(Minghui.org)

Bonjour vénérable Maître ! Bonjour compagnons de cultivation !

Je suis une pratiquante chinoise habitant en Suisse, je suis octogénaire. Aujourd’hui, je vais raconter au Maître et à mes compagnons de cultivation certaines de mes expériences de cultivation en clarifiant la vérité par téléphone et en aidant les gens à démissionner du PCC.

Depuis la mi-mars de l’année 2020, j’ai commencé à donner le salut aux Chinois du continent par des appels téléphoniques.

Élever le xinxing en sauvant les êtres par des appels téléphoniques

Chaque jour, je composais 30 numéros de téléphone, à l’exception du week-end pour les exercices collectifs. Ainsi, j’ai rencontré toutes sortes de personnes, de celles qui ne répondaient pas au téléphone à celles qui juraient, insultaient, menaçaient, etc. Je voyais tout cela comme un environnement de cultivation, apprenant le Fa et me corrigeant constamment. J’ai considéré le salut des êtres comme une occasion de me cultiver et de m’élever, ce qui m’a permis de mieux comprendre ce qu’est la cultivation et comment mieux se cultiver.

Pendant les appels téléphoniques, j’ai apprécié les différentes personnes et les différentes occasions. J’ai profité de ces occasions pour me tourner vers l’intérieur, me cultiver et m’améliorer constamment afin de pouvoir continuer à progresser dans la cultivation à travers le salut des êtres grâce aux appels téléphoniques. En voici quelques exemples.

Éliminer le cœur aspirant au profit

Une fois, alors que mon appel téléphonique avait abouti, la personne à l’autre bout du fil m’a dit : « J’ai des problèmes et j’ai besoin d’argent. Si tu ne me donnes pas d’argent, je n’écouterai pas. » Je lui ai dit qu’il était important de se protéger, de préserver sa vie et d’éviter le malheur. J’ai ensuite essayé de lui expliquer le lien avec l’argent. Il a dit qu’il ne voulait pas écouter et a raccroché. Quand je l’ai rappelé, il n’a pas décroché.

J’ai raccroché le téléphone et regardé à l’intérieur. Ce n’était pas un hasard s’il voulait de l’argent, cela devait venir de l’un de mes attachements. En y réfléchissant, j’avais justement un problème avec l’argent à l’époque et l’appel visait mon désir de gain.

Voilà l’histoire. Lorsque mon mari était encore en vie, un ami a récupéré dans notre appartement un plein chargement de 32 antiquités de grande valeur que mon mari avait collectionnées et conservées au fil des ans. Ces antiquités étaient très précieuses et avaient une grande valeur. L’ami a proposé d’aider mon mari pour la vente aux enchères. Mon mari était très réticent à les vendre, mais je l’ai persuadé de le faire. L’accord prévoyait que cet ami recevrait une commission de 10 % une fois l’enchère terminée. Cependant, après de nombreuses ventes aux enchères, cet ami a déclaré qu’aucun de nos articles n’avait été vendu. Depuis lors, chaque fois que je lui posais la question, il donnait la même réponse.

Quand mon mari est mort, j’ai repris cette affaire. J’ai pensé que la raison pour laquelle cet ami n’avait pas réussi à vendre nos antiquités jusqu’à présent était que sa commission était trop faible – je lui ai donc proposé une commission de 30 %. Il a accepté, mais ne m’a toujours présenté aucun résultat. Je l’ai augmenté à 50 %, mais il ne m’a donné qu’un engagement verbal et n’a rien fait.

Plus de quatre ans se sont écoulés et l’affaire n’a toujours pas été résolue. En réfléchissant plus souvent à cette question, je me suis laissé distraire. Parfois, j’avais même du mal à me concentrer sur le projet de sauver les êtres à cause de cela.

Un jour, j’ai rêvé que la lumière de la cave de notre maison ne marchait plus et que cet ami venait me voir et m’aidait à la réparer. En même temps, je nettoyais le sol avec un aspirateur. Lorsque je me suis réveillée, j’ai compris qu’il s’agissait d’un rêve que le Maître avait utilisé pour me donner des indications sur le fait que je devais me nettoyer et que l’ami était venu m’aider dans ma cultivation. Je me suis souvenue de ce que le Maître dit dans le Zhuan Falun :

« Notre école de Loi vise directement le cœur de l’être humain, pouvoir ou non prendre avec légèreté ses intérêts personnels et les conflits entre les gens, voilà la question clé. » (Quatrième Leçon, Zhuan Falun)

Le Maître a également dit :

« En tant que pratiquants, nous devons encore moins nous conduire ainsi. Nous, les pratiquants, nous disons qu’il faut laisser les choses se faire naturellement ; ce qui est à vous, vous ne le perdrez pas et ce qui n’est pas à vous, vous ne l’aurez pas, même si vous luttez pour l’avoir. Bien sûr, ce n’est pas non plus absolu. Si c’était absolu, la question de commettre des méfaits ne se poserait pas pour les gens ; autrement dit, il peut y avoir aussi des facteurs d’instabilité. Cependant, comme personnes qui pratiquent le gong, nous avons normalement les Corps de Loi du Maître qui s’occupent de nous : si d’autres veulent s’emparer de ce qui vous appartient, ils n’y parviendront pas. C’est pourquoi nous disons qu’il faut suivre le cours naturel des choses ; parfois, vous croyez que quelque chose est à vous, les autres vous disent aussi que c’est à vous, mais en fait cela ne vous appartient pas. » (Septième Leçon, Zhuan Falun)

Après avoir récité l’enseignement du Maître, j’ai décidé que je ne voulais plus de ces antiquités, quelle que soit la somme qu’elles pouvaient rapporter. À cette époque, c’était le Nouvel An chinois. Cet ami m’a appelé et m’a dit qu’il voulait me rendre visite. J’ai refusé et lui ai dit que je lui donnais les antiquités en cadeau. Je me suis dit : « Je suis une pratiquante et je suis le cours naturel des choses. Si quelque chose est à moi, je ne le perdrai pas, et je ne peux pas me battre pour ce qui n’est pas à moi. »

En un instant, le lourd fardeau qui m’avait accablé pendant plus de quatre ans a été comme jeté. Une pierre est tombée de mon cœur et je me suis sentie très soulagée et contente.

Après avoir cru que j’avais déjà complètement abandonné mon attachement à l’argent, cet appel m’a fait regarder plus profondément en moi et abandonner complètement mon attachement au gain.

Merci, Maître, de m’avoir donné des indications dans mon rêve et de m’avoir corrigée avec la puissance du Fa.

Cultiver la bienveillance tout en sauvant les êtres

Le processus de donner le salut aux êtres est aussi un processus de cultiver la bonté et la bienveillance.

Lorsqu’on clarifie la vérité, il y a toujours ceux qui ne veulent pas démissionner du Parti. Normalement, je ne laisse pas cela m’affecter. Mais au début, lorsque j’ai rencontré des personnes aux attitudes extrêmes, qui se sont mises en colère et m’ont traitée de tous les noms, j’ai eu du mal à le supporter. Même si je ne le disais pas, je me plaignais intérieurement. Après de nombreuses rencontres avec de telles personnes, j’ai commencé à me demander si je devais arrêter de les sauver. Mais ensuite, je me suis dit : « Je suis une pratiquante, comment puis-je me plaindre des gens ordinaires ? N’est-ce pas parce qu’il ne connaît pas la vérité sur le Falun Dafa ? S’il avait compris la vérité, il n’aurait jamais choisi d’être éliminé. Ai-je de la bienveillance ? N’est-ce pas là une chance pour moi de me cultiver ? »

Le Maître a dit :

« Je vous ai dit auparavant que la Bienveillance n’est pas quelque chose que l’on peut feindre, ni un état que l’on peut maintenir superficiellement. La Bienveillance vient véritablement de l’intérieur, on peut l’obtenir et l’incarner seulement par la cultivation. » (« Enseignement du Fa à la conférence de Loi de la région ouest des États-Unis en 2004 », Enseignement du Fa dans les conférences V)

L’enseignement du Maître m’a inspirée et a renforcé ma pensée droite pour sauver les êtres. Par exemple, en mars de cette année, j’ai appelé un numéro. Un jeune homme a répondu à l’appel et a immédiatement commencé à fulminer. Entendant sa colère, je lui ai demandé calmement : « Jeune homme, êtes-vous en colère ? Vous êtes un peu irrité, n’est-ce pas ? Votre énergie positive n’est-elle pas en train de s’échapper ? Cela ne met-il pas à rude épreuve votre résilience ? Maintenant, il y a tellement de catastrophes comme les tremblements de terre, les inondations et les épidémies, nous avons besoin de nos bonnes énergies pour vivre ! Vous devez vous protéger. »

Lorsqu’il a entendu mes paroles, le jeune homme a cessé de m’insulter et a dit : « Pourquoi êtes-vous si gentille ? Je vous ai traitée de tous les noms, mais vous ne m’avez pas blâmé, et en plus, vous vous souciez même de moi. » J’ai dit : « Je ne vous blâme pas. Vous critiquez parce que vous ne connaissez pas les faits. Voyez-vous, je vais vous donner un conseil et ensuite vous comprendrez. » Le jeune homme a dit avec étonnement : « Vous n’êtes vraiment pas en colère ! » « Non, je ne suis pas en colère contre vous, je veux être bonne envers vous », ai-je répondu.

Le jeune homme a demandé : « Êtes-vous une pratiquante de Falun Dafa ? » J’ai répondu : « Oui, je suis une pratiquante de Falun Dafa. Je veux être une bonne personne qui suit le principe du Falun Dafa, à savoir Authenticité-Bienveillance-Tolérance. Et je veux que vous ayez un bel avenir. J’ai une question pour vous, avez-vous déjà porté le foulard rouge ? » (Dans les organisations du Parti pour la jeunesse, les enfants de 7 à 14 ans doivent porter un foulard rouge autour du cou.) Le jeune homme a répondu : « Oui, j’étais membre de la Ligue de la jeunesse communiste et plus tard membre du Parti. » J’ai poursuivi : « Savez-vous que démissionner du Parti peut vous apporter la paix et que le Ciel détruira le Parti communiste chinois ? » Je lui ai alors expliqué en détail les véritables circonstances. Le jeune homme a dit : « Désormais je n’écouterai que le Falun Dafa. » « Alors je vais vous donner un pseudonyme et vous mettre sur la liste des démissionnaires », ai-je ajouté. Le jeune homme m’a remerciée sincèrement.

Puis je lui ai demandé de réciter les mots « Falun Dafa est bon, Authenticité-Bienveillance-Tolérance est bon ». Il a dit : « Je sais. Merci beaucoup, merci beaucoup... » Il m’a remerciée plusieurs fois.

Je remercie le Maître de m’avoir donné l’opportunité de cultiver la bienveillance et en même temps un être a ainsi pu être sauvé. C’est le pouvoir de la bienveillance.

Les êtres reconnaissent la vérité - « J’attendais justement ce jour »

Le Maître a dit :

« Tous les êtres humains attendent d’être sauvés ; sur ce point, je peux vous dire très clairement que si les disciples de Dafa ne vont pas les sauver, quel que soit l’endroit de ce monde où ils se trouvent, si vous n’allez pas les sauver, ils n’auront plus aucun espoir. » (« Enseignement de la Loi lors d’une réunion de NTDTV », Enseignement du Fa dans les conférences IX)

Un jour, un homme a décroché le téléphone à l’autre bout de la ligne et m’a demandé : « Vous m’appelez pour démissionner du Parti, n’est-ce pas ? » J’ai dit : « Oui. » Il a répondu : « J’attendais justement ce jour. » J’ai demandé : « Pourquoi ? » Il m’a dit : « Le Parti communiste est tellement mauvais, il nous fait tellement souffrir. Quand il dit blanc, ce doit être blanc, quand il dit noir, ce doit être noir, nous n’avons aucune liberté. » J’ai poursuivi : « Le fond sonore est très bruyant, y a-t-il d’autres personnes avec vous ? » Il a dit : « Oui. Nous sommes quatre à jouer au mahjong en ce moment. Nous sommes tous en train de maudire ce Parti pervers. Nous passons un très mauvais moment. » J’ai répondu : « Je comprends très bien. Vous savez tous qu’il faut démissionner du Parti ? » Tout le groupe à l’arrière a crié : « Oui, nous sommes informés et nous sommes tous membres du Parti. » Puis j’ai ajouté : « Vous savez tous que le Ciel détruira le Parti ? » Les hommes à l’autre bout du fil ont acquiescé : « Oui ! » « Alors vous devriez suivre la volonté du Ciel et démissionner du Parti. » Ils ont tous dit : « Super. » L’un d’eux a dit : « J’attendais ce jour. » Puis j’ai ajouté : « Alors je vais vous donner à chacun un pseudonyme et vous mettre sur la liste des démissions. Je souhaite que cela vous apporte la paix. » Les hommes m’ont confirmé : « Nous attendions que vous nous aidiez à démissionner du Parti. » Les quatre ont accepté de démissionner avec joie.

Je leur ai aussi demandé : « Avez-vous tous des enfants ? » La réponse fut : « Oui, ils sont tous en âge scolaire. » J’ai demandé : « Alors ils portent le foulard rouge, n’est-ce pas ? » Ils ont répondu : « Oui. » Je leur ai conseillé : « Alors je vais aussi faire que vos enfants démissionnent des organisations pour la jeunesse, n’est-ce pas ? » Ils ont répondu : « C’est très gentil de votre part ! Vous êtes très prévenante. » J’ai ensuite demandé : « Combien d’enfants sont présents en ce moment ? » et la réponse a été : « Deux. » J’ai dit : « Faisons d’abord démissionner les deux qui sont présents en ce moment. Parce qu’ils doivent prendre position quand ils démissionnent. Si les enfants ne sont pas explicitement d’accord, ça ne compte pas. »

Alors les quatre hommes sont devenus nerveux. L’un d’eux a déclaré : « Que savent les enfants ? Quand ils ont rejoint la Ligue de la jeunesse communiste et les Jeunes Pionniers, nous, les parents, les avons représentés. S’ils démissionnent maintenant, nous devons assurément les aider et représenter leur point de vue. S’il vous plaît, aidez-les à démissionner. Menez complètement à terme cette bonne cause. C’est ce qu’il y a de mieux pour eux ! Nous serons tous heureux lorsque les enfants auront démissionné et seront en sécurité. » Finalement, j’ai accepté et j’ai exhorté les parents : « Bien, mais vous devez alors informer vos enfants quand vous rentrerez à la maison. » Les quatre hommes étaient d’accord : « Oui, nous le ferons. Ne vous inquiétez pas pour ça ! »

En un coup de fil, huit personnes ont démissionné du Parti, huit vies ont été sauvées. Ils m’ont tous remerciée très sincèrement.

En apparence, ces êtres ont été sauvés par mon appel téléphonique. Cependant, en réalité, c’est la puissance du Fa et la bénédiction du Maître qui ont fonctionné. Le salut de chaque vie est dû à l’énorme engagement et à la contribution incommensurable de notre Maître.

Croire dans le Maître et le Fa

À la mi-mars 2020, j’ai commencé à passer des appels téléphoniques en Chine pour sauver les gens. Je restais assise devant l’ordinateur pendant trois à quatre heures. Après environ six mois, mes yeux ont commencé à larmoyer et à me faire mal, et ma vue est devenue floue. J’ai pensé qu’il était peut-être temps de changer mes lunettes, car je n’avais pas changé mes lunettes de presbyte depuis sept ans. J’ai demandé à ma fille de prendre un rendez-vous pour moi chez l’ophtalmologue. En raison de la pandémie, le rendez-vous a été fixé plus de trois mois plus tard.

Pendant que j’attendais le rendez-vous, un autre pratiquant qui s’y connaît en technique a pris l’initiative de m’aider à augmenter la taille de la police sur l’ordinateur pour pallier à ma déficience visuelle, mais en vain, je voyais toujours flou. Au même moment, le bas de mon dos a commencé à me faire mal à force de rester assise pendant des heures. Je pensais que j’étais une pratiquante et que je devais juste serrer les dents et surmonter cela. Mais les douleurs étaient de plus en plus fortes.

À ce moment-là, j’ai compris que je n’étais pas dans le bon état. Je me suis rendu compte que le processus consistant à persévérer pour expliquer les véritables circonstances et aider les gens à démissionner du Parti était également le processus de désintégration du Parti malveillant. Je sauvais des êtres, mais les forces anciennes voulaient détruire les gens, alors elles ont utilisé des esprits malveillants et corrompus d’autres dimensions pour affecter mon corps. Lorsque j’ai réalisé cela, j’ai demandé l’aide du Maître.

Très vite, j’ai senti que le Maître avait mis un bouclier protecteur autour de moi. Mes yeux ont cessé de me faire mal, mes larmes ont cessé de couler, ma vue a été restaurée et mon dos a cessé de me faire mal. À partir de là, j’ai passé plus de temps chaque jour à apprendre le Fa, à émettre plus souvent la pensée droite et à augmenter la durée des exercices. Bientôt, mon corps est revenu à la normale. J’ai respectueusement joint mes mains en heshi et j’ai remercié le Maître de m’avoir protégée.

Le rendez-vous chez l’ophtalmologue était le 28 décembre 2020. Ma fille voulait m’accompagner et m’offrir de nouvelles lunettes. Je me suis dit : « Je vais valider le Fa. » Je suis donc allée chez l’ophtalmologue avec joie avec ma fille.

Après une série de tests, le médecin nous a dit : « Votre vue est très bonne, même meilleure qu’il y a sept ans. Vous n’avez pas besoin de nouvelles lunettes ! C’est un miracle que l’on puisse encore voir aussi bien à 80 ans. » Ma fille a dit à l’ophtalmologue : « Oui ! C’est vraiment étonnant que ma mère puisse voir mieux que moi. Après tout, je n’ai qu’une cinquantaine d’années. Ma mère est une personne croyante. » J’ai ajouté : « Oui, je suis une pratiquante de Falun Dafa. » Le médecin a dit : « C’est génial ! Continuez à pratiquer ! »

Je remercie le Maître bienveillant de m’avoir donné des yeux jeunes. Je veux faire plus attention à bien faire les trois choses et à sauver les êtres. Ne vous inquiétez pas pour moi, Maître !

Merci, vénérable Maître !

Merci, chers compagnons de cultivation !

(Partagé lors de la conférence de partage d’expériences de Suisse 2021)

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d’auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d’un lien vers l’article original.

Traduit de l’allemand

Version allemande : https://de.minghui.org/html/articles/2021/12/16/157194.html