(Minghui.org) Les pratiquants de Falun Dafa en Australie-Méridionale ont tenu une conférence de partage d'expériences dans la capitale, Adélaïde, le 12 septembre 2021. L'événement a eu lieu dans une salle à Fullarton, une banlieue d'Adélaïde. Neuf anciens et nouveaux pratiquants ont parlé de leurs expériences récentes et ont partagé des histoires touchantes sur leur cultivation du Falun Dafa.

Les pratiquants de Falun Dafa en Australie-Méridionale ont tenu une conférence de partage d'expériences à Adélaïde le 12 septembre 2021.

Clarifier la vérité dans des régions rurales pendant la pandémie

M. Yu a parlé de son expérience de distribution de documents d'information sur Dafa dans les villes et villages du sud de l'Australie. Il a dit qu'en janvier de cette année, les pratiquants ont formé un petit groupe, se sont rendus dans les zones rurales et ont mis des informations en anglais sur le Falun Gong dans les boîtes aux lettres de chaque famille ou devant leur porte d'entrée. Ils ont fait cela pendant plus de huit mois et ont livré 55 000 journaux. Ils partaient après 3 heures du matin, bravant la chaleur torride de l'été et les froids matins d'hiver.

Parlant de leur séjour à Port Lincoln, une ville située à plus de 700 km d'Adélaïde, M. Yu a partagé : « Il a plu à verse les quelques jours où nous sommes restés à Port Lincoln. Tout le monde a participé et a acheté des vêtements de pluie. Chaque fois que la pluie s'arrêtait, nous déposions les journaux et distribuions les informations à chaque foyer de Port Lincoln. Le dernier jour, la pluie s'est arrêtée et le ciel s'est dégagé alors que nous avions déposé des documents de Dafa dans chaque boîte aux lettres – un soleil éclatant est apparu. Sur le chemin du retour, nous avons vu un magnifique halo dans le ciel. Nous savions que c'était le Maître qui nous encourageait. »

Il a poursuivi : « Nous avons acheté quatre bicyclettes électriques pour accélérer les choses. Après avoir roulé toute la journée, nous avions mal aux muscles. Je pense personnellement que nous avons pu poursuivre ce projet jusqu'à aujourd'hui grâce à notre foi en Dafa et au fait d'avoir atteint un bon état de cultivation. »

Mme Chen, une ancienne pratiquante, a aidé à distribuer des journaux à Port Lincoln. « Au début », a-t-elle dit, « j'étais découragée par la pensée de la longue distance et par mon âge avancé. D'habitude, je ne distribuais les journaux que pendant une demi-journée, mais cette fois, j'allais devoir le faire pendant plusieurs jours. C'était ma peur des difficultés et mon attachement au confort. Un membre de ma famille, qui est aussi un pratiquant, m'a dit que je ne devais pas laisser passer une telle occasion. En effet, comment puis-je m'attendre à ce que les choses soient faciles lorsqu'il s'agit de sauver les êtres ? »

« Nous avons bien travaillé les uns avec les autres pendant plus de trois jours. Les pratiquants ont tout bien organisé et ont coopéré les uns avec les autres. Chaque fois que nous retournions à notre logement après avoir distribué les documents, nous nous réchauffions rapidement. Ensuite, nous étudiions le Fa et faisions les exercices. J'avais l'impression d'avoir beaucoup de temps et j'ai rapidement retrouvé mon énergie. Il semblait que le Maître s'occupait constamment de nous. »

M. Ma est un jeune pratiquant qui a récemment rejoint la période de la rectification du Fa. Il a réalisé qu'il devait chérir l'opportunité de la cultivation pendant cette période historique. Il est devenu plus paisible et ne s'est plus senti affecté par les choses banales et ennuyeuses qui le dérangeaient auparavant. Il était capable de s'abstenir de s'emporter lorsqu'il réprimandait ses enfants, et il restait calme lorsqu'il était traité avec méchanceté.

Il a également parlé de l'abandon de l'attachement au confort. Il s'est joint aux pratiquants lorsqu'ils se rendaient dans les zones rurales pour distribuer des documents tôt le matin.

Une fois, il s'est foulé la cheville. Malgré la douleur, la première pensée qui lui est venue à l'esprit a été l'enseignement du Maître :

« Nous disons que le bien ou le mal surgit d’une seule pensée... » (Quatrième leçon, Zhuan Falun)

« Je vais bien », a-t-il pensé. « Je suis en train de clarifier la vérité et ma jambe ira bien, car je dois finir ma distribution cet après-midi. » Lorsqu'il a bougé, il a senti que sa jambe ne lui faisait plus mal. C'était comme si sa jambe était immergée dans de l'eau chaude ; elle était chaude au toucher et les choses sont revenues à la normale une fois que la chaleur s'est lentement dissipée. Il a été stupéfait de la puissance de Dafa.

M. Ma a dit : « Je ne peux pas laisser tomber le Maître. Je dois cultiver avec diligence à l'avenir, bien faire les trois choses, et bien avancer sur mon chemin de cultivation. »

Éliminer l'attachement au confort

Mme Wen, qui vit en Australie depuis neuf ans, a partagé son expérience de différents déplacements professionnels, comment elle s'était forgée face aux hauts et bas de la vie, et comment elle avait mûri progressivement dans la cultivation.

Son employeur l'a envoyée travailler dans un pays d'Asie du Sud-Est, où elle a mené une vie confortable pendant plusieurs années. Elle s'est relâchée dans la cultivation. Elle ne s'est guère jointe aux pratiquants à l'étranger pour des activités de sensibilisation à la persécution en Chine. Après avoir obtenu un visa d'immigration pour l'Australie, elle est d'abord allée à Adélaïde. Elle a rencontré des pratiquants qui clarifiaient la vérité en faisant du shopping dans le quartier chinois. Elle a déclaré : « J'ai alors été ramenée par le Maître sur le chemin de la cultivation de la période de la rectification du Fa. »

Elle a rejoint le bureau local du média Epoch Times et a commencé à relire et à traduire des articles d'actualité, ainsi qu'à concevoir des publicités. Elle a ensuite assumé d'autres rôles, comme la mise en page du journal, la gestion des documents et la livraison des journaux. En plus de cela, elle avait un travail très prenant. C'était comme si elle passait d'un monde confortable à un monde de difficultés. Elle a remercié le Maître pour cet arrangement, car il l'a aidée à rattraper le temps perdu.

Mme Wen a continué à traduire des reportages pour Epoch Times en langue chinoise malgré les changements ultérieurs dans son travail et son environnement de vie. Elle s'est rendu compte qu'elle avait toujours bénéficié de ce processus. Elle a déclaré : « En lisant les nouvelles, j'ai appris à comprendre la société australienne. Mes compétences linguistiques se sont améliorées lorsque j'ai traduit les articles et mon caractère s'est renforcé lorsque j'ai surmonté les difficultés. J'ai pu accomplir mes vœux grâce à ma participation aux projets de Dafa. C'est notre Maître compatissant qui, par sa souffrance, nous aide dans notre cultivation et nous aide à sauver les êtres. »

Clarifier la vérité aux élus

Mme Zhang est une jeune pratiquante qui a suivi ses parents dans la pratique depuis sa jeunesse. Elle a raconté qu'elle trouvait la cultivation parfois difficile, mais que le plus souvent, elle ressentait de la joie après avoir fait des progrès et en voyant qe les êtres étaient sauvés. Plus important encore, elle avait le sentiment que le Maître était toujours à ses côtés, veillant sur elle et lui donnant des conseils.

Avec un travail à plein temps, il semblait qu'elle ne pouvait pas trouver le temps de clarifier la vérité aux hommes et aux femmes politiques. Cependant, Mme Zhang a dit qu'elle avait surmonté sa paresse et rejoint ce projet. Lorsqu'elle a dit à son responsable qu'elle devait prendre un congé pour parler de la persécution en Chine à un député, celui-ci lui a immédiatement dit : « Bon travail ! »

Mme Zhang a parlé d'une expérience récente alors qu'elle assistait à une conférence donnée par un député fédéral. Le fonctionnaire a choisi sa question pendant la session de questions-réponses. Elle a donc eu l'occasion de s'exprimer. Toutes les personnes présentes ont écouté en silence, et le fonctionnaire a déclaré qu'il allait lire attentivement les informations qui lui avaient été données et qu'il prévoyait d'en apprendre davantage sur le Falun Gong. Plusieurs personnes ont posé des questions sur la pratique après l'événement. Mme Zhang et le pratiquant qui l'accompagnait ont saisi l'occasion pour clarifier la vérité. Après l'événement, le pratiquant a réussi à obtenir un rendez-vous pour rencontrer le fonctionnaire une deuxième fois et lui en dire plus.

Mme Zhang a conclu dans son témoignage : « J'ai l'impression que tout est fait par le Maître. Il nous suffit d'ouvrir la bouche et de bouger nos jambes. Le Maître a tout préparé pour nous ! »

Bien agir dans un projet de média après avoir trouvé le bon point de départ

Mme Lu a partagé son expérience du lancement d'un projet médiatique. Sa jalousie, sa tendance à se vanter, son orgueil et d'autres attachements ont été mis en évidence. Ces éléments ont entravé son élévation dans la cultivation et empêché le projet d'avancer. En étudiant le Fa avec diligence et en lisant les enseignements du Falun Dafa, elle a retrouvé la pensée droite.

Elle a expliqué que lorsqu'elle a réalisé qu'elle devait se débarrasser de sa jalousie, elle a vu de nombreuses vertus chez le pratiquant dont elle était jalouse. Elle a également constaté qu'elle n'avait que certaines compétences en matière de montage et qu'elle devait s'améliorer dans les domaines de l'analyse des informations et de l'écriture de scénarios. Lorsqu'elle a laissé tomber sa jalousie, la fatigue et l'anxiété qu'elle ressentait lors de la production de vidéos ont disparu. Elle s'est sentie à nouveau enveloppée par une sensation de chaleur. Elle ne se concentre plus sur ce qu'elle doit faire et suit plutôt une formation de base en médias sans chercher à se faire une réputation.

Devenir plus diligent dans la cultivation

Kon, un pratiquant vietnamien, a déclaré qu'il était très inspiré et encouragé par les échanges des pratiquants. Il a beaucoup appris en observant comment chacun formait un seul corps et travaillait dur sur des projets de clarification de la vérité.

« Il n'y a pas de limite au niveau que vous pouvez atteindre dans la cultivation », a-t-il dit. « J'ai beaucoup appris des partages des anciens pratiquants, de la façon de vraiment regarder à l'intérieur, de se débarrasser de ses attachements et de vouloir constamment éveiller la conscience des gens. Je dois saisir le temps pour faire les trois choses que le Maître nous a demandé de faire. J'ai aussi appris comment écrire un article de partage en participant à cette conférence. La prochaine fois, je dois aussi écrire un article de partage. »

D'autres pratiquants ont dit avoir ressenti dans chaque partage la détermination à éliminer les attachements et à chérir l'opportunité de cultiver et de sauver les êtres. Ils ont dit qu'ils ne laisseraient pas tomber le Maître.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais