(Minghui.org) Ma mère a commencé à pratiquer le Falun Dafa en 1996 et m’a suggéré de lire le livre Zhuan Falun. J’ai été profondément touché par les enseignements et j’ai trouvé des réponses à de nombreuses questions que je me posais. J’ai décidé de commencer à pratiquer le Falun Dafa.

Ma tribulation

Un ami commun m’a présenté à ma future femme. Nous nous sommes mariés en 1999 et avons eu notre fille. Cette année-là, le PCC (Parti communiste chinois) a commencé à persécuter le Falun Dafa. Notre environnement de cultivation a été détruit.

De nombreux pratiquants sont allés à Pékin pour défendre Dafa, y compris ma mère et ma sœur. Elles ont été persécutées à répétition et en sont mortes. J’ai également été condamné à la prison en 2008.

Ma femme a eu une liaison pendant que j’étais en prison. Elle a demandé le divorce. Elle a apporté le projet d’accord à la prison et est venue avec deux juges. C’est elle qui avait une liaison, mais j’ai été poursuivi en tant que partie « fautive ». J’ai été bouleversé, mais j’ai fait de mon mieux pour garder mon calme. J’ai donné mon accord après une brève concertation avec les juges.

Mon ex-femme voulait vendre notre maison et partager l’argent. Mes parents avaient acheté la maison avant notre mariage. Mon ex-femme et moi n’avions rien payé, alors que mon nom figurait sur l’acte de propriété. J’étais d’accord pour vendre la maison, mais j’avais peur que mes parents soient contrariés. J’ai essayé de la raisonner : « Ce n’est pas grave si tu ne te soucies pas de moi. Mais je ne peux pas ignorer les sentiments de mes parents et de notre fille. Je ne me soucie pas des autres biens, mais mes parents ont acheté la maison et je ne peux pas la vendre. » Mon ex était bien préparée. Elle voulait que je lui verse la moitié du prix de la maison après ma sortie de prison, dans le cadre de l’accord de divorce.

Selon moi, notre fille recevrait une bonne éducation si elle était confiée à un pratiquant, j’ai donc demandé au juge la garde de mon enfant. Le juge a déclaré que, comme j’étais en prison, la garde devait être confiée à mon ex. De plus, je devais payer une pension alimentaire jusqu’à ce que ma fille ait 18 ans.

J’ai pleuré sur le chemin du retour vers ma cellule. J’avais été torturé et j’avais failli mourir plusieurs fois, mais je n’avais jamais versé de larmes. Nous étions mariés depuis dix ans. Maintenant, ma femme était si froide et déterminée. J’ai vraiment senti à ce moment-là que le qing (émotion, sentimentalité) n’était pas quelque chose qu’un pratiquant devrait avoir. Je savais qu’il était temps pour moi d’abandonner l’attachement au qing.

Le gardien responsable de ma cellule a été témoin de tout le processus de divorce. Il était inquiet pour moi et m’a demandé si j’allais bien. Je lui ai dit calmement : « C’était inutile d’essayer de forcer quoi que ce soit. Il n’y a rien à regretter. Ma femme et l’homme avec qui elle a une liaison sont ensemble et elle est enceinte. Ils n’allaient pas pouvoir se marier si je ne signais pas les papiers du divorce. S’ils continuaient leur liaison, ils n'allaient que se créer plus de karma. Comment le rembourser plus tard ? » L’expression du garde a changé quand je lui ai dit cela. Il a été ému par le désintéressement et la gentillesse d’un pratiquant.

Ma vie a été extrêmement difficile après ma sortie de prison. J’avais besoin d’étudier le Fa, de faire les exercices et de réfléchir à ce qui s’était passé. Mais je n’avais plus d’argent et j’avais besoin de travailler. Un pratiquant m’a aidé à trouver un emploi. Le salaire mensuel était de 1500 yuans, soit seulement un tiers de mon salaire avant mon emprisonnement. Mais cela a résolu mon problème immédiat de besoin d’argent.

Les pratiquants ne dépensent pas beaucoup. En plus des 500 yuans de pension alimentaire que je devais payer chaque mois, le plus difficile était de payer la maison à mon ex. Mes proches m’ont aidé pour les remboursements et je lui ai fait plusieurs versements. C’était très stressant.

Cette situation a duré dix-huit mois. Des compagnons de cultivation ont partagé leurs réflexions avec moi : les pratiquants doivent mettre de côté l’attachement à l’intérêt personnel, mais nous ne pouvons pas accepter la persécution financière des forces anciennes. Ils ont dit que je n’aurais pas dû accepter de verser une somme à mon ex-femme pour la maison ; c’était une persécution secondaire contre moi. Je me suis peu à peu éveillé au fait que c’était aussi une persécution contre mon ex-femme. Elle s’accrochait à son attachement à l’argent et se générait du karma. J’ai compris que je devais cesser de cautionner cette situation.

Une fois que j’ai corrigé mes pensées sur la base du Fa, les choses ont changé.

Résolution bienveillante d’une mauvaise situation

Ma fille vit avec la mère de mon ex-femme depuis l’âge de deux ans. Ma pension alimentaire et celle de mon ex-femme étaient toutes deux versées à la grand-mère. Je payais 500 yuans par mois, et mon ex-femme en payait 300. Mais elle ne payait pas toujours à temps ; parfois, elle ne payait pas du tout. Elle et sa mère se disputaient souvent à ce sujet.

Mon ancienne belle-mère est venue chez moi avec ma fille et s’est plainte qu’elle ne recevait pas d’argent de sa fille. Elle m’a dit qu’elle devait mendier pour en avoir chaque mois. Elle voulait que nous payions tout en un seul versement pour l’année : elle voulait que je paie 5000 yuans, et mon ex-femme 3000. J’étais gêné et lui ai dit : « Ne vous inquiétez pas. Je vous paierai si elle ne le fait pas. Je vous paierai 10 000 yuans pour l’année. À partir de maintenant, je ne donnerai plus d’argent à votre fille pour la maison, et je paierai la totalité de la pension alimentaire. La maison a été achetée avant notre mariage. Elle n’en était pas propriétaire. Maintenant, elle ne veut même pas payer la pension alimentaire. Je n’ai aucune raison de lui payer la maison. »

J’ai payé les frais de scolarité de ma fille de l’école primaire jusqu’à ce qu’elle obtienne son diplôme universitaire. L’internat et les frais de scolarité pour le lycée s’élevaient à plusieurs dizaines de milliers de yuans par an.

J’ai appris à ma fille comment se comporter et je lui ai servi de modèle en me basant sur la culture traditionnelle et les concepts orthodoxes. Je ne l’ai pas forcée à faire des choses, mais je l’ai encouragée à faire le bon choix. Elle se comportait bien ; je n’avais pas à m’inquiéter pour elle. Juste après avoir obtenu son diplôme, elle a été embauchée par une entreprise du Fortune 500 (ndt : Fortune 500 est le classement des 500 premières entreprises américaines, classées selon l’importance de leur chiffre d’affaires). Elle a bénéficié de Dafa malgré la pandémie actuelle, la mauvaise économie et les normes morales dépravées en Chine. 

Les grands-parents ont pris grand soin de ma fille, et je leur en ai été très reconnaissant. Je leur rendais visite chaque semaine, avec des cadeaux ou de l’argent. Je ne manquais jamais les vacances. Je les emmenais souvent dîner au restaurant. Je m’occupais aussi de tout ce qu’il fallait réparer et je leur faisais des courses.

La santé des grands-parents de ma fille a décliné et ils ont pris des médicaments. Le grand-père a pris une retraite anticipée à cause de sa mauvaise santé. Il était souvent hospitalisé, surtout avant son décès. Je lui ai rendu visite et lui ai apporté la nourriture qu’il aimait et de l’argent. Quand il est mort, j’ai aidé à organiser ses obsèques.

Après le décès du grand-père, ma fille a quitté la ville pour étudier et travailler et sa grand-mère se sentait très seule. Je suis allé la voir toutes les semaines et nous discutions ensemble.

Les grands-parents ont fait mon éloge auprès de leurs amis et parents. Ils m’ont dit un jour : « Nous n’avons pas de fils. Tu es notre fils à partir de maintenant. » Leurs amis et parents m’ont tous félicité. En réalité, je ne me soucie pas de l’opinion que les autres ont de moi. Mais mon comportement bienveillant a montré aux gens combien le Falun Dafa est merveilleux. L’opinion favorable qu’ils avaient à mon égard leur a permis d’avoir une bonne opinion de Dafa, ce qui les a sauvés.

La sœur de mon ex-femme et toute sa famille ont démissionné du PCC et de ses organisations affiliées. Son mari était membre du Parti et travaillait dans une entreprise publique. Leur fils a également renoncé au PCC et à ses organisations pour la jeunesse. Ses résultats scolaires étaient médiocres, mais il a obtenu de très bons résultats à l’examen d’entrée à l’université et a été admis dans une excellente université.

Je n’avais plus de ressentiment envers mon ex-femme lorsque je l’ai revue. J’éprouvais de la pitié pour elle. En repensant à l’époque où nous étions encore mariés, je me suis rendu compte que je n’avais pas tenu compte de ses sentiments et que je n’avais pas été assez attentionné. Du point de vue d’un pratiquant, je devrais la remercier. La tribulation du divorce m’a montré comment être tolérant et compréhensif.

J’ai dîné avec mon ex-femme et sa famille, et nous avons discuté. Je ne me suis jamais remarié après le divorce, et elle m’a suggéré de chercher une femme. J’ai simplement souri. Comment une personne ordinaire pourrait-elle savoir ce qu’un pratiquant considère comme étant important ?

Mes revenus ont augmenté quand j’ai arrêté de suivre la persécution économique dont je faisais l’objet. Je ne dépense pas l’argent de façon désinvolte, même si j’ai des économies. Maître Li, le fondateur du Falun Dafa, a dit que Dafa avait des ressources limitées. Ce que j’ai a été donné par Dafa et devrait être utilisé pour sauver les gens. Ma capacité à remplir ma mission dans ce monde s’est améliorée après celle de mes finances.

Des tribulations apparemment infranchissables ont été remplacées par la joie lorsque j’ai compris la situation en me basant sur le Fa. Je suis reconnaissant de la protection du Maître, et ma foi dans le Maître et Dafa est inébranlable. Je me trouve très chanceux d’être un pratiquant. Plus j’étudie le Fa et plus je pratique, plus je ressens la grandeur du Maître, je connais l’importance de ma mission et je vois la voie claire qui s’ouvre devant moi. Ma confiance et ma pensée droite sont constamment renforcées.

Je tiens également à remercier mes compagnons de cultivation pour leur aide. Je m’efforcerai d’avancer diligemment avec eux et nous progresserons ensemble dans notre cultivation.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et lors d’occasions spéciales.

Traduit de l’anglais