(Minghui.org) Bonjour Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

Je suis une pratiquante de Falun Dafa âgée de 70 ans. Je suis extrêmement reconnaissante au Maître d’avoir renforcé ma pensée droite pour bien faire les trois choses, d’avoir purifié mon corps et mon esprit, et d’avoir fait de moi une personne qui est toujours attentive aux autres et prête à les aider.

Ancrée dans Dafa

Peu après le début de la persécution, plusieurs dizaines de pratiquants de Dafa tenaient une conférence de Fa lorsqu’un groupe de policiers a soudain fait irruption et a commencé à nous filmer. Certains pratiquants ont pris peur et se sont rapidement débarrassés de leur lecteur ebook.

La persécution dans notre région était très sévère à cette époque. Il n’y avait pas beaucoup de livres de Dafa disponibles, alors beaucoup d’entre nous étudiaient le Fa avec un lecteur ebook. J’ai mis le mien dans ma poche, en disant dans mon cœur : « Tu ne dois pas me quitter, et je ne peux pas te quitter non plus. Personne ne peut t’emporter loin de moi. Tu as Dafa installé en toi, et tu es précieux. Dafa est le fondement de ma vie. » Avec une pensée aussi pure dans mon cœur, j’ai été protégée par le Maître.

Les policiers, deux hommes et deux femmes, ont commencé à fouiller tout le monde. J’ai gardé une pensée dans mon cœur : « Vous ne pouvez pas me fouiller. » Quand ce fut mon tour, les deux policières furent soudain appelées ailleurs et je ne fus pas fouillée.

Après nous avoir emmenés dans un centre de détention, une gardienne m’a ordonné d’enlever mes vêtements pour me fouiller. J’ai refusé et je l’ai interrogée avec droiture : « Qui a dit que nous devions nous déshabiller ? » Elle s’est tue et ne m’a pas fouillée.

Après nous avoir emmenés dans une cellule, une détenue est venue me fouiller à nouveau. J’ai passé le lecteur ebook à une pratiquante à côté de moi, qui venait d’être fouillée, en lui disant de me le rendre après la fouille corporelle. La pratiquante n’a pas supporté la pression à ce moment-là et a posé le lecteur ebook sur le grand lit que tout le monde partageait dans la cellule.

La détenue m’a fouillée de haut en bas, sans jamais voir l’ebook sur le lit près de nous. Après la fouille, j’ai rapidement remis l’ebook dans ma poche. Je n’ai jamais ressenti de pression pour protéger le lecteur ebook, car il contenait Dafa et Dafa est si précieux.

Pendant les deux mois passés au centre de détention, moi et les autres pratiquants avons utilisé le lecteur ebook à tour de rôle, et beaucoup d’entre eux ont mémorisé les poèmes de Hong Yin II. Lorsque la batterie s’est épuisée, nous l’avons retirée et l’avons tenue à tour de rôle dans nos mains, et elle s’est miraculeusement rechargée ! Nous avons pu utiliser le lecteur ebook pour étudier le Fa à nouveau !

Lorsque j’ai été transférée dans un camp de travaux forcés, j’ai pris le lecteur ebook avec moi. Les règlements dans le camp de travail étaient beaucoup plus stricts, et les fouilles étaient courantes et fréquentes. Parfois, nous étions fouillés plusieurs fois par jour, mais les gardes n’ont jamais trouvé l’ebook. Je suis rentrée avec l’ebook lorsque j’ai été libérée deux ans plus tard.

Le Maître a dit :

« La cultivation dépend de soi, le gong dépend du maître. » (Première Leçon, Zhuan Falun)

C’était vraiment le cas !

Avec le recul, je me suis rendu compte que la raison de la persécution que nous avons subie à cette époque était que nous n’avions pas une compréhension claire des principes du Fa et que nous n’avions pas fondamentalement nié la persécution organisée par les forces anciennes.

Il y a quelques années, j’ai été arrêtée par un agent de police alors que je passais un contrôle de sécurité dans une gare. L’agent a jeté un coup d’œil à mon billet et a dit : « Vous n’irez nulle part. » Ils ont fouillé mon sac et ont trouvé un exemplaire du Zhuan Falun (le texte principal du Falun Dafa) et d’autres documents de Dafa.

J’ai pensé : « Les documents clarifiant la vérité servent à sauver les gens, y compris la police. » Je leur ai donc demandé de lire ces documents. Certains l’ont fait et quelques-uns ont également accepté de démissionner du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations pour la jeunesse.

Plus tard, lorsque la police a voulu emporter le Zhuan Falun, je leur ai dit : « Vous ne pouvez pas emporter ce livre. Ma vie en dépend. » Ils m’ont donc rendu le livre.

Ils m’ont ordonné de les accompagner dans un centre de détention, mais j’ai refusé. Je pensais que s’ils m’arrêtaient illégalement, ils commettraient un grand péché contre Dafa, et que cela causerait des pertes pour sauver les êtres.

J’ai demandé au Maître dans mon cœur : « Maître, je ne peux pas aller avec eux. S’il vous plaît, aidez-moi. » Presque instantanément, j’ai présenté un symptôme de maladie grave et j’ai été ramenée chez moi le jour même.

J’ai regardé à l’intérieur de moi par la suite et j’ai découvert que c’était mon attachement à la famille qui avait entraîné cette persécution.

La cultivation pendant la rectification de Fa est une affaire très sérieuse et le Fa a des exigences très strictes à notre égard. Ce n’est que lorsque nous nous basons sur le Fa et que nous nous débarrassons constamment de nos attachements que nous pouvons bien suivre notre chemin.

Bien coopérer avec les autres pratiquants pour valider le Fa

Depuis plus de vingt ans au cours de ma cultivation dans Dafa, le Maître m’a renforcée, m’aidant à avoir une pensée plus pure. Depuis des années, où que je sois, lorsqu’il s’agit de valider le Fa, je peux toujours laisser de côté mon ego et coopérer inconditionnellement avec les autres pratiquants comme un seul corps. Voici quelques exemples.

Accrocher des panneaux d’affichage et des bannières

Pendant mon séjour dans la capitale provinciale, nous avons accroché à plusieurs reprises des panneaux d’affichage de deux mètres de large et des bannières verticales à un viaduc.

Une fois, nous étions sur le point d’accrocher une bannière verticale de 3 mètres de long. Un compagnon de cultivation nous a demandé où l’accrocher. Je lui ai suggéré de l’accrocher au point le plus élevé du viaduc, pour que plus de gens puissent la voir.

La bannière a été accrochée au point le plus haut du viaduc. Elle était très belle et attirait le regard, avec de grands caractères « Falun Dafa est bon » imprimés sur le tissu soyeux doré. Une grande fleur de lotus rose était également imprimée au bas de la bannière. J’étais persuadée que cela émouvrait le cœur et l’âme des gens lorsqu’ils la verraient.

Parfois, les gens passaient devant nous lorsque nous accrochions les bannières. J’encourageais toujours mes compagnons de cultivation : « Nous n’avons rien à craindre. Nous pouvons leur donner un dépliant, pour qu’ils connaissent les faits. »

Un jour, il y avait beaucoup de vent alors que nous accrochions une bannière sur un viaduc. Quelqu’un s’est approché et a demandé : « Que faites-vous ? »

« Nous accrochons une bannière, venez nous aider », lui ai-je dit calmement.

« Comment puis-je aider ? » a-t-il demandé.

« Pouvez-vous aider à attacher la corde ? » lui ai-je demandé. Il a accepté et nous a aidés à fixer la grande bannière.

Une fois, nous avons réussi à accrocher une grande bannière sur un pont ferroviaire. Elle portait les mots « Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon » et « Falun Dafa est bon ». La bannière était clairement visible pour tous ceux qui passaient sous le pont, que ce soit à pied ou en voiture. La bannière est restée là pendant plus d’un an. Même si la couleur a un peu pâli, le message est resté clair et puissant.

Au début de cette année, un pratiquant local m’a donné des autocollants clarifiant la vérité. Je les emportais toujours avec moi et les accrochais partout où j’allais. J’ai remarqué que certains de ces autocollants étaient toujours là six mois plus tard.

Clarifier la vérité à l’aide de billets de banque

Il y a quelques années, lorsque je vivais dans la capitale provinciale, je me rendais souvent dans le quartier des affaires pour échanger avec les commerçants des billets sur lesquels étaient imprimés des messages clarifiant la vérité. Chaque fois, j’ai pu échanger entre 10 000 et 20 000 yuans.

Une fois, une compagne de cultivation m’a dit qu’elle avait des centaines de milliers de yuans en billets de banque avec des messages clarifiant la vérité et qu’il fallait les échanger avant le Nouvel An.

Le lendemain, nous sommes allés dans le quartier commercial, qui était rempli de boutiques, de magasins et de clubs. Nous sommes allés dans chaque magasin pour échanger les billets. Les propriétaires étaient tous très heureux de le faire, car de nombreux commerçants savaient que le fait de dépenser des billets portant des messages clarifiant la vérité pouvait leur apporter chance et bénédictions. Nous avons réussi à échanger tous les billets en une semaine.

Une fois, un propriétaire d’échoppe a compté une liasse de billets d’un yuan. Il l’a fait deux fois et a dit qu’il manquait un billet. Je lui ai dit : « Pourquoi ne pas recompter ? Je peux vous garantir qu’il y avait 100 billets dans la liasse. » Il a recompté et j’avais raison.

Dans un club de mah-jong, quelqu’un voulait échanger 3 000 yuans, mais il n’avait pas assez d’argent sur lui. Je lui ai dit d’aller chercher l’argent à la maison et que nous l’attendrions. Il était très heureux, et quand il est revenu, il a échangé 5 000 yuans contre des billets avec les messages de vérité.

Il n’y a jamais eu d’erreur dans aucune de nos liasses de billets, et toutes les personnes avec qui nous avons échangé de l’argent ont eu une très bonne impression de notre honnêteté et de notre fiabilité.

Tout en faisant des échanges de billets de banque, nous avons également distribué divers autres matériels, tels que des CD et les Neuf Commentaires sur le Parti communiste. Nous avons également persuadé les gens de démissionner du PCC et de ses organisations affiliées. La plupart des gens ont été très réceptifs et ont démissionné rapidement.

Toujours faire de mon mieux pour coopérer avec les autres

Lorsque je suis revenue vivre dans ma région, j’ai coopéré avec les pratiquants locaux dans tout ce qui devait être fait. L’un de nos projets consistait à envoyer des lettres clarifiant la vérité aux habitants de la région. Chaque fois que je postais les lettres, je communiquais toujours avec les lettres dans mon esprit et leur demandais d’aider les gens à mieux comprendre le Falun Dafa.

J’ai parcouru la ville pour poster les lettres dans différentes boîtes aux lettres. Je n’ai jamais vraiment prêté attention aux caméras de surveillance dans la rue, même si les autres pratiquants m’ont souvent conseillé de m’en éloigner. Parfois, quand je les remarquais, je disais : « Caméras, votre mission est de surveiller les mauvaises personnes, pas les disciples de Dafa. »

Il y a quelques années, l’Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPF) a publié un avis dénonçant les agents de police concernés et le personnel du système judiciaire qui avaient été impliqués dans la persécution dans notre région. Des compagnons de cultivation ont imprimé des copies de l’avis, les ont mises dans des enveloppes adressées et j’ai envoyé les lettres aux personnes impliquées dans la persécution. Il s’agissait d’avertir les malfaiteurs qu’ils devaient cesser de persécuter le Falun Gong et de se racheter de leurs péchés.

Un jour, une compagne de cultivation est venue me voir avec cinq lettres et m’a demandé si je pouvais les poster. Je lui ai répondu : « Pas de problème. » Elle m’a ensuite dit qu’il serait préférable que je remette moi-même les lettres aux agences concernées. « Pas de problème, je vais le faire », ai-je dit sans hésiter à la pratiquante.

C’était un matin d’hiver et je n’avais pas encore pris mon petit-déjeuner. J’ai pris les lettres et me suis rendue au poste de police local. Les lettres étaient destinées au chef de la police, au chef adjoint et à l’instructeur politique. Nous avions écrit leurs noms sur les enveloppes. En plus de la lettre, nous avions également préparé des clés USB pour eux avec des informations supplémentaires sur le Falun Dafa.

La porte du poste de police était fermée par une chaîne. J’ai glissé les lettres entre les deux panneaux de la porte, pensant qu’ils verraient les lettres lorsqu’ils viendraient travailler le matin.

Pour les deux autres lettres, destinées à un juge et à un procureur locaux, je les ai simplement postées. Plus tard, je me suis également rendu au poste de police local et au parquet pour leur donner des exemplaires des Neuf commentaires et du But fondamental du communisme.

Certains pratiquants qui avaient été détenus auparavant ont dit que les lettres clarifiant la vérité avaient eu un impact positif, et qu’après que la police avait reçu ces lettres, cela avait largement atténué la persécution des pratiquants de Dafa dans notre région. Certains pratiquants ont été libérés peu de temps après avoir été arrêtés.

Une fois, après l’arrestation illégale d’une compagne de cultivation, les autres pratiquants ne connaissaient pas le nom du procureur chargé de son dossier, il leur était donc difficile de la secourir.

Inspirée par une expérience vécue six ans auparavant, lorsque j’avais trouvé les noms des agents de police sur le mur du poste de police, je me suis rendue au parquet et j’ai obtenu le nom du procureur.

Dans mon expérience précédente, aucun des pratiquants locaux ne savait qui avait arrêté un autre pratiquant. Pour le savoir, je suis allée au poste de police et j’ai vu des photos de policiers et leurs noms sur le mur du couloir. J’ai attendu là un petit moment, puis un agent est venu me demander ce que je faisais là. J’ai répondu que je cherchais les agents de police responsables de notre quartier résidentiel. Il m’a dit de vérifier dans le couloir et de noter moi-même leurs noms.

Pendant que je faisais cela, un autre agent est entré de l’extérieur et m’a demandé ce que je faisais. Je lui ai parlé calmement tout en continuant à noter les noms et les numéros de téléphone. Grâce à ces numéros, les compagnons de cultivation peuvent passer des appels téléphoniques à la police et leur expliquer les faits.

Être sensible à la pression et aux difficultés que peuvent rencontrer les autres pratiquants

Au fil du temps, avec les conseils et la protection du Maître, ma croyance est devenue encore plus ferme, et mon cœur est également devenu plus pur et plus compatissant. J’ai toujours eu une seule pensée : je suis prise en charge par le Maître et je ne fais que suivre les arrangements du Maître !

Une fois, un compagnon de cultivation m’a dit qu’il y aurait un contrôle de porte à porte des pratiquants locaux. « Cela n’a rien à voir avec moi. Ils ne viendront pas chez moi », lui ai-je dit.

Avec cette pensée dans mon cœur, le Maître m’a aidée et protégée toutes ces années. Ces dernières années, depuis mon retour dans notre région, les autorités ne m’ont jamais harcelée. Même pendant l’isolement dû au coronavirus, lorsque la police a procédé à un enregistrement de porte à porte, elle n’est jamais venue chez moi.

Au fil des ans, des compagnons de cultivation ont souvent apporté des objets chez moi pour les mettre en sécurité, et je les ai toujours acceptés sans hésitation. Tant qu’ils sont destinés à la rectification de Fa et au salut des êtres, je les accepte toujours sans condition. Je comprends que les compagnons de cultivation les apportent chez moi parce qu’ils sont sous pression, et je devrais toujours voir les choses de leur point de vue et les aider inconditionnellement à réduire leur pression et leur stress.

L’année dernière, un compagnon de cultivation m’a dit qu’un autre pratiquant avait été arrêté et qu’il avait dit à la police qu’il avait obtenu les documents d’information sur Dafa de ma part.

« Cela n’a rien à voir avec moi. Le Maître s’occupe de moi », ai-je dit à la pratiquante.

« Mais savez-vous qui vous a signalée ? » m’a-t-elle encore demandé.

« Je ne veux pas savoir qui m’a signalée. Cela n’a rien à voir avec moi. Seul le Maître s’occupe de moi », ai-je répondu.

Mais elle m’a quand même donné le nom de la compagne de cultivation qui avait dit à la police qu’elle avait obtenu les documents de ma part.

Je n’ai rien ressenti, pas la moindre rancœur, car je comprenais l’énorme pression et la difficulté que la pratiquante avait dû subir aux mains de la police.

Après sa libération, je l’ai croisée un jour dans la rue. Elle ne m’a pas vue tout de suite, alors je l’ai saluée chaleureusement. Elle était également très heureuse de me voir. J’ai senti qu’elle était comme un membre de ma famille. Je chéris vraiment le lien sacré entre les pratiquants de Dafa et les précieuses opportunités qui nous sont offertes d’être ensemble dans cette vie.

L’année dernière, en raison d’une arrestation illégale à grande échelle de pratiquants dans notre région, nous avons connu des interférences et des retards dans la distribution de nos documents clarifiant la vérité.

Un compagnon de cultivation m’a apporté plusieurs centaines d’ensembles de documents à distribuer, dont les Neuf commentaires, le But fondamental du communisme et l’Hebdomadaire Minghui. Les documents se sont empilés sur mon lit et dans le placard.

Je ne pouvais pas les distribuer assez rapidement toute seule, alors j’ai demandé à quelques pratiquants de m’aider. Nous sommes sortis pour distribuer les documents pendant la nuit, et en peu de temps, tous les documents ont été distribués.

Je clarifie également la vérité aux gens face à face chaque fois que cela est possible. Je leur donne des documents clarifiant la vérité et les encourage à démissionner du PCC et de ses organisations affiliées.

Lorsque j’ai distribué les calendriers du Nouvel An contenant des informations sur Dafa, il semble que tout le monde en ait demandé un.

Une fois, j’ai donné à un homme âgé un exemplaire du livre Le but fondamental du communisme. Il l’a pris et l’a lu attentivement. Un autre pratiquant s’est approché et lui a demandé ce qu’il lisait. « Vous n’avez pas eu d’exemplaire, mais moi si. C’est un trésor », a dit l’homme avec un sourire fier.

Où que j’aille pour distribuer des documents clarifiant la vérité, que ce soit dans la rue ou au supermarché, je ne regarde pas autour de moi pour vérifier s’il y a des caméras de surveillance ou des voitures de police à proximité. Je me contente de clarifier la vérité aux personnes que je croise, de leur donner un exemplaire des documents et de leur dire de le parcourir une fois rentrés chez eux et de le partager avec les membres de leur famille.

Transformation physique grâce à la cultivation dans Dafa

Une fois, ma petite-fille dans la capitale provinciale m’a demandé : « Grand-mère, Dafa est si magique, comment se fait-il que je n’aie pas vu de miracles qui te soient arrivés ? »

J’ai souri et lui ai dit : « Depuis que je pratique le Falun Dafa, je n’ai même plus besoin de porter de manteaux ou de chaussures lourdes en hiver, et je n’ai pas froid même si je porte juste un pantalon tricoté et des chaussures fines. Avant, j’étais assaillie de maux, mais maintenant je suis en parfaite santé et je n’ai pas besoin de médicaments. »

« Tu as raison, grand-mère. C’est vraiment étonnant, n’est-ce pas ! » a approuvé ma petite-fille. « Ma grand-mère maternelle prend des médicaments tous les jours et elle va très souvent à l’hôpital. »

Avant de commencer à pratiquer le Falun Dafa, j’avais divers maux, comme des rhumatismes et des problèmes avec ma colonne vertébrale. Le Maître m’a sauvée et m’a donné une seconde vie. Lorsque je sors en hiver avec des vêtements fins et des chaussures légères pour parler aux gens de Dafa, je n’ai pas froid, j’ai même très chaud et parfois j’ai tellement chaud que je transpire.

Je me souviens qu’il y a dix ans ou plus, lorsque mon mari était encore en vie, un jour, il était très malade et est tombé du lit. Il était très lourd, mais j’ai réussi à le remettre au lit toute seule — et j’étais dans la soixantaine. Cela aurait été tout simplement impossible sans l’aide du Maître !

Il y a quelques jours, j’ai dû déplacer un canapé-lit double d’une petite pièce à une autre pièce à l’étage. Même pour un homme fort, ce n’était pas une tâche facile. J’ai pensé que j’attendrais qu’un compagnon de cultivation vienne m’aider. Puis j’ai pensé : c’est un attachement à compter sur les autres. C’est ma propre tâche et je devrais la faire moi-même.

J’ai demandé au Maître de me renforcer et j’ai commencé à déplacer le canapé-lit moi-même. Lorsque le compagnon de cultivation est arrivé, il a été très surpris de voir ce que j’avais fait. Il a regardé le canapé-lit, puis moi, en secouant la tête d’un air incrédule, car il était tout simplement incroyable que j’aie pu déplacer un canapé-lit aussi grand depuis l’étage inférieur toute seule, moi une dame de 70 ans !

Je sais profondément dans mon cœur que sur le chemin de la cultivation, il est de ma responsabilité et de ma mission d’abandonner inconditionnellement l’ego et de coopérer avec les autres pratiquants comme un seul corps. Grâce à la cultivation de Dafa, je suis capable de rester calme et sans crainte dans n’importe quelle situation que je rencontre, car le Maître prend soin de moi et je ne fais que suivre le chemin que le Maître a tracé pour moi. Je suis déterminée à cultiver jusqu’à la fin !

Encore une fois, merci, notre Maître grandiose, de me renforcer pour maintenir une pensée droite et des actions droites et pour bien faire les trois choses. Merci à tous mes compagnons de cultivation !

(Dix-huitième conférence de partage d’expériences par Internet de Minghui pour les disciples de Dafade Chine continentale 2021)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits dauteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et dun lien vers l’article original.

Traduit de l’anglais