(Minghui.org) J’ai eu la chance d’obtenir le Falun Dafa en mai 2007, je remercie le collègue qui me l’a présenté. Les principes profonds du Fa m’ont donné la sagesse. Je comprends maintenant que le but réel de la vie est de retourner à notre propre et véritable moi originel. Je sais que les trois mots Authenticité-Bienveillance-Tolérance sont les caractéristiques suprêmes de l’univers et « ... le seul critère pour juger si quelqu’un est bon ou mauvais. » (Première Leçon, Zhuan Falun)

Je souffrais de névralgie du trijumeau, de vertiges, de rhumatismes et d’autres maladies. J’étais malheureux et j’avais l’impression qu’il valait mieux mourir que vivre. J’ai pris la mauvaise habitude de jouer au mahjong et je m’adonnais aux joies de la danse de salon. J’allais souvent au centre de mahjong et au dancing. J’étais un ivrogne et je vivais une vie dénuée de sens. J’étais égoïste et très attaché à la luxure et au désir. Je recherchais le prestige, le gain et le sentiment. J’étais perdu dans la vie et je m’enfonçais dans le monde boueux sans le savoir. J’avais une vie pénible et amère.

Je suis devenu strict envers moi-même après avoir commencé à pratiquer le Falun Dafa et j’ai essayé de me conformer aux principes des livres de Dafa. Notre grand Maître a purifié mon corps et je me suis guéri de toutes mes maladies sans aucun traitement. Je me sentais léger et je goûtais la douceur d’être sans maladie. J’en suis venu à comprendre la relation de cause à effet derrière la rétribution. On doit rembourser la dette si on a créé du karma. La raison d’avoir vécu si amèrement toutes ces années était que j’avais d’immenses dettes karmiques. Mon cœur s’est ouvert en apprenant ce principe. Le Falun Dafa et Maître Li Hongzhi (le fondateur du Falun Dafa) sont si grands, ils m’ont sauvé de ma propre destruction et m’ont éveillé de l’illusion. J’ai abandonné toutes mes mauvaises habitudes et je suis devenu une bonne personne. Je suis devenu un pratiquant de Falun Dafa.

Élever son xinxing en faisant des documents

Avec la rapide progression de la rectification du Fa, nos pratiquants locaux ont installé de nombreux sites de production de documents. Mais en raison de la persécution du Falun Dafa par le Parti communiste chinois (PCC), des pratiquants ont été emprisonnés. Certains sont passés par un nettoyage sous forme de karma de maladie. D’autres sont allés travailler dans d’autres villes. La production de documents clarifiant les faits a été affectée. J’ai monté un site de production de documents à mon domicile et j’ai fourni des documents aux pratiquants de ma région et dans un autre canton. J’ai acheté un ordinateur et une imprimante. J’ai appris comment faire des documents avec le soutien technique d’un pratiquant. Mon site se trouvait dans un lieu central et près d’une grande zone. Les pratiquants avaient besoin de beaucoup de documents. J’ai d’abord acheté une imprimante puis j’en ai acheté deux de plus.

Je vivais seul et de façon frugale. Je ne cuisinais qu’une fois par jour. J’étudiais le Fa le matin puis je sortais à midi pour clarifier les faits aux gens. Je commençais à faire des documents après le repas. Chaque semaine, je faisais des dizaines d’exemplaires de l’Hebdomadaire Minghui et j'imprimais 100 dépliants, parfois même 200. Je faisais des documents chaque fois que les pratiquants me le demandaient. Au début, un pratiquant me donnait une copie originale, mais plus tard, j’ai commencé à télécharger les documents d’Internet pour le décharger.

Deux pratiquants d’un canton voisin ont été arrêtés il y a six mois. L’un d’entre eux était un assistant du site de pratique. Ils avaient une forte pensée droite et on les a libérés le jour même.

Un agent de notre département de police local a appelé un pratiquant du canton voisin et lui a demandé si des pratiquants de notre région avaient contacté les deux pratiquants arrêtés. Ce pratiquant a eu peur et a contacté l’assistante de ma région. Cette assistante s’est inquiétée de ma sécurité, alors que je n’avais pas contacté le pratiquant arrêté depuis plusieurs années. Elle m’a demandé de me cacher et de déplacer toutes mes machines dans un autre endroit. Je lui ai dit : « Tu sembles croire que je vais avoir des problèmes. Si j’ai une lacune, la perversité ne me lâchera pas même si je pars loin au bout du firmament. Si je n’ai pas de lacune, la perversité n’osera pas me toucher. » Je ne me suis pas caché et j’ai continué à faire ce que je devais faire. L’assistante a pris mes clés de la salle où étaient stockés les biens consommables et a dit aux autres pratiquants de ne pas me contacter.

Je suis devenu nerveux et j’ai pensé qu’elle adoptait les méthodes du PCC pour opprimer les gens. Je me sentais très mal et j’éprouvais de la haine. Des exemples de son mauvais comportement me sont venus à l’esprit l’un après l’autre. J’étais très en colère, comme si j’avais une pierre dans le cœur. Les bouddhas, taos et divinités me donnaient des indices pendant l'étude du Fa. Je savais que je devais améliorer ma tolérance et m’élever. Mais ma haine refaisait surface dès que je posais les livres de Dafa. La haine a persisté longtemps dans mon esprit.

Un pratiquant a discuté avec moi et m’a demandé de mémoriser le poème :

« Pour qui cultive et pratique

On cherche toujours ses propres fautes

On enlève ainsi de nombreux cœurs humains de toutes sortes

Ne songez pas à échapper aux épreuves, grandes ou petites

C’est lui qui a raison

C’est moi qui ai tort

Qu’y a-t-il à débattre » (« Qui a raison, qui a tort », Hong Yin III)

J’ai commencé à le réciter encore et encore. Je ne sais pas combien de fois je l’ai récité jusqu’à ce que je comprenne tout à coup que l’assistante n’avait pas tort. Elle avait considéré les choses pour l’ensemble des pratiquants et pour moi-même. Elle était réellement responsable envers le Fa et les êtres. J’ai vu mon esprit de lutte parce que j’avais un fort caractère et que j’essayais toujours d’avoir le dessus sur tout. Ce qu'elle avait fait était de me faire abandonner cet esprit de lutte. La pierre dans mon cœur a disparu. Je lui ai été reconnaissant de m’avoir aidé dans ma cultivation et de m’avoir aidé à me défaire de mes attachements.

Sauver les êtres avec urgence

Notre ville et toute la zone aux alentours ont été verrouillées lorsque l’épidémie a éclaté à Wuhan. Mais cela ne nous a pas empêchés d’avoir le cœur à sauver les êtres. Je fabriquais des documents pendant la journée et les préparais pour les distribuer la nuit.

Les gens qui surveillaient les portes de la résidence partaient chaque soir entre 19 h et 20 h. Avec les autres pratiquants, nous sortions après minuit pour distribuer les documents dans les quartiers résidentiels. Nous collions des affiches à la porte de chaque immeuble. La fin de la nuit était calme. Nous pouvions faire notre travail avec efficacité et en toute sécurité. Chaque nuit, nous pouvions distribuer environ 200 dépliants et près de 100 affiches.

Après avoir terminé les distributions dans les zones résidentielles environnantes, nous sommes allés dans d’autres secteurs. La plupart des complexes résidentiels de mon quartier étaient anciens et n’avaient pas de portails. Les gens pouvaient aller et venir à leur aise. Nous distribuions les prospectus depuis les étages supérieurs jusqu’aux étages du bas, étage après étage, unité après unité, sans oublier aucun foyer. Nous avons posé les affiches autocollantes à l’entrée de chaque couloir. « Falun Dafa est bon. Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon », « Réciter ces neuf mots véritables peut vous garder en sécurité au milieu de la pandémie ». Ces mots colorés et brillants ont sauvé les personnes prédestinées.

Lorsque le confinement a été levé, nous avons commencé à clarifier la vérité aux gens, face à face, et les avons encouragés à se retirer du PCC. J’ai senti que ma responsabilité de sauver les êtres grandissait et que le temps se raccourcissait. Je devais sauver les gens de l’emprise du spectre de la pandémie. Plus je sauverais de gens, plus il y aurait de familles heureuses. Mais soudain, j’ai eu mal à la jambe gauche. Je boitais. Je ne me suis pas préoccupé de la fausse illusion. Ce mois-là, je suis sorti pour clarifier la vérité aux gens chaque jour. Avant de sortir, j’émettais la pensée droite : « Éliminer toute la perversité dans et hors du champ dimensionnel des pratiquants. Ne permettre à aucun être pervers de manipuler les personnes ordinaires pour interférer avec la mission des pratiquants de sauver les êtres. Maître, veuillez m’aider à faire venir vers moi les personnes prédestinées. » Certaines personnes m’ont réprimandé, craché dessus et ont menacé de me dénoncer à la police. Cela ne m’a pas ému car je faisais ce qui était juste et le plus sacré.

Un jour, j’ai parlé du Falun Dafa à quatre lycéens. Certains ont accepté de démissionner des organisations affiliées au PCC. Dès que nous avons eu terminé, un jeune homme s’est approché pour demander aux élèves de quoi nous avions parlé et si cela concernait le Falun Dafa. J’ai réalisé que cet homme était un policier en civil. Il m’avait suivi tout le long du chemin. J’ai supplié le Maître dans mon cœur de me protéger et de ne pas le laisser me persécuter, pour l’empêcher de tomber dans la porte de la non-vie. Avec la protection du Maître, j’ai réussi à le semer après avoir pris plusieurs ruelles et fait quelques détours.

Une autre fois, j’ai clarifié la vérité à une dame d’une trentaine d’années à un arrêt de bus et lui ai demandé si elle était membre du PCC et de ses organisations affiliées. Elle a répondu par l’affirmative. Je l’ai exhortée à démissionner du PCC pour qu’elle soit en sécurité lorsque les calamités arriveraient. Elle a soudain demandé : « Pratiquez-vous le Falun Dafa ? Je suis chargée d’arrêter les pratiquants de Falun Dafa. » Entendre cela ne pas troublé.

Le Fa du Maître m’est venu à l’esprit :

« Simplement en ayant un cœur inébranlable, on maîtrise dix mille agitations. » (Enseignement du Fa à la Conférence de Fa de la région Midwest des États-Unis)

J’ai émis une forte pensée droite pour dissoudre les êtres et les éléments pervers derrière elle. Puis je lui ai dit : « Madame, ce n’est pas un hasard que je vous rencontre ici aujourd’hui. Vous serez bénie si vous démissionnez du PCC. Peu importe qui vous êtes, peu importe votre fonction, ou que vous soyez riche ou pauvre, vous êtes une personne qui doit être sauvée. Du fond de mon cœur, je veux que vous agissiez en bonne personne et que vous soyez sauvée. Les êtres humains doivent passer par la naissance, la vieillesse, la maladie et la mort. L’univers doit passer par la formation, la stabilité, le déclin et la destruction. Quand la catastrophe arrivera, il sera trop tard pour faire quoi que ce soit pour l’éviter. Les dieux observent les gens. Le Maître du Falun Dafa a dit :

“...Riche ou pauvre, c’est pareil

Nulle part où se cacher lorsque la calamité s’abat...” (Chercher la vérité, Hong Yin III)

Je vais vous parler du Falun Dafa puisque vous l’avez mentionné. On a fait du tort au Falun Dafa. Les auto-immolations de Tiananmen ont été mises en scène et orchestrées par Jiang Zemin, l’ancien dirigeant du régime, pour piéger le Falun Dafa. Jiang Zemin, Zhou Yongkang and Bo Xilai sont les principaux coupables. De nombreux hauts fonctionnaires impliqués dans la persécution du Falun Dafa ont reçu un châtiment. Selon un principe céleste, les bons seront récompensés et les mauvais seront punis. Ne suivez pas leurs traces. »

La dame n’a rien dit, mais elle a complètement changé d’attitude. Je l’ai aidée à démissionner du PCC avec un pseudonyme. Je lui ai dit de se souvenir que « Falun Dafa est bon et Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ». Elle a dit qu’elle le ferait. Elle a finalement été sauvée.

Un jour, j’ai clarifié les faits à quatre touristes étudiants universitaires devant un terminal de passagers. Ils ont approuvé ce que j’ai dit et ont accepté de se retirer du PCC et de ses organisations affiliées. Quand je suis parti, l’un d’eux a crié : « Falun Dafa est bon ! » Je me suis retourné vers eux. J’étais content pour eux.

En ce moment historique crucial, alors que la période de la rectification du Fa touche à sa fin, je veux cultiver diligemment et sauver davantage d’êtres.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais en Suisse