(Minghui.org) J’ai grandi dans une famille de pratiquants de Falun Dafa. Mes deux parents, la jeune sœur de mon père et la femme de son frère étaient tous pratiquants. J’ai toujours cru que j’avais une croyance ferme dans Dafa, mais après le début de la persécution en juillet 1999, j’y ai renoncé par peur, tout en continuant à soutenir les membres de ma famille qui cultivaient.

Les tribulations des membres de la famille

Décès de la femme du frère de mon père

Vers 2005, la femme du frère de mon père a eu une crise cardiaque. Elle n’est pas allée à l’hôpital et est décédée. À cause de cela, son mari et leur fille ont développé de mauvaises pensées à propos de Dafa.

J’ai appris plus tard par ma cousine qu’elle avait toujours gardé rancune à sa mère et que cela n’avait jamais été résolu. Avant que la persécution ne commence, ma tante était très occupée à promouvoir le Fa et négligeait ses responsabilités familiales. Elle obligeait mon oncle à dormir dans une autre pièce la nuit et forçait ma cousine à s’asseoir les jambes croisées et à faire la méditation. Lorsque ma cousine ne voulait pas le faire, ma tante se mettait très en colère contre elle. Dès que ma cousine s’est mariée, elle a cessé de faire la méditation. Elle ne croit toujours pas dans Dafa et s’est tournée vers le christianisme.

Décès de ma mère

Pendant les plus de dix années suivantes, mes parents et la jeune sœur de mon père ont continué à cultiver dans Dafa.

Mon père a été arrêté illégalement près de dix fois, et ma mère a également été arrêtée à plusieurs reprises. Elle a ensuite été obligée de quitter la maison et s'est retrouvée sans ressources.

En 2016, mes parents ont commencé à avoir des conflits insolubles et ils se disputaient toute la journée. Ma mère a commencé à souffrir d’une mauvaise santé, mais elle refusait de prendre des médicaments ou de consulter un médecin. Elle n’écoutait personne et, à la fin, elle est décédée. Elle avait 64 ans.

Sa sœur soutenait Dafa et a aidé mes parents à clarifier la vérité à d’autres parents et amis et les a aidés à démissionner des organisations du Parti communiste chinois (PCC). Après la mort de ma mère, elle a développé des pensées négatives sur Dafa et a commencé à dire du mal de cette pratique. Elle a même frappé et réprimandé mon père, le rendant responsable de la mort de ma mère et l’accusant de ne pas avoir emmené ma mère à l’hôpital alors qu’elle était dans un état critique. Ma tante en voulait à mon père et ne lui a jamais pardonné.

J’ai été choquée d’apprendre la mort de ma mère et j’ai pleuré pendant longtemps. J’avais déjà émigré au Canada à ce moment-là, mais je n’avais pas repris la cultivation de Dafa.

Décès de la jeune sœur de mon père

Mon neveu (le fils de ma sœur) ne comprenait pas pourquoi ma mère refusait de se faire soigner quand elle était malade. « Pourquoi Falun Dafa interdit-il aux gens d’aller à l’hôpital ? », m’a-t-il demandé. Je lui ai expliqué que le Falun Dafa n’interdit jamais à quiconque de chercher de l’aide médicale. Le Falun Dafa explique seulement pourquoi les gens tombent malades, et c’est à chaque individu de décider comment il gère sa maladie. Je ne suis pas sûre que mon neveu ait vraiment compris ce que j’ai dit, mais lui et ma sœur continuent de croire que le Falun Dafa est bon.

La jeune sœur de mon père a continué à pratiquer Dafa pendant la persécution, mais elle n’a jamais pu aider son mari à avoir une croyance juste dans Dafa et a subi beaucoup de tribulations à la maison.

Pendant de nombreuses années, elle a distribué des documents clarifiant la vérité. Il y a deux ans, elle a été emmenée dans un centre de détention. Après sa libération, les conflits avec sa famille ont empiré et son mari l’a fait partir. Elle a été frappée par le karma de maladie et est décédée. Son mari nourrissait également beaucoup de haine envers Dafa. Il haïssait mon père pour avoir présenté Dafa à sa femme dès le départ.

Les membres de la famille de ma tante lui rendaient rarement visite avant son décès. Ma sœur et mon neveu sont allés la voir avant sa mort. Ma sœur m’a dit que notre tante avait un herpès zoster très douloureux. Elle a beaucoup souffert dans ses derniers jours.

Paralysie de la sœur aînée de mon père

La sœur aînée de mon père pratiquait également Dafa mais n’était pas très sérieuse. Elle est maintenant paralysée et alitée.

Décès du frère de mon père

Mon père ne se souciait pas beaucoup de sa famille élargie. Son frère est mort récemment et il n’a même pas pris la peine de lui envoyer ses condoléances. Ma cousine (celle mentionnée plus haut) détestait mon père et a complètement cessé de me parler maintenant que ses deux parents sont morts.

À cause de toutes ces choses, mon mari aussi ne voulait rien avoir à faire avec Dafa pendant de nombreuses années.

Ma propre épreuve familiale

Mon père est ensuite venu au Canada pour me rendre visite, et je l’ai aidé à obtenir le statut de résident permanent au Canada. Mon père est très égocentrique et a du mal à s’entendre avec mon mari. Mon mari méprise mon père, pensant qu’il ne s’est jamais soucié de sa famille, seulement de lui-même. Ils ne pouvaient même pas se parler.

Au cours de l’année écoulée, presque toutes les dents de mon père sont devenues mauvaises. Il ne peut plus rien mâcher et doit suivre un régime liquide. Mon mari a supposé que mon père avait développé un diabète. Il m’a donc exhortée à transférer tous les biens au nom de mon père à mon nom, car il craignait que mon père refuse également d’aller à l’hôpital comme ma mère et sa jeune sœur et qu’il meure bientôt.

C’était dans ces circonstances que j’ai commencé à pratiquer sérieusement le Falun Dafa. Au début, mon mari a fait des efforts considérables pour m’arrêter, mais j’ai continué à pratiquer malgré tout. L’épreuve à la maison était énorme. Je pensais pouvoir changer sa vision négative de Dafa par ma cultivation. Mais à ses yeux, j’étais comme mon père et j’abandonnais la famille.

Il a voulu déménager un certain nombre de fois. J’ai continué à regarder à l'intérieur pour me rectifier. Avec l’aide des compagnons de cultivation, je m’en suis sortie, pensant avoir passé l’épreuve des conflits familiaux. Mais j’avais tort.

Il y a quelques jours, il a soudainement voulu déménager à nouveau, en disant qu’il y avait une barrière entre nous qu’il ne pouvait pas franchir, à savoir que j’avais commencé à pratiquer le Falun Dafa. Il s’est plaint de certaines choses. Par exemple, il s’était fait une fois une entorse à la jambe, mais je suis sortie quand même pour faire des choses de Dafa. Il pensait que j’étais devenue très froide et sans cœur. Il en a voulu à Dafa et a dit qu’il ne pouvait plus vivre avec moi.

Je lui ai clarifié la vérité, mais il a refusé d’écouter, disant qu’il ne voyait que la façon dont mon père et moi nous étions comportés et qu’il était inutile de dire autre chose. Il croyait que mon père et moi avions abandonné la famille.

J’ai regardé à l’intérieur, mais je n’ai pas trouvé ce que j’avais fait de mal. J’avais l’impression de faire beaucoup pour la famille : cuisiner, m’occuper de nos deux enfants, nettoyer la maison, les accompagner lors de sorties, etc. Je pensais bien me conformer à la société de tous les jours et je ne suis jamais allée à l’extrême comme mes parents et la jeune sœur de mon père.

Je me sentais malheureuse car je ne voyais pas ce que j’avais mal fait, même si je savais au fond de moi que c’était ma faute, car je comprenais que lorsque des conflits surgissent entre un pratiquant de Dafa et une personne ordinaire, le pratiquant de Dafa doit être dans l'erreur.

Pourtant, je ne savais pas ce que j’avais fait de mal, pensant que mon mari avait dû être affecté par les membres de ma famille, et qu’il n’y avait rien que je puisse faire pour le changer. Je pensais que c’était mon père qui lui faisait penser négativement à Dafa et qu’il n’y avait rien que je puisse faire pour changer mon père. Mais mon mari m’a dit : « Je t’ai épousée. Ce n’est pas ta famille, pas ton père, mais toi. »

J’ai demandé à mes enfants si ça irait si leur père déménageait : « Si votre père déménageait parce que je pratique Dafa, me le reprocheriez-vous ? » Mes deux enfants ont répondu qu’ils ne me blâmeraient pas parce qu’ils croient que le Falun Dafa est bon.

« Maman, je ne veux pas que papa déménage, mais ça ira s’il le fait », a dit ma fille de six ans. Je me sentais un peu mieux, car mes enfants me comprenaient au moins. Pourtant, j’étais plutôt confuse : sur quoi est-ce qu’on me testait ? Où est-ce que je me suis trompée ?

Je ne voulais pas laisser de regrets, et je ne pouvais pas laisser mon mari déménager comme ça. Je ne devais pas me sentir impuissante, je devais trouver la racine du problème.

D’un côté, je pensais que s’il déménageait, je serais libre de faire ce que je voulais. Cependant, au fond de mon cœur, je sentais que ce n’était pas la bonne chose à faire. Je ne devais pas laisser ma famille se briser simplement parce que j’avais choisi de cultiver dans Dafa. Je ne devrais pas laisser mes enfants grandir sans leur père, et je ne devrais pas laisser mon mari déménager parce qu’il ne connaissait pas la vérité sur Dafa, car cela le détruirait vraiment. Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais lorsque j’ai commencé la pratique. Je ne dois pas répéter les erreurs de mes parents et des autres proches de la famille. Je voulais sauver mon mari et mes proches.

Je n’arrivais toujours pas à comprendre où j’avais fait fausse route, alors que les conflits dans ma famille duraient depuis trois ans. Des compagnons de cultivation m’ont rappelée de faire preuve de plus de gentillesse envers mon mari. Je pensais que je le faisais déjà et je ne savais pas vraiment ce que je pouvais faire de plus, jusqu’au jour où j’ai lu un article en ligne qui racontait comment, dans les temps anciens, les femmes vertueuses respectaient et traitaient leur mari.

Dans une partie, il est dit que, si le mari était malade, la femme s’inquièterait pour lui toute la journée. Elle chercherait partout des médicaments pour lui et implorerait les bénédictions du divin. Elle l’aiderait à obtenir tous les traitements possibles et lui souhaiterait de jouir de la longévité. « N’apprenez pas de la femme stupide qui ne se soucie de rien », disait l’article.

Je me suis souvenue de la façon dont mon mari s’était plaint lorsque j’étais sortie pour faire mes propres affaires alors qu’il avait une entorse à la jambe. J’ai tout de suite vu l’écart entre moi et une épouse vertueuse dans la culture traditionnelle. Je me suis rendu compte de ma froideur et j’ai senti que j’avais vraiment tort. Tout d’un coup, j’ai pris conscience de mes propres problèmes. Je me comportais comme la femme stupide et je ne prenais pas à cœur la maladie de mon mari. Comment pouvais-je gagner le cœur de mon mari en me comportant de la sorte ? Je me suis sentie très mal à cause de mon mauvais comportement.

Je me suis souvenue d’une ligne dans le poème du Maître :

« Retourner à la tradition, c’est le chemin qui mène au Ciel »

(« Créer à nouveau », Hong Yin V)

J’ai suivi la pensée et les méthodes modernes dans ma cultivation, et c’était l’obstacle que je n’avais pas réussi à surmonter. J’ai trouvé la cause profonde des conflits entre moi et mon mari. Ce n’était pas parce que je pratiquais le Falun Dafa, mais parce que j’avais perdu le respect pour mon mari.

Nous avions un mariage très heureux parce que j’ai toujours respecté mon mari. Je l’aimais, je le comprenais et je le soutenais. À mes yeux, il était parfait en tout point. Notre mariage était très heureux, car il reposait sur des bases saines et stables et se conformait aux valeurs traditionnelles.

Mais après que j’ai commencé à pratiquer le Falun Dafa, il a essayé de m’arrêter, alors j’ai perdu tout respect pour lui au plus profond de mon cœur. Même si je ne le montrais pas en surface, je rejetais tout ce qu’il faisait. Je ne pouvais pas respecter sa façon de penser, et je le jugeais selon ma compréhension, pensant que j’étais celle qui avait raison et lui tort.

Chaque sacrifice que j’ai fait était basé sur un attachement très égoïste : « Je vais te faire changer ! » Je me suis maintenant rendu compte que c’était une attitude très agressive et peu aimable. C’était une opinion préconçue de ma part. Je ne peux changer personne d’autre que moi-même. Lorsque je suis arrivée à cette compréhension et que j’ai réalisé que le problème résidait dans ma pensée moderne, je suis devenue très calme car je savais maintenant où je m’étais trompée.

Ce soir-là, j’ai fait part à mon mari de mes pensées et je lui ai présenté mes excuses du fond du cœur. Je lui ai également lu l’article et lui ai expliqué comment il m’avait aidée à prendre conscience de mes propres problèmes. Il m’a écoutée très attentivement. Je lui ai ensuite dit que je respecterais son choix. Finalement, il a décidé de ne pas déménager.

Je me suis profondément rendu compte que lorsque j’interagissais avec mon mari sur la base de la pensée moderne telle que l’égalité entre hommes et femmes, de multiples conflits surgissaient. Je ne lui ai pas montré de l’attention et de la gentillesse de manière humble et je ne l’ai pas respecté comme j’aurais dû le faire. Bien sûr, il ne s’est pas senti à l’aise ou heureux. Peu importe ce que je faisais, il ne pouvait pas l’apprécier, car mes pensées étaient incorrectes. Lorsque j’ai réalisé que mes pensées étaient incorrectes et que j’ai commencé à me rectifier, je me suis sentie très bien et calme.

Je suis triste quand je me rappelle l’état de cultivation des membres de ma famille quand ils étaient encore là. Influencés par la culture du PCC, les gens en Chine ont développé des conceptions perverties. De nombreux pratiquants essaient également de comprendre Dafa avec des pensées et des conceptions modernes, ce qui crée des obstacles insurmontables pour eux et a un impact négatif sur Dafa.

Ce qui précède n’est que ma compréhension personnelle à mon niveau limité. Veuillez me signaler s’il y a quoi que ce soit d’inapproprié.

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d'auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais