combien d'argent liquide avait disparu de son portefeuille. Quand il se rasait, je lui disais en plaisantant : « Avec qui sors-tu aujourd'hui ? »

À d'autres moments, je lui demandais : « Tu n'es pas rentré pour dîner aujourd'hui. Avec qui as-tu dîné ? » « Il est tard ; comment se fait-il que tu ne sois pas encore rentré ? »

Ces questions répétées perturbaient mon mari. J'étais également perturbée. Je n'arrivais pas à me concentrer sur l'étude du Fa. Lorsque je faisais la clarification de la vérité, je voulais toujours m'arrêter au centre de divertissement pour voir mon mari, car il y allait souvent. Si je ne le trouvais pas, je devenais méfiante. 

J'étais dominée par mon côté humain et j'ai oublié de me considérer comme une pratiquante. Mon mari s'est plaint à ma fille : « Ta mère est maintenant à la retraite et n'a rien de mieux à faire. Je ne la surveille pas, mais elle essaie de me surveiller. Comment la vie peut-elle continuer comme ça ? »

Ma fille m'a appelée et m'a dit : « Maman, tu es une pratiquante. Quand les problèmes surgissent, tu ne peux pas te contenter de regarder les autres, tu dois regarder en toi-même ! »

Je me suis éveillée et j'ai regardé à l'intérieur 

Je me pensais capable de bien gérer ce test et de le surmonter. J'ai réalisé que je n'en étais pas encore là. Des choses similaires se sont produites dans le passé, mais ces affaires n'étaient pas si évidentes. Je m'en suis sortie avec un cœur pur et une ferme croyance en Maître et Dafa. C'est la bénédiction et la protection du Maître qui m'ont aidée à traverser cette épreuve.

Avec le recul, j’ai retrouvé la santé peu après avoir commencé à pratiquer Dafa. Guidée par le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, j'ai travaillé dur, je me suis peu soucié de mes gains personnels et je me suis bien entendue avec mes voisins. À la maison, j'étais une bonne épouse et une bonne mère. 

Au milieu du déclin moral de la société, mon mari avait des liaisons. Cependant, il n'était pas sérieux à leur sujet et revenait toujours vers moi. Son côté conscient a dû reconnaître l'authenticité et la beauté de Dafa

Lorsque la persécution de Dafa était effrénée, j'ai risqué de perdre ma famille en résistant aux menaces de divorce de mon mari. J'ai également risqué mon emploi intéressant en résistant à la pression de mes supérieurs pour que j’abandonne la pratique. J'ai persévéré dans la pratique de Dafa.

Grâce à la pensée droite, j'ai compris que le vrai sens de la vie est de retourner à son vrai soi originel et que ma mission est d'aider le Maître dans la rectification de Fa et d'éveiller les gens à la vérité à propos du Falun Dafa et de la persécution. Le monde attend ce moment. Grâce au soutien et à la protection du Maître, je n'ai finalement rien perdu.

Cependant, la cultivation est sérieuse, et le critère est de plus en plus élevé. Toutes mes pensées humaines doivent être éliminées. Mon mari a toujours été un homme chauvin avec un mauvais caractère. Il devait avoir le dernier mot en tout, sinon il me frappait. 

J'avais peur de lui et je m'en accommodais. Je ne ripostais pas et ne maudissais pas comme le demande Dafa, mais au fond de moi, je lui en voulais. 

De plus, sous l'influence toxique de l'athéisme et de la théorie de l'évolution, je ne donnais pas à un si grand Dafa une juste place dans mon cœur. Je ne pouvais pas pratiquer ouvertement et noblement, et je n'osais pas clarifier la vérité à mon mari.

La peur que j'avais de mon mari a créé une faille dont les forces anciennes ont pu profiter, et ma maison est devenue un champ de bataille. À la moindre négligence, mon mari me faisait subir des violences conjugales ou me menait la vie dure. Nous étions dans une guerre froide prolongée dans laquelle mes griefs et mon ressentiment augmentaient. 

Mon mari a commencé à sortir pour chercher des femmes et du plaisir. Son attitude à mon égard est passée de l'intervention violente à la guerre froide, puis à l'ignorance totale. C'est à cette époque que j'ai pris ma retraite. Je pensais que ma vie serait plus stable après la retraite, mais au lieu de cela, je me suis sentie abandonnée, triste, pleine de ressentiment et jalouse. C'était comme si ce qui m'appartenait était pris par d'autres.

Maintenant que j'y pense, n'est-ce pas exactement à cause de ces attachements humains que cette situation s'est produite ? Une telle persécution est la manifestation extérieure, et je dois cultiver mon moi intérieur pour apporter la paix à l'extérieur.

Me changer selon le Fa

La cultivation doit se concentrer sur le xinxing. Ainsi, je me suis examinée et j'ai réalisé que, même si j'étais assidue dans l'étude du Fa, je ne cultivais pas vraiment. 

Le Maître a dit :

« Vous avez toujours de la compassion et vous agissez avec bienveillance envers autrui ; quoique vous fassiez, vous vous préoccupez des autres et chaque fois que vous avez un problème, vous vous demandez si les autres peuvent le supporter et si cela peut leur causer du tort ; alors dans ce cas, il n’y aura aucun problème. C’est pourquoi, comme vous pratiquez le gong, vous devez être exigeant envers vous-même selon des critères élevés, selon des critères de plus en plus élevés. » (Quatrième conférence, Zhuan Falun)

J'ai commencé à changer et j'ai pris l'initiative de communiquer avec mon mari. J'émettais toujours la pensée droite avant. 

Je me suis ancrée dans le Fa, j'ai pris en considération le point de vue de mon mari et j'ai démontré de la compréhension à son égard. Je lui ai dit : « Pendant les vingt ans et plus de persécution, surtout après que j'ai porté plainte contre Jiang Zemin (ancien dirigeant du Parti communiste chinois), tu as surmonté toutes les pressions, et nous sommes arrivés jusqu'à aujourd'hui. Ce n'était pas facile, et tu as souffert pour être avec moi. »

En même temps, je lui ai dit de ne pas penser que ma pratique affecterait négativement la famille ; au contraire, l'amélioration de ma santé physique et mentale a profité à notre famille. 

J'ai également partagé mon point de vue selon lequel les aventures conjugales détruiraient les deux familles concernées. J'ai dit que j'espérais qu'il rentrerait plus tôt à la maison. L'horloge biologique du corps humain révèle que s'endormir avant 23 heures est vital, car le méridien de la vésicule biliaire est en charge de 23 heures à 1 heure du matin, libérant la bile et détoxifiant. 

Mon mari a écouté attentivement et s'est redressé dans le lit : « D'accord. Quoi qu'il arrive, je ne divorcerai pas. »

C'est en établissant avec persistance une communication compatissante avec mon mari que mon ressentiment à son égard a progressivement diminué. 

À partir de ce moment-là, mon mari n'est plus rentré aussi tard. Je l'appelais aussi avant chaque repas pour lui dire que le dîner était prêt. Parfois, il ne rentrait pas à la maison pour le dîner mais m'appelait à l'avance pour me le faire savoir. Je me demandais parfois s'il était retourné voir cette femme, mais j'arrivais peu à peu à refréner cette mauvaise pensée en me référant au Fa.

Le Maître a dit :

« Il y a encore une autre catégorie de personnes à qui on avait dit autre fois qu’elles étaient possédées par un esprit ; elles s’en rendaient compte aussi elles-mêmes. Pourtant, bien que cet esprit ait été chassé, elles ne peuvent s’empêcher de penser que cette situation existe encore, qu’elles sont toujours possédées ; c’est déjà une forme d’attachement, et ça s’appelle la suspicion. Avec le temps, cela risque de l’attirer à nouveau. Vous devez abandonner cette inquiétude car cet esprit a complètement disparu. » (Troisième leçon, Zhuan Falun)

Dès qu'une pensée incorrecte apparaissait, je réalisais que c'était l'interférence et mon attachement à la suspicion, et non mon vrai moi. De cette façon, mes pensées droites sont devenues de plus en plus fortes. Toutes les mauvaises pensées, comme la suspicion, le ressentiment et la jalousie, sont devenues de plus en plus faibles. Elles ont été remplacées par la tolérance, la compréhension, la paix et la compassion.

Récemment, après notre étude quotidienne du Fa collective, les autres pratiquants et moi-même avons lu le livre Comment le spectre du communisme gouverne notre monde. Cela m'a rendu plus consciente des ruses du spectre. 

J'ai relié les ruses du spectre à ma situation. J'ai vu que les forces anciennes s'étaient arrangées pour interférer avec ma famille, en utilisant le ressentiment, la jalousie et la suspicion du côté humain d'une pratiquante de Dafa et le côté démoniaque de son mari pour créer une séparation et corrompre notre moralité. Mais ce plan a été brisé !

Dafa a rectifié mon cœur, changé mon mari et amélioré notre environnement familial. Actuellement, je fais plus de calendriers de clarification de la vérité avec un cœur plus pur pour éveiller davantage de personnes. Bien que ce soit une tâche difficile et fatigante, mon cœur est sûr.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais