(Minghui.org) Je suis arrivée aux États-Unis en 2013 et j'ai décidé d'obtenir mon diplôme de coiffeuse en 2016. J'ai trouvé une école de cosmétologie et n'ai été inscrite qu'un seul jour lorsque le directeur m'a remboursé mes frais de scolarité, car il pensait que mon anglais n'était pas assez bon pour passer l'examen. Il m'a suggéré d'aller dans une école de langues pour étudier l'anglais pendant quelques années avant de revenir.

J'avais déjà 48 ans à l'époque et je ne pouvais pas me permettre d'attendre plusieurs années pour réessayer. Je suis allée dans une autre école de cosmétologie, mais la même chose s'est produite. La directrice m'a dit que j'échouerais à l'examen à cause de mon mauvais anglais. Je l'ai suppliée de m'accepter, en lui disant : « Je n'ai pas besoin de vous pour être responsable et je vais étudier dur. » Elle m'a donc acceptée à contrecœur, en tant qu'élève plus âgée avec un anglais parlé de niveau de maternelle.

Il m'a fallu un an pour terminer l'épais livre traitant de la coiffure, de la beauté, des soins des ongles, de l'ensemble du corps humain et de la chimie, de l'électricité, etc. et j'ai obtenu mon diplôme de coiffeuse.

La directrice a été très surprise. Elle a dit qu'elle n'avait jamais rencontré une élève aussi intelligente et spéciale en vingt ans de direction d'école. Elle m'a dit qu'elle-même avait dû passer l'examen sept fois avant d'obtenir son diplôme. De nombreux élèves devaient passer l'examen plus d'une fois avant de le réussir. Il y avait même des gens qui avaient échoué l'examen plusieurs fois et qui avaient abandonné. Je sais que j'ai réussi parce que je pratique le Falun Dafa et que Maître Li, le fondateur du Falun Dafa, m'a donné la sagesse. La directrice voulait me garder dans son école pour que je donne des cours particuliers à ses élèves, mais j'ai poliment refusé.

Le Maître a dit :

« En réalité pour les choses que vous faites normalement, il y a déjà une différence avec les gens ordinaires, avec vos compétences techniques, ce sera quelque chose d'extraordinaire. » (« Enseignement de la Loi à la réunion sur la création musicale », Enseignement du Fa au séminaire sur la musique et les beaux-arts)

J'ai passé un entretien avec une grande chaîne de salons de coiffure. La responsable a été étonnée par mes compétences puisque j'étais fraîchement diplômée. Elle m'a dit : « Si vous aviez dit que vous aviez cinq ans d'expérience professionnelle, personne n'en aurait douté. » Elle m'a engagée sur le champ. J'ai passé les six mois suivants à travailler avec différents coiffeurs pour en apprendre davantage et acquérir de l'expérience.

En 2017, un client m'a dit qu'un salon de coiffure dans une petite ville était vacant. La ville était entourée de montagnes et d'eau et considérée comme historique. L'endroit avait un si beau paysage naturel qu'après vingt ans de développement, la plupart des habitants qui s'y étaient installés étaient des cadres seniors. Il s'agissait du seul salon de coiffure privé de la ville, en activité depuis cent dix ans. Après le décès du dernier propriétaire, trois ans plus tôt, personne n'avait repris l'affaire.

J'y suis allée à plusieurs reprises et j'ai finalement rencontré les propriétaires, un couple de septuagénaires de la région. Ils m'ont dit : « Vous arrivez au bon moment. Nous avons eu des entretiens avec beaucoup de personnes qui veulent louer le magasin, et vous êtes la dernière. Attendez d'avoir de nos nouvelles. » Je me suis dit : « Je suis une pratiquante et rien n'arrive par hasard. Je ne vais pas m'y attacher, je vais simplement laisser les choses se faire naturellement. »

Une semaine plus tard, j'ai reçu un appel du propriétaire : « Si vous voulez louer le magasin, il est à vous. » C'était incroyable. Je n'avais travaillé que six mois aux États-Unis et je n'avais aucune expérience des affaires ; tout s'est passé de façon si soudaine.

Dès que j'ai ouvert mon salon, j'ai su que tout était organisé de manière ordonnée. Il y avait tellement de clients ! Et quand ils entraient pour la première fois dans mon salon, j'avais à chaque fois le souffle coupé ; j'avais l'impression de les avoir déjà vus, mais je ne me souvenais plus où. Je n'étais jamais venue dans cette ville, mais leurs manières, leurs voix et leurs sourires m'étaient si familiers. J'ai compris qu'il s'agissait de personnes avec lesquelles j'avais une grande affinité prédestinée.

Il y a eu une autre chose étonnante. Mon mari et moi avions essayé d'acheter une maison et en avions visité plusieurs, mais aucune tentative n'avait réussi. Un mois seulement après l'ouverture de mon salon, mon mari est tombé sur une maison à vendre dans cette ville. Le propriétaire de la maison était en fait le dernier coiffeur qui avait travaillé dans le salon que je venais de reprendre. Il était mort six ans auparavant et sa femme avait décidé de vendre la maison. Mais quand elle l'avait mise sur le marché et que quelqu'un l'avait visitée et était prêt à payer, elle avait regretté et avait dit qu'elle ne voulait pas la vendre après tout, alors elle avait annulé l'affaire.

Trois ans ont passé. Le mois où j'ai ouvert mon salon, elle a essayé de vendre la maison à nouveau et mon mari l'a vue. L'emplacement et le prix de cette maison étaient parfaits pour nous. Lorsque la propriétaire a appris que j'étais l'actuelle propriétaire du salon de coiffure, elle m'a serrée dans ses bras et s'est écriée : « Je vous attendais donc ! C'est à vous que je vais vendre cette maison ! »

Par la suite, de nombreuses personnes m'ont dit que j'avais de la chance. J'ai compris qu'il n'y a pas de coïncidence pour les pratiquants. Tout au long du chemin, obtenir ma licence de coiffeuse, ouvrir un salon et acheter une maison : c'est mon chemin de cultivation arrangé par le Maître afin de sauver les gens ici, d'aider le Maître à rectifier le Fa et de valider le Falun Dafa.

Le Maître a dit :

« …vous devez dans n’importe quel travail dans cette société faire de tout votre cœur et de toutes vos forces pour bien faire tout ce que vous devez faire, là où vous vous trouvez vous devez être une bonne personne, il faut que dans la société on dise que vous êtes une bonne personne. » (Enseignement de la Loi au moment de la Fête de la lanterne de l’an 2003)

J'ai décoré le magasin avec des livres de Falun Dafa, des documents d'information sur la pratique et des dépliants de Shen Yun. Je passe en boucle les musiques « Pudu » et « Jishi ». Au début, il n'y avait que quelques clients par jour, mais je me suis occupée de chacun d'eux de tout mon cœur.

J'ai vite gagné en reconnaissance, et de plus en plus de clients venaient chaque jour. En moins de trois mois, mon propriétaire m'a dit : « Vous savez quoi ? Le bruit court partout que vous coupez bien les cheveux et que vous êtes une personne encore meilleure ! »

Au fil du temps, mon petit salon est devenu célèbre, et il y a une infinité de clients chaque jour. Beaucoup de gens viennent ici pleins d'admiration ; certains font deux ou trois heures de route, d'autres viennent en ferry, et même le premier coiffeur de ce salon qui était allé vivre ailleurs m'a présenté ses clients. À chaque Noël, mes clients me traitent comme leur famille, en me donnant des cartes, des cadeaux et des photos de famille.

L'âge de mes clients va d'un an à 90 ans. Parmi eux, on trouve des professeurs d'université, des directeurs d'école primaire et secondaire, des enseignants, des hommes d'affaires, des juges, des avocats, des chefs de police et des chefs des pompiers. Il y a même des camarades de classe de l'ancien président Trump, ainsi que des employés et des cadres de grandes entreprises telles que Microsoft, Boeing et Amazon.

Je peux me souvenir de ce que presque tous les clients m'ont dit sur leur famille, leur travail, et même de ce dont nous avons parlé lors de leur dernière coupe de cheveux un mois auparavant. Ils sont étonnés par ma mémoire et mes capacités de communication. Ils disent que je suis jeune, que j'ai l'air d'avoir 40 ans tout au plus. En fait, je suis dans la cinquantaine.

Je suis debout pendant sept à huit heures par jour et je clarifie la vérité à chaque client au fur et à mesure que je leur parle. Après le travail, je participe à une plateforme d'appels téléphoniques pour faire des appels de clarification de la vérité en Chine, puis je m'occupe des tâches familiales. Bien que je travaille dur, j'ai beaucoup d'énergie. Je dis que tout cela vient de ma pratique du Falun Dafa. C'est la pratique du Falun Dafa qui m'a donné un corps sain et tant de choses incroyables.

De nombreux clients écrivent toutes sortes de commentaires positifs sur mes pages Google et Facebook, disant qu'ils n'ont jamais rencontré une coiffeuse aussi bonne que moi dans leur vie, que je suis gentille, que je fais de je coupe très bien les cheveux et que mon service est amical, entre autres choses. Ils disent même qu'ils seront mes fidèles clients pour la vie.

Chaque fois qu'un nouvel arrivant s'installe en ville, il consulte le groupe Facebook local pour demander où se faire faire une bonne coupe de cheveux. De nombreuses personnes le dirigent vers mon salon.

Ma ville est une célèbre attraction touristique. Je rencontre des touristes de tous les États-Unis et du monde entier. Je ne manque aucune personne et je chéris cet environnement que le Maître m'a donné.

Au cours des trois dernières années, depuis que j'ai ouvert mon salon, j'ai gardé les enseignements du Maître à l'esprit :

« Utiliser la raison pour valider le Fa, utiliser la sagesse pour clarifier la vérité, utiliser la compassion pour que le Fa soit immensément répandu » (« Rationalité », Points essentiels pour avancer avec diligence II)

Je partage la beauté du Falun Dafa avec mes clients et je leur transmets également les nouvelles des représentations de Shen Yun dans le monde. Faisant appel à ma sagesse, je leur parle de la persécution du Falun Dafa qui a toujours lieu en Chine, de la nature maléfique du Parti communiste chinois (PCC) et de la façon dont mes parents et moi-même avons été incarcérés illégalement dans des camps de travaux forcés. Lorsque les clients partent, ils emportent des documents de Dafa avec eux.

Actuellement, je parle principalement à mes clients de la dissimulation par le PCC du virus du PCC (coronavirus) et de la catastrophe qu'il a causée dans le monde entier, je distribue des dépliants sur le mouvement pour mettre fin au PCC, je collecte des signatures sur des pétitions et je montre parfois de courtes vidéos. Je profite de chaque occasion pour partager davantage d'informations avec les Américains au grand cœur qui entrent en contact avec moi ; ils partagent également ces informations de leur propre chef.

Un jour de Halloween, les commerces de la ville ont tous distribué des bonbons. Les gens allaient et venaient ce jour-là, et j'ai distribué des bonbons aux enfants et des documents de clarification de la vérité à leurs parents. Certains d'entre eux ont été bouleversés et en larmes. Certains ont demandé : « Comment puis-je vous aider ? » Ils m'ont également appris les traditions américaines et le désastre que le PCC a apporté au monde.

Un professeur d'histoire d'un lycée m'a dit qu'il avait enseigné à ses élèves la persécution du Falun Dafa en Chine à de nombreuses reprises ; un autre juge emporte toujours des documents sur Dafa quand il sort, disant qu'il les montrera à ses collègues ; un autre professeur de lycée a dit : « N'ayez pas peur. Si le PCC vient vraiment vous embêter, je peux vous aider à vous cacher. Vous êtes ici chez vous. Cette ville vous aime ! Nous avons besoin de vous ! » Un client âgé qui est pharmacien a regardé un tract appelant à la fin du PCC et m'a regardé très solennellement en disant : « Je vous respecte vraiment ! Merci de faire ça ! » Et il a demandé à lire un livre de Dafa. Je lui ai prêté le livre Falun Gong.

En décembre 2020, il y avait deux clients, l'un avec un doigt cassé et l'autre venait de subir une opération du genou et se déplaçait en béquilles. Ils ont signé une pétition demandant la fin du PCC et ont appris la vérité sur la persécution. Je leur ai donné de petites fleurs de lotus et leur ai dit de réciter sincèrement les mots « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » qui étaient écrits sur les fleurs. Je leur ai dit que ces mots leur apporteraient la bonne fortune.

Un mois plus tard, lorsqu'ils sont revenus se faire couper les cheveux, ils m'ont dit avec enthousiasme : « C'était vraiment incroyable ! Quand j'ai dit les mots à voix basse, j'ai ressenti une forte énergie et je n'ai plus eu mal - et j'ai récupéré rapidement. Je vais continuer à les dire. »

En raison de la pandémie, de nombreux salons de coiffure ont été touchés à des degrés divers, et certains ont même fermé définitivement. Mais ma petite boutique se porte mieux que jamais, avec de nouveaux clients chaque jour. Je sais que le Maître les envoie vers moi pour entendre la vérité.

Mon salon s'est tellement développé que j'ai dû embaucher un deuxième coiffeur. Mon nouvel employé était le directeur de la chaîne de salons de coiffure où j'avais travaillé pendant treize ans. Il a renoncé à ses 5000 dollars d'honoraires et est venu dans mon salon. Il est entré et a dit : « Il y a une bonne énergie dans ce salon. » En seulement deux mois, il a vu que j'étais différente et a dit que j'étais une référence pour lui, en tant qu'Américain. Qu'il s'agisse de la façon dont je coupais les cheveux, de la rapidité avec laquelle je travaillais, de la façon dont je m'occupais des affaires ou de la façon dont j'interagissais avec mes clients, il était émerveillé. Et ce qui était encore plus incroyable pour lui, c'était que mon chiffre d'affaires en une seule journée était supérieur à celui de deux ou trois stylistes de son ancienne chaîne de magasins. Il lit maintenant le livre Falun Gong.

Un jour, par courtoisie, je lui ai demandé de faire passer de la musique américaine légère. Mais dès que les clients sont entrés, ils ont demandé : « Où est ma musique ? » en faisant référence à « Pudu » et « Jishi ». De nombreux clients disent qu'ils viennent ici non seulement parce que je leur coupe bien les cheveux, mais aussi parce que l'endroit les fait se sentir bien.

Du point de vue de la cultivation, non seulement mes compétences en matière de coupe de cheveux sont excellentes, mais en tant que pratiquante, mon corps dégage une énergie positive, et cette énergie positive imprègne tout ce que je fais.

Le Maître a dit : « La lumière de Bouddha illumine tout, bienséance et loyauté rayonnent harmonieusement.» (Troisième Leçon, Zhuan Falun)

Ceux qui viennent se faire couper les cheveux peuvent ressentir la beauté du Falun Dafa à travers mon service.

Le propriétaire d'une entreprise de pièces d'avion m'a dit qu'il avait décidé de vendre sa très bonne entreprise et de déménager dans un autre État parce que les résultats des élections américaines le rendaient très triste. Au moment de partir, il s'est assuré que nous avions les coordonnées l'un de l'autre et a dit : « Je reconnais vraiment votre croyance dans le Falun Dafa. N'oubliez pas, chaque fois que vous priez (émettez la pensée droite), emmenez-moi avec vous, et je serai juste à côté de vous en train de prier avec vous pour la justice et pour l'avenir de l'Amérique ! » Je suis vraiment heureuse du choix que font les gens après avoir compris la vérité.

De temps en temps, je rencontre des Chinois et je leur donne des exemplaires des Neuf commentaire et du But ultime du communisme. Ils ne s'attendent pas à ce qu'il y ait des gens qui pratiquent le Falun Dafa dans une ville isolée au fin fond des États-Unis, et ils sont surpris de constater que nous ne sommes pas comme le méchant PCC le prétend. Certains d'entre eux ont compris la vérité et ont accepté de quitter le PCC et de ses organisations affiliées.

Il y a tellement de choses touchantes qui se passent chaque jour dans mon petit salon de coiffure que je ne peux pas toutes les raconter. Mon mari (un Américain) a dit en plaisantant : « Ce n'est pas un salon de coiffure, c'est un magasin d'information sur le Falun Dafa ! » De nombreuses fois, quand je coupe les cheveux, je vois des passants s'arrêter pour regarder les dépliants affichés sur ma fenêtre appelant à la fin du PCC. Je leur donne immédiatement les dépliants et continue à couper les cheveux. Un client m'a dit une fois en plaisantant : « Vous êtes si dévouée ! »

Chaque fois que je vois mes clients partir avec des documents de clarification de la vérité dans les mains et des petites fleurs de lotus, mon cœur est rempli d'une gratitude infinie envers le Maître !

Toutes les personnes avec lesquelles je suis en contact dans ma vie et mon travail sont des Occidentaux. Habituellement, je porte sur moi toutes sortes de documents sur le Falun Dafa. Partout où je vais, je répands la vérité, que ce soit lorsque je fais des courses, que je fais le plein de ma voiture ou que je rencontre un dentiste sur la route.

Une fois, mon mari conduisait au-dessus de la limite de vitesse et a reçu une contravention. Nous avons dû nous rendre au tribunal et, en entrant, j'ai donné à un agent de la sécurité un dépliant sur le Falun Dafa et un autre sur « La fin du PCC ». Lorsque nous avons terminé et que nous sommes sortis, l'homme m'a saluée très chaleureusement et m'a parlé pendant un long moment. Il a dit qu'il avait lu les informations et qu'il avait déjà signé la pétition en ligne. Il a également dit que sa femme parlait d'apprendre une méditation orientale. Lorsque nous sommes partis, mon mari m'a dit en plaisantant : « Ce n'était pas une perte de temps ! »

Le jour de l'anniversaire du Maître en 2020, lorsque nous avons partagé avec des compagnons de cultivation sur la plateforme téléphonique, nous avons dit que nous étions reconnaissants pour le salut compatissant du Maître ! Nous avons chéri notre destin sacré et avons promis de maintenir notre groupe d'étude du Fa. Je suis reconnaissante envers le Maître de m'avoir donné l'opportunité de cultiver dans cet environnement spécial.

En ce moment critique de l'histoire de la rectification de Fa du cosmos, je veux chérir davantage chaque jour et me cultiver solidement. Où que je sois, je garderai Dafa dans mon cœur et n'oublierai jamais ma mission. J'aiderai plus de gens à comprendre la vérité sur le Falun Dafa à travers mon travail.

Ce qui précède est mon expérience de cultivation au cours des trois dernières années. S'il y a quelque chose d'inapproprié, veuillez le signaler avec compassion.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais