(Minghui.org) En Chine non seulement les médias d’information, mais également les médias sociaux, sont contrôlés par le Parti communiste chinois (PCC). Weibo, une plateforme de médias sociaux connue comme la version chinoise de Twitter, a annoncé le 13 janvier que 403 comptes avaient été bloqués pour avoir « attaqué des experts et les universitaires [du PCC] en ridiculisant les politiques de prévention et de contrôle de la pandémie ».

Les propriétaires de ces comptes étaient furieux et se sont plaints par le biais de leurs autres comptes Weibo : « Pouvez-vous expliquer quel message ou quelle phrase était contraire à la politique de Weibo ? » « Nous devons donc soutenir toute la politique qui nous est imposée. Pas vrai ? » « J’ai juste partagé un message. Pourquoi bloquez-vous mon compte ? » « Un dicton dit que les autorités peuvent faire ce qu'elles veulent alors que les citoyens ordinaires n'ont pas droit à la moindre liberté. Maintenant, je l'ai vu de mes propres yeux. »

Certains ont déversé leur colère sur d'autres plateformes de médias sociaux comme Toutiao (titres du jour) : « Qu'entendez-vous par “attaquer” ? Nous n'avons fait que poster des faits. » « Si ces experts publient de fausses informations, leurs comptes ne devraient-ils pas être bloqués aussi ? » « Ces experts ont affirmé que 90 % des personnes infectées ne présentent aucun symptôme. Mais tellement d'entre nous ont eu de la fièvre et des poumons blancs, et sont même morts ? » « Oui, vous pouvez sauvegarder la réputation des experts ici. Mais qui se soucierait de la vie d'un milliard de personnes ? »

Certains internautes ont vite compris que le PCC était derrière toute cette censure et cette désinformation. Voici une satire des « chiens loyaux » (les experts et universitaires qui sont les porte-parole du PCC) : « J'ai deux chiens qui gardent ma porte et attaquent quiconque je leur dis de le faire. Il semble que quelqu'un veuille leur faire passer un mauvais quart d’heure ? Pas question ! » « Je vois, pas étonnant que vos chiens soient si “loyaux” – ils sont bien nourris et bien payés. »

Aucun de ces commentaires n'est surprenant. Depuis qu'il a pris le pouvoir en 1949, le PCC ne s'est jamais soucié du bien-être de la population et a plutôt épuisé toutes les ressources pour persécuter un groupe de citoyens ordinaires après l'autre. Le confinement extrême, de style militaire, de ces trois dernières années est le dernier chapitre de l'histoire du PCC, montrant comment un régime totalitaire ne se soucie que de lui-même, et non de la vie des gens.

Dans ces circonstances, les experts et les universitaires approuvés par le PCC ont fait de leur mieux pour “justifier” les politiques de lutte contre la pandémie mises en place, afin de montrer que le PCC a toujours raison. Lorsque la politique du zéro-COVID a été mise en application, ils en faisaient l'éloge et décrivaient la COVID comme la maladie la plus mortelle. Après l’abandon de la politique du zéro-COVID par le PCC le 7 décembre 2022, en raison de l'augmentation des cas et de la colère du public, ces experts ont alors affirmé que la COVID était aussi bénigne qu'un simple rhume, essayant ainsi d'apaiser la colère du public contre le régime.

Ces experts et ces universitaires sont comme des marionnettes, aidant à diffuser les mensonges du PCC et causant des tragédies sans fin. Derrière le rideau se trouve le marionnettiste, le PCC, qui a tout manipulé. Si le PCC n'est pas rejeté, ce drame horrible continuera probablement, et davantage de personnes seront trompées et risqueront de perdre la vie.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et lors d’occasions spéciales.

Traduit de l’anglais