(Minghui.org) Une femme de 69 ans de la ville de Dezhou, dans la province du Shandong, a été condamnée à une peine de deux ans et demi de prison en 2014 pour sa pratique du Falun Gong, mais a été autorisée à purger sa peine à domicile en raison de sa mauvaise santé. Cependant, Mme Xu Shiying a récemment été arrêtée et a reçu l’ordre de purger la même peine de prison, prononcée en 2014, car elle a refusé de renoncer à sa croyance lors de la campagne nationale « Plan zéro », un effort concerté visant à forcer chaque pratiquant figurant sur la liste noire du gouvernement à abandonner le Falun Gong.

Le Falun Gong, également connu sous le nom de Falun Dafa, est une discipline spirituelle ancestrale que le régime communiste chinois persécute depuis 1999.

Mme Xu a été arrêtée le 29 septembre 2021 par Zhang Xikun et Liu Dawei du Bureau de la sécurité intérieure du district de Decheng. Elle a d’abord été emmenée au poste de police locale, puis dans un centre de détention. Le lendemain, la police est retournée à son domicile et l’a mis à sac.

La juge Bai Xue du tribunal du district de Decheng a appelé la famille de Mme Xu et l’a informée qu’elle enverrait dans les prochains jours Mme Xu à la prison de la ville de Jinan pour qu’elle y purge la peine prononcée en 2014.

Condamnée à la prison il y a sept ans

Cinq pratiquants locaux de Falun Gong ont rendu visite à Mme Xu l’après-midi du 7 septembre 2013, sans savoir qu’ils étaient suivis par la police. Dès que Mme Xu a ouvert la porte, des policiers dirigés par Zhang Xikun ont arrêté les pratiquants et les ont emmenés au centre de détention de la ville de Dezhou. Les 40 000 yuans en espèces de Mme Xu, un ordinateur portable et des imprimantes ont été confisqués.

Mme Xu a été libérée sous caution quatre jours plus tard pour s’occuper de son mari paralysé et aussi en raison de son propre état de santé. La police l’a placée en résidence surveillée le 16 octobre. Elle a été emmenée au parquet du district de Decheng le 20 décembre pour être interrogée.

Le 15 janvier 2014, Mme Xu a été amenée au tribunal du district de Decheng pour être interrogée par la juge Bai Xue. La juge a montré une vidéo de la police en train de saccager son domicile. Mme Xu a interrogé l’agent de police Liu Dawei sur l’endroit où se trouvaient l’ordinateur portable et le téléphone portable de sa fille, qui ont été confisqués par la police. La juge Bai a ignoré sa question et lui a dit : « Vous pouvez engager un avocat (pour poser les questions à votre place). »

Lorsque la police a soumis le cas de Mme Xu au parquet du district de Decheng, le procureur Zhou Fangbao a clairement indiqué qu’ils recevaient des ordres de la Commission des affaires politiques et juridiques sur la façon de traiter les cas de Falun Gong.

Dans le cadre de la persécution du Falun Gong, la Commission des affaires politiques et juridiques, une agence extrajudiciaire supervisant la sécurité publique et les branches judiciaires, a joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre des politiques de persécution.

Mme Xu a comparu devant le tribunal du district de Decheng le 3 avril 2014. Son avocat a plaidé non coupable en sa faveur. Il a fait valoir qu’il est légal de pratiquer le Falun Gong en Chine et que la liberté de croyance est protégée par la constitution et que les idées ne constituent pas un crime. Il a ajouté que la persécution n’avait aucun fondement juridique et a demandé l’acquittement de Mme Xu. Le 24 avril, la juge Bai a condamné Mme Xu à une peine de deux ans et six mois de prison, mais l’a autorisée à purger sa peine à domicile, en raison de son état de santé et de celui de son mari.

Avant sa dernière arrestation en septembre 2021, la police l’avait harcelée et surveillée dans sa vie quotidienne en mai 2017 et mars 2018.

Persécution antérieure

Mme Xu a commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998, un an avant le début de la persécution par le régime communiste chinois. Au cours des 22 dernières années, pour avoir défendu sa croyance, elle a été arrêtée au moins douze fois, détenue quatre fois dans des centres de lavage de cerveau et a également purgé une peine dans un camp de travaux forcés, sans parler du harcèlement, de l’extorsion et de la surveillance de sa résidence. Sa fille a été renvoyée de l’école. Son mari a subi une attaque cérébrale et est resté paralysé.

1999

Mme Xu s’est rendue à Pékin le 22 juillet 1999 pour lancer un appel en faveur du droit de pratiquer le Falun Gong. Pour éviter d’être arrêtées par la police déployée pour intercepter les pratiquants, elle et Mmes Chen Guixian et Wu Yuzhi ont parcouru à bicyclette près de 130 km jusqu’à la ville de Cangzhou, dans la province du Hebei, avant de prendre un bus.

Elles ont été interceptées juste après leur arrivée à Tianjin (à peu près à mi-chemin vers Pékin) et ont été conduites au poste de police de Beicheng à Tianjin. Pendant leur brève détention à Tianjin, la police ne leur a fourni ni eau ni nourriture et ne leur a pas permis d’utiliser les toilettes. À midi, des policiers armés de fusils chargés les ont encerclés, ainsi que d’autres pratiquants, et ne leur ont pas permis de parler. Vers 18 h, des agents du Bureau 610 de Dezhou ont ramené Mme Xu et l’ont emmenée dans un centre de lavage de cerveau le 25 juillet. Elle y a été détenue pendant une semaine.

2000

Mme Xu a été de nouveau arrêtée le 13 février 2000 et détenue au poste de police du district de Decheng pendant 15 jours. On a extorqué 300 yuans à sa famille.

Un jour, à la mi-juillet 2000, Mme Xu est rentrée chez elle après le travail et a vu sa résidence encerclée par la police et les agents du Bureau 610. Elle a été emmenée au poste de police de Dongdi, où elle a été enfermée dans une cage métallique pendant la nuit. Le lendemain, elle a été transférée au centre de détention de Dezhou, où elle a été détenue pendant un mois. Sa famille a été condamnée à une amende de 300 yuans.

Trois mois plus tard, en octobre, elle a été arrêtée chez elle vers 23 h et emmenée dans un centre de lavage de cerveau à l’hôtel Dongfang. Une semaine plus tard, elle a été transférée dans un autre centre de lavage de cerveau à l’hôtel Xinbinghu, où elle a été détenue pendant 20 jours supplémentaires. Quatre personnes se sont relayées pour lui faire subir un lavage de cerveau. Elles l’ont forcée à regarder des programmes télévisés calomniant le Falun Gong et son fondateur.

À la mi-décembre, Mme Xu et quatre autres pratiquants se sont rendus à Pékin pour lancer un appel en faveur du Falun Gong. Ils ont été arrêtés et emmenés au poste de police de Tiananmen. Les policiers les ont frappés avec des matraques, leur ont jeté des pommes et les ont arrosés d’eau chaude. Mme Xu a été emmenée au bureau de Dezhou à Pékin le 29 décembre et menottée pendant une nuit. Elle a été transférée au centre de détention de Dezhou le lendemain et n’a été libérée qu’un mois plus tard.

2001

Une fois de plus, Mme Xu a été emmenée le 8 février 2001 à une séance de lavage de cerveau à l’hôtel Fangzhi. Quatorze autres pratiquants y avaient également été emmenés. Ils n’étaient pas autorisés à se parler et étaient contraints de regarder chaque jour le coup monté des auto-immolations de la place Tiananmen. Les agents du Bureau 610 et la police ont forcé les membres de la famille des pratiquants à les persuader de renoncer à leur croyance. Les deux filles de M. Zhao Jinde se sont agenouillées et l’ont suppliée d’abandonner le Falun Gong. Le mari de Mme Wu Yuling l’a battue et lui a fait saigner la bouche.

Qu Peihua, aujourd’hui directeur adjoint du tribunal du district de Decheng, était chargé de la séance de lavage de cerveau. Aucun pratiquant ne devait être libéré sans avoir signé une déclaration renonçant à sa croyance. Après plus de 40 jours, Mme Xu et cinq autres pratiquants ont été condamnés à des peines de camp de travaux forcés et les neuf autres pratiquants ont été libérés.

Mme Xu a été emmenée au camp de travaux forcés pour femmes de Jinan le 1er avril pour y purger une peine de trois ans. Elle a été isolée dans une petite pièce sombre et humide pendant plus de deux semaines. Elle a également été contrainte d’effectuer un travail non rémunéré de 8 h à 22 h le soir ou plus tard. Elle a été libérée à la fin du mois de septembre 2003.

2004

Mme Xu a été signalée à la police alors qu’elle distribuait des documents d’information sur le Falun Gong à la fin du mois d’août 2004. Des policiers ont saccagé sa résidence et ont confisqué le livret de banque de sa fille et 100 yuans en espèces. Au cours des deux semaines suivantes, Mme Xu n’a pas été autorisée à quitter son domicile. Deux personnes la surveillaient le jour et quatre la nuit. Plus tard, lorsque Mme Xu s’est rendue au poste de police pour tenter de récupérer le livret bancaire et l’argent de sa fille, l’agent de police Zhang Xikun a refusé de les lui rendre, l’accusant de les utiliser pour des activités liées au Falun Gong.

À la fin de l’année 2004, deux agents de police du poste de Dongdi ont mis à sac le domicile de Mme Xu. Comme Mme Xu était constamment arrêtée et détenue, son mari subissait une forte pression. Il a subi une attaque et est resté paralysé.

2005

Mme Xu a rendu visite à sa compagne de cultivation Mme Liu Guixiang le 10 septembre 2005, lorsque le Bureau 610 et la police ont saccagé le domicile de Mme Liu. Celle-ci a été emmenée au poste de police et son domicile a été saccagé par la suite.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais