(Minghui.org) Bonjour vénérable Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

Je suis originaire de la province du Catamarca, dans le nord de l’Argentine, et j’ai 69 ans. J’ai connu le Falun Dafa en 2003 alors que je pratiquais autre chose. Lors d’une réunion dans cette autre pratique, un homme m’a donné son numéro de téléphone et m’a dit : « Appelez-moi, j’ai quelque chose à vous dire ! » À ce moment-là, j’ai eu une pensée : « Il doit être temps de changer. » Au plus profond de mon être, je sentais que quelque chose d’important était sur le point de se produire.

Cette nuit-là, j’ai rêvé que je descendais d’un train et que je montais dans un autre. Il y avait des centaines de personnes, des enfants, des jeunes, des adultes et des personnes âgées, mais surtout beaucoup de jeunes qui se précipitaient et me faisaient avancer dans le train. Quand je me suis réveillé, j’ai décidé de jeter toutes les statues, les livres et les choses provenant d’autres voies de cultivation. Je n’avais pas encore parlé à la personne qui m’avait donné son numéro de téléphone, mais intérieurement, je savais que quelque chose d’important allait arriver.

Le lendemain, je l’ai appelé et nous nous sommes rencontrés. Il m’a parlé du Falun Dafa, puis nous avons regardé les conférences de neuf jours, fait les exercices et lu le Zhuan Falun. Mais j’ai appris que l’homme continuait à pratiquer d’autres méthodes. Il ne pratiquait pas le Falun Dafa, il ne faisait qu’en parler aux gens.

Cette nuit-là, j’ai fait un rêve saisissant dans lequel toutes sortes de saints d’autres pratiques, que j’avais l’habitude de vénérer, m’entouraient. Ils étaient énormes, plus grands qu’une montagne et ils venaient me chercher. Je les ai tous rejetés si fermement qu’ils ont rapetissé. Ils se sont réduits à de minuscules points et ont disparu derrière une montagne.

Le fait d’abandonner toutes ces choses m’a aidé à comprendre ce qu’est Dafa, car pendant longtemps, j’ai pratiqué de nombreuses choses déviantes à la recherche d’une voie juste. C’est ainsi que j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa.

Mes maladies disparaissent

À cette époque, nous n’avions pas de livres imprimés du Zhuan Falun, nous utilisions donc des photocopies. Nous n’avions pas non plus accès à un lecteur MP3 pour la musique des exercices. Comme nous n’avions pas de musique, j’écrivais les phrases du début de chaque exercice sur un morceau de papier. Je comptais les mouvements pour les faire correctement. Pour la méditation, j’utilisais ma montre pour calculer le temps, mais je ne pouvais pas croiser mes jambes correctement.

Avant de commencer à pratiquer, je souffrais de toutes sortes de maladies. Je devais prendre des médicaments pour le reste de ma vie à cause d’ulcères intestinaux. Je pouvais à peine marcher parce que ma colonne vertébrale était mal placée. Lorsque j’ai commencé à faire les exercices et à lire le Zhuan Falun, tout a changé.

Un jour, j’ai pensé : « Cela fait longtemps que ma colonne vertébrale n’a pas été ajustée, et je n’ai pas eu besoin d’injections non plus. » Chaque fois que j’avais des symptômes de maladie, je comprenais que j’éliminais le karma. Mes maladies ont progressivement disparu.

Apprendre à lire en lisant le Zhuan Falun

Comme je ne savais pas bien lire (en raison du manque d’éducation), je lisais très lentement, parfois lettre par lettre, puis mot par mot. Il m’a fallu beaucoup de temps pour terminer le Zhuan Falun. Malgré cela, chaque fois que j’avais une question, lorsque j’ouvrais le livre, je voyais la réponse. J’ai fini par obtenir un lecteur MP3 et j’ai pu écouter les conférences. Cela m’a beaucoup aidé et a fait progresser ma compréhension. En lisant le Zhuan Falun, j’ai appris à lire.

L’épreuve de la luxure

J’avais une maison à Buenos Aires, mais j’ai déménagé au Catamarca pour m’occuper de mon père. J’y suis resté pendant plus de dix ans, jusqu’à ce qu’il décède. Peu après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa, j’ai contacté les pratiquants de Buenos Aires. Je faisais des allers-retours pour apporter du matériel aux nouveaux pratiquants du Catamarca. Après le décès de mon père, j’ai décidé de retourner à Buenos Aires parce que je me suis rendu compte que je ne pouvais pas avancer diligemment seul.

Au cours de ce processus, j’ai pu constater de nombreux attachements, aux sentiments et aux choses matérielles. J’ai progressivement tout abandonné.

Tout au long de ce processus, j’ai subi de nombreuses épreuves, mais la plus importante était l’épreuve de la luxure. Tant dans mes rêves que dans ma vie quotidienne, j’ai longtemps eu cette épreuve. J’avais des pensées d’être avec une autre personne, même si j’étais marié. J’ai toujours rejeté cette pensée et maintenant ces tests n’apparaissent presque plus. Lorsqu’ils apparaissent, je les reconnais immédiatement.

Expérimenter les miracles de Dafa

Il y a plusieurs années, je travaillais dans un endroit où je commençais à 18 h et où je terminais mon travail à 2 ou 3 h le lendemain. Je devais attendre le bus pendant trois heures. Il n’y avait pas beaucoup d’abris aux arrêts de bus et il faisait très froid en hiver. J’ai donc décidé d’acheter une moto.

J’apprenais encore à la conduire un matin en rentrant du travail. J’ai traversé une intersection et un bus arrivait de l’autre côté à grande vitesse. Je ne savais pas quoi faire. J’ai essayé de m’arrêter, mais les freins de la moto ne fonctionnaient pas. Je n’avais pas peur. La seule pensée que j’avais était de dire : « Falun Dafa est bon ! »

J’étais sur le point d’entrer en collision avec le bus, mais il est passé devant moi et je suis passé derrière lui. Il ne m’est rien arrivé. Je savais que le Maître m’avait sauvé et je l’ai remercié. Il m’a fallu beaucoup de temps avant de réaliser ce qui s’était passé.

Près de dix ans plus tard, lorsque je me rappelle le moment où j’étais sur le point de m’écraser, je le vis au ralenti, comme si je le regardais depuis une autre dimension. J’avais l’impression d’être suspendu dans les airs et que le bus avait le temps de passer devant moi. J’ai compris à ce moment-là que le Maître m’avait protégé parce que j’ai du travail à faire.

Un an après cet incident, je rentrais chez moi en voiture par un vent très fort et de la pluie. La route était cahoteuse et je me suis endormi. La moto s’est renversée et j’ai volé sur quelques mètres. J’ai atterri sur le trottoir. J’ai pu sentir et entendre le craquement dans mon bras et mon genou lorsque j’ai atterri. J’avais l’impression que mes os étaient cassés. D’habitude, il me faut beaucoup de temps pour me relever. Mais cette fois, c’était comme si j’avais un ressort, j’ai immédiatement sauté et j’ai dit : « Je pratique Dafa ! Falun Dafa est bon ! Zhen-Shan-Ren est bon ! »

Sous mes vêtements, j’ai senti le sang couler le long de mon bras et de mon genou. Je l’ai ignoré, me suis dirigé vers la moto et l’ai ramassée. J’ai vu qu’elle était éteinte, mais que la clé était sur la position « On ». J’ai pensé : Comment peut-elle être éteinte ? Pour l’éteindre, il faut tourner la clé. Elle fonctionnait bien quand je l’ai mise en marche. J’ai ramassé quelques objets qui étaient tombés et je suis remonté sur la moto. Je ne me suis pas arrêté pour m’examiner ou enlever mon imperméable. En conduisant, je pouvais sentir le sang couler le long de ma jambe et de mon bras.

Quand je suis rentré chez moi, j’ai tout enlevé. Lorsque je me suis examiné pour voir s’il y avait des blessures, il n’y avait qu’une égratignure sur mon coude et une autre petite égratignure sur mon genou, rien de plus. La combinaison de pluie n’était même pas déchirée !

Nier les tentations de me détourner de Dafa

De nombreuses fois, des tentations de m’éloigner de Dafa et de renoncer à la cultivation sont apparues, mais je n’ai jamais cédé.

Ma famille descend d’un peuple autochtone du nord de l’Argentine. Ma ville natale est très petite, tout le monde se connaît et la communauté autochtone est très forte. Il y a toute une organisation avec un Cacique qui est censé diriger et guider la communauté. Mais aujourd’hui, ce rôle n’est utilisé que pour obtenir du pouvoir et de la richesse.

Pendant longtemps, le Cacique de notre communauté me cherchait et insistait pour que je prenne sa place, puisque en réalité, j’étais l’héritier légitime. Il me disait que si j’acceptais ce poste, je recevrais de grands avantages du gouvernement, de l’argent et des terres. Mais je refusais toujours.

Après que j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa, le Cacique m’a cherché à nouveau et a insisté. Une fois de plus, j’ai refusé. Cette nuit-là, j’ai fait un rêve où une énorme image lumineuse venait du ciel vers moi et voulait m’emmener avec elle. J’ai refusé de partir et immédiatement l’être, qui était gigantesque et rayonnait de lumière, est parti.

Je me suis souvenu de ce que le Maître nous a dit :

« Gardez votre esprit imperturbable, quels que soient les êtres éveillés d’autres écoles que vous avez vus, ne cultivez que dans une seule école. “Que vous soyez bouddha, tao, dieu ou démon, n’espérez pas ébranler mon cœur.” Avec cette attitude, il est certain que le succès est en vue. » (Sixième Leçon, Zhuan Falun)

Quelques jours plus tard, lorsque j’ai revu le Cacique, j’étais avec le chaman de la communauté. Le chaman était furieux contre moi. J’ai réalisé que l’être que j’avais vu dans le rêve était l’esprit de ce chaman. Il était en colère contre moi parce que j’avais refusé de le suivre et choisi plutôt la voie du Falun Dafa.

Depuis lors, ils ne me cherchent plus, et n’insistent plus pour que je devienne le Cacique.

Je ne regrette pas une seule seconde d’avoir rejeté tous ces avantages matériels qui étaient les miens de naissance. Ce que j’ai acquis grâce à la cultivation de Dafa et aux enseignements de notre Maître est absolument inestimable.

Valider Dafa

J’essaie toujours de participer à des projets de validation de Dafa ou à des activités clarifiant la vérité, comme la distribution de magazines, la distribution du journal The Epoch Times, se rendre au quartier chinois ou à l’Ambassade de Chine, etc. Mais bien souvent, je me suis relâché, j’ai arrêté d’étudier le Fa, en me disant : « Ce n’est pas grave, je continuerai demain » ou « Demain, je finirai de lire ». Je me relâchais, mais je ne m’en rendais pas compte.

Mais grâce à la coordinatrice et aux autres pratiquants, quelqu’un me contacte et me demande : « Êtes-vous occupé ? Pouvez-vous apporter votre aide à cette activité ou ce projet ? » Je me réveille immédiatement, et je me souviens que nous sommes ici pour valider Dafa et sauver les gens.

J’étais très têtu. Je n’avais pas une bonne compréhension de la cultivation, parce que le karma que j’avais ne me permettait pas de comprendre. Comme je lisais lentement, j’avais l’habitude de m’endormir en lisant. Mais j’ai persévéré, et j’essaie toujours de suivre ma compréhension selon Dafa.

Je me souviens que lors d’une promotion de Shen Yun, j’étais à la maison en train de réparer la voiture. Un pratiquant a téléphoné et m’a demandé de l’aider. J’ai tout laissé tomber, car je savais que c’était plus important. Une autre fois, on m’a appelé pour savoir si je pouvais couper les cheveux de certains membres de l’équipe de Shen Yun. J’ai dit oui tout de suite, même si j’avais perdu toutes mes tondeuses à cheveux et tous mes articles il y a quelque temps. Je n’avais qu’une tondeuse de mauvaise qualité qui n’était pas professionnelle. J’y suis allé quand même et le résultat a été positif.

Cette expérience m’a donné une nouvelle impulsion pour continuer. Je n’ai jamais pensé à renoncer à Dafa, cela ne m’a jamais traversé l’esprit. Mais si vous ne lisez pas le Fa, vous vous éloignez lentement, vous vous détendez et, par inadvertance, vous arrêtez de cultiver.

Conclusion

Je suis immensément reconnaissant au Maître et à tous les pratiquants de m’avoir fourni un si bon environnement de cultivation, de s’être constamment préoccupés de mon état de cultivation et d’avoir toujours gardé à l’esprit comment moi, un homme de 69 ans sans éducation formelle, je pouvais aider, avec ce que je considère comme peu de compétences, à valider le Fa.

Les arrangements que le Maître a faits dans ma vie pour obtenir le Fa ont été parfaits. Je n’ai pas de mots pour décrire à quel point je suis reconnaissant envers son infinie bienveillance.

Merci Maître pour votre salut, merci de me permettre d’accomplir mon vœu. Ce que le Maître a fait pour moi n’a pas de prix. Et je continuerai ainsi, ferme dans Dafa jusqu’à la fin.

(Présenté à la Conférence de partage d’expériences de cultivation du Falun Dafa en Argentine, 2022)

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais