Site web Minghui	Version française de Minghui.org Chinese Minghui Autres langues Livres du Falun Dafa Téléchargement gratuit Achat

  • Choisir une date
  • Contacter l'éditeur
 

La fausse histoire des auto-immolations sur la place Tiananmen

L'Appel pacifique du 25 avril 1999
Révéler les crimes de prélèvements d'organes sur les pratiquants de Falun Gong
1400 décès présumés

pratiquants persécutés à mort

271,117,185 personnes ont démissionné du PCC
Vœux adressés à Maître Li Hongzhi
Journée mondiale du Falun Dafa
Articles avec commentaires du Maître
Mon Maître
Traduire Jiang Zemin en justice
Sortir de l’état humain
  [Plus ...]
Minghui international - Édition spéciale 2015 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2014 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2013 (version française)
Minghui international - Édition spéciale 2012 (toutes les versions)
Page d'accueil > Mon Maître


[Célébrer le 13 mai] Attendu des siècles durant – Histoires autour de l’Enseignement du Maître dans la ville de Dongying

 

(Minghui.org)

 

« L’attente de milliers d’années,

l’aspiration de dizaines de milliers d’années »

(« Retourner au Ciel est l’autre rive » dans Hong Yin III)


Le 11 févier 1994 est un jour spécial. C’est le jour où nous avons accueilli le Maître à Dongying, dans la province du Shangdong. Le Maître est venu dans la région du gisement pétrolier de Shengli pendant la période des fêtes du Nouvel An chinois, pour y enseigner le Falun Dafa.

 

 

Du 28 janvier au 5 février 1994, le Maître a donné son premier séminaire de Falun Dafa dans la ville de Jinan, province du Shandong. Sans prendre le moindre repos, le Maître accompagné de sa femme et de sa sœur s’est rendu dans le canton de Kenli, dans la province du Shandong, au cours de l’après-midi du 11 février 1994. C’était le deuxième jour du Nouvel An chinois. Le même jour dans la soirée, le Maître a donné sa première conférence dès son arrivée.


Le séminaire a eu lieu dans une salle d’hôtel du canton de Kenli ; 400 personnes étaient présentes dont le chef du canton.


Outre les conférences données dans le canton de Kenli, le Maître a enseigné deux fois dans la région du gisement pétrolier de Shengli. Une fois dans la région située au sud du Fleuve Jaune et une autre fois au nord du Fleuve Jaune.


Le gisement pétrolier de Shengli se situant à la fois au nord et au sud du Fleuve Jaune, les enseignements du Maître se sont répandus dans toute la zone du gisement pétrolier. De nombreuses personnes se sont mises à étudier le Fa et à cultiver dans la ville de Dongying.


I. Des miracles ont eu lieu quand le Maître enseignait le Fa dans la ville de Dongying

 

Un pratiquant a vu les Fashen du Maître pendant le stage

 

Un des participants avait une trentaine d’années. Il avait auparavant pratiqué plusieurs types de qigong. Après avoir entendu l’enseignement du Maître, il a soudain compris certaines choses : les divers qigong qu’il avait pratiqués jusque-là n’étaient qu’au niveau de la mise en forme. Ces fausses pratiques de qigong lui avaient fait beaucoup de mal et auraient pu lui coûter la vie. Il a senti que c’était pour lui une chance que le Maître ait enseigné le Falun Dafa, une cultivation et pratique vraiment de haut niveau.

 

Il était très enthousiaste. Quand le Maître a dit :

 

« Peut-être à peine avez-vous franchi le seuil de la porte que votre conjoint vous jette des reproches en pleine figure ; si vous les supportez bien, votre pratique de gong d’aujourd’hui n’aura pas été vaine. » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)

 

Il n’a pu s’empêcher de répondre « Fantastique ! » parce qu’il avait rencontré une telle situation. Il ne comprenait pas pourquoi le Maître lui paraissait si familier alors qu’il le voyait pour la première fois. Il lui semblait avoir rencontré le Maître dans le passé. Au moment où il a eu cette pensé, le Maître a dit que certaines personnes avaient une affinité prédestinée avec lui depuis plus d’une vie, et certaines depuis plusieurs vies.

 

Il a pensé que le Maître était remarquable, et le Maître semblait connaître ses pensées instantanément.


Dans d’autres dimensions, il a vu que quand le Maître enseignait le Fa, il y avait cinq êtres autour de lui. Chacun d’eux avait des cheveux bleus bouclés et portait une kasaya jaune. À l’époque, il ne savait rien à ce sujet, mais plus tard, il a compris qu’il s’agissait des Fashen du Maître.

 

Un homme paralysé se remet à marcher

 

Le troisième jour du Nouvel An chinois (deuxième jour du stage), les gens entraient au fur et à mesure dans la salle. On y avait conduit un vieil homme qui était complètement paralysé. Il était assis dans une chaise roulante et il avait été soulevé de sa chaise par sept ou huit personnes jusqu’aux escaliers de la salle puis on l'avait aidé à monter petit à petit.


À ce moment-là, le Maître allait entrer dans la salle pour la conférence. Le Maître a vu la scène et a dit : « Vous tous, laissez-le ! » Tous ont entendu et l’ont relâché, sauf deux personnes qui tenaient les bras de l’homme de chaque côté. Ils pensaient que s’ils le lâchaient, l’homme allait tomber.


Le Maître a élevé la voix et a dit : « Seuls vous deux n’avez pas entendu. Laissez-le vite ! » Ils ont entendu et l’ont lâché.


Un miracle s’est produit. Le vieil homme n’est pas tombé, au lieu de cela il se tenait debout et bien droit. Puis il s’est dirigé vers le portail sud et est entré dans la salle pour écouter la conférence du Maître. Ceux qui avaient porté l’homme étaient bouche bée après avoir assisté à la scène et pleuraient. Tous les élèves dans la salle ont chaleureusement applaudi l’homme.


Quand le Maître était sur le point de commencer la conférence, le vieil homme est monté seul sur l’estrade. Il a arpenté l’estrade, se montrant à tous et a dit : « J’étais complètement paralysé, et j’ai essayé d’obtenir l’assistance de plusieurs grands hôpitaux, mais ils n’ont pas pu me guérir. Le Maître m’a guéri instantanément. Je ne sais comment remercier le Maître ! » Les élèves ont répondu par de chaleureux applaudissements.

 

Purifier le corps au cours du stage

 

Il y avait une pratiquante autour de la cinquantaine, une enseignante qui venait tout juste de prendre sa retraite. Elle souffrait de toutes sortes de maladies, telles que l’hémicrânie, qui lui donnait l’impression que sa tête allait éclater. Elle souffrait également d’hyperplasie de l’os cervical. Quand elle marchait, elle sentait comme un craquement au pied. Quel que soit le traitement suivi, rien n'y faisait. Alors, elle a assisté au séminaire du Falun Dafa. Plus elle écoutait, plus elle aimait la conférence, et elle a pensé que Maître Li nous conduisait vraiment vers un niveau élevé.


Après avoir amélioré sa compréhension, elle a changé physiquement. Le Maître a purifié son corps et ses maladies ont disparu. Elle a dit qu’elle sentait ce que c’était que de ne pas avoir de maladies. Quand le Maître a enlevé les maladies des pratiquants (leur disant de frapper du pied), elle aussi a frappé du pied et ses douleurs ont disparu. Un jour, elle a eu mal dans le pied, c’était comme si elle venait de marcher sur du feu. Elle avait vraiment mal. Elle a frotté ses pieds rapidement sur le sol, et un instant plus tard, elle a levé ses pieds et vu qu'il n'y avait rien.


Elle a compris que c’était le Maître qui purifiait son corps et que les mauvaises substances étaient enlevées. Depuis lors, elle n’a plus jamais ressenti de douleur au pied. Après cela, elle s’est engagée sur la voie de la cultivation. Au cours du stage, elle a apporté le lecteur audio pour que tout le monde puisse faire les exercices. Cette pratiquante fut nommée assistante du site de pratique par le Maître.


Il y avait une pratiquante d'un autre qigong, et elle souffrait d’une affection cardiaque. Quand le Maître a aidé les élèves à éliminer leurs maladies, elle a pensé seulement à l'élimination des maladies de sa mère et n’a pas pensé à ses propres maladies. Au cours de son sommeil, en rêve, elle a vu une main qui retirait quelque chose de son cœur. Elle a pensé que c’était le Maître qui retirait ses maladies, et depuis lors ses problèmes cardiaques ont été guéris.


Un pratiquant a dit : « Quand le Maître éliminait nos maladies et purifiait notre corps, le champ d’énergie était très puissant, je l’ai senti me pénétrer couche après couche. »


À ce moment-là dans le stage, tout le monde savait qu’une élève avait amené toute sa famille au stage. Elle était de la campagne et souffrait de plusieurs maladies et prenait beaucoup de médicaments, mais rien n’agissait. Après quelques jours de stage, son corps a été purifié et elle a su ce que c'était que d'avoir un corps sans maladie. Elle a senti la grandeur de Dafa ! Elle est rentrée chez elle et a jeté tous les médicaments. Elle a dit à tout le monde qu’elle savait que c’était le Maître qui avait guéri ses maladies et que Dafa est grand. Elle a amené toute sa famille assister au stage avec elle.

 

II. Dix jours de conférences et nous avons payé seulement cinquante yuan

 

Une femme de la campagne d’une trentaine d’années ne pouvait pas avoir d’enfants après plusieurs années de mariage. Elle avait appris plusieurs types de qigong pour se soigner, mais en vain ; un stage de qigong lui avait coûté 200 yuan par jour. Elle a dit que le Falun Gong était vraiment bon, et que le Maître ne lui avait pris que 50 yuan pour 10 jours. Depuis cela, cette femme a pratiqué le Falun Dafa. Elle est tombée enceinte, l’enfant doit avoir 18 ou 19 ans à présent.


Une élève souffrait de fausses couches à répétition ; sa famille et elle se faisaient beaucoup de soucis. Elle a assisté au stage de Falun Dafa et a écouté l’enseignement du Maître, elle se sentait très bien. À la fin de l’année, elle a eu un bébé, un garçon en bonne santé. Cette élève a alors été déterminée à cultiver dans Dafa.


III. Rencontrer un maître de haut niveau

 

Une élève était appelée « maître de qigong ». Elle soignait les maladies des autres. Elle aussi a suivi le stage et elle a entendu le Maître parler des risques qu’entraîne le traitement par le qigong. Elle ignorait cela auparavant, et elle s’inquiétait que ce ne soit dangereux pour elle de continuer dans cette voie. Elle éprouvait beaucoup de gratitude envers le Maître, et l’a remercié de lui avoir parlé du danger que représente le fait de pratiquer le traitement par le qigong.

 

Un élève avait autrefois pratiqué un autre qigong. Cela faisait un bon moment que le qi n’était pas redescendu du sommet de sa tête et il avait la tête lourde. Il avait consulté plusieurs maîtres de qigong renommés, mais ils étaient incapables de résoudre son problème. Il pensait qu’il avait attiré des démons par la pratique, ce qui l’inquiétait beaucoup. Lui aussi participait au stage. Il a écouté le Maître, et au cours de la sixième Leçon, il a exactement compris la cause de son problème. Immédiatement l’épais casque de qi a disparu. Il a su qu’il avait rencontré un maître de haut niveau.


Il y avait une personne ne croyant pas au qigong, qui n'avait pas suivi le stage. Entendant de nombreuses personnes dire combien le Falun Dafa était bon, et parler de la grandeur du Maître, cette personne qui avait des problèmes gastriques et souffrait beaucoup a voulu essayer le Falun Dafa. Il connaissait quelqu’un qui connaissait le Maître. Cette personne l’a emmené voir le Maître. Il a dit au Maître qu’il avait des maux d’estomac extrêmement douloureux. La personne qui l’avait amené l’a aidé à expliquer ses problèmes au Maître. Instantanément, il a senti que quelque chose était extirpé de son estomac. Il s'est senti bien immédiatement et cette personne s'est mise à admirer le Maître du fond du cœur.


Les gens pratiquaient les exercices tôt le matin le quatrième jour du Nouvel An chinois. Un élève âgé a tout à coup perdu connaissance, et deux agents du personnel l'ont renvoyé chez lui. Le Maître est allé le voir et lui a dit qu’il avait pratiqué trop de types de qigong dans le passé et qu’ils interféraient les uns sur les autres.


Un autre élève pratiquait diverses sortes de qigong. Aussitôt qu’il a fait les exercices de Falun Dafa, il a fait d’autres mouvements et s’est mis à tourner automatiquement. Le Maître lui a dit qu’il pratiquait trop de qigong différents, et qu’il avait mis son corps en désordre. Le Maître était très sérieux et l’a ajusté. Les élèves ont vraiment ressenti combien il était important de pratiquer une seule voie de cultivation.

 

IV. Cultiver est merveilleux

 

Un passionné de qigong, dans la soixantaine, était un gros fumeur. Il avait apporté un paquet de cigarettes pour suivre le stage et s'apprêtait à fumer pendant la conférence. Mais quand il a écouté le Maître enseigner, il a oublié de fumer. Il a très vite changé et il a réalisé que le Maître conduisait vraiment les gens vers des niveaux élevés. Il savait qu’il devait se débarrasser de ses désirs et de ses divers attachements. Il a arrêté de fumer naturellement.


Vingt ans plus tard, il était toujours diligent. Il a poursuivi son chemin de cultivation à travers le processus de la persécution. Il a aujourd’hui 80 ans et quand il marche, il a l’impression de voler. Il y avait une autre personne qui suivait le stage et qui elle aussi fumait beaucoup. Il fumait encore lorsque le Maître a enseigné le Fa à propos d’arrêter de fumer. L’élève qui avait arrêté de fumer a essayé de l’aider, mais cette personne ne l’écoutait pas. L’élève ayant arrêté de fumer a jeté par terre la cigarette de son ami. Ce dernier a ramassé la cigarette et a continué à fumer. Par la suite, cette personne est décédée.


Il y avait un fonctionnaire qui connaissait le Maître. Pendant la pause, lorsque le Maître donnait son enseignement, ce fonctionnaire fumait. Le Maître l’a vu et lui a demandé d’arrêter. L’homme a écouté et a arrêté de fumer. Vingt ans après, il a maintenant 80 ans, il s’en souvient et est très reconnaissant envers le Maître.


Le dernier jour du stage, après la conférence, le Maître nous montré les grands mudra. Et dans la salle, on a entendu le crépitement des flashs des appareils photos. Le Maître a dit aux élèves de ne pas prendre de photos pendant la démonstration des mudra, et qu'il n'y aurait rien sur les photos. Plusieurs élèves qui avaient pris des photos ont porté leurs photos à développer. Quand ils sont allés chercher les tirages, ils ont constaté avec étonnement que les photos qu’ils avaient prises du Maître étaient très bonnes, mais que celles des grands mudra du Maître n’avaient pas été développées ; elles étaient toutes noires. Ils ont vraiment compris que la cultivation est quelque chose de sérieux et de merveilleux.


Beaucoup d’élèves étaient de confession bouddhiste dans le passé. Ils disaient que c’était le Bouddha qui les avait conduits au stage. On leur avait dit qu’il y avait un Maître de haut niveau qui enseignait le Fa et qu’il fallait se dépêcher de l’apprendre. Alors ils étaient venus au stage de Falun Dafa.


Il y avait une femme directrice d’un service de police qui suivait aussi le stage. Elle raconta au Maître qu’il était étrange qu’elle lévitait quand elle s’asseyait en méditation, et que cela lui faisait peur. Le Maître lui a dit en souriant que c’était une bonne chose.


V. Une grande compassion même dans les petites choses

 

Un chef de section d’une unité de travail avait assisté à plusieurs sessions de stage du Maître. Il en avait beaucoup bénéficié. Dans son unité de travail, il parlait souvent aux gens de la grandeur et du caractère merveilleux du Falun Dafa.


Cela faisait quatre ou cinq jours que le Maître enseignait le Fa à Kenli. Des personnes dans sa section demandèrent à leur directeur de les emmener en voiture au stage. Le chef de section les emmena voir le Maître et lui expliqua la raison de leur venue. Le Maître leur indiqua gentiment qu’ils étaient venus trop tard et qu’il n’y aurait plus assez de temps pour assister au stage. Le chef de section a acheté un exemplaire du livre Falun Gong. Le Maître y a apposé sa signature et l’a encouragé à bien étudier le Fa et à cultiver réellement.


Ils allaient repartir en voiture et le Maître a alors demandé à son épouse : avait-elle besoin d’acheter du dentifrice et une brosse à dent ? Peut-être pourrions-nous profiter de leur voiture ? À l’époque, il n’y avait pas beaucoup de magasins à Kenli, et c’était la période du Nouvel An, si bien que faire des courses n’était guère commode.


Le Maître y est allé dans leur voiture, accompagné de son épouse et de sa sœur, ils allèrent faire des courses à un ou deux kilomètres de là. Quand ils eurent terminé, le chef de section insista pour ramener le Maître, mais le Maître n’y consentît pas. Le Maître lui dit qu’ils devaient partir, car ils avaient un grand trajet à faire pour rentrer chez eux, et que le Maître pouvait retourner chez lui à pied.


VI. Notre Maître

 

Le domicile et les repas quotidiens du Maître étaient les mêmes que ceux des élèves. Le Maître résidait dans le bâtiment de l’aile sud de l’hôtel du canton, et les élèves au rez-de-chaussée. Trois membres de la famille du Maître habitaient au deuxième étage. Il n’y avait pas de chauffage ni dans la salle de conférence ni dans l’aire d’hébergement. La famille du Maître était traitée comme les élèves. Ils prenaient leur dîner au restaurant de l’hôtel et mangeaient le même repas. Il n’y avait rien de spécial, même si c’était le Nouvel An chinois, ils ont mangé la même nourriture qu’un jour normal.


Un élève qui faisait partie des membres de l’équipe organisant la conférence s’est rappelé que l’on n’avait rien préparé de spécial pour le Maître. Le Maître mangeait la même chose que les élèves et il mangeait tout ce qu’ils préparaient. Parfois, le Maître était occupé et il manquait l’heure du dîner, alors il prenait des nouilles instantanées. Un jour le responsable du gisement pétrolier vint et s’en aperçut, et il voulut faire en sorte que le traiteur prépare quelque chose de spécial. Le Maître ne le laissa pas faire. Parce que le cours allait bientôt commencer et aussi pour gagner du temps, le Maître consomma quelque chose de simple.


Cet élève se rappelait aussi que le Maître était vraiment humble et accessible. Les gens se sentaient proches et avaient du respect pour lui. L’élève a aussi ajouté que le Maître donnait son enseignement le soir et les aidait le matin dans la pratique des exercices. Dans la journée, il y avait beaucoup à faire. De plus, le Maître devait organiser des séminaires outre les conférences et il était très occupé. Le Maître trouvait le temps de rendre visite aux élèves et de discuter avec eux. Tel était notre Maître ! Cet élève a toujours trouvé le Maître si chaleureux et respectueux, et dès qu’il le voyait, il ressentait cette chaleur émanant de lui.


L’élève a dit qu’il y avait une chose qu’il n’oublierait jamais : c’était au moment où le Maître enseignait le Fa pendant les vacances du Nouvel An chinois. Cette fête représente une période très importante pour le peuple chinois. En cette période, chaque famille se réunit pour prendre un repas de famille. Mais le Maître, sa femme et sa sœur avaient quitté leur domicile dans le Nord-Est pour se rendre à Kenli. Leurs repas, leur logement, les choses qu’ils utilisaient, rien ne sortait de l’ordinaire. Pour eux, ça n'avait rien d'un jour de fête. Les élèves étaient désolés, alors ils ont demandé au traiteur de préparer plusieurs plats spéciaux. Ils ont mis la table dans l’aire de restauration et ont dîné avec la famille du Maître. Au moins, cela ressemblait à un dîner de Nouvel An. Ils étaient dix, en comptant le Maître, son épouse et sa sœur. L’atmosphère était très chaleureuse. Ils ont pris une boisson gazeuse et ont offert un toast au Maître et à son épouse. Ils ont présenté leurs meilleurs vœux à la famille du Maître.


Le Maître s’est levé, s’est servi un verre de boisson gazeuse et l’a levé en direction de tout le monde autour de la table. Les élèves ne savaient pas quoi faire. Ils ont juste trouvé que le Maître était merveilleux. Le Maître a fait le tour de la table et trinqué avec chacun. Chaque fois que cet élève se remémorait cet épisode, il sentait qu’il avait de la chance, et trouvait que le Maître était vraiment facile à vivre. L’élève s’est aussi blâmé lui-même, disant qu’il était trop naïf en ce temps-là et qu’il n’avait pas appréhendé l’immensité du ciel et de la terre.


Le Maître a payé la note pour le dîner à l’insu des élèves. Maître a payé 800 yuan, ce qui inclut le prix de son dîner et de son séjour pendant les conférences. À l’époque, 800 yuan n’étaient pas une somme négligeable pour un particulier.

 

VII. Le Maître travaillait dur

 

Au neuvième jour du Nouvel An chinois, le Maître a enseigné durant la journée, puis il a terminé la dernière conférence dans la soirée. Le Maître a délivré des certificats pour le stage de Falun Dafa aux élèves. Puis il a dit :


« Après ces conférences, si certaines personnes n’arrivent pas à cultiver et pratiquer selon cette Grande Loi, elles pourront du moins être de bonnes personnes, ainsi notre société en bénéficiera. » (Neuvième Leçon, Zhuan Falun)

 

« J’espère que chacun d’entre vous se considérera comme un pratiquant de gong dans sa cultivation et sa pratique futures et qu’il continuera vraiment à cultiver et pratiquer. J’espère que les nouveaux élèves aussi bien que les anciens pourront tous cultiver et pratiquer dans cette Grande Loi et parvenir à l’ accomplissement du gong et à la plénitude parfaite ! J’espère qu’une fois rentré à la maison, chacun de vous utilisera au mieux son temps pour cultiver réellement. » (Neuvième Leçon, Zhuan Falun)


Tandis que le Maître parlait, une voiture appartenant à un autre organisateur de la province du Liaoning attendait le Maître à l’extérieur, prête à l’emmener au stage suivant. À 22 heures, au neuvième jour du Nouvel An chinois, le Maître ne prit aucun repos après une journée entière de travail. Lui et sa famille se contentèrent de faire leur bagage et de partir en voiture. Tous les élèves vinrent dire au revoir au Maître. Le Maître leur fit à son tour un signe de la main. Les élèves ne voulaient pas laisser partir le Maître. Ils disaient : « Au revoir Maître. » Ils sont restés là à regarder le Maître partir et ils avaient les larmes aux yeux…


Le 11 février 1994, deux jours après avoir quitté Dongying, Le Maître commença à donner ses conférences à l’Usine pour le fer et l’acier dans la province du Liaoning.


VIII. L’arrivée du Maître est source d’immenses bénédictions pour la région

 

Outre le fait de donner des conférences, le Maître devait s’occuper de beaucoup d’autres choses, régler de nombreux problèmes, et nous n’étions pas au courant de la plupart. Par exemple, des questions d’ordre historique comme Dongying, dans une autre dimension, avait des problèmes, des interférences. Pour créer un environnement et des conditions de cultivation et de validation du Fa pour les élèves, etc., ces questions devaient être abordées. Ainsi donc, la production de pétrole a été relativement stable pendant 20 ans dans le gisement pétrolier. Les ouvriers ont eu des conditions de vie relativement stables. C’était une très bonne chose pour la cultivation des disciples de Dafa et pour la validation du Fa.


Le Maître est allé sur le pont du Fleuve Jaune, puis au port de Dongying qui se trouvait à environ 90 km de là, puis dans le canton de Xianhe. Le Maître est allé au port de Guangli qui se trouvait à une quarantaine de km. Quel que soit l’endroit où le Maître est allé, il y a eu des images, des messages, de l’énergie, des miracles, et la lumière de Bouddha est restée.


Le Maître a dit dans le Zhuan Falun :

 

« À l’intérieur d’un espace donné, tout ce qu’un homme accomplit, le moindre mouvement de la main existe matériellement ; quoiqu’il fasse, il en subsiste un reflet et des messages. » (Deuxième Leçon, Zhuan Falun)

 

« Quand, plus tard vous aurez ce pouvoir de connaître la destinée, vous verrez notre cours tel qu’il se déroule aujourd’hui, il existera encore, il existe déjà là-bas en ce moment-même. » (Deuxième Leçon, Zhuan Falun)

 

Dans la salle de conférence de Kenli, quand les élèves y sont allés pour célébrer l’anniversaire du jour où le Maître a donné sa conférence, ils ont pris des photos. Deux piliers de lumière et de nombreux Falun sont apparus sur les photos.

 

 

 

Dans la matinée du troisième jour du Nouvel an chinois en 1994, le Maître a visité le pont du Fleuve Jaune. Les organisateurs qui accompagnaient le Maître ont pris des photos à l’extrême sud du pont. Le 24 mai 2007, des disciples de Dafa ont pris des photos au même endroit et de nombreux Falun de différentes tailles sont apparus sur les photos.

 

Photo : Pont du Fleuve Jaune


Dans la partie nord de la salle du canton de Kenli, il y avait une pagode avec une cloche située du côté nord de la bibliothèque. La cloche qui y était suspendue venait du Fleuve Jaune au moment de la crue pendant la dynastie Ming. Quand le Maître donna son cours, il rendit visite à la cloche et il parla à la cloche. Le 24 mai 2007, des disciples de Dafa vinrent prendre des photos. Il y avait beaucoup de Faluns lumineux sur la cloche et sur les pratiquants.

 

 

 

Au cours de toutes ces années, après la conférence du Maître, de nombreuses fleurs d’Udumbara sont apparues là où le Maître a donné ses conférences : dans la salle de l’Auberge du canton de Kenli, dans le cinéma de la ville de Xianhe, et près de la salle des machines du gisement pétrolier de Shengli.


Selon le volume 8 des écritures bouddhistes Phonétique de Huilin et Interprétation, « La fleur d'Udumbara est le produit de phénomènes propices et surnaturels ; c'est une fleur céleste qui n'existe pas dans le monde ordinaire. Si un Tathagata ou le Roi de la Roue dorée apparaît dans le monde humain, cette fleur apparaîtra en raison de ses grandes vertu et bénédictions. »

 

 

Traduit de l'anglais en Europe

 

Version anglaise : http://en.minghui.org/html/articles/2014/5/29/1405.html

Version chinoise : http://www.minghui.org/mh/articles/2014/5/21/【庆祝513】万年的期盼-292190.html