(Minghui.org) J’avais 19 ans lorsque j’ai obtenu mon diplôme d’un lycée général et technologique. Mon esprit était rempli de rêves et j’espérais trouver un bon emploi. Je sentais qu’une belle vie m’attendait.

C’était en 1999, l’année où le Parti communiste chinois (PCC) a lancé sa persécution du Falun Gong. Toutes les télévisions et tous les journaux diffusaient des calomnies sur le Falun Gong. Au début, je les ai ignorées, car je lisais le Zhuan Falun, le livre principal du Falun Dafa (également appelé Falun Gong), depuis l’âge de 15 ans. J'ai trouvé que la propagande était ridicule.

Une rencontre apparemment fortuite

J’étais au collège lorsque j’ai remarqué pour la première fois que des personnes faisaient les exercices du Falun Dafa dans un parc local. J’étais curieuse et je me suis arrêtée pour regarder et copier leurs mouvements d’exercice. Quelques jours après avoir commencé à pratiquer, j’ai eu la « grippe », ce qui était inhabituel, car je n’étais jamais malade. Un camarade de classe m’a aidé à rentrer chez moi ce matin-là. On m’a fait des injections et donné des médicaments, mais la fièvre n’est pas tombée.

Je me suis souvenue de ce que les pratiquants m’avaient dit : Maître Li nettoiera le corps d’une personne dès qu’elle commencera à pratiquer le Falun Dafa. J’ai pensé : « Je n’ai pratiqué que quelques jours, est-ce que Maître Li nettoierait mon corps ? ».

Avec cette pensée, un courant chaud est soudainement descendu du sommet de ma tête jusqu’à mes pieds. Je me suis sentie détendue. Je me suis réveillée le lendemain matin en me sentant fraiche et dispose, et je suis allée au site de pratique. Je savais que le Falun Dafa était précieux !

Pendant de nombreuses années, je n’ai pas pris un seul comprimé. Je n’ai pas souffert de la grippe, de maux de tête, de malaises et de crampes menstruelles. C’était comme s’il n’y avait pas de maladie dans mon monde.

Personne d’autre dans ma famille ne pratiquait le Falun Dafa. Presque tous mes livres de Falun Dafa m’ont été donnés par des compagnons de cultivation, car j’étais une enfant.

Guidée par le Zhuan Falun, j’ai appris comment me conduire. J’étais gentille avec les autres. Je traitais tout le monde avec sincérité, et je suis devenue plus tolérante, ce qui m’a permis de me distinguer parmi mes camarades.

J’étais la déléguée de la classe à l’école et je faisais partie de l’équipe de direction au travail. J’étais une bonne enfant. Je traitais les autres avec compréhension et compassion. J’étais capable d’agir avec bonté, et je n’avais aucune crainte, malgré les années de persécution orageuses qui ont commencé après le 20 juillet 1999.

Rester inébranlable malgré la tempête

Le bombardement de mensonges et de désinformation des premiers jours de la persécution n’a pas ébranlé ma perception du Falun Dafa. Cela m’a obligée, moi, une jeune fille qui venait de quitter l’école, à réfléchir sérieusement. J’ai regardé le monde avec un cœur pur, mais je n’ai vu que des nuages et une obscurité étouffante.

J’ai délibérément évité la réalité. J’ai cessé de regarder la télévision et d’écouter la radio. Je supposais que la persécution prendrait bientôt fin. J'ai pensé que si je n’y pensais pas, je pourrais toujours vivre la vie merveilleuse que je voulais.

Il y a des moments dans la vie de chacun où il faut faire un choix entre la conscience et le silence, entre fuir la réalité et l’affronter. Pour moi, c’était au printemps 2000.

Je suis passée devant la tour de la porte Tiananmen et je suis entrée dans la place. J’ai choisi un endroit et me suis assise dans la position du double lotus (les deux jambes croisées l’une sur l’autre). J’ai commencé à faire les gestes de la main pour le cinquième exercice. Je n’oublierai jamais ce moment.

Comment pouvais-je ne pas savoir ce qui allait arriver ? Cela pouvait être un tabassage ou la prison ? Comment pourrais-je ne pas m'inquiéter de ne pas pouvoir passer du temps avec mes parents ? Comment pourrais-je ne pas avoir peur d'être grondée par d'innombrables proches pour être une mauvaise enfant et faire de « mauvais choix »?

Cependant, par cet acte simple, je voulais juste montrer qu’une fille comme moi pratiquait le Falun Dafa, et que le Falun Dafa est bon ; que toute la propagande n’est que désinformation et calomnie, et que la persécution devrait cesser.

Je ne sais pas combien de temps je suis restée assise là, peut-être seulement quelques secondes. Un jeune homme m’a crié : « Hé, lève-toi ! ». J’ai levé les yeux et j’ai vu un agent de police armé au visage d'enfant se tenir au-dessus de moi.

J’ai été emmenée au poste de police de Tiananmen et enfermée dans une cellule. La cellule était remplie de pratiquants de tous âges, parlant des dialectes de toutes les régions de Chine. Hommes, femmes et enfants étaient réunis dans cette cellule qui était comme une cage.

J’ai écouté les échanges chuchotés des autres pratiquants. Je ne me souviens plus de ce qu’ils disaient, mais l’image que j’ai vue est inoubliable.

Je me suis assise au milieu, près d’une femme âgée dont la coiffure et la tenue étaient très dignes. Elle n’avait pas l’air d’être d’une famille ordinaire. Son sourire était très paisible.

Nous étions entourées d’autres pratiquants, assis dos à dos ou face à face, et certains étaient debout. Ils chuchotaient, échangeaient des explications ou se passaient le peu de nourriture qu’ils avaient.

Alors que j’étais assise, ma détermination s’est affermie : face à une telle répression et persécution sans précédent, je dirai la vérité sur le Falun Dafa à mes parents, amis et voisins. Ainsi, lorsque la vérité sera révélée au monde un jour, ils pourront dire fièrement : « Je n’étais pas d’accord avec la persécution du Falun Dafa, et je savais que le Falun Dafa était bon. »

Ces premières années de persécution ont été très difficiles. En particulier, après que CCTV a scénarisé et réalisé la mise en scène de l’auto-immolation, non seulement les moyens de répression se sont intensifiés, mais l’opinion publique s’est retournée contre Dafa, car les gens ne connaissaient pas la vérité, que le Falun Dafa est droit et est pratiqué dans le monde entier. Les pratiquants ne tuent pas, et ainsi de suite.

Les pratiquants qui clarifiaient la vérité sur le Falun Dafa ou distribuaient des documents de clarification de la vérité risquaient d’être arrêtés et emmenés dans des camps de travaux forcés.

Certains de mes amis ne comprenaient pas la vérité. Certains m’ont demandé : « Où as-tu trouvé toutes ces brochures et tous ces CD ? Qui te paie ? » Ou encore : « Combien est payé ton chef ? » Je ne pouvais pas m’empêcher de rire, encore aujourd’hui.

Hélas, dans ce monde moderne où l'argent est plus important que la vie d'une personne, personne en Chine ne croirait qu'il y a des gens qui utilisent leurs propres économies pour acheter des fournitures, imprimer des dépliants et les distribuer. Les pratiquants ne demandent rien aux gens. Ils veulent que chacun comprenne la vérité, que ces dépliants les aide à distinguer le bien du mal pour qu'ils soient vraiment béni par les dieux et les bouddhas.

De précieuses rencontres

Lorsque j’ai distribué des dépliants de clarification de la vérité avec un compagnon de cultivation dans un quartier résidentiel, j’ai été arrêtée et emmenée au Département de police. La police a enchaîné mes jambes et ma taille à un banc.

Toute la nuit, j’ai émis une forte pensée droite : « Je ne peux pas les laisser me persécuter. Les policiers se livrent à la persécution et commettent des péchés parce qu’ils ne connaissent pas la vérité. Je ne peux pas les laisser s’infliger cela. Je dois partir. Il y a des gens qui attendent que je les sauve ». Au petit matin, je me suis facilement débarrassée de mes entraves. J’ai sauté par la fenêtre et je suis sortie indemne.

Un jour, je faisais du vélo quand une force soudaine m’a fait tomber. Le vélo a avancé de plusieurs mètres, m’entraînant avec lui. Le côté gauche de mon visage était douloureux. La barre de frein du vélo a heurté l’os de ma hanche et a fait un gros trou dans mon pantalon.

Je me suis relevée, me suis retournée et j'ai regardé derrière moi. J’ai vu un homme allongé sur le sol dans une flaque de sang, et un tricycle de ferme garé à proximité. J’étais bouleversée, « Oh ! C’était un accident ». J’ai touché mon visage brûlé avec ma main, mais ça allait. Je savais que si le Maître ne m’avait pas protégé, mon visage aurait été complètement défiguré.

Une autre fois, j’ai été arrêtée et directement emmenée au centre de détention. J’ai fait une grève de la faim pendant plus de vingt jours. Mon corps est devenu extrêmement faible, car je n’ai pas touché à la nourriture et à l’eau, et mon poids a chuté de 49,9 kg à moins de 31,8 kg.

Voyant que j’étais en train de mourir, les autorités m’ont emmenée à l’hôpital central pour m’examiner. Sachant que mon état était extrêmement dangereux, les autorités ont eu peur de supporter les conséquences de ma mort et m’ont ramenée chez moi.

Sept jours sans eau ni nourriture dépassent la limite corporelle, pourtant j’ai survécu après plus de vingt jours. Plus important encore, après mon retour chez moi, j’ai repris l’étude du Fa et la pratique des exercices, j’ai progressivement repris une alimentation normale. Je me suis rétablie en moins d’un mois. Mes amis ont trouvé cela incroyable.

Le réveil

J’ai commencé à me déplacer en raison de mon travail, la pression de la persécution ayant diminué. Malheureusement, j’avais moins de contacts avec les autres pratiquants. J’étais séparée de l’environnement de cultivation plus large, sauf pour lire les livres de Falun Dafa sur le site web de Minghui. J’ai continué à suivre strictement le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance au travail.

J’ai travaillé pour une entreprise d’électronique en 2007, et mon supérieur me faisait confiance pour travailler comme comptable et caissière en même temps. Parfois, les clients envoyaient des paiements s’élevant à quelques millions de yuans directement sur mon compte. J’étais capable de tenir des comptes exacts.

Une fois, je faisais des affaires à la banque. J’étais sur le point de partir après que tout a été réglé. La caissière m’a rendu ma carte bancaire et un tas d’argent liquide, environ 50 000 à 60 000 yuans. J’ai dit : « Mademoiselle, vous êtes sûre ? Je n’ai pas demandé à retirer de l’argent. » La caissière avait l’air confuse. Elle a oublié de me remercier de le lui avoir fait la remarque.

Au cours de ces années, je n’avais pas l’environnement nécessaire pour comparer l’étude et comparer la cultivation avec les autres pratiquants. Sans m’en rendre compte, j’ai progressivement échoué à atteindre le critère de pratiquer une cultivation solide et de progresser avec diligence. Mes attachements au confort, à la renommée et à la stabilité se sont accrus. Je ne pouvais pas me calmer et baser mes actions sur le Fa, même si je lisais les enseignements tous les jours.

En 2010, j’ai déménagé dans une autre ville. Grâce à l’arrangement miséricordieux de Maître, j’ai rejoint un groupe d'étude local du Fa. Le Maître a dû voir que je me perdais parmi les gens ordinaires.

Sans m’en rendre compte, j’ai couvert mes lacunes et j’ai toujours pensé que j’étais meilleure que les autres pratiquants. J’avais l’impression de mieux comprendre le Fa et de faire plus de travail sur Dafa que les autres. Je regardais constamment vers l’extérieur sans savoir comment me cultiver, et je ne chérissais pas le précieux environnement.

Plus tard, la police a arrêté tout le groupe alors qu’ils étudiaient le Fa. Je m'étais échappée, car j’avais dû quitter la ville la veille pour des raisons familiales. Cela a provoqué une méfiance et une rupture totale entre mes compagnons de cultivation et moi.

En tant que pratiquante, je ne me suis pas tournée vers l’intérieur et je ne me suis pas cultivée. Au lieu de cela, j’en voulais aux autres pratiquants de ne pas me comprendre. Mon xinxing est tombé au niveau des gens ordinaires.

J’ai commencé à rivaliser pour la gloire et le gain personnel. J’étais occupée à courir partout pour gagner ma vie, à m’inquiéter de choses insignifiantes, à me battre au travail. J’ai même calomnié des gens dans leur dos. Je me suis disputée avec des clients pour un petit avantage, et j’ai critiqué des clients difficiles. Je me suis mariée et j’ai donné naissance à un enfant. J’étais occupée au travail et à la maison, épuisée physiquement et mentalement.

En un clin d’œil, nous étions en 2020. Neuf ans avaient passé comme dans un rêve. Le Maître m’a fait signe d’innombrables fois dans mes rêves de redevenir diligente, mais je ne pouvais pas me défaire de mes attachements. Je ne pouvais toujours pas m’en empêcher. J’étais prise dans des problèmes professionnels et familiaux.

Mon mari se plaignait que je n’étais jamais heureuse et que j’avais toujours l'air triste. Je savais dans mon cœur que j’étais une pratiquante, et que je devais étudier le Fa et progresser avec diligence. Mais mes attachements me pesaient, et je n’arrivais pas à me réveiller.

Mon état au travail était de plus en plus mauvais. J’étais distraite, comme si j’étais entourée d’un épais brouillard. Ce qui pouvait être fait en une journée me prenait plus de trois jours, et la qualité de mon travail n’était pas bonne.

Ma santé était encore pire. Je n’avais aucune force et me sentais fatiguée après avoir fait quelques pas. Mon dos avait l’air tordu et courbé. Les muscles des deux côtés de mon cou étaient raides. Ma colonne vertébrale me faisait mal et je me mettais facilement en colère.

Après le début de la pandémie de COVID en 2020, les compagnons de cultivation ont commencé à faire plus d’efforts pour sauver les gens. Ils ont donné aux gens le code QR pour contourner le pare-feu Internet, et les gens en Chine ont pu obtenir plus de nouvelles du monde extérieur.

L’apparition de la pandémie m’a éveillée et m’a fait réaliser que l’accomplissement de mon vœu et le sauvetage des êtres sont ce qu’une pratiquante de Dafa est censé faire. Aucun de mes attachements et de mes conceptions n'étaient le vrai moi.

Retourner sur le chemin de la cultivation

J’ai commencé à me concentrer sur la lecture du Fa. Au début, je n’arrivais pas à me calmer, et je rencontrais toutes sortes d’interférences. J’ai donc commencé à mémoriser le Fa. J’ai émis la pensée droite pour purifier mes pensées et éliminer les interférences. J’ai augmenté le nombre de fois où je faisais les exercices. Je voulais me dépêcher pour rattraper mes compagnons de cultivation et sauver les êtres.

Au début, il m’était difficile de mémoriser un seul paragraphe. Il me fallait généralement entre une demi-heure et une heure pour mémoriser un seul paragraphe, et il me fallait toujours plusieurs paragraphes avant de pouvoir calmer mon esprit. Le jour suivant, la même chose se répétait, et la progression de la mémorisation du Fa était très lente.

Cependant, la mémorisation du Fa m’a aidé à comprendre les principes du Fa derrière chaque phrase, et m’a aidé à recommencer à avancer diligemment sur le chemin de la cultivation.

Lorsque je mémorisais le Fa chaque jour, je me rendais compte que le Maître supprimait des attachements, des mauvaises pensées et toutes sortes de désirs humains. C'était garanti : ce que je mémorisais le matin me guidait pour supprimer un attachement connexe au travail ce jour-là.

Au début, je me suis retenue de m’emporter, mais je savais que ce n’était pas de la cultivation, et que je ne devais pas m’émouvoir. Je me suis énervée parce qu’une mauvaise substance existait en moi, j'ai pensé : je ne dois pas la conserver. Dès que j’ai eu cette pensée, je n’étais plus contrariée. Petit à petit, la substance qui me contrariait est devenue de plus en plus légère.

Lorsqu’un client difficile qui avait l’habitude de me maudire est revenu, je ne me suis plus énervée. Je voulais résoudre le problème pour lui afin qu’il soit satisfait.

Mon xinxing s’est élevé après m’être ajustée pendant environ un mois. En plus de faire les exercices tous les jours, mon corps a changé et mon esprit est devenu clair. J’étais capable de penser clairement et je suis devenue plus efficace au travail. Je pouvais faire plusieurs tâches en même temps comme avant. J’avais beaucoup d’énergie chaque jour et je pouvais même à nouveau porter des talons hauts pour travailler. La raideur et les picotements des muscles de mon cou ont disparu.

Je souriais en me levant chaque matin. Ma famille était pleine de joie. Parce que je me levais tôt pour faire les exercices chaque matin, le champ d’énergie pure a éliminé la rhinite de mon enfant.

J’ai appris à mon enfant à mémoriser le Hong Yin. Petit à petit, sa sagesse s’est ouverte. Elle avait l’habitude de pleurer quand elle ne pouvait pas finir ses devoirs, même si elle y travaillait tard dans la nuit. Mais maintenant, elle dit avec joie : « Maman, j’ai fini mes devoirs. »

Depuis l'âge de 15 ans, quand j'ai commencé à pratiquer le Falun Dafa, jusqu'à mes 40 ans, ma vie a connu de nombreux rebondissements. Après avoir vécu cela, j'ai réalisé quelle précieuse opportunité et quel honneur c'est d'être connectée avec le Falun Dafa, de pratiquer Dafa, de suivre le Maître pour faire la rectification de Fa et sauver les êtres !

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais