(Minghui.org) J’ai commencé à cultiver le Falun Dafa en Angleterre quand j’avais 25 ans, c’est-à-dire il y a presque douze ans. Deux ans plus tard, j’ai traduit mon premier article pour le site web Minghui. Je m’en souviens comme si c’était hier. Minghui est, et a été, une partie de mon chemin de cultivation, et est profondément ancré dans mon cœur.

Pour la conférence multilingue de partage d’expériences de Minghui d’aujourd’hui, je voudrais parler des hauts et des bas auxquels j’ai été confrontée au fil des ans. J’écris ce partage pour cette conférence de partage d’expériences de cultivation afin de contribuer un peu à l’image globale. Mais j’écris également ce partage pour moi, car je souhaite prendre conscience de mon état de cultivation. De plus, j’écris également ce partage pour mes compagnons de cultivation, en espérant qu’il pourra les aider à mieux comprendre. Mais avant tout, c’est sûr, j’écris ce partage pour notre vénérable Maître. Je veux exprimer ma gratitude au Maître pour sa compassion et en même temps réaffirmer mon vœu.

J’ai fait un rêve il y a deux semaines, dans lequel je pensais que la rectification de Fa touchait à sa fin, et je regrettais tous les petits moments fréquents où j’avais gaspillé mon temps.

Je pouvais réellement ressentir ce que le Maître disait :

« On en est proche maintenant, on en est vraiment proche maintenant, mais il y aura beaucoup de regrets. » (« Enseignement du Fa à la conférence de Fa de New York 2016 », Enseignement du Fa dans les conférences XIV)

Soudain, tout est devenu clair comme de l’eau de roche, et une voix dans mon cœur m’a dit de ne pas regarder l’heure. Ici, le temps ne fonctionne peut-être pas de la même manière. Je savais que j’avais encore beaucoup de temps et qu’il n’était pas trop tard pour quoi que ce soit. Quand je me suis réveillée, mon cœur était rempli d’espoir.

Ce rêve m’a réveillée au bon moment. Je m’étais relâchée ces dernières années. Je m’étais relâchée dans la pratique des exercices, je m’étais relâchée dans le soutien de l’équipe Minghui et je m’étais relâchée dans la compréhension du Fa. En tant que mère de deux enfants de six et sept ans, et qui s’occupait du ménage, au cours des trois ou quatre dernières années, il m’a semblé que le temps me coulait littéralement entre les doigts. Mon mari travaille de nuit depuis de nombreuses années, donc éduquer nos enfants reste entre mes mains, tout comme le ménage et les autres tâches quotidiennes. Je travaille également dans la vente pour une société informatique assez importante, ce qui, encore une fois, me prend du temps.

Bien sûr, ce sont des circonstances normales auxquelles de nombreux compagnons de cultivation doivent certainement faire face tous les jours. Moi aussi, je faisais bien mieux avant d’avoir cet emploi dans la vente. À l’époque, je traduisais régulièrement et je faisais les trois choses avec compétence et efficacité. J’ai également rédigé moi-même de nombreux reportages de terrain. Mais à un moment donné, un état s’est installé en moi qui m’a engourdie. Je faisais moins les exercices et je perdais cette énergie qui m’avait toujours donné de la force. J’ai intégré l’étude du Fa dans mon emploi du temps quotidien chargé, en émettant la pensée droite chaque fois que je n’étais pas assise dans une réunion avec des clients ou en train de m’endormir d’épuisement le soir. Comme mon mari est souvent au travail le soir ou la nuit, je n’ai pas pu participer régulièrement à l’étude collective du Fa pendant de nombreuses années. Lentement mais sûrement, mon environnement de cultivation a été négligé.

Abandonner Minghui

L’entêtement à obtenir de la reconnaissance s’est formé dans les premières années de mon enfance, aussi ai-je participé à de nombreux projets de Dafa. Je pensais que je faisais bien les choses de cette façon et je me sentais à l’aise. Mes compagnons de cultivation me félicitaient souvent pour mon ardeur au travail et ma capacité à tout bien équilibrer. Parce que je me sentais très proche d’un certain projet et que l’on avait besoin de moi là-bas, j’ai décidé, il y a trois ans, de quitter l’équipe Minghui et d’investir davantage de temps dans l’autre projet.

Comme je n’avais pas bien étudié le Fa, je me suis laissé guider par mon obstination pour la reconnaissance. Après avoir annoncé que je quittais l’équipe, j’ai reçu un appel d’un membre de l’équipe Minghui. Il m’a parlé de l’importance du projet et m’a dit que c’était important et spécial de pouvoir faire partie de Minghui. J’ai décidé de rester avec Minghui, mais j’ai continué à consacrer beaucoup de temps à l’autre projet.

Après la conférence de Fa à Berlin en 2021, j’ai réalisé que je devais consacrer tout mon temps au projet Minghui. Je devais bien faire un projet, au lieu de faire plusieurs projets sans enthousiasme. Après seulement quelques jours, j’ai reçu un appel. On me demandait si je voulais rejoindre l’équipe du projet du Rapport Minghui. J’ai immédiatement dit oui. J’ai senti que c’était le souhait du Maître que je suive cette voie, et que j’avais pris la bonne décision.

Menée par les attachements

En relisant les articles traduits et en vérifiant et corrigeant les références, j’ai été confrontée à un autre type de pression. Toute ma journée était consacrée à coordonner les corrections, à clarifier les questions, à discuter des divergences et à transcrire les modifications dans les articles. Tout cela devait être fait en plus de mon travail, de l’éducation de mes enfants à la maison et des tâches ménagères. De nombreuses difficultés et conflits ont surgi. Il y avait des tensions entre mon mari et moi, car j’étais continuellement assise devant mon ordinateur, au lieu de faire ce que tout le monde avait l’habitude de me voir faire. J’ai dû m’occuper de la maison pour qu’elle soit en ordre et j’ai pu apaiser mon mari pendant un moment.

J’ai essayé d’éviter les conflits avec des déclarations du genre : « Quand le livre sera sous presse, tout redeviendra comme avant », au lieu de les éliminer.

À cette époque, j’étudiais le Fa chaque matin et je faisais les exercices presque tous les jours, mais pas tous. Je regardais à l’intérieur concernant les difficultés et j’essayais de maintenir un état de cultivation stable et régulier.

Lorsque le livre a finalement été imprimé, ma situation a brusquement changé. Mes enfants ont dû retourner à l’école, et je n’avais pas le temps d’assister à l’étude collective du Fa le matin. Je devais retourner au bureau pour travailler, et j’avais de nombreux rendez-vous avec des clients et des réunions de réseau, et mon mari avait des attentes, car j’avais annoncé que je consacrerais désormais plus de temps à la famille et aux diverses tâches.

La pression sur moi a énormément augmenté, et j’ai essayé de plaire à tout le monde, croyant que j’allais tout harmoniser. En fait, j’ai fait exactement le contraire. J’ai essayé d’éviter mes préoccupations, à savoir la peur du rejet et ma soif de reconnaissance.

Je suis la cadette d’une famille de cinq enfants et j’ai grandi dans des circonstances épouvantables. Toute ma vie, j’ai vu mes parents se disputer, tricher et se maltraiter. Et comme j’étais une enfant intelligente et indépendante, j’ai simplement suivi le mouvement. En même temps, on m’a fait comprendre que je ne valais pas grand-chose en tant que fille. C’est ainsi qu’est née en moi une forte soif de reconnaissance qui m’a accompagnée toute ma vie.

La carapace se brise

Il y a quelques mois, ma mère m’a dit : « C’est à cause de la connaissance de soi. » Sans vraiment l’écouter et comprendre le contexte, le mot « connaissance de soi » a rebondi contre mon cœur et a fait éclater quelque chose. J’ai réalisé que toutes les qualités que les gens m’avaient toujours dit que j’avais n’étaient pas du tout le vrai moi. J’ai mieux compris le mot « conception », car les autres me regardaient de cette façon et prenaient cela pour moi. Ainsi, mes propres pensées créaient une sorte de coquille qui m’entourait.

Le Maître a dit :

« Ah, je vais m’examiner moi-même. » Il s’examine et voit en effet qu’il est un bouddha. Pourquoi ? Parce que toutes les matières se trouvant à l’intérieur du champ spatial qui entoure son corps se transforment selon ses pensées, cela s’appelle aussi “la transformation par l’esprit” ». (Sixième Leçon Zhuan Falun)

J’ai toujours été admirée pour ma confiance en moi et mon courage. J’ai aussi toujours pensé que j’avais mes propres opinions. Mais ce seul mot « conscience de soi » a provoqué une fissure profonde dans la coquille qui m’entourait. En fait, je n’avais pas confiance en moi, mais je me suis cachée derrière une façade solide toute ma vie pour ne pas être blessée ou rejetée. Je n’étais pas courageuse non plus. Je me vantais souvent de choses que j’avais faites ou dites, mais quand il s’agissait d’une confrontation directe, je poussais et faisais semblant de faire avancer les choses pour que j’aie toujours l’air bien. Quand je voulais lire sur Sonant le soir ou faire des activités pour la rectification de Fa, je devais l’expliquer à mon mari, qui était souvent ennuyé que je passe mon temps chaque soir assise devant mon ordinateur. Il ne faisait pas cela par dépit, mais parce que les forces anciennes ont vu ce grand vide en moi et en ont profité. Peu importe ce que je faisais pour la rectification de Fa, j’étais toujours critiquée quand je me consacrais aux projets de Dafa après avoir quitté le travail. C’est seulement la nuit que personne ne me dérangeait. Cependant, à ce moment-là, j’étais trop épuisée pour faire mes tâches quotidiennes.

En cachant mon entêtement, je me suis non seulement créé des difficultés à moi-même, mais j’ai indirectement permis à mon mari de se comporter de la sorte pendant très longtemps.

Je suis maintenant en train de briser ces barrières. Il s’agit en fait d’un processus très complexe, car ce comportement est profondément ancré et n’est pas toujours immédiatement apparent pour moi. Mais j’ai remarqué que je suis de nouveau plus stable dans ma cultivation. Je prends le temps que je juge nécessaire pour accomplir mon vœu.

Je suis juste en train de sortir d’une profonde vallée de cultivation. C’est la première fois dans mes nombreuses années de cultivation que j’ai été ouverte et honnête à ce sujet. Ma cultivation est à un point critique en ce moment, et je ne fais pas bien ce que je suis censée faire. J’ai appris ces derniers mois ce que signifie être consciente de soi et vraiment agir avec sincérité. J’ai discerné la peur de subir le rejet et de ne pas être reconnue, qui n’a plus d’endroits où se cacher. En même temps, jour après jour, je commence à comprendre combien j’ai de la valeur, parce que je suis une pratiquante de Dafa.

J’espère sincèrement que j’ai pu vous emmener sur le chemin de la cultivation et que vous avez pu en tirer des enseignements utiles. S’il y a des choses que je n’ai pas correctement reconnues selon le Fa, vous êtes les bienvenus pour me les signaler.

Aujourd’hui, je voudrais renouveler mon vœu au Maître :

J’aiderai le Maître jusqu’à la fin à sauver les êtres. Pour cela, j’apprendrai bien le Fa, et le mettrai en premier. Je ferai les trois choses consciencieusement et je prendrai soin d’élever et de maintenir mon état de cultivation afin d’accomplir pleinement ce vœu. Je remercie beaucoup le Maître d’avoir été à mes côtés durant toutes ces vies jusqu’à ce jour.

(Présenté lors de la conférence de partage d’expériences des équipes multilingues de Minghui 2022)

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais