(Minghui.org) En 2001, j’étais en quête de spiritualité et du sens profond de la vie. Je n’arrêtais pas de me demander : « Pourquoi sommes-nous ici ? » J’ai essayé le yoga, puis le tai-chi. En cherchant différentes voies de cultivation, dont le bouddhisme, j’ai trouvé le site Internet du Falun Dafa : www.falundafa.org.

J’ai commencé à lire les enseignements de Maître Li Hongzhi. Bien qu’au début j’avais du mal à les comprendre, je ressentais quelque chose de spécial, une attirance extraordinaire pour ce qu’il écrivait. J’ai commencé à pratiquer les exercices en regardant les vidéos, en suivant les instructions du Maître et en imitant ses mouvements.

En continuant à faire les exercices, j’ai ressenti une énergie puissante. Mon humeur et même mon attitude se sont améliorées. Ma perception de moi-même, des personnes et des situations qui m’entouraient est devenue positive. Au début, les changements semblaient minimes, presque imperceptibles, mais ils étaient radicaux. J’ai commencé à me purifier des pensées négatives, et mon attitude et mes actions ont commencé à être plus droites, simples et bienveillantes, pas du tout confuses comme l’avait été ma vie jusque-là. Après avoir négligé mon corps et mon esprit pendant de nombreuses années, j’ai entamé un chemin de cultivation spirituelle et de connaissance de soi par la méditation et la lecture des enseignements du Maître.

Dafa est merveilleux

Le premier grand changement a été que j’ai arrêté de fumer. Je n’ai eu aucun symptôme de manque ! Ensuite, j’ai progressivement arrêté de boire de l’alcool et de consommer de la drogue. En lisant le livre principal du Falun Dafa, le Zhuan Falun, j’ai réalisé que c’était des attachements qui interféraient sérieusement avec mon processus de purification et ma cultivation.

Auparavant, je me mettais très en colère, surtout contre ma fille. Je ne pouvais pas tolérer qu’elle me désobéisse ou qu’elle remette en question mes paroles ou mes actions. Je ne savais pas comment lui imposer des limites sans me mettre en colère. En fait, je m’énervais contre elle. Je lui criais après et la dénigrais. Je la maltraitais verbalement, et même, je la secouais pour la faire revenir à la raison. Elle me rendait fou. Je pense que je la traitais de cette façon parce qu’elle reflétait mon propre comportement. Elle disait une chose et en faisait une autre. Ce que je voyais en elle me dégoûtait. Je n’arrivais pas à changer cela et ça me frustrait et me mettait très en colère.

Je m’énervais facilement à la moindre difficulté et je perdais le contrôle. La colère, la paresse, la luxure, l’envie et l’égoïsme dominaient complètement ma vie. J’étais submergé dans un environnement plein d’obscurité et de négativisme. Mais avec Dafa, j’ai pu sortir de ce gouffre. Mon état d’esprit a changé, et je me suis senti plein d’espoir et optimiste. Les changements positifs se produisaient lorsque je me souvenais des enseignements et que je les appliquais dans ma vie quotidienne.

Malgré mes changements grâce aux enseignements du Maître, la transformation était superficielle. Comme je ne connaissais pas d’autres pratiquants, je n’avais personne avec qui discuter des enseignements. Il m’était très difficile de comprendre les significations profondes, et il me semblait qu’il s’agissait de concepts très difficiles en raison de leur ampleur et de leur complexité. Intellectuellement et culturellement, je les percevais comme étant loin de ma capacité de compréhension. Je sentais que je ne progressais pas. Cela m’a découragé de lire et j’ai fini par abandonner Dafa.

Perdu et retrouvé

Comme je n’avais personne à qui parler, j’ai commencé à perdre mon enthousiasme initial. Je manquais de détermination et de discipline. J’ai progressivement cessé de lire le Zhuan Falun ou de faire les exercices. J’ai commencé à me perdre à nouveau dans ce monde d’illusion et de plaisirs des gens ordinaires. J’ai failli manquer cette unique chance de salut.

Pendant quinze ans, j’ai abandonné le Falun Dafa, mais quelque chose de miraculeux s’est produit. Fin 2018, alors que je quittais une activité dans un centre culturel d’une petite ville de l’intérieur de Cordoue où je vis, j’ai été surpris de trouver des prospectus de Falun Dafa. Ils contenaient des informations sur Dafa et une invitation à un séminaire de neuf jours. J’ai été étonné de voir comment Dafa revenait dans ma vie de manière inattendue.

J’ai immédiatement pris le dépliant et appelé le numéro de téléphone. J’ai appris que la pratiquante venait de Buenos Aires et voulait présenter le Falun Dafa aux gens de notre région. Elle était originaire de Villa General Belgrano. Nous avons discuté pendant un moment. Elle m’a invité à aider à organiser l’activité, qui a eu lieu le lendemain.

L’expérience a été incroyable ! Je me suis soudain souvenu de tout. Les enseignements, les principes, même les mouvements des exercices ! C’était comme si je n’avais jamais cessé de pratiquer le Falun Dafa. Les changements que j’ai vécus étaient remarquables, car je ressentais à nouveau cette énergie puissante qui ajustait et nettoyait mon esprit et mon corps.

Après le séminaire, la pratiquante et moi avons établi un site de pratique dans cette ville. Son frère faisait également ses premiers pas dans la pratique du Falun Dafa.

J’en ai tellement bénéficié. Je me sens bien. J’essaie de garder mon cœur pur et mon esprit calme, ce que je peux faire la plupart du temps. Grâce à la pratique du Falun Dafa, je vois les choses plus clairement et plus simplement. J’ai beaucoup d’énergie et je la répands avec joie autour de moi, car je veux partager cette bénédiction avec les autres.

La relation avec ma fille a radicalement changé. Je suis beaucoup plus patient et tolérant. Je ne perds plus le contrôle lorsqu’elle fait quelque chose que je n’aime pas. Lorsqu’elle se conduit mal, je lui explique calmement pourquoi je pense qu’elle se conduit mal et quelles en sont les conséquences : comment nos mauvaises actions, attitudes et pensées affectent notre environnement et nous-mêmes. Je l’encourage à être honnête et sincère, patiente et tolérante, compatissante et gentille. J’utilise mon propre vécu comme exemple.

Elle me dit que je suis maintenant le meilleur père du monde et qu’elle m’aime beaucoup. Elle m’accompagne parfois sur le lieu de pratique et fait les exercices avec moi, elle écoute quand je lis les conférences et participe à certaines activités de clarification de la vérité. Quand je lui demande comment j’étais avant, elle me dit que j’étais toujours en colère, que je dormais beaucoup et qu’elle ne veut pas que ce papa revienne.

Abandonner les attachements humains

L’année dernière, une conférence de Fa a été organisée à Buenos Aires. Dès le début, j’ai eu beaucoup d’interférences qui m’ont empêché d’y assister. Lorsque j’ai appris qu’elle allait avoir lieu pendant le long week-end d’octobre, ma première réaction a été d’abandonner l’idée, car à cette date, dans ma ville, on célèbre la fête nationale de la bière et les habitants ont beaucoup de travail lié au tourisme. Je m’étais déjà engagé dans plusieurs obligations professionnelles que je pensais ne pas pouvoir déléguer à quelqu’un d’autre ou annuler. J’ai informé la personne de contact en Argentine que je n'allais pas pouvoir assister à la conférence de Fa.

Grâce à l’insistance, à l’apport d’idées, aux offres d’aide et à la motivation de divers pratiquants, j’ai été convaincu de ne pas abandonner et de maintenir l’objectif de participer à la conférence de Fa, quoi qu’il arrive. C’est alors que, par coïncidence, l’occasion s’est présentée de voyager avec une femme qui pouvait m’emmener dans sa voiture à Rosario. Comme il y avait deux places disponibles, j’en ai profité pour demander à ma fille de m’accompagner. Elle resterait chez ses grands-parents à Rosario.

J’ai décidé de me rendre dans ma ville natale, où j’ai de la famille. Je resterais avec eux et de là, il serait plus facile de me rendre à Buenos Aires. Lorsque j’ai pris cette décision fermement, les difficultés et les engagements ont commencé à être résolus. J’ai trouvé une personne pour s’occuper de l’accueil des touristes et des autres questions en suspens. Petit à petit, il m’a semblé que toutes les difficultés étaient résolues avec succès.

Le lendemain de mon arrivée à Rosario, alors qu’il ne restait que deux jours avant la conférence de Fa, ma fille a commencé à se sentir mal. Elle avait une mauvaise toux, des maux de tête et de la fièvre. Cette situation m’a fait reconsidérer mon voyage à Buenos Aires. Je l’ai expliqué à d’autres pratiquants qui m’ont à nouveau encouragé à voyager quand même puisque ma fille ne serait pas laissée seule. Elle serait avec mes parents et rien de mal ne lui arriverait. J’étais très perplexe, rempli de doute et de peur. Ma croyance et ma détermination n’étaient pas assez fortes pour tenir bon. Mes pensées n’étaient pas claires et droites. Le lendemain, j’ai commencé à ressentir un malaise physique semblable à celui de ma fille. Cette nuit-là, j’ai commencé à avoir des courbatures et de la fièvre, j’ai donc décidé de ne pas me rendre dans la capitale.

Ce qui est curieux, c’est que le lendemain, dimanche, alors que la conférence de Fa se déroulait, ma fille se sentait bien et moi aussi. Je me suis senti déçu de ne pas avoir passé les dernières tribulations qui avaient été placées sur mon chemin.

Conclusion

J’ai découvert quelque chose de très révélateur grâce à Dafa, à savoir que nous devons profiter du fait que nous nous sommes incarnés en tant qu’êtres humains et que le temps dont nous disposons est extrêmement précieux. Nous ne devons pas gaspiller cette occasion de cultiver dans cette vie. Nous devons éliminer toutes sortes de désirs et d’attachements, élever notre niveau moral et sauver les êtres de la destruction totale et définitive.

Il faut être capable de supporter l’amertume dans l’amertume, d’endurer la souffrance avec une volonté ferme, sans hésiter ni se mettre en colère. Nous devons être reconnaissants pour les tribulations qui nous tombent dessus, car elles nous permettent d’élever notre xinxing. Si nous nous assimilons au principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance, nous pouvons accomplir l’objectif de notre existence : retourner à l’origine et revenir à la vérité, ce qui est le vrai sens de notre passage dans cette vie terrestre.

Merci, Maître, de nous avoir transmis vos enseignements ! Je remercie également les pratiquants d’Argentine et l’Association de Falun Dafa d’Argentine d’avoir organisé une autre conférence de Fa cette année. L’année dernière, j’ai eu de nombreuses tribulations qui m’ont empêché d’assister à la conférence de Fa. Je n’y suis pas arrivé, mais cette année, je n’ai pas hésité un seul instant. J’ai tenu bon dès le début et me voilà. Je suis prêt à saisir chaque instant pour écouter les expériences de cultivation des autres pratiquants, recevoir des critiques, regarder à l’intérieur pour trouver et reconnaître les attachements, et élever mon processus de cultivation avec humilité afin de devenir plus diligent et altruiste.

Merci Maître ! Merci compagnons de cultivation !

(Présenté à la conférence de partage d’expériences du Falun Dafa d’Argentine 2022)

Tout le contenu publié sur ce site est protégé par les droits d’auteur de Minghui.org. Minghui produira des compilations de son contenu en ligne régulièrement et en des occasions spéciales.

Traduit de l’anglais