(Minghui.org) En avril 2020, quelques heures après avoir été arrêtée pour sa croyance dans le Falun Gong, une femme du district de Tangyuan, dans la province du Heilongjiang, a ressenti une douleur soudaine à la poitrine. Mme Liu Fengyun a ensuite été condamnée à deux ans de prison et a reçu l’ordre de purger sa peine à domicile. Son état a continué de s’aggraver et elle est décédée le 22 juillet 2021.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline méditative et spirituelle que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Mme Liu a été suivie et arrêtée par la police lorsqu’elle collait des affiches sur le Falun Gong, tôt le matin du 25 avril 2020. Au poste de police local, Guan Jingquan du Bureau de la sécurité intérieure a exigé de connaître son nom et son adresse. Elle a d’abord refusé de divulguer ces informations, puis a cédé après que l’agent Wang Lizhao l’a menacée disant qu’ils avaient les moyens de découvrir son identité, qu’elle le leur révèle ou non.

Une dizaine d’agents ont mis à sac le domicile de Mme Liu et ont confisqué ses livres de Falun Gong et plus de 500 exemplaires de brochures sur le Falun Gong.

Après avoir ramené Mme Liu au poste de police, les policiers l’ont gardée dans une petite pièce, où elle a commencé à ressentir une oppression dans la poitrine. La douleur était atroce et elle ne pouvait s’arrêter de pleurer. Elle a été emmenée à l’hôpital où l’on a constaté qu’elle souffrait d’un infarctus du myocarde. Au lieu de chercher à la soigner, les policiers l’ont ramenée au poste de police, où ils ont repris leur interrogatoire. Ils ont également pris des photos d’elle et ont relevé ses empreintes digitales avant de la relâcher vers 23 heures.

Quelques jours plus tard, les agents Guan et Wang sont retournés au domicile de Mme Liu pour un nouvel interrogatoire. Ils l’ont également filmée. Pendant ce temps, Zhang Yiyuan, du comité résidentiel, est venu et a ordonné à Mme Liu d’écrire une déclaration pour renoncer au Falun Gong. Elle a refusé d’obtempérer.

La police est revenue quelques mois plus tard. Ils lui ont rendu sa moto électrique et son ordinateur confisqués et ont révélé qu’ils avaient présenté son dossier au parquet.

Le procureur a appelé la famille de Mme Liu deux semaines plus tard et l’a convoquée. Mme Liu s’est rendue au parquet et on lui a demandé de signer un document d’assignation à résidence. Le procureur tenait en main un autre document relatif à son affaire, mais il a refusé d’expliquer de quoi il s’agissait lorsqu’elle l’a demandé.

Peu après, deux membres du personnel du parquet du district de Xiangyang se sont rendus au domicile de Mme Liu et ont demandé à un membre de sa famille de rédiger une déclaration de renonciation au Falun Gong en son nom.

Les membres du personnel sont revenus une semaine plus tard et ont continué à ordonner à Mme Liu de rédiger la déclaration de renoncement. Elle a refusé d’obtempérer.

Le procureur a ensuite inculpé Mme Liu et a transmis son dossier au tribunal du district de Xiangyang. Le président du tribunal l’a condamnée à une peine de deux ans de prison et à une amende de 5000 yuans. La date de la condamnation n’a pas été précisée.

Le juge a indiqué à Mme Liu qu’il avait soumis son dossier au Bureau provincial d’administration pénitentiaire. Elle a été autorisée à purger sa peine à domicile, mais pendant six mois au maximum. Il a indiqué que c’était au bureau de décider quand et où elle devait passer un examen physique pour déterminer si elle était en assez bonne santé pour être admise en prison.

À son retour chez elle, Mme Liu souffrait constamment de douleurs thoraciques. Elle était très faible et ne pouvait même pas soulever une bassine d’eau. Elle souffrait également d’une fièvre persistante. Elle a été admise à l’hôpital le 21 juillet 2021, et y est décédée le lendemain. Elle était âgée de 56 ans.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais