(Minghui.org) « Le virus m’a rendue extrêmement faible. Je n’avais jamais eu une fièvre aussi élevée auparavant, 410 C, et ma toux était pire que celle de mon mari et de mon fils qui étaient également infectés. J’ai essayé de me lever et de marcher, mais je me suis effondrée immédiatement. » Ce sont les phrases prononcées par Silke Wagner en faisant référence au moment où elle a été infectée par le variant Delta de la COVID-19 à la mi-novembre 2021.

Elle expliqué : « J’ai demandé à mon mari ce qu’il fallait faire et il m’a suggéré de réciter les paroles “Falun Dafa est bon et Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon”. J’ai suivi son conseil et j’ai répété ces phrases encore et encore. Au fil des jours, mon état s’est amélioré. »

Ne prenant aucun médicament, c’est le moyen qu’elle utilisé pour que sa maladie s’atténue progressivement. Silke est maintenant complètement rétablie et a repris son travail.

Elle a dit qu’elle ne croyait pas qu’en récitant les deux phrases cela la guérirait de la COVID-19. De ce fait, elle est devenue une pratiquante comme son mari Rainer Wagner, elle a rejeté son athéisme de longue date et s’est tournée vers le Falun Dafa.

Silke et Rainer Wagner

Trois personnes d’une même famille infectées

Vivant en Bavière, dans le sud-est de l’Allemagne, Silke et son mari Rainer travaillent tous deux comme inspecteurs de sécurité à l’aéroport de Munich. Ils ont trois fils et Rainer pratique le Falun Dafa depuis plus de dix ans. Leur plus jeune fils, Marcel, a commencé à pratiquer il y a deux ans.

Le 10 novembre 2021, lorsque Marcel, 18 ans, a passé un test PCR à l’école, il s’est révélé positif au variant Delta. Ses parents ont bientôt été testés positifs également.

Le premier à présenter des symptômes fut Rainer, suivi de Marcel. Tous deux sont restés au lit à la maison pendant cinq jours à cause de la fièvre, des maux de tête et des maux de gorge. Le troisième jour, Rainer a pu sortir du lit et pratiquer les exercices de Falun Dafa. Il s’est complètement rétabli en quelques jours. Marcel s’est également rétabli rapidement. Pendant ces jours-là, Silke s’était occupée d’eux.

Impuissante comme un nourrisson

Une semaine plus tard, Silke s’est effondrée. Rainer l’a emmenée à l’hôpital, qui était vraiment bondé. On lui a ensuite demandé de rentrer chez elle et de se mettre en quarantaine. Elle se souvient : « À ce moment-là, mon mari allait beaucoup mieux. Il m’a donc aidée à manger, à boire et à me changer. »

Allongée dans son lit, Silke se sentait très faible et ne pouvait pas se lever. Elle a dit : « Lorsque j’essayais, je sentais que mon système cardiovasculaire n’y arrivait pas, je finissais par tomber par terre ou j’avais besoin de l’aide de Rainer. C’est-à-dire que je ne pouvais pas me déplacer toute seule. Avec une fièvre de 410 C, j’étais aussi impuissante qu’un bébé et à l’article de la mort. »

Désespérée, elle a demandé à son mari : « Que dois-je faire ? » Rainer lui a parlé du Falun Dafa, un système de méditation qu’il connaît bien et qui enseigne aux gens à s’améliorer tant physiquement que mentalement.

Rainer lui a demandé : « Il existe de nombreux exemples de personnes qui ont été bénies pour avoir récité sincèrement Falun Dafa Hao (Falun Dafa est bon) et Zhen-Shan-Ren Hao (Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon). » Silke a écouté ses conseils et progressivement, son état s’est amélioré.

Après sa guérison, Rainer lui a dit qu’elle avait marmonné continuellement les deux phrases même lorsqu’elle était fiévreuse et à moitié réveillée.

Silke était d’accord. Elle a dit : « Je pouvais sentir que mon état s’améliorait lorsque je récitais ces mots. Mon esprit était toujours occupé à penser à toutes sortes de choses. Cette fois, je pouvais dire que mon esprit était clair et, plus important encore, que je pouvais bien dormir. »

La compassion au-delà des mots

Silke se rappelle que, alors qu’elle continuait à répéter les deux phrases, une nuit, elle a vu M. Li Hongzhi, le fondateur du Falun Dafa. Elle a expliqué : « Ce ne fut qu’un bref instant et il me souriait. Après un moment, il a disparu. »

Allongée dans son lit, Silke était très surprise. Elle a ajouté que Maître Li était assis sur un trône de lotus. Elle a dit : « Sa compassion est au-delà des mots et il y avait une lumière vive autour de lui. »

Silke a continué à réciter les deux phrases et elle a demandé si Rainer pouvait lui lire le Zhuan Falun car elle voulait en savoir plus.

Ce n’était pas la première fois que Silke s’intéressait au Falun Dafa. Il y a plus de dix ans, lorsque Rainer a commencé à pratiquer, elle avait également lu le Zhuan Falun. Mais elle s’était arrêtée à la Deuxième Leçon. Elle a également essayé de faire les exercices, mais seulement brièvement.

Mais cette fois-ci, c’était différent, bien qu’elle ne puisse pas expliquer pourquoi. Elle a poursuivi : « En voyant le Maître, j’ai été profondément touchée, c’était très personnel, comme si le Maître était là à prendre soin de nous – mon cœur était rempli de chaleur et d’assurance. »

Ensuite, elle a demandé à Rainer de lui apprendre les exercices. C’était comme si un cœur incertain avait enfin trouvé un foyer.

La croyance dans la bonté

Née à Dresde, dans l’ancienne Allemagne de l’Est, Silke était athée. Son grand-père ayant de nombreux parents en Bavière, la famille a demandé à rendre visite à ses proches en Bavière, dans ce qui était alors l’Allemagne de l’Ouest. Au fil des ans et à plusieurs reprises, leur demande a été rejetée. En 1984, ils ont finalement obtenu l’autorisation, Silke avait alors 11 ans.

Son déménagement en Allemagne de l’Ouest ne l’a pas fait changer d’avis pour autant. Elle est restée athée. Elle n’a eu aucun problème à accepter le Falun Dafa, en voyant la bonté et les améliorations chez son mari grâce à sa pratique. Elle a expliqué : « Mon mari est une bonne personne. J’ai confiance en lui et en ce qu’il croit. »

Son expérience de la COVID lui a fait voir les choses sous un jour différent. Elle a réalisé que le Falun Dafa est plus important que ce qu’elle avait compris auparavant. Quand elle a pu s’asseoir, elle a demandé à Rainer un exemplaire du Zhuan Falun. Tous les jours, ils l’ont lu ensemble avec leur fils Marcel.

Petit à petit, sa toux s’est arrêtée et la fièvre a diminué. Mais elle était encore un peu faible et ne pouvait pas faire de jogging comme elle le faisait auparavant. Mais après avoir fait deux fois les exercices de Falun Dafa avec Rainer et Marcel, Silke a su qu’elle avait retrouvé toutes ses forces. Elle est maintenant retournée au travail.

Silke est maintenant heureuse et en bonne santé

Profonde reconnaissance

La lecture du Zhuan Falun apporte à Silke une paix intérieure. Elle a dit : « Mon expérience me dit que tout ce qui est décrit dans le livre est vrai. »

Les symptômes de Marcel n’étaient pas si graves et il s’est rétabli rapidement. Dans le passé, il suivait occasionnellement son père pour faire les exercices ou lire les livres de Falun Dafa. Cette fois-ci, en voyant le rétablissement miraculeux de sa mère, il a été impressionné et tous les jours, il se joint à ses parents pour lire le Zhuan Falun.

En tant que pratiquants, tous trois discutent souvent comment appliquer le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance dans ce qu’ils rencontrent au quotidien. Chacun d’entre eux a pu identifier les points à améliorer. Silke se souvient avec un certain soulagement : « Ce n’était pas comme ça dans le passé – les conflits pouvaient devenir très intenses. »

Les vœux de Silke et Marcel à M. Li Hongzi, le fondateur du Falun Dafa

C’est pourquoi la famille Wagner est très reconnaissante envers M. Li. Silke et Marcel dans leurs vœux du Nouvel An ont écrit à M. Li : « Merci de veiller sur nous pendant les moments difficiles. Merci pour vos bénédictions, votre protection et votre soutien. »

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits dauteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et dun lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais