(Minghui.org) J'ai la quarantaine et je suis introvertie depuis l'enfance. Quand j'étais jeune, j'obéissais à mes parents et j'ai obéi à mon mari après notre mariage. Mais même ainsi, j'ai marché fermement sur la voie de la pratique du Falun Dafa (alias Falun Gong). Après avoir connu de nombreux hauts et bas, je suis toujours déterminée à cultiver.

Mon enfance malheureuse

Mes parents ne croyaient pas aux choses spirituelles, mais j'étais différente. Depuis mon enfance, je suis curieuse des divinités et des bouddhas et j'aspire à une cultivation et pratique. Mes amis et moi partagions nos réflexions sur notre avenir. Certains disaient qu'ils voulaient devenir des scientifiques, des écrivains et autres, mais je rêvais de devenir une nonne et de vivre dans un temple ancien.

Lorsque je suis entrée à l'école, mes parents ont eu peur qu'on se moque de moi et m'ont souvent dit comment être « intelligente » et éviter d'être intimidée. Mais je n'aimais pas entendre cela et je leur ai même demandé pourquoi ils m'enseignaient de mauvaises choses. Comme ma personnalité était différente de celle de mes parents, ma mère ne m'aimait pas. Elle était très irritable à cause de sa vie difficile et me battait et me grondait souvent. Parfois, elle me chassait même de la maison à la nuit tombée.

Mon père m'a dit qu'il ne pouvait rien faire pour empêcher ma mère de me battre et de me gronder, car il pouvait vivre sans moi, mais pas sans elle.

Mon cœur était plein de tristesse, je suis devenue plus introvertie et je me sentais inférieure. J'étais aussi en mauvaise santé. À l'école, j'urinais de façon incontrôlée dans mon pantalon et je perdais parfois temporairement connaissance. Ma capacité d'apprentissage se détériorait, j'avais l'esprit maussade et ma mémoire se détériorait. Les leçons du professeur semblaient ne pas pouvoir entrer dans mon esprit. Le médecin a dit que je souffrais d'épilepsie et que je finirais probablement par souffrir de démence.

Obtenir Dafa avec joie

Après avoir obtenu mon diplôme d'études secondaires, je suis allé dans un établissement technique, assez loin de chez moi. J'y ai rencontré une camarade de classe qui pratiquait le Falun Dafa et elle m'a fait découvrir la cultivation. J'ai lu le Zhuan Falun et j'ai senti que c'était ce que je voulais.

Le livre répondait à de nombreuses questions sur la vie auxquelles je ne pouvais pas répondre. J'ai vu des Falun (roues de la loi) qui tournaient et deux faisceaux blancs lumineux qui allaient du sommet de ma tête à mes pieds lorsque je me suis réveillée le lendemain matin. En même temps, j'ai aussi été débarrassée de l'entité qui possédait mon corps, qui, je crois, était un serpent. Depuis lors, les maladies qui m'avaient tourmentée pendant de nombreuses années ont disparu et j'ai retrouvé santé et bonheur.

Ma camarade de classe et moi nous rendions tous les jours chez une pratiquante âgée près de notre école pour étudier le Fa et faire les exercices. Ce furent les moments les plus heureux. Les pratiquants étaient gentils, doux et courtois. La pratiquante âgée pensait que la vie n'était pas facile pour nous, loin de chez nous, et elle nous préparait souvent de bons repas. Elle a vu que mes chaussures étaient trouées et elle m'a acheté une nouvelle paire. Les autres pratiquants se souciaient de nous, et j'ai ressenti une chaleur que je n'avais jamais ressentie auparavant. Le Falun Gong est vraiment une terre pure !

Maître Li a dit :

« En fait votre nature du passé était fondée sur la base de l’ego et de l’égoïsme. Désormais, quoi que vous fassiez vous devez penser d’abord aux autres, arriver en vous cultivant à l’éveil complet sans égoïsme ni ego. » (« La nature de Bouddha sans écoulement », Points essentiels pour avancer avec diligence )

En 1999, Jiang Zemin, l'ancien dirigeant du Parti communiste chinois (PCC), a lancé la persécution du Falun Gong et diabolisé les pratiquants de Dafa. D'après mon expérience personnelle, j'ai dit aux autres que les pratiquants de Dafa sont les meilleures personnes au monde.

Respecter mes parents

Maître Li a dit :

« C’est uniquement à cause du karma accumulé par de mauvaises actions commises dans le passé qu’on est affecté par des maladies ou qu’on rencontre des épreuves dues aux démons. » (Première Leçon, Zhuan Falun)

Après avoir compris cela, je me suis sentie apaisée et tolérante envers les autres. J'ai compris que la vie de ma mère n'était pas facile, car mon père devait travailler loin de la maison. Elle devait s'occuper seule de ma sœur et de moi, et aussi des travaux de la ferme. Cela devait être très stressant, si bien qu'elle avait développé un mauvais caractère.

Après avoir trouvé un emploi et avant de me marier, je donnais tout mon salaire à ma mère. Après mon mariage, j'ai eu trois enfants. En raison des dépenses élevées pour entretenir une famille, ma situation financière n'était pas très bonne. Cependant, je rendais souvent visite à ma mère et lui achetais de bons petits plats. Je ne dépensais pas d'argent pour moi-même et je donnais tout à mon mari, mes enfants et mes parents pour qu'ils puissent vivre mieux.

Ce n'était pas facile pour mes beaux-parents quand je me suis mariée, alors je n'ai jamais demandé de dot de leur part, ni de la part de ma mère. Mon mariage était très simple.

Après mon mariage, mes parents ont donné le magasin de tabac et d'alcool qu'ils géraient à ma sœur, ce qui ne m'a pas dérangée. J'étais très calme, car après plusieurs années de cultivation, le Falun Gong m'a transformée en une personne qui pense d'abord aux autres. J'ai pensé : « Ne serait-ce pas formidable si cela pouvait améliorer la vie de ma sœur ? »

Être attentionnée envers mon mari

Comme je n'avais pas de dot et que mes parents avaient donné le magasin familial à ma sœur, ma vie était difficile et mon mari me battait et me grondait souvent. Au départ, il pensait que, comme mes parents possédaient un magasin de tabac et d'alcool, ma famille devait être riche. Mais il a découvert plus tard que ce n'était pas le cas, alors il déversait sa colère sur moi.

Je n'étais pas tant sa femme que sa femme de ménage. Que ce soit pendant ma grossesse ou lorsque je ne me sentais pas bien, il ne faisait aucun travail ménager et je devais m'occuper de lui autant que je le pouvais. Il était assez violent et toujours de mauvaise humeur. Il buvait souvent et m'injuriait quand il rentrait tard. Je vivais dans une peur constante.

En voyant d'autres femmes enceintes profiter des soins méticuleux de leurs familles et de leurs maris, je pensais que c'était une chose merveilleuse. Mais grâce au Fa, je savais qu'endurer les difficultés était le moyen de payer ses dettes karmiques. J'ai accepté les arrangements de la vie et gardé une humeur optimiste.

Lors de la naissance de mon premier enfant, j'ai perdu les eaux vers 22 heures, mais mon mari a attendu le lendemain matin, après avoir suffisamment dormi, pour m'emmener à l'hôpital. Le médecin a vérifié l'indice du liquide amniotique et a remarqué qu'il avait atteint le niveau de sécurité le plus bas. Le médecin a dit que cela aurait pu être très dangereux pour la mère et l'enfant. Ce qui est miraculeux, c'est que le liquide amniotique a cessé de couler lorsqu'il a atteint le niveau de sécurité le plus bas. Je savais que c'était le Maître qui me protégeait, sinon les conséquences auraient été inimaginables.

Lorsque j'étais enceinte de mon deuxième enfant, j'ai fait une fausse couche et j'ai commencé à saigner une nuit. Mon mari m'a dit de le supporter jusqu'au matin. Je lui ai dit que je ne me sentais vraiment plus bien. Après des demandes répétées, ce n'est qu'à ce moment-là qu'il m'a emmenée à l'hôpital.

Mon mari est très têtu, et j'ai toujours été d'accord avec lui. Cependant, il n'a pas de chance. Nous tenons ensemble un magasin de détail et, lorsque nous avions un peu d'argent, il le plaçait. Mais il s'agissait toujours de mauvais investissements, si bien que nos finances n'étaient jamais bonnes.

Je me suis longtemps sentie mal et je voulais rompre avec lui. Chaque fois que je le lui disais, il se mettait très en colère et menaçait même de détruire le magasin si je partais.

J'ai réalisé plus tard que j'avais tort. Le Maître nous demande de considérer les autres en premier, mais je ne l'avais pas fait. Je me suis sentie coupable. Mon mari travaillait dur pour essayer d'améliorer notre situation financière. Même s'il n'arrivait pas à améliorer nos revenus, son intention était bonne.

Le Maître a dit :

« C’est pourquoi nous disons qu’il faut suivre le cours naturel des choses ; parfois, vous croyez que quelque chose est à vous, les autres vous disent aussi que c’est à vous, mais en fait cela ne vous appartient pas. » (Septième Leçon, Zhuan Falun)

Ce que je vis dans cette vie reflète la vertu et le karma accumulés dans mes vies antérieures. La souffrance est causée par le karma.

En étudiant le Fa, j'ai pu passer ce test et ne plus en vouloir à mon mari. Je ne me suis pas plainte des mauvais investissements qu'il faisait. Je l'ai réconforté et lui ai dit que tout irait mieux.

J'ai simplement fait ce que je devais faire, m'occuper de sa vie, le traiter avec gentillesse et l'aider. Peu importe comment il me grondait au magasin, je ne me suis jamais défendue. Quand il en avait assez de me gronder, il s'arrêtait naturellement. D'autres disaient : « Tu as bon caractère. Si mon mari était comme ça, je ne pourrais certainement pas le supporter. »

J'ai commencé à passer des programmes de la télévision New Tang Dynasty pour mon mari, je lui ai donné à lire des articles de partage d'expériences de pratiquants et je lui ai parlé de la culture traditionnelle.

Quand il se sentait déprimé, je le réconfortais en lui disant : « Bien que nous n'ayons pas beaucoup d'argent, nous ne manquons pas de nourriture et de vêtements pour nos trois enfants. Notre vie est encore bonne. Ne t'inquiète plus pour l'argent perdu. Tout le monde a telle ou telle tribulation. Détends-toi. Quelle que soit la quantité d'argent que nous avons perdue, la même quantité de karma a été éliminée pour nous. »

Dafa m'a appris à être bonne envers les autres et à ne voir que leur bon côté. En fait, à part son mauvais caractère, c'est vraiment une bonne personne. Même s'il jette des objets quand il est en colère, il n'a jamais touché à mes livres de Dafa. Même lorsque le PCC l'a menacé, il ne les leur a pas donnés.

J'étudie le Fa et je fais les exercices et il n'a jamais interféré avec moi. Lorsque j'ai été emmenée au poste de police, il a essayé par tous les moyens de me secourir et a pu me faire quitter le poste de police le jour même. Il sait que le Falun Dafa est bon, et il a démissionné des organisations affiliées au PCC.

Mon mari a été capable de faire cela pendant la persécution, ce qui est la chose la plus étonnante et la plus précieuse pour une personne. Bien qu'il ne le dise pas, il me reconnaît et reconnaît Dafa dans son cœur.

Tous les articles, graphiques et contenus publiés sur Minghui.org sont protégés par les droits d'auteur. La reproduction non commerciale est autorisée, mais doit être accompagnée du titre de l’article et d'un lien vers l’article original.

Traduit de l'anglais