(Minghui.org) Mme Zhu Xiyu, une personne de 67 ans qui habite la ville de Yanji, dans la province du Jilin, a commencé à pratiquer le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, en 1999. Quelques mois plus tard, en juillet 1999, le Parti communiste chinois (PCC) a commencé à persécuter le Falun Gong. Ayant bénéficié de cette pratique, elle est restée ferme dans sa croyance. En conséquence, elle a été arrêtée plus de 30 fois et condamnée à trois peines de travaux forcés et deux peines de prison.

Le 17 octobre 2020, Mme Zhu a été libérée après avoir purgé quatre ans de prison, mais elle a été arrêtée à nouveau en mars 2021. Sa pension a également été suspendue. On rapporte qu’elle a été ramenée à la prison pour femmes du Jilin pour la troisième fois, mais les détails ne sont pas clairs.

Après sa libération, en octobre 2020, l’administration de la sécurité sociale de Yanbian a extorqué 200 000 yuans à la famille de Mme Zhu. Celle-ci a intenté une action en justice et exigé le remboursement de l’argent. Le tribunal a accepté sa requête. On ne sait pas si sa dernière arrestation est liée à ce dépôt de plainte.

Voici le récit de la persécution subie par Mme Zhu au cours des vingt-deux dernières années.

Arrêtée pour avoir fait appel à Pékin

Le 22 février 2000, Mme Zhu s’est rendue à Pékin pour faire appel du droit de pratiquer le Falun Gong. Elle a été arrêtée devant le Bureau d’appel. Quelques jours plus tard, elle a été ramenée à Yanji et détenue pendant dix-huit jours.

Persécutée dans le camp de travail pour femmes de Heizuizi

Mme Zhu a été de nouveau arrêtée le 29 juin 2001, pour avoir exhorté un agent d'un poste de police du Henan à ne pas participer à la persécution. Elle a été battue et a perdu quelques dents. Elle a ensuite été condamnée à un an de travaux forcés sans procédure régulière.

Le 1er août, Mme Zhu a été emmenée au camp de travaux forcés pour femmes de Heizuizi, où elle a été battue, frappée avec des matraques électriques, et nourrie de force parce qu’elle refusait d’abandonner sa croyance. Une fois, elle s’est évanouie sous l’effet de la décharge électrique.

Reconstitution de torture : Battre brutalement

Le 13 mai 2002, Mme Zhu a entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution. Elle a été battue à coups de matraque et nourrie de force par plusieurs gardes. Après chaque gavage, Mme Zhu vomissait du sang, avait des difficultés à respirer et transpirait abondamment.

Sa peine a été prolongée de dix jours et elle a été libérée le 8 juillet 2002.

Le 4 novembre 2002, Mme Zhu a été arrêtée et emmenée dans un centre de lavage de cerveau situé à l’intérieur d’une école de police. Elle a été libérée trois jours plus tard, le 7 novembre.

Mme Zhu est retournée à Pékin le 21 avril 2003 et a déployé une banderole disant « Falun Dafa est bon » sur la place Tiananmen. Elle a été arrêtée, battue et frappée à coups de pied. Elle a été relâchée parce qu’elle avait de la fièvre au moment de l’épidémie de SRAS.

Torturée jusqu’à l’article de la mort dans un poste de police

Le 1er septembre 2003, Mme Zhu a de nouveau été arrêtée pour avoir pratiqué les exercices de Falun Gong sur une place publique. Elle a été menottée à une chaise pendant plus de dix heures. La police l’a giflée au visage, ce qui l’a rendue très enflée.

Le lendemain, Mme Zhu a été emmenée au Département de police de la ville de Yangi et suspendue par les poignets pendant seize heures. Au cours des trois premières heures, sa main droite a été attachée en hauteur et sa main gauche a été étirée et attachée horizontalement. Lorsque les gardes l’ont laissée descendre pour aller aux toilettes, elle avait tellement soif qu’elle a récupéré de l’eau dans les toilettes et l’a bue. Pendant les treize heures suivantes, elle a été pendue en position inversée :la main gauche en haut et la main droite à l’horizontale.

Reconstitution de torture : Suspension avec les deux bras attachés horizontalement

Le troisième jour, lorsque Mme Zhu a été emmenée au centre de détention de Yangi, elle avait perdu la capacité de marcher, alors elle a été traînée jusqu’à sa cellule. Elle a entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution et a été nourrie de force le 8 septembre.

Reconstitution de torture : Gavage brutal

Mme Zhu a été condamnée à trois années supplémentaires à purger dans le camp de travaux forcés pour femmes de Heizuizi. Les gardes ont refusé de l’admettre parce qu’elle était mourante. Ils l’ont amenée à son fils, qui étudiait à l’université de Changchun, et se sont enfuis. Elle est rentrée chez elle avec son fils le 17 septembre.

De nouveau torturée brutalement dans le camp de travail pour femmes de Heizuizi

Bien que Mme Zhu se soit rapidement rétablie après sa libération, elle a été de nouveau arrêtée le 4 novembre 2003, après que la police l’a trouvée en train de pratiquer les exercices de Falun Gong sur la même place. Elle a été emmenée au camp de travaux forcés pour femmes de Heizuizi le lendemain.

Dans le camp de travail, Mme Zhu a refusé d’abandonner le Falun Gong. Elle a de nouveau été soumise à diverses tortures, notamment des coups, des décharges de matraques électriques, être enfermée dans une unité d’isolement, attachée à un « lit de mort », et gavée.

Une fois, Mme Zhu a entamé une grève de la faim pour protester contre la persécution. Elle a été attachée à un lit pendant quarante-cinq jours, dont cinq jours sur le lit de mort. Elle a été gavée avec brutalité et plusieurs de ses dents ont été cassées par les pinces utilisées pour lui ouvrir la bouche de force. On lui a administré des décharges électriques avec plusieurs matraques électriques simultanément. Elle a également perdu une dent après avoir reçu un coup de pied au visage.

Reconstitution de torture : Lit de mort

Les gardes ont également traîné Mme Zhu sur le sol en ciment, ce qui a provoqué de graves hémorragies sur les fesses et le dos. Après treize mois de torture, Mme Zhu a été libérée le 3 décembre 2004.

Autres arrestations

Mme Zhu a été arrêtée plus de 30 fois entre 2005 et 2011 pour avoir pratiqué les exercices de Falun Gong et avoir installé des banderoles de Falun Gong sur la place Jindalai.

En 2005, elle a été arrêtée six fois et détenue pendant un total de vingt et un jours. Il s’agissait de sept jours entre le 11 et le 18 avril, de quatre jours entre le 4 et le 8 mai, de trois jours entre le 8 et le 11 juillet, et de sept jours en août. Elle a été brutalement torturée pendant sa détention.

Le 11 mai, elle a été emmenée dans un hôpital psychiatrique et y est restée sept jours. Elle a été attachée au lit, gavée et on lui a injecté des substances inconnues.

Reconstitution de torture : Administration de substances inconnues

En 2006, Mme Zhu a été arrêtée cinq fois et détenue pendant vingt-huit jours au total. Elle a été arrêtée le 9 février pour avoir distribué des documents sur le Falun Gong et a été libérée le même jour. Le 23 août, elle a également été arrêtée et libérée le même jour. Elle a été détenue pendant trois jours lors d’une exposition locale, du 28 août au 1er septembre. Une fois, Mme Zhu a été détenue du 8 au 30 septembre, puis condamnée à une peine de deux ans dans un camp de travaux forcés. Mais le camp de travaux forcés a refusé de l’accepter. Mme Zhu a été de nouveau arrêtée le 9 octobre et libérée le jour même.

Après 2006, des dizaines d’arrestations ont eu lieu sur la place Jindalai. Parmi les dates connues de ces arrestations figurent : le 7 juin 2008, le 8 novembre 2008 et le 7 avril 2011.

Mme Zhu a également été arrêtée le 12 mars 2010, alors qu’elle racontait aux gens les faits concernant le Falun Gong.

Le 3 mars 2011, elle a été emmenée à l’hôpital psychiatrique pendant sept jours et on lui a injecté de nombreuses substances inconnues.

Persécutée dans un centre de lavage de cerveau

Le 31 mars 2011, le policier Zheng Zhezhu a attrapé Mme Zhu par les cheveux et l’a traînée depuis la place Jindalai jusqu’au centre de lavage de cerveau. Cela a provoqué des saignements au niveau de ses genoux. Bien que Mme Zhu n’ait été détenue que pendant quelques jours, la torture a été si sévère qu’elle est devenue émaciée.

Reconstitution de torture : Traîner au sol

Mme Zhu a été arrêtée et emmenée au centre de lavage de cerveau pour la troisième fois le 4 juin 2011. Elle a continué à pratiquer les exercices de Falun Gong sur la place Jindalai après avoir été libérée. Elle est passée en jugement le 13 juin et a été condamnée à quatre ans de prison le 22 juin. Elle a été détenue dans un centre de lavage de cerveau entre le 22 et le 24 juin, puis emmenée à la prison pour femmes du Jilin le 5 juillet.

Torturée dans la prison pour femmes du Jilin

Mme Zhu raconte ci-dessous les souffrances qu’elle a endurées pendant ses quatre années d’emprisonnement.

« Dès mon arrivée à la prison, deux détenues ont été chargées de me surveiller de près. J’ai entamé une grève de la faim pour protester contre cette persécution. Dans l’après-midi, les détenues ont enveloppé mes paumes et mes pieds séparément avec du ruban adhésif en plastique. Elles ont ensuite passé l’extrémité d’une corde par-dessus le ruban adhésif et ont attaché l’autre extrémité au poteau d’un lit superposé. J’ai été suspendue en l’air dans une position douloureuse, mes mains et mes jambes étant attachées aux quatre coins.

Illustration de torture : Suspension par les poignets et les chevilles

« La torture a repris le lendemain matin. À la suite de cette persécution, je me sentais extrêmement mal à l’aise. Mes mains et mes jambes étaient engourdies et tremblaient. Je me sentais désespérée.

« Après la suspension, les détenues m’ont attachée au lit tous les jours, les mains et les jambes écartées, et m’ont gavée.

« Le 16 juillet, j’ai retiré le tube d’alimentation de mon nez. Quatre détenues m’ont alors à nouveau suspendue en l’air. Mes poignets sont rapidement devenus violets et engourdis. J’ai commencé à vomir de la bile verte. Lorsqu’elles m’ont finalement décrochée, j’ai à nouveau vomi de la bile et je me suis évanouie.

« Plus tard, pendant la deuxième quinzaine de juillet, deux nouvelles détenues ont été chargées de me surveiller. Bien qu’elles ne m’aient pas frappée, elles m’ont attachée dans diverses positions. Elles m’attachaient aussi très fort, surtout la nuit. Parfois, elles m’attachaient les mains ensemble derrière le dos pendant plus de deux heures. Une fois, elles ont croisé mes mains et mes jambes, puis les ont attachées aux quatre montants du lit pendant cinq nuits.

« J’ai été transférée au bâtiment 411 du quartier no 8 le 23 juillet 2013. J’ai été brutalement torturée tous les jours par des détenues, en particulier par une détenue nommée Zhang Yanmei. Elle me giflait souvent, me frappait avec des sandales, et donnait des coups de pied dans mes parties intimes avec des chaussures dures.

« Le 29 mars 2014, j’ai crié “Falun Dafa est bon !” pendant l’appel nominal. Certaines pratiquantes ont suivi, en criant “Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon !” J’ai ainsi été menottée pendant cinquante-trois jours.

« Le 29 septembre 2014, j’ai exigé de pratiquer les exercices de Falun Gong, mais, en définitive, j’ai été obligée de porter des menottes quotidiennement à partir de ce jour jusqu’à ma libération le 14 juin 2015. Chaque jour, les menottes étaient retirées trois fois.

Incarcérée pour la deuxième fois dans la prison pour femmes du Jilin

Le 3 mars 2016, Mme Zhu a été arrêtée et emmenée au centre de lavage de cerveau par des agents du Département de police de la ville de Yangi. Le 22 mars, elle a été placée en résidence surveillée pour une période de six mois.

Mme Zhu a été jugée par le tribunal de la ville de Yangi le 7 avril 2017 et condamnée à quatre ans de prison. Elle a été emmenée au centre de détention de Yangji le 9 mai, puis à la prison pour femmes du Jilin le 11 mai.

Voir aussi :

Deux habitants du Jilin condamnés à la prison après que le tribunal ait classé leur dossier

Informations sur les responsables de la persécution :

An Tongyu (安彤宇), directrice de la prison pour femmes du Jilin : 086-431-85375001

Wei Lihui (魏丽慧), directrice adjointe de la prison pour femmes du Jilin : +086-15312692195

Qian Wei (钱伟), cheffe du quartier no 8 de la prison pour femmes du Jilin : +086-18504301922

(Plus d’informations sur les responsables de la persécution sont disponibles dans l’article original en chinois.)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais