(Minghui.org) Mon père a été filmé par les caméras de surveillance alors qu’il distribuait des documents clarifiant les faits et on l’a suivi pendant quelques mois avant de l’arrêter.

Quand j’ai appris cela, ma première pensée a été ce que le Maître a écrit :

« [..] un cœur sans agitation peut dominer dix mille agitations. » (« Éliminer le dernier attachement », Points essentiels pour avancer avec diligence II)

Même si les forces anciennes ont profité des lacunes de mon père, nous ne devrions pas reconnaître cette persécution.

Pendant le processus pour sauver mon père, j’ai identifié de nombreux attachements que j’avais ignorés jusque là. J’ai réalisé que je devais élever mon état de cultivation. Dans ce processus, j’ai transformé cette mauvaise situation en une bonne chose.

Éliminer ma peur

Après l’arrestation de mon père, je me suis laissé envahir deux fois par la peur. La première fois, c’était lorsque ma mère (qui est aussi pratiquante) est allée d’elle-même au poste de police. J’ai émis la pensée droite pour elle pendant que j’attendais. Comme elle ne m’avait pas contactée jusque tard dans la nuit, à cause de ma peur, j’ai pensé qu’on l’avait arrêtée.

Elle a expliqué que cela lui avait pris beaucoup de temps parce qu’il y avait des travaux sur la route. Les lumières étaient très faibles et elle a dû pousser son vélo jusqu’à la maison, ce qui lui a pris deux heures de plus.

Une autre fois, c’est lorsque mon père a été retenu au poste de police, j’ai passé rapidement les numéros de téléphone du poste de police à l’équipe locale pour qu’on lui vienne en aide. Comme mon père était le seul à être détenu là-bas, j’avais peur que les agents ripostent et aillent fouiller le domicile de mes parents où il y avait des livres de Dafa et des photos du Maître. Plus tard, quand j’ai partagé mes soucis avec les autres pratiquants, ils m’ont dit qu’ils doutaient fortement que ces policiers reviennent, car ils avaient déjà confisqué tout ce dont ils avaient besoin.

J’ai commencé à regarder en moi pour voir pourquoi j’avais cet attachement à la peur. J’ai réalisé que cette peur grandit lorsque nos propres pensées vagabondent et ne sont pas dans le Fa. Par exemple, lorsque ma mère est rentrée tard, j’ai commencé à penser qu’il lui était arrivé quelque chose de mal. Mes parents ont des documents d’information à la maison, alors j’étais inquiète que la police vienne encore une fois fouiller leur domicile. J’ai considéré cette question du point de vue d’une personne ordinaire.

J’ai lu un article d’un pratiquant qui mentionnait que certains pratiquants avaient des symptômes de maladie. Lorsqu’ils avaient des symptômes qui ressemblaient à certaines formes de maladies, cela leur arrivait d’entendre ou de lire sur les graves conséquences de cette maladie. Plus ils y pensaient, plus ils avaient l’impression d’être atteints de la maladie. C’est ainsi qu’ils ont peu à peu eu peur.

Dans le Zhuan Falun, le Maître a mentionné le cas d’une personne qui est décédée après qu’on a eu égratigné son poignet. J’ai pensé que le Maître a dit cela pour nous mettre en garde contre les pensées irrationnelles. Le point de départ montrait que l’on ne se considérait pas comme un pratiquant. Quand on ressent de la peur, il ne faut pas suivre ses mauvaises pensées et les laisser prendre le dessus. Au contraire, nous devrions essayer de les arrêter, d’analyser la situation de façon rationnelle et de la gérer selon le Fa.

Éliminer mon attachement à l’égoïsme

La première fois que mon père a été arrêté, j’ai lu plusieurs fois les conférences où le Maître mentionnait la pensée droite. J’ai émis chaque jour intensément la pensée droite. J’ai aussi demandé aux pratiquants d’aider en émettant la pensée droite pour éliminer les interférences dans la région de mes parents. Lorsque j’ai consulté Justice Online, un pratiquant m’a rappelé de me concentrer à sauver la police, le parquet et le personnel du système judiciaire. Ce n’est qu’alors que j’ai réalisé que je ne me concentrais qu’à obtenir la libération de mon père et que mon intention de départ n’était que pour moi-même.

J’ai réalisé également que cet égoïsme provenait de la sentimentalité. Si je considérais le fait de sauver les personnes impliquées dans l’arrestation de mon père comme priorité absolue, la persécution se démantèlerait. Dans le but de sauver les agents de police impliqués, en plus de demander à l’équipe de téléphone de clarifier les faits à grande échelle, je leur ai écrit une lettre mentionnant la situation de ma famille. J’ai aussi travaillé avec nos pratiquants de la région pour rédiger une lettre aux habitants de ma ville natale et à la distribuer largement.

Profiter de chaque occasion pour clarifier les faits

J’enseigne le chinois dans une école. Bien que j’aborde de temps en temps le sujet des droits de l’homme dans mes cours, je me suis dit : « La situation de ma famille n’est-elle pas une excellente occasion de clarifier les faits aux gens ? » Après l’arrestation de mon père, j’ai immédiatement pensé à utiliser cette situation pour clarifier les faits en profondeur auprès de mes élèves.

J’ai dit à mes élèves : « Aujourd’hui, je vais vous donner un cours spécial. Je vais vous parler de ce qui arrive à ma famille en Chine. »

J’ai commencé à parler de la Révolution culturelle que mes parents ont traversée. Puis je leur ai parlé de la façon dont le qigong a commencé à se répandre et comment plus tard le Falun Gong a été introduit. Je leur ai aussi passé la vidéo de présentation du Falun Dafa. Je leur ai raconté comment mon père a commencé à pratiquer à l’époque et comment il a retrouvé la santé. J’ai dit à mes étudiants que c’était en raison de sa popularité que le Falun Dafa est persécuté en Chine et leur ai parlé du coup monté de « lincident des auto-immolations » orchestré par le Parti communiste chinois (PCC). J’ai aussi passé le documentaire « La persécution du Falun Gong ».

J’ai mentionné l’exposition des corps plastifiés qui s’est tenue dans notre région et j’ai parlé du prélèvement d’organes sur des personnes vivantes, et de la réaction des gouvernements.

J’ai raconté que ma mère avait toutes sortes de maladies, mais qu’elle n’avait pas commencé à pratiquer avec mon père. Quand elle est sortie de Chine pour venir me voir, elle a fait tout à coup une rechute. Comme elle n’était couverte par aucune assurance maladie, elle craignait de devoir supporter des frais médicaux élevés. Elle a commencé à réciter sincèrement « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ! » et, le lendemain, elle allait bien.

Elle a décidé de commencer à pratiquer le Falun Dafa. J’ai dit à mes étudiants que si la persécution n’avait pas eu lieu, n’aurait-il pas été mieux pour les gens d’avoir une autre façon de rester en bonne santé ? S’il n’y avait pas de censure de l’information en Chine, est-ce que cette persécution aurait pu durer si longtemps ? Est-ce qu’il aurait été possible de dissimuler la pandémie du coronavirus ?

Je leur ai dit que mes parents savent que le Falun Dafa donne de l’espoir et que c’est pour cette raison que mon père a distribué des documents d’information.

Mes 300 élèves ont tous réagi positivement. Par la suite, ils ont continué à me poser des questions sur la situation de mon père. Ils ont également commencé à prêter attention aux questions relatives aux droits de l’homme. Lorsque mon père a été libéré sous caution pour des raisons médicales et qu’il est rentré chez lui, j’ai raconté à mes élèves ce qu’il avait vécu dans le centre de détention.

Comme c’était arrivé à ma famille, c’était facile pour moi d’aborder le sujet. J’ai clarifié les faits à tous ceux à qui je pouvais penser. Le résultat a été positif. Les gens qui connaissaient la vérité ont aidé à trouver des idées, puis ont continué à diffuser la vérité.

Je connais une enseignante d’anglais qui s’appelle Alice (alias). Elle suivait des cours de chinois à l’institut Confucius. Elle a mentionné que ses professeurs de chinois soutenaient le PCC, alors je lui ai donné une copie d’EpochTimes.

Cette année, après la levée du confinement, elle m’a dit qu’elle avait cessé d’apprendre avec ses anciens professeurs. Elle s’est réunie avec quelques bons amis et a voulu suivre des cours de langue avec moi. Lorsque je leur ai expliqué les faits concernant le Falun Dafa, elle a dit : « Je sais que le PCC a très peur du Falun Dafa. Le Falun Dafa est vraiment merveilleux. » Elle a parlé aux autres des prélèvements forcés d’organes effectués par le PCC sur les pratiquants de Falun Dafa détenus illégalement.

L’un d’eux a dit : « J’ai vu plusieurs fois le Falun Dafa dans différents pays. Cette fois, je comprends vraiment ce que c’est. » Les autres ont dit : « Nous aimerions apprendre le Falun Dafa avec vous. » Lorsque quelqu’un ne connaissait pas Epoch Times, Alice leur disait : « C’est un journal indépendant et non censuré qui ne rapporte que des informations véridiques. »

Revoir mon état de cultivation

Lorsque j’émets la pensée droite, je sais que sa puissance reflète mon état de cultivation. Je savais que je devais revoir mon état de cultivation. Je n’arrivais pas à émettre la pensée droite le matin. Parfois, je ratais mon réveil. Lorsque je manquais d’émettre la pensée droite au travail, je ne la rattrapais jamais plus tard. J’avais aussi des envies de nourriture délicieuse. Lorsque j’étais fatiguée, au lieu de faire les exercices, je faisais une sieste. Parfois, je continuais à regarder des vidéos en ligne. Je n’étais pas diligente dans ma cultivation. J’ai décidé de corriger mon état de cultivation.

J’ai commencé par me réveiller quelques minutes avant l’heure d’émettre la pensée droite. J’ai réussi à l’émettre aux quatre moments fixés et j’ai ajouté deux moments supplémentaires. J’ai également cessé d’être attachée à ce que je mangeais. Pendant le mois où mon père était détenu, je mangeais souvent des aliments simples comme du tofu et des légumes. Maintenant, quand je me sens fatiguée, je fais les exercices.

J’ai arrêté de regarder des vidéos en ligne et j’ai été immédiatement plus efficace. J’ai pu poursuivre les projets et les activités locales auxquels je participais. Si je pouvais me conformer à cela, mon état de cultivation s’élèverait encore plus.

La cultivation signifie se cultiver soi-même

Lorsque mon père était détenu, j’ai parlé chaque jour à ma mère. Je lui ai dit comment je m’étais éveillée sur ce point, ce que j’apprenais des articles d’échanges sur le site Minghui ainsi que de certaines connaissances juridiques pertinentes pour renforcer sa pensée droite.

En ce qui concerne l’arrestation de mon père, beaucoup de policiers ont enfreint la loi. Mais comme nous ne connaissions pas les lois, nous n’avions pas compris. Après le retour de mon père à la maison, j’ai partagé certaines de mes compréhensions. Mes parents ont accepté la plupart de ces compréhensions, mais ils ont trouvé certaines des choses que je suggérais trop difficiles à faire. J’ai toujours eu de grandes attentes à leur égard, mais je me suis rendu compte que j’étais influencé par ma sentimentalité. Le Maître a dit :

« […] vous n’êtes pas en mesure d’intervenir dans la vie des autres, ni de dicter leur destin, qu’il s’agisse de votre femme, de vos enfants, de vos parents, de vos frères – est-ce à vous de décider ces choses-là ? » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)

Pourquoi voudrais-je imposer mes opinions à mes parents ? Je suis jeune et pleine d’énergie. Pourquoi ne pourrais-je pas comprendre leur situation et l’environnement difficile qui est le leur ? Être attachée à la cultivation de mes parents n’est-ce pas un attachement ? S’ils ne peuvent pas s’éveiller eux-mêmes par le Fa, ils ne changeront pas seulement parce que je leur dis quelque chose. La cultivation signifie se cultiver soi-même, on ne peut pas changer les autres.

Conclusion

Le Maître a dit :

« Clarifier la vérité, sauver les êtres, voilà ce que tu dois faire, en dehors de tout cela il n’y a rien que tu doives faire, il n’y a rien que tu doives faire dans ce monde. » (« Enseignement du Fa à la conférence de Fa de New York 2015 »)

Après la publication de cet article, j’ai vraiment compris le sens de ce passage. Tout ce que nous devons faire est de clarifier les faits afin de sauver les êtres.

Merci Maître bienveillant ! Merci compagnons de cultivation pour votre contribution désintéressée lors de l’arrestation de mon père !

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais