(Minghui.org) Après que M. Liu Hongshu, un habitant de 54 ans du canton de Qishan, dans la province du Shaanxi, a été arrêté le 27 septembre 2020 pour avoir pratiqué le Falun Gong. Ses parents sont allés au Département de police local pour demander sa libération, mais en vain. Désemparé, son père a fait une chute au Département de police et est décédé plus tard, sans voir M. Liu pour la dernière fois.

M. Liu a commencé à pratiquer le Falun Gong au début de 1999, plusieurs mois avant le début des persécutions. Il attribue à cette pratique la guérison des lésions cérébrales qu'il avait subies dans un accident de voiture dix ans auparavant et qui l'avaient empêché de trouver un emploi ou de se marier. En bonne santé, il a pu à nouveau subvenir à ses besoins.

Il travaillait dans une maison d'édition de la province du Xinjiang lorsque le régime communiste chinois a commencé à persécuter le Falun Gong, une ancienne discipline méditative et spirituelle en juillet 1999. Il a perdu son emploi et a été condamné à une peine de camp de travail pour avoir parlé aux gens du Falun Gong. Après avoir été libéré, il est retourné dans sa ville natale. Tenant fermement à sa croyance, il a été soumis à un harcèlement constant au cours des deux dernières décennies.

M. Liu faisait une pause après avoir travaillé dans le champ de blé de sa famille le 27 septembre 2020, lorsqu'une douzaine d'agents ont soudain fait irruption chez lui et l'ont arrêté. Ses livres de Falun Gong, son téléphone portable, ses DVD et son lecteur multimédia ont été confisqués.

Il a d'abord été détenu au Département de police du canton de Qishan pendant quatre jours, puis transféré au centre de détention du canton de Qishan.

Pour protester contre ces persécutions, il a fait une grève de la faim pendant dix jours. Les gardes ne lui ont fourni aucun traitement médical. Il s'est rendu compte que les gardiens le laissaient mourir, et a donc arrêté sa grève de la faim.

Deux procureurs du parquet du canton de Qishan sont venus au centre de détention en octobre 2020 et lui ont ordonné de signer une pile de documents d'affaires. L'un des procureurs a déclaré qu'il était inculpé pour avoir « sapé l'application de la loi avec une organisation sectaire ». M. Liu a demandé quelle loi avait été sapée par lui et comment. Le procureur n'a pas été en mesure de répondre. Lorsqu'il a essayé de clarifier les faits concernant le Falun Gong, ils sont partis en vitesse.

Les mêmes procureurs sont revenus au centre de détention le 18 décembre pour l'interroger. M. Liu leur a demandé à nouveau quelle loi il avait enfreinte et comment. Incapable de lui répondre, un procureur a préféré calomnier le Falun Gong.

M. Liu a également exigé sa libération immédiate. « Il y a tellement de pratiquants de Falun Gong détenus, devrions-nous tous les libérer ? » a demandé un procureur.

« Oui ! Puisque vous ne pouvez pas dire quelle loi nous avons violée ni prouver que nous avons blessé quelqu'un, alors pour quelles raisons nous détenez-vous ? » a répondu M. Liu. Les procureurs sont restés silencieux.

Pendant son incarcération, les parents octogénaires de M. Liu sont allés au service de police pour demander sa libération, mais en vain. Sa mère est tombée malade à cause de la détresse mentale et a subi une opération. Juste après sa sortie de l'hôpital, elle s'est rendue au centre de détention pour demander la libération de son fils. Les gardiens l'ont finalement autorisée à avoir une conversation vidéo avec M. Liu. En voyant son visage tuméfié, elle a fondu en larmes.

Alors que le blé de la famille mûrissait en juin 2021, les parents ont demandé à la police de libérer M. Liu pour qu'il puisse récolter le blé, mais ils ont essuyé un nouveau refus. Le père de M. Liu est tombé dans le Département de la police et s'est blessé à la tête. Il s'est évanoui et a été emmené à l'hôpital. Il a été hospitalisé pendant dix jours et on a découvert qu'il avait eu un accident vasculaire cérébral. N'ayant pas les moyens de payer les frais médicaux, il est rentré chez lui et est décédé peu après.

Au centre de détention, M. Liu a ensuite été secrètement condamné à trois ans de prison.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais