(Minghui.org) De nombreux articles de partage d’expériences sur Minghui mentionnent que demander l’aide du Maître aux moments critiques est une manifestation de son niveau de cultivation. J’ai vécu une expérience similaire lorsque j’ai eu la pensée droite de dire le nom du Maître.

Je me sens si chanceux d’être un pratiquant de Dafa ! J’aimerais partager cette expérience avec les compagnons de cultivation.

Arrestation et détention

Il y a plus de dix ans, j’ai été arrêté et détenu pour ma pratique du Falun Dafa. J’ai fait les exercices le lendemain après le dîner, devant la caméra de surveillance.

Soudain, j’ai entendu des gens me dire qu’un gardien me cherchait. J’ai ouvert les yeux et j’ai vu un gardien à l’extérieur des barreaux de fer, posant une chaise sur le sol.

Il tenait une pile de formulaires et s’est assis lentement alors que je m’approchais de lui. Le détenu responsable m’a ordonné de m’accroupir derrière une ligne comme les autres détenus, pour répondre aux questions.

J’ai ignoré l’ordre. Au lieu de cela, je me suis tenu droit face au garde et je lui ai demandé de quoi il s’agissait.

Ignorer les règles de la prison

Le gardien m’a regardé et m’a dit de façon arrogante : « Accroupissez-vous avant de me parler. » J’ai répondu : « Dites-moi simplement ce que vous avez à dire ; je peux répondre debout. »

Il a insisté pour que je m’accroupisse pour répondre à ses questions et m’a dit que c’était la règle.

Je lui ai dit : « La règle ne s’applique pas à moi. Je suis un pratiquant de Falun Dafa et je suis le principe Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Je m’efforce d’être une bonne personne.

« Je n’ai enfreint aucune loi. C’est le Parti communiste chinois (PCC) pervers et le régime de Jiang Zemin qui persécutent les pratiquants de Falun Dafa et qui m’ont amené ici.

« Je suis persécuté, je ne suis pas un criminel. En plus, il n’est pas approprié que vous demandiez à une personne âgée comme moi de s’accroupir devant un jeune homme comme vous. »

Il s’est mis en colère et a hurlé : « Je m’en fiche ! Vous êtes venu dans mon lieu et vous devez suivre mes règles. Vous devez vous accroupir ! »

Sauvegarder la dignité d’un pratiquant

J’ai également haussé le ton et lui ai dit mot à mot : « Je ne vais pas m’accroupir. Je dois sauvegarder la dignité d’un pratiquant de Dafa. Laissez-moi vous dire que Maître Li Hongzhi est mon Maître ! »

Dès que j’ai mentionné le nom du Maître, tout son corps a tremblé violemment comme s’il avait été réveillé par un coup de tonnerre pendant son sommeil. Il a presque sauté de sa chaise en panique et a dit : « D’accord, d’accord, d’accord. Li Hongzhi est votre Maître ! Li Honghzi est votre Maître ! »

J’ai également été choqué que le fait de prononcer le nom du Maître ait un tel effet dissuasif et spectaculaire.

Le Maître a dit :

« Ne vous préoccupez pas de ce qu’ils disent, chaque parole que vous prononcez est comme un coup de tonnerre fracassant pour eux. » (Enseignement du Fa à la Conférence de Fa à San Francisco en 2005)

Chaque fois que j’étudiais ce paragraphe du Fa, je ne le comprenais que de manière superficielle. Cependant, cela s’est avéré être tout à fait vrai.

De nombreux détenus ont été témoins de cet évènement. Ceux qui se tenaient dans le couloir en ont également entendu parler.

Le gardien s’est ajusté et a fait semblant d’être calme : « En fait, j’ai des livres du Falun Dafa. J’ai un tiroir dans mon bureau rempli de livres du Falun Dafa, mais il y a certaines choses avec lesquelles je ne peux vraiment pas être d’accord », a-t-il dit.

Je lui ai répondu : « Pas de problème, puisque Maître Li Hongzhi enseigne le Falun Dafa aux pratiquants, pas aux gens ordinaires. Nous ne demandons pas aux gens ordinaires de suivre les mêmes exigences. Il n’y a que les pratiquants qui sont prêts à suivre des critères élevés. »

Il a acquiescé et est passé à un autre sujet : « En fait, je veux simplement vous connaître, car vous êtes affecté à la cellule dont je suis responsable. Je veux également avoir votre opinion à propos de la nourriture ici… »

Il semble que, dès que j’ai mentionné le nom du Maître, c’était comme si le tonnerre explosait et effaçait l’énergie négative autour de moi. Les côtés lucides de nombreuses personnes ont compris qu’elles ne pouvaient pas regarder de haut les pratiquants de Dafa.

En d’autres termes, les forces anciennes ont reconnu la dignité que je méritais en tant que pratiquant de Dafa et ne pouvaient plus profiter de moi sous cet aspect. Par conséquent, elles ont cessé de manipuler les mains noires et les démons pourris qui me persécutaient.

Par la suite, les détenus n’ont plus osé me crier dessus ni me donner des ordres comme ils l’avaient fait pendant mes deux premiers jours de détention. Peu importe, le nombre de cellules auxquelles j’ai été affecté, les détenus me respectaient tous et me demandaient si j’avais des requêtes.

Je leur ai dit que j’aimerais pratiquer les exercices et leur parler du Falun Dafa. Ils ont tous accepté.

Cette situation s’est aussi produite parce que des pratiquants de Dafa qui étaient détenus là précédemment leur avaient clarifié la vérité. Presque tous les détenus responsables des cellules me disaient lorsqu’ils me rencontraient pour la première fois : « Les pratiquants de Falun Dafa sont de bonnes personnes. »

Je pouvais pratiquer les exercices ouvertement tôt le matin et le soir après le dîner. Lorsque j’ai clarifié la vérité aux détenus, ils ont tous écouté calmement et aucun détenu ou garde n’a utilisé le haut-parleur comme auparavant, pour me stopper.

À travers cette expérience, j’ai vraiment expérimenté ce que le Maître a dit :

« … Si les disciples sont emplis de pensées droites

Le Maître a le pouvoir de changer la décision du Ciel »

(« La grâce entre Maître et disciples », Hong Yin II)

Je suis très reconnaissant de la protection que le Maître accorde aux pratiquants de Dafa. Mon expérience prouve une fois de plus que demander l’aide du Maître dans un moment critique est très important.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais