(Minghui.org) Une habitante de la ville de Foshan, dans la province du Guangdong, a été libérée le 6 août 2022, après avoir enduré quatre années de torture constante pour sa pratique du Falun Gong.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline méditative et spirituelle ancestrale que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Mme Hu, une ancienne comptable de 54 ans, a été arrêtée le 7 août 2018 pour avoir donné un dépliant de Falun Gong à un étudiant. Elle a été condamnée à une peine de quatre ans par le tribunal du district de Shunde et emmenée à la prison pour femmes de la province du Guangdong le 19 décembre 2019.

Parce que Mme Hu a refusé de plaider coupable pour sa pratique du Falun Gong, les gardiennes l’ont fréquemment privée de sommeil, l’ont affamée et lui ont refusé l’accès aux toilettes, parfois pendant une semaine. Tout en l’affamant, ils la torturaient également en lui ouvrant la bouche avec une grande cuillère en métal et en la nourrissant de force. Parfois, elles versaient de l’eau froide sur elle, l’obligeaient à rester assise pendant des heures sans bouger et lui mettaient de l’huile poivrée dans les yeux. Le cycle de torture se répétait à intervalles de quelques mois.

En hiver, ils l’obligeaient à rester debout face à une fenêtre ouverte, vêtue d’une fine couche de vêtements. En été, elle n’a pas été autorisée à prendre de douche ou à changer de vêtements pendant trois semaines.

Une famille déchirée

Mme Hu a découvert le Falun Gong en septembre 2004. Elle a été attirée par ses enseignements et a retrouvé un espoir dans la vie. Son hyperthyroïdie, ses vertiges et son hyperplasie cervicale sévère ont rapidement disparu.

Parce qu’elle a parlé du Falun Gong à des gens, elle a été arrêtée plusieurs fois, puis condamnée à un an de travaux forcés, puis à des peines de trois ans, deux ans et demi et quatre ans de prison. Sa dernière arrestation en août 2018 est survenue trois mois seulement après qu’elle a fini de purger sa peine de prison précédente.

Même après sa libération, les autorités ont continué à la surveiller au quotidien et à la harceler. La persécution a causé une pression énorme sur son lieu de travail et sa famille. Son mari a été contraint de divorcer d’elle pour éviter d’être impliqué.

Persécution passée

Mme Hu a été arrêtée pour la première fois le 4 octobre 2006 pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong. Au milieu de la nuit, dix policiers ont fait une descente à son domicile, confisquant ses livres de Falun Gong, ses documents, son ordinateur et son téléphone portable.

Comme son mari travaillait en dehors de la ville, son fils, un petit garçon qui était seul à la maison, a été profondément terrifié. Il s’est accroché à l’ordinateur, pleurant et suppliant la police de ne pas le prendre, mais en vain.

La police a rapidement emmené Mme Hu au centre de détention du district de Shunde et a interdit les visites de sa famille. Elle a fait une grève de la faim pour protester. Une semaine plus tard, le gardien a commencé à la nourrir de force.

Le 3 novembre 2006, Mme Hu a été condamnée à un an de détention dans le camp de travaux forcés pour femmes de Sanshui. Elle a été maintenue en isolement et surveillée par les détenues 24 heures sur 24. Parfois, les détenues la forçaient à rester debout ou assise sur un petit tabouret sans bouger pendant de longues heures. En été, elles refusaient d’allumer le ventilateur dans la pièce sans climatisation. Elle n’était pas autorisée à dormir avant minuit. Sa peine a été prolongée de deux mois parce qu’elle n’avait pas renoncé au Falun Gong.

L’arrestation suivante de Mme Hu a eu lieu le 6 septembre 2010, après que la police a découvert qu’elle avait des documents sur le Falun Gong dans son sac. La police a relevé ses empreintes digitales contre son gré et a confisqué ses livres de Falun Gong, son matériel et ses disques durs d’ordinateur. Elle a été condamnée à une peine de trois ans par le tribunal du district de Shunde et emmenée à la prison pour femmes de la province du Guangdong le 8 juillet 2011.

Mme Hu a été soumise à un traitement strict dans la prison. Elle a été privée de sommeil, pendant des durées allant jusqu’à quatre jours, et on lui a interdit d’utiliser les toilettes et on l’a obligée de rester debout toute la nuit. Une fois, elle s’est assise en raison d’une fatigue excessive. Les détenues l’ont battue et lui ont arraché des poignées de cheveux. Elles ont menacé de lui arracher tous ses cheveux. Les gardiennes lui ont également ordonné de prendre des substances inconnues. Lorsqu’elle a refusé d’obtempérer, ils lui ont ouvert la bouche et lui ont fait prendre de force.

Mme Hu a été arrêtée à nouveau le 31 juillet 2015 et détenue pendant quinze jours pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong. Seulement quatre mois plus tard, le 12 novembre, elle a été arrêtée de nouveau pour avoir déposé une plainte criminelle contre Jiang Zemin, l’ancien chef du régime communiste qui a lancé la persécution. Le tribunal du district de Shunde l’a condamnée à deux ans et demi de prison en avril 2017.

La dernière arrestation de Mme Hu remonte au 8 août 2018. Elle a été condamnée à une peine de quatre ans par le tribunal du district de Shunde en novembre 2019.

(Un autre article connexe est disponible dans la version anglaise.)

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais