(Minghui.org) (Suite de la 1re partie)

Parce que diverses dynasties ont favorisé des couleurs différentes, on ne peut pas prétendre que le rouge est la couleur traditionnelle des festivités. La dynastie Shang en est un bon contre-exemple. À cette époque, les gens considéraient le rouge comme la couleur du sang et de la mort et le réservaient aux funérailles.

La couleur de la robe de mariée dans les temps anciens variait également. Selon les époques, elle pouvait être noire, blanche, verte, rouge ou d’autres couleurs. Il arrivait rarement que la mariée et le marié dans les temps anciens portent du rouge le jour de leur mariage comme c’est le cas aujourd’hui. Même si le rouge était utilisé, ce serait par une seule personne, pas les deux. C’est parce qu’un homme et une femme sont différents, et les anciens y prêtaient une grande attention.

Un autre exemple est celui des distiques utilisés comme décorations pour le Nouvel An chinois. Ils ont traversé une longue histoire avant de devenir ce que nous voyons aujourd’hui. Au début, le papier rouge n’était pas utilisé pour les distiques et certains pays asiatiques ayant été influencés par la Chine ancienne suivent encore les anciennes traditions aujourd’hui. Les distiques en Corée du Sud, par exemple, utilisent souvent du papier blanc avec des mots écrits en noir.

En Chine, les gens ont commencé à utiliser du papier rouge pour les distiques sous la dynastie Ming. À l’époque, les érudits avaient tendance à choisir du papier rouge clair. Du point de vue chromatique, une telle couleur ne sert qu’à l’embellissement.

Au cours de la dynastie Qing, les gens ont cessé d’utiliser du papier rouge pour les distiques. Selon Qing Bai Lei Chao, les distiques au sein du palais étaient écrits par des lettrés impériaux (Hanlin) sur de la soie blanche. En visitant la Cité interdite, certaines personnes étaient surprises de voir que les distiques n’étaient pas écrits sur du papier rouge comme ils le pensaient.

En outre, dans les contextes religieux traditionnels tels que les temples anciens, les distiques utilisaient généralement du papier jaune clair, et non rouge.

Une couleur taboue

Dans les livres d’histoire, on peut constater que le rouge n’était pas une couleur favorite à toutes les époques. Le rouge vif utilisé aujourd’hui était particulièrement rare dans l’ancien processus de teinture. Bien que considéré comme un symbole de bon augure dans certaines coutumes populaires, le rouge était également considéré comme tabou dans certaines circonstances.

Certains folklores prétendaient que le porte-monnaie ne peut pas être rouge, sinon on risque de perdre de l’argent. Il existe toutes sortes d’interprétations. Certains citent la théorie des cinq éléments, disant que le feu (rouge) vainc le métal (argent). Certains font le lien avec la comptabilité, dans laquelle le déficit est normalement marqué en rouge.

Même les maîtres de feng shui déconseillent de placer trop d’objets ou d’images rouges dans une résidence, car cela pourrait perturber l’équilibre des cinq éléments. De nombreux psychologues se méfient du rouge, car le rouge en excès a tendance à rendre les gens agités. Certains médecins s’opposent à ce que le rouge soit la couleur principale de la décoration, car il peut entraîner une fatigue visuelle et d’autres maladies.

Cette mise en garde contre le rouge s’est également étendue à la vie quotidienne. Les panneaux routiers et de circulation marqués en rouge sont souvent associés à l’arrêt ou au danger. Dans la nature, les plantes et surtout les animaux de couleur rouge sont susceptibles d’être toxiques.

Il existe également des situations similaires dans la littérature. Il y avait un dicton en Chine selon lequel les lettres écrites en rouge peuvent être de mauvais augure. En fait, les lettres de rupture sont souvent écrites en rouge.

Cette tradition remonte également à l’histoire. Dans les temps anciens, les fonctionnaires du gouvernement inscrivaient souvent en rouge les noms des personnes condamnées à mort. On disait que le dieu de l’enfer utilisait souvent un stylo rouge pour vérifier les noms des personnes qui allaient mourir.

Selon certains folklores, la couleur rouge est associée aux fantômes. Par conséquent, certaines personnes âgées s’opposent à ce que les gens portent du rouge le soir. Nous ne savons pas si c’est le cas. Mais cela soulève une question que beaucoup de gens ignorent : de nombreux fantômes décrits dans les anciens livres chinois étaient rouges.

Fayuan Zhulin, un livre bouddhiste de la dynastie Tang, décrit un fantôme qui était « rouge et grand ». Ling Gui Zhi, un livre de la dynastie Jin, mentionne également « un fantôme rouge d’environ trois mètres de haut ». Lun Heng, un livre de la dynastie Han, a également écrit que « les gens qui voient des fantômes disent souvent qu’ils [les fantômes] sont rouges. »

De plus, les fantômes semblaient également porter des vêtements rouges. Le Taiping Guangji (Registre extensif de l’ère Taiping) a rapporté une histoire dans laquelle un homme était entouré de plus de 400 fantômes « tous habillés en rouge et mesurant plus de 20 pieds de haut ». Lorsque la personne a récité des versets taoïstes, les fantômes l’ont trouvée droite et sont partis.

Outre les vêtements, les armes des fantômes sont souvent rouges. Lun Heng a écrit que « les fantômes et les toxines ont la même couleur » et « les arcs et les flèches [utilisés par les fantômes] sont rouges ».

Contrairement à la manière dont elle est dépeinte par la culture du Parti communiste chinois, la couleur rouge n’était pas si populaire dans les temps anciens en Chine. Bien sûr, en tant que couleur elle-même, le rouge ne devrait pas non plus faire l’objet de discrimination. En outre, ce dont nous avons parlé ici est limité au niveau humain. Dans d’autres dimensions, y compris le monde divin, la couleur rouge pourrait avoir une signification totalement différente.

(À suivre)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais