(Minghui.org) Depuis que Mme Jiang Liyu a été arrêtée en mai 2017 pour sa pratique de Falun Gong, sa famille n'a pas été autorisée à lui rendre visite. La femme de 29 ans devrait être libérée le 11 mai 2021 après avoir purgé une peine de quatre ans. Une autre femme, Mme Shan Shan, 31 ans, qui a été arrêtée et condamnée avec Mme Jiang, doit être libérée en même temps. Leurs familles demandent à la communauté internationale d'accorder une attention à leurs dossiers.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle et méditative que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Mme Jiang Liyu (à gauche) et sa grande sœur, Mme Jiang Lianjiao

Mme Shan Shan

Mme Jiang, originaire de la ville de Shiyan, province du Hubei, et Mme Shan, originaire de la ville de Gaomi, province du Shandong, travaillaient toutes deux à Pékin lorsqu'elles ont été arrêtées le 12 mai 2017 pour avoir distribué des documents d'information sur le Falun Gong.

Chacune a été condamnée à quatre ans par le tribunal de Shijingshan en juillet 2018. Elles ont fait appel des verdicts, mais ils ont été rejetés par la cour intermédiaire n° 2 de la ville de Pékin en septembre.

Mme Jiang a été transférée de Pékin à la prison de Hankou dans la province du Hubei vers mars 2019. On ne sait pas où Mme Shan a été emmenée.

Depuis l’emprisonnement de Mme Jiang, les autorités de la prison de Hankou ont refusé que son avocat ou les membres de sa famille lui rendent visite. Son avocat a déposé une plainte auprès de l’administration pénitentiaire de la province du Hubei, mais en vain.

La sœur aînée de Mme Jiang, Mme Jiang Lianjiao, qui réside actuellement à l’extérieur de la Chine, a appelé la prison à plusieurs reprises et a posé des questions sur sa situation. Mais les gardiens ont refusé de lui fournir des informations.

Lorsque le coronavirus s'est répandu à Wuhan, la prison a arrêté toutes les visites aux détenues. Bien qu'ils aient promis de permettre aux détenues d'appeler leurs familles, ils n'ont jamais permis à Mme Jiang de le faire. Quand sa sœur a de nouveau appelé la prison, les gardiens l'ont trompée, disant qu'ils avaient mis Mme Jiang en contact avec leurs parents, alors qu'en fait ils ne l'ont jamais fait.

En même temps, la police a harcelé les parents de Mme Jiang, qui pratiquent également le Falun Gong. Les agents leur ont ordonné d’écrire des déclarations de repentir pour renoncer au Falun Gong, avant de leur permettre de rendre visite à leur fille.

Le père des sœurs Jiang, M. Jiang Qixiang, un médecin, a été condamné à deux peines de camp de travail pour un total de trois ans dans les premières années de la persécution. Sa jambe a été cassée et des dents sont tombées à cause des coups. Au moment de sa libération, il était émacié et hagard.

M. Jiang a subi un accident vasculaire cérébral en 2019 et les autorités ont continué à faire des visites à domicile pour le harceler.

Voir aussi :

Une jeune femme emprisonnée pour sa croyance se voit refuser les visites de sa famille et l'accès à des avocats

Les demandes de visite de la famille d'une jeune femme emprisonnée pour sa croyance sont rejetées

Une femme du Hebei condamnée à quatre ans pour avoir parlé ouvertement de sa croyance, sa famille harcelée pour avoir demandé à la voir

Trois jeunes Pékinoises condamnées à la prison pour avoir éveillé les consciences sur la persécution du Falun Gong

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais